Reconfinement : le naufrage de la bureaucratie sanitaire

Le Premier Ministre a évoqué un possible reconfinement, hier, sur une chaîne de télévision, après avoir pris des mesures brutales à Marseille. La dégradation de la situation sanitaire en France est à peu près unique en Europe. Aucune leçon ne semble avoir été tirée du premier confinement, ni des échecs commis par la bureaucratie sanitaire à cette occasion. La tension qui monte dans le pays illustre une nouvelle fois l’urgence d’une réforme profonde de l’Etat.

Article publié sur le Figaro Vox

L’idée d’un reconfinement, qui paraissait abstraite au début de l’été, prend soudain forme et se précise avec une étonnante vigueur. La décision brutale de retreindre fortement les échanges sociaux à Marseille préfigure ce qui attend les autres régions françaises. Et les réactions de la population marseillaise, élus compris, donnent au gouvernement une première idée de l’exaspération des Français vis-à-vis d’une gestion chaotique et déceptive de la crise.

Le reconfinement, ce qu’il fallait à tout prix éviter…

Si nous nous replongeons six mois en arrière, la perspective d’un reconfinement prend sa dimension urticante. Les commissions parlementaires d’enquête qui ont reçu les différents fonctionnaires à l’œuvre à cette époque ont pointé du doigt les incohérences, les angles morts, les plis dans les décisions publiques qui ont conduit la France à aborder l’épidémie en s’étant consciencieusement débarrassée de son stock de masques existants.

Aucune sanction administrative n’a été prise, et le directeur général de la santé qui a ordonné la destruction des masses sans reconstitution diligente des stocks est toujours en poste. On pouvait néanmoins imaginer que l’alerte avait été suffisamment sérieuse pour éviter une nouvelle torpeur administrative.

On se souvient ici que l’administration, qui avait vidé les stocks de masques, avait aussi limité l’accès aux tests, notamment en empêchant les laboratoires privés de les mettre en œuvre. D’une manière générale, l’équipement des hôpitaux a été systématiquement sous-estimé et la centralisation des décisions au sein de quelques bureaux a beaucoup ralenti le combat contre la maladie.

Avec le déconfinement, des promesses ont été entendues par les Français : celles d’un plus jamais ça, celles d’une reprise en main de l’administration, celles d’une prévention active contre une nouvelle vague, notamment grâce à un investissement massif dans les tests, et grâce à l’utilisation généralisée des masques.

malgré toutes les précautions gouvernementales, le virus semble désormais circuler aussi vite qu’avant le confinement…

Le naufrage d’une stratégie

Une fois de plus, les Français ont pu vérifier qu’il y a souvent loin de la coupe aux lèvres, et que la distance qui sépare les annonces politiques et leur mise en place concrète par les services de l’Etat peut parfois se révéler intersidérale.

Pourtant, tout l’été, le gouvernement a fait de la « pédagogie » sur la nécessite de prévenir la contagion en portant son masque autant que faire se peut et en se faisant tester au moindre doute. Beaucoup ont d’ailleurs reproché au gouvernement sa stratégie de la peur irraisonnée.

La mise en pratique de la « pédagogie » s’est révélée désastreuse. Il fallait limiter les contacts, mais les journées du Patrimoine ou Roland-Garros ont quand même eu lieu. Certaines soirées ou fêtes étaient interdites, mais pas d’autres. Plus personne n’a vraiment compris le sens de ces mesures.

Surtout, c’est la stratégie des tests qui semble en faillite complète. Alors que le test PCR est peu maniable et très rébarbatif pour l’inconfort qu’il procure, le ministère de la Santé ne semble avoir fait aucune diligence pour promouvoir d’autres types de tests, notamment les tests sanguins qui ne semblent parrainés par aucun grand laboratoire, ou les tests salivaires, dont la mise sur le marché tarde incroyablement.

D’où cette stratégie de test, épine dorsale de notre stratégie préventive, qui s’est noyée dans des délais d’accès aux tests, puis de résultats de ces tests, dont la déroute est bien connue aujourd’hui : trois jours d’attente pour subir l’examen, puis trois jours d’attente pour avoir accès aux résultats, parfois même quatre jours. Cette lenteur a donné le temps à donner de nombreuses contagions de se faire.

Le résultat est en tout cas fulgurant : malgré toutes les précautions gouvernementales, le virus semble désormais circuler aussi vite qu’avant le confinement…

Une nécessaire et urgence réforme de l’Etat

Dans la pratique, la France s’est donnée les moyens de prévenir la propagation du virus cet été. Il n’a pas été ici question de budget, ni de personnel, ni de matériel indisponible. Nous avions tout ce qu’il fallait pour réussir, et pourtant nous échouons.

L’échec tient aux mêmes causes qu’au printemps. Les lourdeurs, les lenteurs, les rigueurs administratives ont une nouvelle fois frappé, et tout montre qu’elles sont un problème de mentalité et non d’argent. Nos (plus ou moins hauts) fonctionnaires ont un problème avec la culture du contrôle et de l’efficacité. Ils peinent à décentraliser les décisions, mais sont rarement capables de prendre eux-mêmes les bonnes dans des délais acceptables.

Redisons-le : la question des tests salivaires, bien plus maniables et simples à analyser que les tests PCR, est emblématique de cette incorrigible paralysie administrative à la française. Alors que ces tests salivaires sont disponibles depuis le mois d’avril, Olivier Véran a dû batailler cet été pour que l’Assistance Publique à Paris trouve cinquante testeurs. Finalement, le comité d’experts de la Haute Autorité de Santé les a validés début août, mais ils ne sont toujours pas disponibles.

Et pourtant, les blocages alarmants des tests PCR étaient connus de tous.

S’il fallait une raison de réformer l’Etat sans mollir, ce seul exemple la donne.

50 Shares:
11 commentaires
  1. Il est URGENT de virer la bande d’incapables et de salopards de la bande à macron, en commençant par lui, tels véran, leyéti, moussa… et tant d’autres. ces ordures doivent payer leurs malversations et le fait d’avoir conduit la FRANCE dans le mur !!!

  2. Pourquoi l’éducation nationale ne peut elle pas organiser les tests avec ses infirmières au lieu d’envoyer les profs suspects à des labos privés qui ont actuellement 10 jours de délai pour les résultats. Absurdité totale des consignes: évincer les cas suspects sans consignes pour leurs conjoints. On sait que les lieux contaminants ne sont pas la rue, les terrasses, les Parcs, mais les entreprises et les maisons! Pourquoi ne pas insister sur le lavage des mains? Toute cette absurdité reflète la bêtise et l’arrogance des fonctionnaires dits hauts, leur incapacité à penser concrètement. De plus ils n’ont pas souffert eux du confinement au contraire des gens de la rue, des pauvres, deS chômeurs etc. Reconfiner ne leur coûte rien

  3. le gavage des rentiers, de tout ce qui ne sert à rien tels 6.5 millions de ponctionnaires mets la France à genoux et pour longtemps.
    Arrêtez de parler des hauts ponctionnaires, ils sont tous responsables petits ou grands : ils mangent à la même bassine qui semble sans fonds.
    Tout est absurde dans cette administration d’incapables et de rentiers, TOUT !!!!

  4. Depuis quelques années en France nous abandonnons peu à peu la carotte, mais nous découvrons la bâton en remplacement.
    Ce n’est pas le système MACRON comme certains le disent mais le système politique français qui est en cause. La France disparait peu à peu et la pandémie va enfoncer le clou. Le bruit des bottes fait mal, mais le silence des pantoufles est pire encore.
    Cette épidémie a fait découvrir que nous avions en France :
    * Le Ministre de la Santé
    * Le Directeur général de la Santé
    * La Direction de Santé Publique France
    * Le Directeur de la Haute Autorité de Santé
    * les Directeurs des Agences Régionales de Santé
    * Le Directeur de l’Agence Nationale Sanitaire
    * la Direction de l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé : Epidémiologie-France
    * Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire
    * L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et de la Santé.
    * Un nombre d infectiologues parisiens incroyablement et anormalement élevé (tous Professeurs …..)
    Mais comme tout cela ne suffit toujours pas !
    Et, à la suite de cette Épidémie, nos chers politiques, monstres d’efficacité, de pragmatisme, toujours soucieux d’économiser les finances publiques, vont créer :
    – le Haut-Commissariat de Lutte contre les Epidémies
    – Le Haut Conseil de Veille Sanitaire
    – L’Agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale.
    5 000 fonctionnaires en plus (et les petits copains à placer) et où ça ? : à Paris, évidemment !
    La prochaine fois, on aura peut-être des masques mais il va manquer les gants ! Cool…
    La médecine française croule en effet sous “l’administratif centralisé”… géré par des technocrates dits “experts”, mais totalement ” incompétents !
    Alors, SVP, faites vite votre déclaration d’impôts !… il va falloir payer grassement tout ce petit monde !
    On compte sur vous !!

    Si rien n’est fait, la population du secteur privé devra encore apprendre à travailler plus au lieu de vivre pour nourrir cette médiocratie . Moralité la France était coupée en 2 maintenant elle est pliée en 4.

  5. SCANDALE ! On nous refait le coup de la chloroquine en mettant sous clés un autre médicament repositionné (et donc déjà disponible) qui serait hyper efficace contre le COVID:
    https://www.lavoixdunord.fr/870155/article/2020-09-25/medicament-contre-le-covid-19-l-institut-pasteur-de-lille-decouvre-une-molecule
    Les Allemands auraient utilisé plus d’1 million de doses d’hydroxychloroquine début mars (Der Spiegel)…
    https://www.spiegel.de/wirtschaft/covid-19-deutsche-aerzte-verschrieben-von-donald-trump-empfohlenes-medikament-a-d62e453e-a38a-4690-9e0b-9465f35a85d7
    L’IUH Marseille utilise un automate de tests / PCR qui donne des résultats en 15 mn… contre 10 jours en moyenne dans le reste du pays…
    https://youtu.be/hbR_gnE7Hjg

  6. Faux: le virus ne circule plus du tout comme avant: si le nombre de tests explose, c’est que le taux de réplication est de 40 à 45, alors qu’il suffit de s’arrêter à 35. La différence est tous ces faux positifs…..Si on regarde le nombre de décès, seule donnée fiable, là, on voit que cela reste extrêmement bas….pas plus que les décès des autres années à pareille époque….

  7. De la même façon, alors qu’en Allemagne tous les citoyens de plus de 60 ans sont vaccinés contre la pneumonie, de façon obligatoire (c’est par exemple demandé pour l’obtention d’un crédit bancaire), on n’en dit pas un mot en France (il est vrai que ce vaccin est fabriqué en Allemagne et pas par Sanofi). Anecdote : évidemment je le suis moi-même (vacciné) car je suis informé, et aussi sujet à risque au niveau du poumon par hérédité, et que la complication du covid qui est mortelle s’appelle la pneumonie. Je demande à mon petit généraliste de la rue de Courcelles qu’il me fasse l’ordonnance pour ce vaccin (évidemment il en faut une pour protéger Sanofi). Il me répond : « quelle bonne idée ». Je traverse la rue pour le pharmacien en face que j’aime bien, il en a en stock et me dit : « quelle bonne idée ». L’infirmier de la rue Erlanger qui vient me piquer à la maison (ça coûte 15 € et ça évite 1h30 de queue), voyant le produit me dit : « quelle bonne idée ». Bertrand Bouygues, ami de toujours de Flo, qui nous invite pour son départ en retraite, me demande quelles mesures j’ai prise, je lui dis au sujet de ce vaccin, et devinez ce qu’il me répond : « quelle bonne idée ». En avez-vous déjà entendu parler, de ce vaccin.
    En Allemagne aussi, quand on prend un kfé au comptoir on remplit un petit carton très simple que la patron garde et classe par journées calendaires. On y inscrit nom et téléphone. C’est pas électronique, et pas vérifié. En revanche si quelqu’un est testé positif (et ils testent beaucoup depuis longtemps) il indiquera qu’il a pris un kfé à tel ou tel endroit, et on appelle les gens qui ont rempli leur petit carton… S’ils, par paranoïa ou complotisme, ils ont prétendu s’appeler Mickey ou autre, ils ne seront, tout simplement, pas prévenus. Vive la responsabilité individuelle…
    Je précise que je n’apprécie (« like ») pas les Allemands, vu leur comportement il n’y a pas si longtemps, et que, quoique n’étant pas juif, je n’ai pas oublié. Ce n’est pas leur posture d’écolos qui me convainc.

  8. Il n’y a pas de seconde vague. Il n’y a pas de comptabilisation des décès de la grippe ni de la canicule cette année, tous considérés comme Covid. De même pour les décès liés à de multiples pathologies. Les tests PCR donnent énormément de faux positifs car amplification au delà de 25-30 cycles. De plus ils détectent des parties de virus qui peuvent être très largement d’autres coronavirus, voire des présences anciennes ou très anciennes et pour lesquelles le patient a développé des défenses. Egalement, un virus mute rapidement et fort souvent en version atténuée. Donc, toute la communauté médicale “partisane” court après un virus modifié sur la base de marqueurs dépassés et de morceaux d’enveloppe qui peuvent appartenir à n’importe quelle famille de virus. L’art de se faire peur mais surtout d’entretenir la peur. Se rappeler qu’en janvier 2017, 67 000 personnes sont décédées de la grippe sans que cela ait fait frémir plus que cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer