Muriel Pénicaud peut-elle faire partie de la nouvelle équipe?

Muriel Pénicaud peut-elle faire partie de la prochaine équipe gouvernementale? Le choix sera sans doute délicat pour Emmanuel Macron, mais plusieurs éléments plaident en faveur de son éviction. 

 

Taux de probabilité: 50%

Muriel Pénicaud est une bonne technicienne du droit du travail. Elle peut se targuer d’un passage réussi des ordonnances Macron quelques semaines seulement après l’accession du Président à l’Élysée. Sauf que, quand on gratte un peu, la poussière sous le tapis ne tarde pas à apparaître. 

Pénicaud ne tient pas sa technostructure

Il est de notoriété publique que le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud, Antoine Foucher, est politiquement très présent au ministère. Il est le maillon essentiel du ministère du Travail, ce qui permet de rassurer Emmanuel Macron en cas de départ de la ministre. Problème: la faiblesse politique d’un ministre rue de Grenelle finit par mettre en danger la macronie. 

Le Président a eu un premier avertissement en fin d’année, lorsque des décrets durcissant le contrôle des chômeurs sont parus en pleine crise de Gilets Jaunes, risquant de brouiller la communication gouvernementale. Dans la négociation sur l’assurance-chômage, la lettre de cadrage envoyée aux partenaires sociaux en septembre 2018 s’est transformée en machine infernale. Macron devra désormais assumer sans la caution des “corps intermédiaires” une réduction drastique de l’indemnisation des chômeurs. 

Voilà ce qui arrive quand le pouvoir est prisonnier de techniciens et abandonne le bon sens politique!

L’affaire Business France qui colle aux basques!

Heureusement que l’indépendance de la justice en France est proportionnelle à la sensibilité des dossiers traités! Alors que beaucoup de Gilets Jaunes ont fait l’expérience de la célérité extrême des juges à juger certaines affaires, Muriel Pénicaud profite de la lenteur extrême qui frappe les enquêtes les plus toxiques pour le pouvoir. Accusée d’avoir violé le code des marchés publics pour donner un sérieux coup de pouce à la campagne d’Emmanuel Macron lorsqu’elle dirigeait Business France, Muriel Pénicaud n’a pas encore été mise en examen. 

Derrière ce dossier, la justice s’interroge sur une autre affaire entre Pénicaud et Havas, pour un montant de 13 millions € cette fois. Ce dossier appelé “Creative France” aurait pu donner lieu à du favoritisme…

Si la justice traîne pour Pénicaud, Havas a quand même fait l’objet récemment d’une mise en examen dans l’affaire French Tech, c’est-à-dire dans la campagne électorale d’Emmanuel Macron. L’étau se resserre, et il serait plus prudent pour Emmanuel Macron (qui a fait campagne sur la moralisation de la vie publique, ne l’oublions pas!), de se séparer de cette encombrante ministre à l’occasion d’un prochain remaniement. 

0 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer