🎖Pourquoi le gouvernement profond a torpillĂ© la candidature Fillon en 2017

transparence financiĂšre

On en sait plus dĂ©sormais sur la façon dont la candidature Fillon fut littĂ©ralement torpillĂ©e en 2017. La commission d’enquĂȘte sur les obstacles Ă  l’indĂ©pendance de la justice, prĂ©sidĂ©e par le dĂ©putĂ© (in)soumis Ugo Bernalicis (qui doit se mordre les doigts de cette audition) a auditionnĂ© l’ex-chef procureure financiĂšre Éliane Houlette, qui a livrĂ© de bien Ă©tranges confessions sur l’affaire Fillon qu’elle a instruite avec une diligence rare… Visiblement, une victoire de Fillon inquiĂ©tait le gouvernement profond. Il fallait l’abattre.

Texte mis Ă  jour le 20 juin Ă  12h.

La candidature Fillon a bel et bien Ă©tĂ© torpillĂ©e par des manoeuvres de coulisses en 2017. On ne sait pas encore tout, mais le tĂ©moignage d’Éliane Houlette devant la commission parlementaire sur l’indĂ©pendance de la justice (une commission qui sert Ă  quelque chose, pour une fois) soulĂšve un premier voile sur l’un des pires flashs totalitaires dans notre vie dĂ©mocratique contemporaine. Elle montre que le gouvernement profond a bien voulu abattre le candidat. Voici pourquoi. 

Comment torpiller la candidature Fillon?

La description du mode opĂ©ratoire par lequel le gouvernement Cazeneuve a fait pression sur le parquet financier pour qu’il mette rapidement François Fillon en examen ne manque pas d’intĂ©rĂȘt. L’ancienne procureure financiĂšre explique comment le procureur gĂ©nĂ©ral de Paris se tenait informĂ© de la totalitĂ© du dossier quasiment en temps rĂ©el. Se tenir informĂ© du dossier signifie se faire transmettre les Ă©lĂ©ments Ă©crits du dossier, quasiment quotidiennement. 

Pour en faire quoi ? « On ne peut que se poser des questions [sur ce qui est fait de ces informations, NDLR]. C’est un contrĂŽle trĂšs Ă©troit », ajoute Valeurs Actuelles. Sous-entendu : ces informations Ă©taient vraisemblablement transmises par le Procureur GĂ©nĂ©ral de Paris Ă  la Chancellerie, ou Ă  Matignon, ou Ă  l’ÉlysĂ©e directement. On ne sait. 

Mais une chose est claire : si des informations prĂ©cises, circonstancielles, Ă©taient transmises Ă  la presse aussi rapidement (quelques heures seulement s’Ă©coulaient entre les auditions au Parquet et la publication de leur contenu par la presse), la fuite impliquait probablement, Ă  un degrĂ© ou Ă  un autre, le Parquet de Paris, qui s’est fait ici bras armĂ© d’un gouvernement profond hostile Ă  la candidature de François Fillon. 

L’indĂ©pendance du Parquet une fois de plus mise en cause

Le coeur du processus par lequel la justice viole le secret de l’instruction pour faire plaisir au politique est bien connu. On ne le dĂ©couvre pas : il s’appelle le Parquet, ces magistrats nommĂ©s par la Chancellerie et placĂ©s sous son autoritĂ©. C’est par les procureurs que transite la politisation de la justice, et c’est par eux que l’apparente partialitĂ© des juges devient un thĂšme obsĂ©dant dans nos dĂ©mocraties. 

Au demeurant, on serait bien naĂŻf de croire que l’indĂ©pendance de la justice n’est bafouĂ©e que par les procureurs. Mais une chose est sĂ»re, ils en sont les principaux acteurs. Éliane Houlette en a, sous serment, apportĂ© la dĂ©monstration et donnĂ© l’analyse. 

Une fois de plus, donc, est posĂ©e de l’indĂ©pendance effective du Parquet et de l’urgence qu’il y a, en France, Ă  adopter les moeurs anglo-saxonnes sur ce sujet. 

Qui Ă©tait aux manettes Ă  cette Ă©poque ?

Pour mĂ©moire, les noms des principaux acteurs de cette affaire ne manquent pas d’intĂ©rĂȘt et mĂ©ritent d’ĂȘtre rafraĂźchis. On citera François Hollande, bien sĂ»r, qui a toujours beaucoup trop parlĂ© sur les coulisses, en assumant d’avoir ordonnĂ© des neutralisations de terroristes hors du territoire, par exemple. Le Premier Ministre Ă©tait alors Bernard Cazeneuve, prĂ©cĂ©demment ministre de l’IntĂ©rieur. Et le ministre de la Justice n’Ă©tait autre que Jean-Jacques Urvoas… condamnĂ© Ă  un mois de prison, en septembre 2019, par la Cour de Justice, pour violation du secret de l’instruction !

On dirait que beaucoup de choses s’expliquent, soudain. En tout cas, si les fuites venaient d’Urvoas, il n’en Ă©tait pas Ă  son coup d’essai. 

On ajoutera que la procureure gĂ©nĂ©rale de Paris Ă©tait alors Catherine Melet-Champrenault, rĂ©putĂ©e proche de SĂ©golĂšne Royal. Elle aurait Ă©tĂ© nommĂ©e Ă  la demande personnelle de François Hollande…

Peu Ă  peu, on comprend mieux…

Pourquoi le gouvernement profond voulait abattre Fillon

La question est Ă©videmment de savoir pour quelle raison des magistrats “en bande organisĂ©e” ont pris autant de risques avec leurs obligations statutaires (notamment sur la prĂ©servation du secret de l’instruction) pour abattre politiquement dans l’urgence un candidat Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle. Sur cette visĂ©e politique finale, l’histoire reste pour l’instant muette. 

De notre point de vue, plusieurs bonnes raisons existaient pour “flinguer” Fillon dans certains milieux, notamment sa proximitĂ© avec des milieux catholiques conservateurs. Mais tout cela n’aurait rien pu sans que les grands Ă©tatistes du gouvernement profond ne prennent peur. 

Au sein mĂȘme de son Ă©quipe de campagne, les vrais libĂ©raux comme Danon ne cachaient pas leur agacement face aux technocrates incrustĂ©s dans l’Ă©quipe de campagne, comme Éric Aubry, qui sclĂ©rosaient le programme et faisaient obstacle Ă  toute mesure vraiment libĂ©rale. 

Cette rĂ©sistance interne montre que la perspective de suppressions d’emplois publics massives, et d’une purge dans le train de vie de l’État du mĂȘme ordre (voire plus violente) que celle que Jacques Rueff organisa en 1959, a trĂšs probablement lĂ©gitimĂ© dans la technostructure une levĂ©e de boucliers destinĂ©e Ă  favoriser le candidat Macron.

Dans la pratique, les difficultés de François Fillon ont précipité le ralliement final des centristes à Macron. Pourtant, François Bayrou avait monté en octobre 2016 un groupe discret pour contrer la candidature de celui qui est devenu, par la suite, président de la République.

 

Théorie du flash totalitaire

Autrement dit, pour permettre l’Ă©lection d’Emmanuel Macron, il fallait disqualifier François Fillon triomphalement choisi Ă  la primaire de la droite pour porter les couleurs des RĂ©publicains avec un programme que les libertariens pouvaient approuver. Le gouvernement profond a pariĂ© sur Macron, rejoignant les aspirations d’un Bernard Arnault et d’un Xavier Niel. Au passage, on notera que Bernard Arnault est Ă©pinglĂ© dans l’affaire Ruffin, qui semble impliquer l’ancien chef des services secrets Bernard Squarcini. 

Il semble donc que, par moment, des fonctionnaires Ă©minents, qui forment de fait ce que nous appelons le gouvernement profond, franchissent allĂšgrement la ligne rouge de la loi et pratiquent un flash totalitaire. Celui-ci consiste Ă  mettre les moyens de l’État au service d’une cause partisane en violant les rĂšgles de droit. 

François Fillon en a fait les frais. 

114 Shares:
9 commentaires
  1. Elle est pas belle notre institution Justice… Que chaque tribunal persiste Ă  rendre « au nom du peuple français ?
    Quant Ă  Eliane, elle vient nous « confirmer » qu’elle travailler sous la Houlette du la patronne du Parquet gĂ©nĂ©ral !
    40 mois pour mûrir une vengeance pour ascenseur non renvoyé ?
    Ou 40 mois pour recouvrer un epsilon de sens du devoir Ă©lĂ©mentaire d’indĂ©pendance qui incombe Ă  tout magistrat ? …
    Ou 4 jours pour trahir son serment, le temps de s’exĂ©cuter aux ordres d’une hiĂ©rarchie judiciaire, en privilĂ©giant sa carriĂšre, ou vendre son honneur pour un plat de lentilles ?

    En fait, ce n’est pas une rĂ©vĂ©lation mais une simple confirmation pour ceux qui, Ă  l’époque, n’avaient aucune espĂšce de doute sur « le coup d’Etat institutionnel » venu de Macron et Hollande, de la justice de gauche (le « Mur des Cons ») et de quelques fieffĂ©s tels Ferrand, Bayrou et Cie… Comme le dĂ©nonçait, Ă  l’époque, l’appel, si bien documentĂ©, lancĂ© par 13 Ă©minents juristes.
    Selon ces spĂ©cialistes du droit, – toutes opinions politiques confondues, – François Fillon, « jugĂ© dangereux, car il avait dĂ©jĂ  recueilli la confiance de plusieurs millions de ses compatriotes lors de primaires irrĂ©prochables », a Ă©tĂ© victime d’un « acharnement » de la gauche et d’une majoritĂ© de patrons des rĂ©dactions des organes de presse audio-visuelle et Ă©crite, « pour tenter de l’empĂȘcher, Ă  tout prix, de concourir Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle ».
    A supposer que Fillon ait « trempĂ© ses doigts dans la confiture », – ce qui, en dĂ©pit d’une urgence absolue pour obtenir une instruction et une condamnation mĂ©diatique pendant la campagne prĂ©sidentielle, n’est toujours pas confirmĂ© par le jugement d’un tribunal Ă  l’heure prĂ©sente-, il Ă©tait parfaitement avĂ©rĂ© en janvier 2017 que plus de 120 dĂ©putĂ©s et sĂ©nateurs versaient leurs propres indemnitĂ©s Ă  leurs proches… Sans encourir aucunement les foudres des sbires du PNF et des « magistrats aux ordres »

  2. tout cela nous montre que 1) l’hopital aura montrĂ© une grande incompĂ©tence et se trouve donc disqualifiĂ©. 2) la police se trouve totalement disqualifiĂ©e Ă  Dijon. 3) la justice se trouve totalement disqualifiĂ©e ici. et enfin 4) la poste, en Ă©tant totalement inactive durant le confinement a prouvĂ© son inefficacitĂ© totale.
    Que reste-t-il de l’Etat ??? et bien moi qui suit un vrai libĂ©ral (au sens de recherche de la LibertĂ©) je suis fort heureux de cette situation. Et si, on peut imaginĂ© que Hollande est Ă  l’origine de cette opĂ©ration pour pousser Macron, il me semble bien que Macron fasse tout son possible pour supprimer cette ponction publique totalement nulle. Il aura fallut le coronavirus pour montrer aux gens honnĂȘtes que l’hopital Ă©tait d’une totale nullitĂ©. Je le confirme : ma fille atteinte de la maladie de Lyme a Ă©tĂ© virĂ©e de 4 urgences hopistaliĂšres : ils y sont totalement nuls infirmiĂšres comprises !!!! la maladie de Lyme pour votre information, seul le professeur Perronne se bat afin qu’elle soit reconnue, au moins par les services hospitaliers !!!
    Mon propos semble partir dans tous les sens, mais il revient au centre en disant que l’Etat et son administration sont par leur totale incompĂ©tence Ă  refaire totalement : peut-ĂȘtre est-ce cela que voulait dire Macron Ă  sa derniĂšre intervention !!!

    1. Bonjour Bertrand
      Tout ceci se comprend quand on est lucide sur l’objectif d’une oligarchie au pouvoir : c’est de le garder et d’en profiter.
      L’argent est entre les mains d’une Ă©lite. Il ne doit pas en sortir.
      Les dégùts collatéraux que vous citez sont les conséquences visibles : ça rapporte rien tout ça, bien au contraire.
      Mais vous savez, “ILS” ont raison d’en profiter. Les vrais responsables sont ceux qui ne veulent pas voir ou qui s’en foutent, c’est Ă  dire la population anesthĂ©siĂ© par les “Radios Paris” mĂ©diatiques.
      Seule une minorité de personnes ont conscience de la déliquescence et la perversité du systÚme. Ils sont bien seuls.
      Le flot d’argent dĂ©versĂ© par les institutions ( BCE ), alors qu’on aurait pu en investir sur l’hĂŽpital avant, n’ a pour unique but que de s’assurer du calme et de l’obĂ©issance de la population ( je ne parle pas de la nation, vu qu’elle existe plus Ă  ce jour) et la spĂ©culation de privilĂ©giĂ©s… et je ne suis nullement de gauche.

  3. Faite une recherche sur le Net et lisez “l’Ă©trange dĂ©faite de la France dans la mondialisation” vous comprendrez oĂč sont les origines de vos (nos) nos dĂ©ceptions et colĂšres.

  4. La caste socialo, dynastique et indĂ©boulonnable depuis 30 ans, choisit elle mĂȘme la marionnette qui fera le beau Ă  la tĂ©lĂ© en appliquant leur programme. Les Ă©lections de 2017 ont Ă©tĂ© une sinistre farce. PrĂ©ambule Ă  une sĂ©rie d’autres farces macabres. Cela devrait servir de leçon pour 2022. Seule une candidature prĂ©parĂ©e dans l’ombre peut surprendre cette caste hĂ©gĂ©monique. Pendant 2 ans il faudra lancer des leurres puis dĂ©barquer de nuit, Ă  3 semaines de la fin des candidatures, en rĂ©cupĂ©rant Ă  la derniĂšre minute les soutiens promis aux leurres. Ensuite s’appuyer sur un rĂ©seau souterrain d’hommes sĂ»rs constituĂ©s d’agents dormants infiltrĂ©s dans la caste Ă  des postes clĂ©. Puis continuer d’intoxiquer la presse socialo corrompue de fausses pistes et de voies sans issues.

    1. Agir dans l’ombre pour se prĂ©parer ? Ça s’appelle un coup d’Etat!!!!! J’ai peur que vous n’ayez raison. Comment se dĂ©faire de la caste oligarchique des Ă©narques qui nous Ă©trangle petit Ă  petit, multiplie les structures d’Etat inutiles, se gave ainsi de bons postes entre copains, et nous fait crever au lieu d’aider le pays et les citoyens a mieux vivre?
      Avez vous lu le récent bouquin Les voraces de Jauvert?
      Bonaparte, NapolĂ©on III et mĂȘme de Gaulle sont arrivĂ©s au pouvoir par un acte fort, seul capable de mettre fin Ă  un rĂ©gime dĂ©cadent usĂ© dans sa pensĂ©e et dĂ©liquescent pour imposer une nouvelle vision du pouvoir plus adaptĂ©e au virage de leur Ă©poque…. le temps que ça a durĂ©, jusqu’à ĂȘtre usĂ©s eux mĂȘmes, mais c’est Ă  ce prix que la France a connu des sursauts salvateurs.
      Si cela doit prendre la forme d’in coup d’Etat d’extreme droite ça sera vouĂ© Ă  l’echec vu la faiblesse de la pensĂ©e FN et de ses troupes au delĂ  de l’expression du ras le bol et du rejet, et surtout vu la masse actuelle des planquĂ©s et profiteurs du systĂšme actuel ( presse, fonction publique, entreprises publiques et assimilĂ©s, clientĂšles assistĂ©es et cajolĂ©es…)
      Je ne vous qu’une seule idĂ©e Ă  prĂ©parer et faire mĂ»rir Ă  l’air libre ou dans l’ombre: le minarchisme avec un « i »= l’Etat minimum en visant en consĂ©quence Ă  donner une activitĂ© responsabilisante et heureuse a chacun
      Qu’on mettent les Ă©narques au boulot sur les chantiers du BTP. On a besoin de vrais bras.
      Ça les empĂȘchera de cornaquer la desastr euse CCC commission citoyenne sur le climat en pondant ou faisant pondre des idĂ©es Ă  la con comme 110 km/ h sur les autoroutes, et autres idĂ©es manipulĂ©es en nous faisant croire que la CCC est reprĂ©sentative !!!!! La France crĂšve de trop de gens nantis qui n’ont jamais gagnĂ© leur vie autrement qu’avec l’argent de nos impĂŽts qu’ils nous prennent sans fin et sans efficacitĂ©, et prĂ©tendent faire notre bonheur Ă  notre place. Assez!!! Il est temps de mettre fin Ă  l’oligarchie des castes d’Etat. Notre pays a besoin d’un projet d’avenir Ă©clairĂ© qui place l’individu responsable et heureux de son travail au cƓur des ambitions…
      Aura t on ici assez de force pour faire Ă©merger et gagner les porteurs de ces idĂ©es du futur? Il y a des jours oĂč je doute de notre dĂ©clin….!
      Lisez Harari aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer