Pourquoi le Great Reset est l’Agenda du Chaos….

Avec le temps, et avec le temps seulement, la véritable nature du Great Reset apparaît. C'est celle de l'Agenda du Chaos mondial où, sous l'apparence d'un ordre multilatéral coordonné et harmonieux, les peuples sont mis en coupe réglée pour enrichir une infime minorité de possédants à la solde de qui des gouvernements corrompus et autoritaires oeuvrent sans état d'âme. Cet Agenda se déroule dans la hâte et la violence sous nos yeux depuis plusieurs années, mais nous n'y avions pas forcément pris garde. En tout cas, progressivement, on comprend comment cet Agenda a pris forme, comment il a été possible, ce vers quoi il tend : l'asservissement généralisé dans un ordre bipolaire où Chine et Etats-Unis espèrent constituer de nouveaux blocs dociles et rentables. Nous en dévoilons ici les dix étapes.

Nous ne l’avions pas clairement vu, mais l’Agenda du Chaos mondial se met en place, accéléré par le Great Reset, depuis plusieurs années. Il a fallu un long travail d’approche, une stratégie minutieuse, patiente, pour y parvenir. Et l’Agenda est loin d’être achevé, même si l’accélération de la cadence ces derniers mois traduit la panique certaine de la caste mondialisée face à la tournure des événements. 

Comprendre l’Agenda du Chaos

Je sais que beaucoup contestent l’existence d’un Agenda, parce qu’ils ne croient pas au complot, ou parce qu’ils ont peur d’être taxés de complotisme. Par crainte d’être cloué au pilori, il est provisoirement impossible (mais cela reviendra, avec le temps) de penser raisonnablement l’histoire contemporaine, d’en démêler les fils compliqués.

Tout historien sérieux est sommé d’admettre la propagande officielle comme une vérité brute, sinon il s’expose à une infamante mise à l’index. 

Pour dédramatiser les enjeux, il n’est pas inutile de commencer par un point sur la philosophie de l’histoire, pour replacer cette question du complotisme dans ses justes proportions et dans un cadre intellectuel cohérent. 

Toute la question qui est posée dans l’Agenda du Chaos mondial est celle de la place des forces sociales ou collectives et de leurs antagonismes dans l’histoire. L’histoire évolue-t-elle par hasard ? ou bien résulte-t-elle du conflit des volontés, éventuellement orchestré par des forces organiques ?

La question du complot et du complotisme

Selon la propagande officielle, penser que l’histoire ne soit pas une suite de décisions politiques rationnelles et désintéressées, ne soit pas un libre jeu du hasard et de la raison, en quelque sorte, c’est être complotiste. 

Selon cette propagande (assez bien orchestrée, concédons-le, mais qui s’embarrasse au final de trop peu de détails qui font vrai pour être crédible), une chauve-souris a volé pendant 400 kilomètres pour mordre un pangolin sur un marché de Wuhan en Chine. Le pangolin a mordu un Chinois qui passait par là, et, sans lien avec le laboratoire expérimental situé à proximité… qui travaillait sur des souches de coronavirus, l’épidémie a éclaté, contaminant le monde entier, sans traitement possible, si ce n’est un vaccin mis au point en 300 jours, qui ne comporte aucun effet secondaire dangereux et qui doit être rendu obligatoire dans les mois qui suivent sa mise sur le marché. 

Dans le même temps, tous les gouvernements des pays industrialisés ont rationnellement fait le choix de confiner leur population, puis d’imposer un passe sanitaire fonctionnant à partir d’un QR Code, puis de transformer ce passe sanitaire en passe vaccinal. Ils ont aussi fait le choix de s’endetter massivement auprès de leur banque centrale, jusqu’à mettre en péril la solvabilité des générations futures. 

Bref, nous sommes priés d’admettre sans broncher une fable selon laquelle, après des années de divergences internationales, le monde entier a brutalement retrouvé son unité et son harmonie pour adapter une réponse monolithique à une épidémie sortie de nulle part. 

Le moindre libre examen sur cette fable est immédiatement taxé de complotisme. 

Ce fut par exemple la thèse défendue par la prétendument prestigieuse revue scientifique The Lancet, dans une tribune du 19 février 2020, co-signée par un groupe de scientifiques qui dénonçaient tout scepticisme sur l’origine animale du virus. ” Conspiracy theories do nothing but create fear, rumours, and prejudice that jeopardise our global collaboration in the fight against this virus”, écrivaient-ils. (Les théories du complot ne font rien d’autre que créer la peur, des rumeurs et des préujugés qui fragilisent la collaboration mondiale dans le combat contre le virus). 

Pendant plus d’un an, le réseau social Facebook bannira sans état d’âme toute publication émettant un doute sur la fable de la chauve-souris qui a mordu un pangolin qui a mordu un Chinois. 

Assez rapidement pourtant, c’est l’Organisation Mondiale de la Santé qui diligentera une mission d’enquête en Chine pour comprendre l’origine réelle du virus. Dans l’équipe d’enquête se trouve un certain Peter Daszak, co-auteur de l’article du Lancet, et lié de longue date aux recherches sur le coronavirus en Chine, qui s’empressera d’affirmer que l’origine du virus est bien naturelle… rapidement démenti par le directeur général de l’OMS lui-même. 

Il est donc évident que l’accusation de complotisme portée par Daszak le 19 février 2020, et la censure officielle mise en place par les GAFAM sur l’origine réelle de l’épidémie, ont été et sont des paravents pour empêcher tout examen critique sérieux des circonstances historiques précises dans lesquelles cette épidémie est survenue. 

Il est tout aussi évident que des publications reconnues comme The Lancet ont prêté leur concours à une entreprise de propagande délibérée, destinée à empêcher toute transparence sur la façon dont l’épidémie est apparue et dont, ensuite, elle a été gérée. 

Ce qui nous intéresse ici n’est pas de relever, étape après étape, les moments où la propagande officielle a menti, et où elle a rejeté dans le complotisme toute opposition, voire tout doute sur le simple bon sens des discours tenus par les gouvernants ou par leurs affidés, sur l’épidémie. 

Ce qui nous intéresse, c’est de comprendre par quels mécanismes l’histoire s’est construite, et de savoir s’il s’agit d’un complot ourdi par quelques personnages mystérieux qui tirent les ficelles. Ou bien est-ce une affaire un peu plus compliquée ?

Entre propagande et complot, la réalité

Ma position, au demeurant assez commune dans la recherche historique, est de considérer que les événements ne s’expliquent ni par un complot ni par un enchaînement transparent et désintéressé comme nous le propose la propagande. 

L’histoire contemporaine s’explique plutôt par un immense antagonisme de forces collectives, dont certaines sont plus ou moins organisées. 

Autrement dit, l’histoire n’est certainement pas cette pièce de théâtre écrite par avance que les complotistes nous proposent. Il n’y a pas, tapis dans l’ombre, quelques scénaristes, quelques marionnettistes, qui prévoient tout et qui agitent des personnages en bois pour dérouler une intrigue dont ils connaissent l’issue. 

En revanche, il est incontestable que l’hyper-capital d’abord anglo-saxon, et maintenant mondialisé, qui s’est constitué grâce à une révolution numérique mal maîtrisée ou mal “régulée”, nourrit depuis une bonne décennie la tentation de profiter des circonstances historiques heureuses grâce auxquelles il s’est taillé la part du lion pour consolider et étendre sa domination sur le monde. 

Cet hyper-capital, souvent résumé dans l’expression GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon), dispose d’un véritable éco-système organisé et pensé pour influencer, de façon “soft” mais efficaces, le cours des événements. 

Les visages de cet écosystème sont nombreux. Beaucoup connaissent le Forum Economique Mondial de Davos, fondé par Klaus Schwab dont j’ai analysé le Great Reset. Mais il existe bien d’autres instances où la caste mondialisée se retrouve pour faire avancer son emprise sur les affaires. 

Nous y reviendrons dans les chapitres suivants. 

Ce qu’il est important de souligner ici, c’est que l’influence de la caste mondialisée sur le déroulement des événements historiques ne correspond pas à un complot, mais à une sorte de pulsion collective qui a trouvé sa formulation dans un agenda relativement bien séquencé, que nous exposons dans les lignes qui suivent. 

Sur le fond, il n’y a ici nul conspirationnisme. Il y a une simple compréhension du conflit des volontés dont parlait Emmanuel Kant à la fin du dix-huitième siècle. L’histoire ne s’explique par la manipulation de tous par quelques-uns, mais par l’opposition d’intérêts entre les uns et les autres. 

Parfois, comme le pensent les libéraux, cette opposition produit des résultats harmonieux. C’est l’objet de la pensée de Bastiat. 

Parfois, elle tourne au conflit. C’est l’objet de la pensée de Marx. 

C’est à ce conflit qui nous mène au chaos que nous assistons. 

La domination par la caste et le chaos mondial

Avant de détailler les dix étapes-clés de l’agenda du chaos, il faut sans doute poser la question première du pourquoi, c’est-à-dire de la finalité ultime que poursuit la caste mondialisée avec son agenda savamment partagé. 

Cette finalité pourrait être longuement discutée, et des divergences existent probablement, fortes, substantielles, au sein même de la caste, entre les objectifs à atteindre. 

Par exemple, George Soros est très hostile à la Chine, alors que Klaus Schwab n’hésite pas à se rapprocher du Parti Communiste Chinois. On peut penser que l’obsession vaccinale de Bill Gates ne correspond pas aux obsessions virtuelles de Mark Zuckerberg. 

Au sein de la caste, la téléologie de la domination diffère. 

Mais un point commun unit ces aspirations ou ces visions différentes : la haine des Etats-nations, qui sont les empêcheurs de tourner en rond, et, in fine, la haine de la liberté. 

On ne dira jamais assez comment l’idéologie mondialiste a mal vécu l’évolution des vingt dernières années : la montée du “populisme” en Occident, l’échec de la Constitution Européenne, rejetée par referendum, le Brexit, l’élection de Trump, sont autant de menaces vitales pour la mondialisation des marchés et la négociation de contrats sans obstacle souverainiste. 

Il suffit de lire le Great Reset de Schwab pour comprendre combien le populisme ou le nationalisme constitue la menace principale qui pèse sur la mondialisation. On trouvera par exemple cette phrase révélatrice à la page 87 du livre de Schwab :

” À mesure que les coûts sociaux provoqués par les effets asymétriques de la mondialisation augmentaient (notamment en termes de chômage dans le secteur manufacturier des pays à haut revenu), les risques de la mondialisation financière sont devenus de plus en plus évidents suite à la grande crise financière qui a débuté en 2008. Ainsi combinés, ils ont déclenché la montée de partis populistes et de droite dans le monde entier (plus
particulièrement en Occident), qui, lorsqu’ils arrivent au pouvoir, ont souvent recours au nationalisme et font la promotion d’un programme isolationniste, deux notions contraires à la mondialisation. “

Saluons la grande lucidité de Schwab sur les inconvénients de la mondialisation, sur ses risques, sur ses déséquilibres, et saluons l’intelligence des solutions qu’il propose pour combattre la tentation protectionniste et populiste : asservir les peuples en les nivelant et en les faisant entrer à coup de chausse-pieds en acier dans une chaussure trop petite : celle d’un ordre mondialisé où une caste s’enrichit en tentant d’hypnotiser les peuples avec des techniques de manipulation de masse. 

Et c’est bien cet horizon indépassable qui nous est proposé : neutraliser le populisme par tous les moyens possibles afin de laisser le champ libre à la mondialisation. 

Dans cet objectif commun, dans cette alliance tactique qui unit des anti-chinois et des pro-chinois, des vaccinolâtres et des technolâtres de tous poils, il y a un ciment durable, puissant : la haine des réactions populaires, le mépris pour les “populistes” et les “nationalistes”, la peur des soulèvements, et la recherche d’une domination la plus fluide possible pour que le business continue et même prenne de l’ampleur. 

La lutte est là. La victoire à remporter n’est pas ailleurs. Il faut faire la guerre aux Etats-nations et à leurs défenseurs, et attirer le monde entier dans la seringue univoque de la grande famille humaine conduite par une élite éclairée. 

Et tant pis si, pour y arriver, le chaos est semé partout, et si la domination fait fi des droits naturels, à commencer par la liberté de choisir son propre destin, pour assurer son triomphe. 

Ordo ab chao. 

Les 10 étapes de l’Agenda du Chaos

Ces opérations ne sont pas nées de nulle part, et sous la houlette de quelques esprits déterminés, comme celui de Klaus Schwab, elles se sont inscrites dans un canevas à grosses mailles dont on mesure aujourd’hui l’impressionnante efficacité. 

Schématiquement, nous pouvons décomposer ce canevas, cet Agenda du Chaos, en dix étapes-clés :

  1. Syndiquer la caste mondialisée et tisser une connivence durable : cette première étape a consisté, dans les années 2000, puis 2010, à forger une conscience de caste commune et à bâtir des relais solides pour une action concertée. Ce fut par exemple l’oeuvre des Young Global Leaders de Davos (lancés en 2004)
  2. Concentrer les médias pour construire une hégémonie culture : cette étape décisive a commencé dans les années 2000 dans les démocraties occidentales, mais atteint son apogée avec la domination écrasante de Google et de Facebook, qui captent la valeur de l’information et disposent d’un primat sur celle-ci. L’éviction de Donald Trump hors des réseaux sociaux en dévoilera le projet final
  3. Industrialiser le “narratif” de la protection pour justifier la domination : pas de domination hégémonique durable, pas de combat contre le populisme sans une industrialisation du discours de la protection des peuples par la caste. Ce fut par exemple le projet de Bill Gates, entamé en 2010, sur la vaccination mondiale, qui s’est appuyé sur une constellation impressionnante d’organisations qu’il a lui-même fomentées comme le GAVI ou le CEPI. Grâce à cette industrie mondiale, la caste peut endormir la vigilance des peuples en les convainquant qu’elle protège
  4. Sidérer les consciences par des chocs systémiques : la survenue de l’épidémie de COVID 19 a montré de quoi la caste était capable pour mettre en place son Agenda du Chaos. L’utilisation du choc épidémique, son instrumentalisation politique, pour domestiquer les peuples et vaincre les résistances est un prodigieux tour de force qui n’aurait pas été possible sans une industrialisation préalable des médias, de la connivence entre intérêts publics et intérêts privés, et du discours dominant
  5. Généraliser la peur comme mode de gouvernement : le corollaire indispensable à cette stratégie du choc, c’est la peur comme mode de gouvernement. La gestion du COVID a montré comme cette peur était savamment orchestrée, par exemple par la mise en scène de points quotidiens sur le nombre de morts prétendus du virus, alors même que, selon toute vraisemblance, les chiffres des décès étaient artificiellement gonflés pour entretenir l’angoisse
  6. Transformer les opposants en boucs-émissaires : cette manoeuvre est au coeur de la gestion du COVID depuis le début. Tous ceux qui osent contester la propagande sont rejetés dans le complotisme et accusés d’être à l’origine de tous les maux de la société. La politique de ségrégation à l’égard des non-vaccinés l’a abondamment montré
  7. Accélérer les transferts de souveraineté vers des instances multilatérales sous contrôle : cette étape essentielle est intervenue grâce à l’éviction de Donald Trump. Avec l’arrivée de Joe Biden au pouvoir, la caste mondialisée a pu remettre ses dadas en route : les COP, les G quelque chose (7, 8, 20). En Europe, le Conseil a décidé de nombreux transferts de souveraineté dans différents domaines, dont la santé
  8. Mettre les populations sous surveillance constante : cette dimension essentielle de l’Agenda du Chaos ne se limite pas à la mise en place du contact tracing prôné par le Great Reset de Schwab. Elle inclut différentes mesures liberticides, comme la limitation dans la libre circulation des personnes selon leur statut vaccinal, mais aussi la généralisation de la reconnaissance faciale, l’autorisation des drones dans la vie quotidienne, la mise en place de fichiers uniques des populations, intégrant le fichage des opinions philosophiques
  9. Orchestrer la domination financière des nations : la crise du COVID a donné lieu à une explosion de la dette mondiale, qu’elle soit publique ou privée. Qui dit dette dit aussi créancier, et entrée du débiteur en dépendance vis-à-vis de son créancier. Pendant que les GAFAM se sont enrichis à coups de dizaines ou de centaines de milliards, des Etats ont définitivement perdu toute autonomie financière vis-à-vis des banques centrales et de la finance américaine en empruntant pour éviter la déroute. 
  10. Prendre le contrôle des monnaies : cette phase ultime, régulièrement appelée Great Reset monétaire, se déploiera en plusieurs étapes, dont la mise en place de monnaies numériques et l’instauration d’une politique budgétaire conforme aux vues de la Modern Monetary Theory (MMT), déjà exposée dans nos colonnes. Cette politique écrasera les classes moyennes et créera des paradis fiscaux pour les plus riches. La mise en place de l’euro numérique est prévue pour 2023, mais on peut penser que le Great Reset monétaire interviendra en 2024 si les mid-terms américaines consacrent une large victoire des Républicains. 

In fine, l’Agenda du Chaos s’achèvera lorsque le suffrage universel sera vidé de sa substance, et lorsqu’une gouvernance mondiale se substituera au concert des Nations. 

Dans cet univers dystopique subsisteront deux castes : les “intouchables” vivant de l’helicopter money versé par la caste, et les mondialisés, qui seront les seuls à accéder aux profits. 

La dystopie en action

Comme on le voit, l’Agenda du Chaos a pris forme il y a une quinzaine d’années avec l’apparition des Young Global Leaders, dont l’achèvement se mesure maintenant. Il ne faudrait bien entendu pas limiter la syndication de la caste mondialisé à ces seuls Young Global Leaders, mais ils constituent la face emblématique d’un système de cooptation qui s’est mis en place dans la durée pour créer une connivence profonde entre les élites mondiales. 

L’Agenda s’est accéléré, nous l’avons dit, avec l’irruption de Trump et la montée du souverainisme partout dans le monde. 

Sans ces circonstances, il est probable que son évolution aurait été à peine perceptible jusqu’en 2030, année fixée pour les premières réalisations de l’Accord de Rio, puis de Paris. 

Le COVID a constitué une formidable opportunité pour accélérer l’allure. L’histoire dira un jour comment cette accélération est intervenue. 

En attendant, il est très probable que les deux prochaines années concentrent de nouveaux événements douloureux supposés briser pour longtemps la capacité de résistance des peuples. 

Au premier rang de ces événements, une nouvelle crise financière devrait permettre la mise en place des monnaies numériques et le retrait de cash complètement dévalués. 

C’est la stratégie du chaos. 

Dans la lecture des pages qui suivent, il ne faut surtout pas oublier que cet Agenda est le fait d’une caste, en rien un scénario inévitable. 

Il appelle, de la part des peuples, un effort de conscience, et la mise en place d’une véritable stratégie de sécession, que nous détaillerons dans la deuxième partie de ce livre. 

Cet article est l’introduction de mon prochain livre… Je vous le livre au fur et à mesure que je l’écris, chapitre après chapitre, jour après jour, en module payant, avant sa publication en format papier. Commentez-le ! les meilleurs commentaires seront publiés dans le livre !

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
691 Shares:
48 commentaires
  1. Merci. Vous avez mentionné un point clefs de leur succes: Les réseaux sociaux.
    Or il semble aujourd’hui que la contre attaque arrive avec le GETTR.

    La nature déteste l’uniformité. L’uniformité c’est la mort. Ce que la caste souhaite est impossible, au mieux temporaire. Ils ont Darwin contre eux.
    Ils ont déjà perdu

  2. Excellent article ! Quelle clarté ! J’ai hâte de lire le livre.
    Je suis 100% d’accord avec cette idée qu’il n’y a pas un complot orchestré par un étatmajor occulte, mais juste une congruence forte, une convergence d’intérêts fondamentaux qui est le moteur de cette dynamique infernale. Et la feuille de route étant explicitée dans les conférences internationales où tous les oings-du-seigneur, comme les nomme Charles Gave, réaccordent périodiquement leur violons.
    Mais je pense que cette spilrale orwellienne n’est pas nécessairement inévitable. Je pense que la faiblesse de la caste dirigeante résident en ce que: (1) cette caste et ses clercs sont une petite minorité, dont le moteur est le profit et la peur de perdre ainsi que la peur du désordre ; (2) la classe moyenne mondiale a passé la masse critique aussi bien en nombre, qu’en niveau d’instruction et qu’en possibilité d’inter-connexion.
    La solution pour le peuple viendra de sa capacité à prendre le maquis en ralliant des moyens de communication libres (signal, protonmail, gettr, brave, etc…), en constituant un Forum Mondial du Peuple, pour contrebalancer le WEF de Schwab, et en menant des opérations de déstabilisation comme le Freedom Convoy, les boycott, le shaming, etc…
    Vivement la suite !

    1. + 100 !
      Ils envisagent la “consanguinité” économique et sociale comme un atout politique.

      Or, on voit bien déjà qu’ils sont abâtardis et débiles : l’EMmerdeur et ses Janissaires coupe-jarrets, et même Valou la Piqueresse qui rêvent de karschériser les non-vaxxinés …

      Entre en politique hier, c’était investir la Cité et y imposer l’inceste ! En France, depuis Paul Bismuth !

    2. En décembre 2020, l’Assemblée générale de L’ONU a proclamé le 4 février “Journée internationale de la fraternité humaine”. Voilà une belle initiative populaire dont la France devrait être fière, car la fraternité figure dans la devise de la République. Mais cela n’intéresse pas les young global leaders. La presse française n’a rien dit le 4 février dernier. Il semble que le peuple soit déjà mis au ban des exclus sans passe ni droit?

      1. Les journées internationales et mondiales sont les jours de fête de la nouvelle religion mondialiste, qui remplacera toutes les religions traditionnelles. Religion sans transcendance. Rien de bon ne peut sortir de l’ONU mondialiste. L’ONU est dirigée par les mondialistes, la caste dont parle M. Verhaegen.

    3. Toujours clair et percutant !
      Je suis ennuyée parce que je serais plutôt souverainiste et pro-Europe. Comment concilier ces deux niveaux ? Sortir de l’Europe pour la refonder ?
      Je ne vois pas de bon candidat aux présidentielles pour quelqu’un comme moi.

  3. Le constat est (théoriquement !) partagé par celles et ceux que l’on peut qualifier d’éveillés ou de vigilants, quant à la nonchalance supposée des peuples face au projet machiavélique de quelques puissants, lorsque le nombre en prendra conscience, l’histoire finira probablement très mal. Excellent article !

  4. Tout cela est exactement ce que le procès Nuremberg 2 mené par rainer fuellmich démontre en ce moment.
    Tous ces facteurs humains sont indéniables et passionnant à examiner mais il ne faut pas oublier le facteur gigantesque qui est au dessus : l’intervention de la nature et le mur des limites physiques qui ne sont plus ce décor immobiles et neutre de l’histoire ancienne depuis que l’humanité est devenue une force géologique telle que la biosphère qui nous englobe est au bord d’un effondrement d’ampleur biblique.
    Comment le great reset numérique pourrait-il même advenir sans la continuation normale des approvisionnement en énergie, matières premières et avec toutes la multiplication de ces mauvaises surprises naturelles (ouragan, incendies..) ?
    Le covid et le great reset me semblent des broutilles relatives à inscrire dans l’enjeux supérieur de la survie de toute l’humanité et de la vie sur terre. Il ne s’agit pas seulement de répartition de pouvoir entre peuple et caste. Mais de comprendre que ce combat politique pour libérer les peuples de la caste mondialisée est aussi la condition pour sauver toute la vie. Car l’hyper pouvoir vertical et pathologique de Davos est la certitude de l’anéantissement. Le chaos promis par le great reset est aussi et surtout le chaos de l’habitabilité de la terre.
    Cela est bien expliqué dans le livre “Power” de R. Heinberg. Seul un pouvoir horizontal démocratique et non violent peut permettre d’éviter une planète inhabitable.
    Cela expliquerais aussi pourquoi JM Jancovici ne perd pas son énergie à se méler de crise covid, de vaccination ou de great reset : il se consacre entier au PTEF et à la participation populaire massive à ce changement de cap essentiel, très concret et mobilisateur. Les autres sujets passagers comme le covid et les agendas stupides et irréalistes comme le great reset sont des divertissements superflus qui seront vite oubliés quand la population se mobilisera vraiment pour freiner et virer juste avant le grand tobogan ou bien sinon quand les vrais catastrophes seront là .

    1. M. Jancovici est dans l ‘arnaque du carbone causant le changement climatique. Dommage. Le GIEC n’est pas indépendant. Il est très utile pour enrichir toujours plus les mondialistes avec des taxes carbone et de la fausse énergie verte.

      1. Exactement. Ils se fichent de ce carbone car les avions fantômes continuent de voler pour rien
        Mais ils nous culpabilisent parce qu on respire ?
        Voir la déclaration du candidat qui promet des lois d exception pour accélérer le renouvelable et nous bourrer d éoliennes destructrices de vie.
        Le chapitre transhumaniste, le vax, la puce et changement d adn n’est pas abordé. Le Sénat a repris ces idées sous couvert de la chance numérique.
        Identité numérique pour santé, compte bancaire et géo-localisation par la 5G.
        L UE pousse l agenda à fond la caisse.
        Solution ?
        Resistance et sabotage de leur dictature et procès pour génocide genre Fuellmich. Ouvrez vos Bouches au lieu de frémir et se taire. Les valeurs spirituelles sont menacées. L église catholique à déserté lamentablement avec les évêques conseillant la vax par charité mais leurs fioles sont choisies comme sérum physiologique. Aux armes !

  5. bonsoir Eric et bonsoir à tous,
    on mesure actuellement les dérives immenses pour le peuple de la résolution de crise de 2008 :
    – aléa moral : aucun banquier n’a été en prison. Évidemment, sinon les banquiers auraient entraîné les politiques dans leur chute. Ils se sont mutuellement protégés. Cet aléa moral est bien présent dans la tête de nos Elites qui se sentent invulnérables, intouchables, malgré des tonnes de preuve (le vol de l’élection Trump/Biden est époustouflante)
    – l’argent injecté par milliers de milliards par les banques centrales : nos Elites sont devenues folles de rapacité/cupidité, tout est bon pour piller tant que c’est possible les biens publiques.

    Et vous avez lu ceci ?
    https://www.centerforhealthsecurity.org/our-work/Center-projects/completed-projects/spars-pandemic-scenario.html
    Publié en octobre 2017. Il y a tellement de détails dans ce scénario qui sont arrivés 3-4 ans après (2020-2021), que cela ne peut pas être un hasard.

      1. The Center’s SPARS Pandemic exercise narrative comprises a futuristic scenario that illustrates communication dilemmas concerning medical countermeasures (MCMs) that could plausibly emerge in the not-so-distant future
        Johns Hopkins 2017

  6. Vous dites qu’il n’y pas de complot..sauf que vous détaillez cher Éric les 10 étapes de l’agenda du chaos! Il n’y aurait pas comme dirait l’autre une légère contradiction? 🙂

    1. Exact !
      “Ce qu’il est important de souligner ici, c’est que l’influence de la caste mondialisée sur le déroulement des événements historiques ne correspond pas à un complot, mais à une sorte de pulsion collective qui a trouvé sa formulation dans un agenda relativement bien séquencé, que nous exposons dans les lignes qui suivent. ”
      Ironie ou contradiction, la nuance est si faible que les sous-titres de vos 10 points déroulés laissent tout de même planer un sacré doute… On pourrait faire entrer “pulsion collective” dans la définition du mot “complot”, mais cela ajouterait-il à la compréhension du contexte ?
      1 connivence
      2 hégémonie
      3 domination
      4 Sidérer les consciences
      5 Généraliser la peur
      6 Transformer les opposants en boucs-émissaires
      7 instances multilatérales sous contrôle
      8 populations sous surveillance constante
      9 domination financière des nations
      10 contrôle des monnaies

  7. Les étapes sont bien déterminées, mais elles s’inscrivent dans une histoire beaucoup plus longue, commencée au moins avant la Révolution française.
    Rien que l’histoire de la concentration monétaire, qui est la cheville ouvrière, non pas d’un complot, mais c’une idéologie planificatrice, est passionnante.
    Dominer le monde en l’unifiant est un vieux rêve, la tour de Babel ne date pas d’hier.
    Ce qui est difficile à concevoir, c’est la poursuite de cette idéologie à travers les générations. Ce ne peut être que le fait de familles. “L’histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine” de Caroll Quigley donne une petite idée de ce dont il s’agit.
    Tout n’est pas prévu d’avance, seul le but est déterminé. Les moyens arrivent peu à peu en orientant les évènements, les forces en présence, les découvertes techniques et scientifiques, les idées, et en les soutenant financièrement dans une perspective darwiniste. Le tout est renforcé par des opérations stratégiques déterminantes, dont la dernière s’appelle “Covid-19”.
    Dans cette histoire longue, ce qui est plus récent en revanche, c’est de parvenir à placer, dans les gouvernements nationaux et à des postes clé, des pions qui servent le projet.
    Ce n’est pas un secret, Schwab s’en vante.
    « En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi. » (Roosevelt)
    L’accusation de complotisme vise à placer une ligne Maginot intellectuelle dans notre recherche de la vérité. Cette recherche doit être libre, quand bien même autant de machiavélisme est difficilement concevable…

    1. Tout à fait d’accord sur l’antériorité de ce que nous vivons, la poursuite de cette idéologie au travers des générations, l’action “invisible” des grandes familles que – semble-t-il – on n’ose pas nommer, le fait que tout n’est pas prévu à l’avance (on l’a vu, dans la crise Covid, à propos des décisions des gouvernements prises en fonction de la réaction (ou non) des peuples) et que seul l’objectif est déterminé
      Ce dernier élément permet à certains de dire qu’il n’y a pas de complot puisque rien n’est prévu (sauf l’objectif à atteindre bien entendu) et qu’il n’y a pas de planification puisque la notion de temps n’est pas un paramètre en soi pour ceux qui tirent les ficelles (ces gens n’en sont pas à 10 ans près depuis qu’ils ont entrepris leur action de déconstruction du monde!) . Par contre il y a un plan avec des étapes incontournables et nécessaires pour arriver au but ultime avec “l’agrément” des peuples. Le temps que prennent ces étapes pour la réalisation du plan est indéfini et dépend de certains paramètres non maitrisables au départ que sont notamment le progrès scientifique, l’évolution sociale (et sociétale ) des peuples et la réaction de ceux-ci aux processus de manipulation
      Effectivement on va parler de caste mondialisée qui met en oeuvre ce nouvel ordre mondial. OK. Au passage, une grande partie de la caste dont on parle aujourd’hui n’existait pas il y a 50 ou 60 ans et pourtant l’oeuvre de déconstruction était déjà bien en marche. Mais qui contrôle aujourd’hui cette caste si ce n’est entre autres les Vanguard , Blackrock, et consors?. Et qui est derrière ces fonds?…Il est nécessaire de remonter vraiment au sommet de la pyramide et ne pas s’arrêter en cours d’ascension, si l’on veut vraiment expliquer les choses!
      Manifestement ce terme de complot est tabou pour certains et pourtant un vrai plan existe! Après on appelle cela comme on veut!

  8. “forces organiques”: concept prometteur mais qui mériterait d’être précisé dès son emploi et développé ensuite dans une partie.
    (Excusez le ton. Je suis un vieux prof à la retraite, certes arthritique, mais exempt de tout covidisme scolaire!).
    Bien à vous.

  9. Comment cela a-t-il été rendu possible ? ça vient de loin ; 30 ans d’instauration d’une forme de pensée unique à laquelle toute opposition est assimilée à de la dissidence.

    Réfléchir ou oser dire qu’on ne croit pas aux mensonges du gouvernement c’est prendre le risque d’être taxé de complotisme avec les accusations sous-entendues qui vont avec.

    Réfléchir ou refuser de se faire vacciner c’est s’exclure du troupeau.

    C’est très pernicieux car du coup ce sont les personnes qui ont le plus à perdre ; les cadres, les décideurs et surtout les journalistes qui s’interdisent le plus de réfléchir et servent la soupe à la caste.

  10. Article très intéressant en effet…
    Pas sûr non plus que les Républicains aient tous le même objectif, c’est le grand capital anglo-saxon qui a le même dessein, partager ses richesses le moins possible.
    En principe les lois anti Trusts aux USA auraient du jouer leur rôle de contre-pouvoir ?
    Visiblement pas, car il y a une sorte de corruption douce et généralisée…
    Néanmoins je reste optimiste sur l’issue de ce terrible mais néanmoins intéressant chapitre de l’histoire !

  11. Il y a des possibilités d’enrayer le système. D’abord bien sûr l’information mais ensuite des menées concrètes et ciblées et, pour commencer, déjà, prendre l’habitude d’essayer de rendre la vie invivable aux ” Young Global Leaders” qui exercent des fonctions politiques. Il suffirait pour cela de leur coller systématiquement l’étiquette à chaque fois qu’on doit les citer jusqu’à arriver à en faire une marque d’infamie = agent dormant d’une puissance étrangère infiltré au même titre que des agents dormants de la CIA ou du KGB durant la guerre froide et ainsi créer une ambiance où il semblerait logique que quelqu’un en arrive à proposer une loi qui interdirait à tout personne étant passer par là d’exercer une responsabilité politique au niveau du gouvernement français ou à l’Europe. Si on rappelle systématiquement que Macron est Young Leaders tout comme Edouard Philippe on peut en arriver à démocratiser la compréhension que le gouvernement français pourrait gouverner, quand nécessaire,plus pour le bien des intérêts américains que pour ceux du peuple français avec comme topique la vente d’Alstom aux Américains.

    1. @déception positive
      C’est une excellente idée de sur-citer leur label de YGL à chaque fois qu’on les nomme. La force de la “marque”, du “label” contient aussi sa faiblesse et entrainera tous ceux qui la portent. En fait, YGL veut aussi dire YouGreatLiar. S’il faut rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu, alors il faut aussi rendre à Néron, pour ne pas dire Macron, ce qui est à Néron.
      Il faut qu’ils assument leur médaille de YGL, que leur titre de “gloire” devienne la marque de leur infamie.
      Shame on YGL!

  12. L’euthanasie des rentiers peut être un clé de décodage du rééquilibrage en cours.
    Après l’expansion coloniale et industrielle, est venue le néocolonialisme, puis la mondialisation de la quasi-totalité de l’économie de la planète. Ce processus a abouti à une forte accumulation du capital financier de notre côté et du capital industriel et humain de l’autre.
    Ce déséquilibre a été porté au delà du soutenable.
    Le temps est donc venu de tirer un bilan global.
    Vous proposez de diviser la population en deux groupes, les collaborateurs et les inutiles, (les vieux, les sans emploi, les assistés, jusqu’aux enfants), j’en ajouterai un, les servants, quasi-esclaves à l’intérieur, par l’ubérisation et à l’extérieur par la délocalisation de la production, de la pollution, de la protection sociale, de la lutte des classes…

  13. Cette course à l’échalote caractérisée par la démesure et les mesures et contre-mesures déployées à l’échelle planétaire serait incompréhensible en effet si on se contentait d’observer les événements de ceux deux dernières années, en restant au ras du sol et dans le périmètre du clocher de son village ou de son quartier.
    Tout bien réfléchi, cette surenchère qui a démarré il y a maintenant deux ans, tient à une seule et unique chose : l’établissement une fois pour toutes de l’ère du contrôle social, systématique et généralisé.
    Un de vos commentateurs évoque la ligne Maginot. N’étant pas va-t-en-guerre, je préfère parler
    de la limite claire qu’il est question d’établir entre ceux qui se soumettent sans réfléchir – qui ont soit le doigt, soit le bras, soit tout le corps entier dans le système- et ceux, qui s’interrogent et qui n’ont pas encore cédé et concédé à la machine, la moindre parcelle de leur être – et refusé le masque, les tests et la « prise » de la première injection d’un cocktail déguisé en vaccin ou « thérapie génique »-. Lorsqu’on sait que le projet de Green pass est dans les cartons depuis au moins 2018, comment refuser l’évidence ?
    Il ne s’agit pas de complot ! C’est un plan qui est déployé suivant un certain nombre d’agendas tout à fait officiels et qui s’actualisent au gré de leur acceptation par les populations.
    L’ennui, c’est que ces agendas sont promus par des organisations non gouvernementales, étiquetées internationales, pour lesquelles les frontières nationales n’ont aucun sens et qui ne sont issues d’aucun processus électoral et encore moins démocratique.
    Le processus de délitement est en cours depuis des années, agissant selon le principe de l’incrémentation, petit à petit, grain de sable par grain de sable, goutte d’eau après goutte d’eau.
    Et vous serez surpris sans doute, comme je l’ai été, de constater l’importance de toutes ces « chartes », « déclarations », « résolutions »… proclamées ici et là et qui, « retranscrites », au fil du temps, dans le droit des nations, finissent par s’imposer et être imposées à l’humanité toute entière, en l’absence de toute transparence, puisqu’émanant d’organisations non gouvernementales, défendant avant tout des intérêts privés et protégées par le très providentiel « secret des affaires ».
    C’est là le véritable principe du « ruissellement » qui désigne la lente mais constante érosion des droits naturels des personnes appartenant au peuple, au profit de corporations appartenant à l’oligarchie.
    Et tout cela dans la plus grande discrétion, en catimini, en missouk, presqu’en cachette, sans tambour ni trompette, à notre insu et bien entendu, sans notre consentement.

    http://sous-les-lambrequins.blogspot.com/2021/09/comment-une-grippette-pourrait-conduire_98.html

  14. Bonjour,

    Pour ceux qui les connaissent et y croient, les prédictions bibliques (gouvernance mondiale, antéchrist et apocalypse 13:17) dont les prémices se mettent en place par tout ce que vous décrivez très justement, ces prédictions sont inévitables et se produiront un jour, quoique l’on fasse!

    Le tout est de savoir quand …

    1. Les prophètes des derniers temps sont de plus en plus nombreux, et tous reçoivent des messages du Ciel leur disant que nous sommes entrés dans l’ultime tribulation. Certains ont même reçu des indications temporelles, dont la synthèse mettrait la défaite de l’Antéchrist et le début de la nouvelle ère autour de 2030 – 2033.
      Bien entendu ces prophéties sont conditionnelles et peuvent ne pas se produire. Mais pour cela il faudrait que l’ensemble de l’humanité se convertisse, et se tourne en masse vers Dieu afin de l’adorer et de l’aimer. Autant dire que nous n’en prenons pas le chemin !

  15. En tous points d’accord avec vous. La chronologie est là.
    J’ajouterai un point très particulier, qui est la réunion des banquiers centraux à Jackson Hole le 19 aout 2019, qui a ouvert les vannes d’une création monétaire coordonnée et sans précédent, suite à l’analyse effectuée par Mark Carney (BOE)
    Pour info, le papier que j’ai publié en octobre 2020:
    https://reseauinternational.net/covid-19-hasard-ou-plan-concerte/

  16. Les Fous déments plénipotentiaires avaient déjà industrialisé la vie, plus ou moins bien avec leurs mal-bouffes économiquement très rentables, et d’autres asservissements de populations animales et humaines des Terres sauvages.

    Ils leur manquait cruellement d’industrialiser la mort. C’est chose faite, impartialement grâce à l’aubaine pseudo pandémique :
    – scander que la mort qui rôde partout est terrifiante ;
    – interdire tout traitement préventif et/ou précoce contre une grippe virale inédite presque inoffensive ;
    – vaxxiner qui ne sert à rien sauf à blesser et à tuer.

    On constate ainsi que l’industrie de la mort est ainsi réalisée, qu’elle procède d’un transfert colossal de richesses monétaires communes et publiques en fortunes personnelles !

    Bingo ! Jackpot !

    Il nous restera un minimum universel pour survivre, comme un trognon de pomme abandonné, abandonné à l’Esclave que nous sommes devenus … par leur geste magnanime, par notre abandon coupable à vouloir survivre et vivre dignement : les Peuples auront mérité de leur Tyrans !

  17. Bravo ! Éric Verhaeghe, nous commençons à dresser une synthèse logique et rationnelle des éléments pseudo pandémiques.

    Bon ! essayons de voir clair, et prospectons notre scénario d’une pure fiction politique, scientifique et médicale, et sociétale :

    1
    aucun vaxxin anti-viral efficace (!) n’a jamais été conçu, et n’est même pas concevable (et nous savons pas encore pourquoi) ; seuls des vaccins anti-bactériens ont été créés, et tous ne sont pas efficaces !

    2
    lors d’une attaque virale, une réponse généralement efficace est assurée par un corps sain, mais un désordre immunitaire libère souvent une opportunité bactérienne ;

    3
    la stratégie élaborée depuis des décennies est de s’attaquer aux bactéries pathogènes (à pneumocoques, s’attaquant aux poumons) qui, alors profitent comme « voleuses de guerre » : par antibiotiques ciblants, ou au large spectre (et généralement, ça marche bien si le traitement est délivré tôt) ;

    4
    entretemps, la seule façon de juguler tôt la prolifération virale, (à défaut d’antibiotique connu – quoi que l’azithromycine – comme dans le cas malheureux du sars-cov-2) est de créer un déséquilibre acide-basique (le fameux Ph !) par toute pharmacopée : quinine (hydroxychloroquine), ivermectine, … ; l’Institut Pasteur a publié au début de 2021 un article qui authentifie cette propriété qu’une modification de Ph du contexte cellulaire est propice à la neutralisation virale.

    5
    toute la stratégie de thérapie génique par ARNm (ou ADN !) expérimentale pour prétendre combattre un virus est hasardeuse, dangereuse (on le savait depuis 1990 avec Robert Malone, et 2002 avec Alain Fischer !) et spécifiquement irresponsable lorsqu’elle s’impose à des milliards d’individus en bonne santé ou malades du covid19 20 21 22 : les vaxxins ne marchent pas, ils blessent, ils tuent, ou à force de « doses addictives » ils déglinguent l’immunité naturelle antérieure.

    Conclusions du scénario de la fiction :

    1
    avoir interdit les traitements préventifs et précoces contre les infections pulmonaires a été délibéré, orchestré en toute connaissance de cause, de la bonne cause scientifique et médicale : c’est un premier crime ;

    2
    avoir imposé par la contrainte un vaxxin expérimental (et débile) qui ne sert à rien, qui blesse et qui tue : c’est un deuxième crime.

    Voilà le scénario d’une fiction machiavélique, opportuniste afin d’assurer un transfert financier de sommes communes et publiques colossales … vers quelques fortunes mondialisées de l’industrie de la vie et de la mort.

    S’il y avait quelque valeur fiduciaire résiduelle à ces opérations, la monnaie ne vaudrait plus rien, et c’est également ce qui arrive.

    Fictivement ?

    Il y a quelques semaines, le Royaume-Uni a révélé par ses vrais chiffres que les décès dus au covid ne constituent qu’un sixième (1/6è !) du discours officiel :

    -« Nous avons gouverné par la peur » !

    Alors, la fiction gouvernementale française fut-elle différente ? Ou s’inscrit-elle dans la stratégie d’une aubaine irrésistible de provoquer un grand chaos ?

    Ou, nos Gouvernants ne seraient-ils encore que “de sales gamins en culotte courte” qui, démence aidant affectent de casser tous leurs jouets ? Nous ! leurs jouets ?

    1. Il y avait eu un galop d’essai en 2009 avec la grippe H1N1, présentée comme épouvantablement dangereuse par les médias et les gouvernements. L’opinion réclamait le vaccin … Mais celui-ci est arrivé trop tard, le virus était parti et les doses n’ont pas été consommées, au grand désespoir de Roselyne Bachelot notre ministre de la santé de l’époque.
      En dix ans ils ont eu largement le temps de tirer les enseignements de cet “échec” et on a vu le résultat.
      Honnêtement ils ont été très bons…

  18. Bonsoir.

    Non, non et non Eric, vous n’y êtes pas !
    Je suis étonné qu’un énarque comme vous, construit de toutes pièces pour administrer, puissiez vous satisfaire d’un : “convergence d’intérêts différents”, coagulée par un forum suisse.
    Si différentes armées ont toutes une convergence d’intérêts différents à faire une guerre comme en Irak ou en Ukraine, il faut pour appliquer un but commun à des acteurs variés, une structure dense et permanente agissant quotidiennement, dirigée par un pouvoir fort et coercitif. Pour ces deux exemples c’est le pouvoir américain.
    N’allez pas me faire croire que Klaus S avec ses petits muscles a ce pouvoir ??? Comment ferait il si un oisillon nazillon lui échappait ???
    Vous l’administratif savez très bien que l’on paye de impôts, que l’on respecte les lois et les ordres ou les souhaits par la seul coercition.
    La seule question, puisque tout le monde sait qu’il y a complot, est de savoir, qui est assez puissant pour faire taire tout ce gentil petit monde de milliers de connards corrompus. Pas le Klaus , non pas le Klaus!
    Qui d’autre, peut échapper, un corps empli d’un esprit récalcitrant, d’une fenêtre, ou sur une voie ferrée ?? Comment obtenir la soumission fidèle d’ abrutis comme les Macron , Merkel, et autres dirigeants occidentaux et de leurs sbires? Pas par l’argent, ce n’est pas assez puissant!
    Où sinon, comment expliqueriez vous, que pas un de ses joyeux couillons Youngs, ne se soit pas réveillé lanceur d’alerte depuis toutes ces années ? La coercition ? Donc on repose la question, qui??????
    Le vrai pouvoir est celui du droit de mort !

    1. Je vous invite à prendre connaissance du témoignage de Ronald Bernard, banquier hollandais “borderline” qui pratiquait des opérations illicites et même carrément immorales au profit de gens très puissants vivant dans l’ombre. Il gravissait les échelons au sein du système en faisant taire sa conscience. Un jour on l’a jugé suffisamment fiable pour le convier à ce qu’il a découvert être une messe noire. Il s’est enfui quand on a voulu l’associer à des sacrifices d’enfants.
      Il s’est caché longtemps pour échapper à l’assassinat. Il témoigne maintenant à visage découvert et il est très clair : leur structure est très opaque, très hiérarchisée, très puissante. “Ils” ne reculent ni devant la torture ni devant l’assassinat, leur but est de maintenir l’humanité dans un état de misère et de servitude… et leur chef est Satan…
      https://www.youtube.com/watch?v=aYwYih4P1P0
      Je ne crois pas qu’Eric Verhaegue ait intérêt à explorer ces mystères, sauf à accepter de mourir jeune comme Serge Monast ou le père Regimbald.

  19. Vous soulignez à juste titre le caractère relativement discret du travail de ce que vous appelez la « caste » qui œuvre depuis plusieurs décennies à la construction d’un véritable empire du mondialisme dont l’une des caractéristiques essentielles, à mon avis, est de ne pas avoir de territorialité. Cela lui évite d’avoir besoin de l’ingérence géographique qui mène aux conflits armés ouverts. De fait, cet empire peut se dispenser d’être doté d’une puissance militaire dirigée en direct même si son influence en la matière est loin d’être négligeable via l’OTAN notamment. Jusqu’à présent, les méthodes d’offensive étaient essentiellement de l’infiltration, de la lutte d’influence, de la corruption et toutes autres manœuvres visant à étendre et conforter son emprise. Le coup d’accélérateur opéré lors du COVID est bien évidemment motivé par toute autre chose que des problématiques sanitaires, le virus n’ayant servi très rapidement que de prétexte à imposer des mesures coercitives. De mon point de vue, il s’agissait surtout d’éteindre les velléités des peuples à un retour des Nations. Bien informée, la « caste » sait bien l’hostilité croissante des peuples à l’endroit du mondialisme et il fallait donc mater cette révolte naissante. Dans le même temps, car il y a toujours chez un « en même temps », cela a permis par la récession de refroidir le réacteur de la finance mondiale qui menaçait d’exploser à tout moment. Ceci étant, votre description du système laisse accroire que les oligarques seraient en nombre restreint ce qui est vrai pour leurs figures tutélaires. En revanche, une gigantesque nébuleuse est à leur service et constitue en quelque sorte son «armée des ombres ». Le nombre impressionnant de cabinets et autres think tanks en atteste clairement et le grand public sait aujourd’hui qu’ils ont infiltré tous les rouages des États.

    1. Donc on repose la question, qui??????…Ces fonds sont détenus par des actionnaires ,Vanguard est bien le premier actionnaire de Pfizer, avec près de 8% des parts, selon le site du média américain CNN Business. C’est également le premier actionnaire de Johnson & Johnson, dont le groupe possède quelque 8,5% du capital et ces derniers sont aussi premier actionnaire de Goldman Sachs devant State Street Corporation, avec 5,73 % et le premier actionnaire d’Apple, avec 7,01 %, etc…
      -Le marché des ETF approche des 10.000 milliards de dollars.”Les ventes de fonds indiciels cotés ont bondi de plus de 64% en 2021, à 1.200 milliards de dollars. Les États-Unis ont capté les trois quarts de la collecte, tandis que ……les investisseurs européens ont plébiscité les produits verts.
      BlackRock reste ultra-dominant mais perd des parts de marché au profit de Vanguard et de petits acteurs innovants.”https://www.lesechos.fr/finance-marches/gestion-actifs/vanguard etc…

  20. Bonjour,

    L’antagonisme de forces collectives ne remet en rien en question la réalité du complot.
    Il y a des antagonismes conscients, et d’autres qui sont inconscients.
    Le complot appartient à la première catégorie que l’on peut qualifier d’antagonisme rationnel.
    Heureusement pour nous, l’antagonisme non-rationnel échappe par nature à la raison et de ce fait au comploteurs.

  21. Excellent.
    On sent bien d’ailleurs que parfois au sommet certains foncent alors que d’autres auraient pris plus de temps
    pour introduire en douceur mais plus efficacement pour eux, leur planification. Certains ont le temps quand d’autres se précipitent….et c’est peut-être là notre chance de réagir.
    A être trop visibles, beaucoup seront les peuples qui réagiront….du moins je l’espère.

  22. Je reviens sur la conclusion de ce premier article :

    Dans la lecture des pages qui suivent, il ne faut surtout pas oublier que cet Agenda est le fait d’une caste, en rien un scénario inévitable.
    Il appelle, de la part des peuples, un effort de conscience, et la mise en place d’une véritable stratégie de sécession, que nous détaillerons dans la deuxième partie de ce livre.

    Je ne vois pas ce qui pourrait faire dérailler l’étape 10.

    1- Par exemple j’ai le sentiment que la bataille du cash est déjà perdue (bannissement de l’argent liquide).

    2- D’autre part constituer des contre-sociétés territorialisées c’est une solution défensive à laquelle je pensais en 2016 et qui m’est apparue intenable.

    Ces enclaves, si elles parvenaient à l’auto-suffisance alimentaire et énergétique, les Etats pourront toujours les étouffer par le non accès aux soins notamment, ou bien les écraser par la force.
    D’autre part dans ces ghettos ruraux des familles ne pourraient pas vivre. Toute mère de famille pliera le jour où son enfant gravement malade se verra refouler de l’hôpital parce qu’elle n’est pas dans le système (parce qu’elle s’est débancarisée me disais-je en 2016, parce qu’elle n’est pas vaccinée et débancarisée me dis-je en 2022).
    Personne ne prendra ses Bitcoin, ses pièces d’argent, et je ne vous parle même pas de paiements en nature. En fait on en arrivera même pas là, cette perspective sera anticipée par les intéressées et les dissuadera de cette vie en marge où elles ne pourront pas donner la vie sans la mettre nécessairement en danger ensuite.
    Je n’imagine pas non plus d’hôpitaux sécessionnistes. Pas d’agrément, exercice illégal de la médecine etc Ulltimement l’emploi des forces de l’ordre mettraient fin à ce genre de structures improbables.

    Plutôt donc que le scénario sécession territoriale semi autarcique, pouvons-nous imaginer des structures parallèles au sein même de la société telle qu’elle existe aujourd’hui ?

    3- Des réseaux clandestins au sein des filières logistiques vitales (agriculteurs, routiers, salariés du secteur énergétique, de l’informatique, de la finance et de la fintech ) et des structures de force (DFO) ?

    Je ne vois aucune solution pour l’instant.

    Je suppose que la bonne stratégie commence par analyser en profondeur les points faibles de la caste afin de définir ensuite la riposte.

    1. Je vais vous donner quelques éléments tirés des prophéties chrétiennes récentes.
      1. Après l’avènement de la monnaie numérique mondiale, chacun devra accepter une puce implantée sous la peau pour pouvoir acheter ou vendre. C’est la marque de la bête évoquée dans l’Apocalypse. Les prophètes contemporains adjurent les croyants de ne pas accepter cette puce. Cela les condamne donc à l’autarcie.
      2. C’est aux Etats-Unis que la répression sera la plus impitoyable. Les récalcitrants qui auront été arrêtés seront mis dans des camps d’internement, destinés à évoluer en camps d’extermination. Les autres croyants se regrouperont dans des “refuges” préparés à l’avance, avec un stock conséquent de nourriture et de combustible, ainsi qu’une source d’eau. Ils vivront en totale autarcie, avec l’aide des anges, tant pour la nourriture que pour la santé.
      3. En Europe il y aura aussi des refuges, mais il restera possible pour les communautés chrétiennes de continuer à vivre sans trop se cacher, en se regroupant autour de leur église, malgré la persécution et malgré l’interdiction de commercer. Je suppose que ces gens s’entraideront, échangeront et cultiveront la terre . Ils bénéficieront eux-aussi de l’aide des anges essentiellement pour la santé et pour leur protection. J’imagine qu’ils pourront se livrer au troc avec les non-chrétiens, et je pense que l’or continuera à être une monnaie d’échange clandestine.
      4. Dans le reste du monde (Afrique, Asie) la persécution sera encore moindre. Cependant je suis persuadé que la caste cherchera à réduire considérablement le nombre d’habitants, en organisant guerres et famines.
      Pour revenir à la question de la santé, dans tous les cas il sera impossible d’accéder au système de soins classique. Il ne restera qu’à se tourner vers les médecines naturelles, ou à mettre sa foi en la Providence…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer