25 octobre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

Volot : « J’espère que Le Maire pense le contraire de ce qu’il dit, sinon c’est un couillon »

L’interview que Jean-Claude Volot nous a accordée est un moment indispensable pour tous ceux qui s’interrogent sur les délocalisations industrielles en France et sur leurs raisons. Patron de Dedienne Aérospace, Volot est un patron mondialisé. Il a des usines et des sites de production dans le monde entier. Et il nous fait l’amitié de nous dire tout sur le sujet. 

Jean-Claude Volot

ancien conseiller spécial du président du MEDEF, président de Dedienne Aérospace, collectionneur d'art contemporain, Jean-Claude Volot nous dit tout sur les délocalisations.

Bruno Le Maire a-t-il tout compris au dossier des délocalisations et des relocalisations sur lequel il s’exprime à tort et à travers ? Jean-Claude Volot, ancien conseiller spécial du président du MEDEF Pierre Gattaz, nous consacre un moment incontournable pour comprendre l’état d’esprit des patrons ouverts sur la mondialisation en France. Il répond sans ambages à nos questions. 

Les relocalisations sont-elles une solution d’avenir ?

On écoutera attentivement Jean-Claude Volot pour comprendre que le grand capital français n’a nulle intention d’obéir à l’injonction de relocaliser son activité en France. Si, par patriotisme, de nombreuses entreprises conservent leurs fonctions de conception sur le sol national, le reste s’en va. Et les raisons données par Jean-Claude Volot en disent long sur la désillusion des patrons français vis-à-vis de leur pays d’origine. D’ores et déjà, l’élévation des qualifications partout dans le monde rend la localisation d’une entreprise en France relativement « neutre » vis-à-vis des impératifs de production. 

Dans la pratique, de nombreux pays sont aujourd’hui capables de produire aussi bien qu’en France. L’idée selon laquelle notre pays possèderait un avantage comparatif est donc totalement illusoire. 

De ce point de vue, la relocalisation pour des raisons patriotiques est un leurre. Elle relève des fantasmes « socialo-intello » selon Jean-Claude Volot. 

La compétitivité de l’industrie française reste au coeur du sujet

Jean-Claude Volot repose ouvertement et de façon très cash la question de la compétitivité de l’industrie française face à la concurrence internationale. En l’état, faute d’un particularisme propre à la France, l’avenir de l’industrie française est bien compromis, puisque nous ne produisons pas mieux que nos concurrents étrangers, mais nous produisons plus cher. Or… la tyrannie du client fonctionne par le prix. 

À bon entendeur…

À lire aussi

La si prévisible défaite de la République face à l’Islam

🎖Donations familiales défiscalisées jusqu’à 200.000€ : histoire d’une fake news

Les retraites moyennes du public égales au double des retraites du privé

🎖Une nouvelle cotisation maladie pour les professions libérales…

Coronavirus : l’Etat sabote-t-il des médicaments français efficaces ?

🎖Ces médicaments français contre le coronavirus que l’Etat retarde…

🎖Anticipez la réaction de Bercy face à la hausse de l’épargne durant le coronavirus

Ces versets du Coran qui appellent à la haine et au meurtre des infidèles

Rester libre face au Covid : c’est plus urgent que jamais…

🎖Insolite : l’Assemblée supprime la taxe sur le Minitel porno