25 septembre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

Picot : Mai 1940, Mai 2020, une même sidération ?

Il est un épisode de l’histoire de France que nous connaissons très mal, voire que nous ignorons délibérément tellement il est traumatique et même tabou : l’effondrement militaire de la France en quelques semaines en Mai 1940 et les décisions prises en Juillet.

par Didier Picot

Élu local, chef d'entreprise

Pour rappeler ce qui s’est passé les 9 et 10 Juillet 1940, je m’appuierai sur l’ouvrage de référence de la période, « La France de Vichy », publié en 1973 et actualisé en 1997 par Robert Paxton, un historien américain arrivé en France en 1960 à 28 ans pour y rédiger sa thèse. « Sur un sujet qui remue encore  trop profondément les Français, il est bon qu’un miroir leur soit tendu par un auteur étranger » explique Stanley Hoffmann dans sa préface.

Printemps 1940, la France sidérée

A peine trois semaines après le début de l’attaque allemande du 10 Mai 1940, il est clair que la bataille de France est perdue. Dans la nuit du 16 au 17 Juin à Bordeaux, le Président de la République Albert Lebrun accepte la démission du Président du Conseil Paul Reynaud et nomme à sa place l’animateur des membres du gouvernement favorables à l’armistice, le maréchal Philippe Pétain. La France avait le choix entre capituler ou poursuivre la lutte depuis l’Algérie, à l’époque partie intégrante du territoire français. Elle sera le seul pays envahi par l’Allemagne dont le gouvernement n’a pas quitté le territoire occupé pour poursuivre la lutte.

Il est évidemment facile de condamner nos dirigeants de l’époque depuis le confort douillé de nos vies pacifiques. L’inimaginable effondrement du pays en quelques semaines a plongé la nation dans une sidération collective : « une crise soudaine des forces vitales se traduisant par un état de mort apparente (souvent à la suite d’un très grand choc émotif) ».

C’est dans ce contexte de sidération que, le 9 Juillet 1940, les députés et sénateurs se réunissent à Vichy, « épuisés physiquement et émotionnellement. (…) Pierre Laval, (vice-président du Conseil) n’a pas besoin de faire violence à l’Assemblée pour qu’elle décide, le 9 Juillet, par 624 voix contre 4 que « les lois constitutionnelles doivent être révisées. » explique Robert Paxton. Le lendemain 10 Juillet, par 569 voix contre 80, les députés et sénateurs mettent fin à la III° république, s’assoient sur la tradition démocratique et  donnent naissance à un nouveau régime autoritaire.

Juillet 1940, la France entreprend la « Révolution nationale »

« Il ne faut pas se méprendre sur la gravité de l’œuvre accomplie le 10 Juillet. Si l’armistice avait été une révolution diplomatique, rien n’obligeait la France à en faire une constitutionnelle. Un régime d’armistice administrant le pays juste pour assurer le fonctionnement des services indispensables, comme ce fut le cas en Belgique et en Hollande, était une solution tout aussi valable. La loi présentée par le gouvernement le 10 Juillet (…) confère au maréchal Pétain les pleins pouvoirs, et non pas seulement ceux qui permirent à bon nombre de présidents du conseil de légiférer par décrets lois en période de crise, elle l’autorise explicitement à rédiger une nouvelle constitution. (…) La France est le seul pays occupé à ne pas se contenter de s’administrer, elle fait une révolution intérieure de ses institutions et de ses valeurs morales » explique Robert Paxton.

Encore une fois, il est impossible d’imaginer l’état d’esprit de nos parlementaires confrontés à un tel désastre. De fait, ils étaient à la merci de factions qui profitèrent de la faiblesse générale pour imposer leur lecture de la crise, leur agenda et prendre le pouvoir. « Pour ces critiques de la société moderne, 1940 est un jugement de l’histoire porté non pas seulement sur la III° république, qui ne mérite même pas le mépris, mais sur la conception globale d’un monde libéral, capitaliste et individualiste » écrit Robert Paxton.

Et de fait, la France s’est lancée en 1940 dans la mise en place d’un ordre économique et social nouveau qui va modifier profondément la façon dont les Français étaient gouvernés, instruits, employés. 

« Jamais il n’y eut autant de Français prêts à accepter la discipline et l’autorité. (…) Par besoin d’une vie normale prenant les formes les plus élémentaires – besoin de retrouver son foyer et son emploi – bien des Français se sont engagés sur la voie d’une complicité quotidienne qui les conduit peu à peu jusqu’à prêter un concours actif à des mesures que personne n’aurait imaginées en 1940 » explique Robert Paxton.

À lire aussi

Reconfinement : le naufrage de la bureaucratie sanitaire

🎖COVID 19 : explosion de l’assurance maladie en vue ?

Comment Macron fait méticuleusement le lit de la tentation maduriste

🎖Comment Anne Hidalgo accélère le retournement du marché immobilier à Paris

🎖Tests salivaires du COVID 19 : encore des arrangements entre amis ?

Télétravail : bureaucrates syndicaux, arrêtez d’emmerder les entrepreneurs!

Bertrand candidat en 2022 : encore un partisan de l’endettement sur les starting-blocks…

🎖Comment Macron verrouille les grandes chaînes de télévision avant 2022

🎖Vendredi, Wall Street a envoyé des signaux annonciateurs d’un krach

Faut-il vraiment avoir peur de la déflation ?

Mai 2020 : il est urgent d’attendre

Des dramatiques évènements de Juillet 1940, je propose de retenir que, pour un individu comme pour une société, il est urgent de ne prendre aucune décision lourde en pleine période traumatique.

Même si la situation de Mai 2020 est infiniment moins grave qu’il y a 80 ans, la France, soumise à 8 semaines de confinement et à un arrêt menaçant de son économie, est aujourd’hui dans un état de sidération et de grande fragilité émotionnelle.

Dans cette période si particulière, il est urgent d’attendre et de ne prendre aucune décision lourde au delà de la gestion de la crise sanitaire et économique. Plus que jamais, il est indispensable d’ignorer ces nombreux prophètes qui tentent de nous imposer leur lecture de la crise, de recycler leurs idéologies mortifères et de nous enfermer dans un régime autoritaire. Et de lire « la France de Vichy » !

Contrairement à lieu commun imbécile, les Français sont disciplinés et responsables. Ils ont fait preuve en 2020 d’un civisme qui force l’admiration.  Le moment venu, toute réflexion à long terme devra s’appuyer sur les fondamentaux : la liberté économique, la liberté de choix de l’individu, son corollaire la responsabilité individuelle, le respect de la vie privée et bien sûr la démocratie fondée sur la séparation des pouvoirs.