Virage à 180° de la Commission Européenne sur les traitements anti-COVID

Après une année de stratégie désastreuse fondée sur le "tout-vaccin", la Commission Européenne effectue une virage à 180° en élaborant une stratégie d'investissement sur les traitements anti-COVID. Désormais, l'ambition est d'identifier un "portefeuille" de 10 traitements prometteurs contre la maladie. Le désastre vaccinal de ces derniers mois explique en partie ce brusque changement de pied, qui annonce probablement une plus grande attention, dans les Etats membres, à des solutions jusqu'ici combattue par l'establishment médical proche du Big Pharma.

Après des mois de stratégie fondée sur le tout vaccin, la Commission Européenne se rallie aux traitements curatifs contre le COVID. Elle vient de publier une stratégie qui montre l’étonnant retard pris par les autorités sanitaires dans un domaine qui demande pourtant moins d’investissements (et de moins longue durée) que les vaccins. 

Les traitements anti-COVID sont-ils l’avenir ?

On se souvient du désintérêt désarçonnant des autorités sanitaires, notamment en France, pour les traitements anti-COVID qui ont d’ailleurs fait, comme l’hydroxychloroquine, l’objet de combats sans état d’âme. La stratégie sanitaire a été, pendant un an, entièrement tournée vers le développement d’un vaccin, supposé être le traitement miracle contre la maladie.

La Commission vient d’annoncer un changement d’épaule sur la question : elle mise désormais sur la mise au point de traitements dans les mois à venir. 

Cette stratégie s’inscrit dans le cadre du renforcement d’une Union européenne de la santé, dans laquelle tous les pays de l’UE se préparent et réagissent ensemble aux crises sanitaires et garantissent la disponibilité de fournitures médicales abordables et innovantes, y compris les médicaments nécessaires au traitement de la COVID-19.

Cette stratégie est présentée comme un complément à la stratégie en matière de vaccins. 

Un portefeuille de dix traitements d’avenir

La Commission élabore un planning assez détaillé pour identifier les traitements d’avenir qui pourraient soigner la maladie. 

D’ici à juin 2021, la Commission élaborera un portefeuille de 10 traitements potentiels de lutte contre la COVID-19 et recensera les cinq plus prometteurs. Elle organisera des événements de mise en relation à l’intention des acteurs industriels impliqués dans les traitements afin de garantir une capacité de production suffisante et une fabrication rapide.

L’ambition est de disposer d’un traitement d’ici à la fin de l’année. L’effort serait donc de quelques mois de recherche, ce qui semble loin d’être indépassable. 

Des traitements déjà annoncés pour la fin de l’année

On rappellera que la Commission Européenne n’est guère pionnière sur le sujet. Pfizer a annoncé l’arrivée d’un traitement pour la fin de l’année. Les efforts de la Commission ne devraient donc pas nuire aux intérêts du Big Pharma, qui vend déjà ses vaccins pour des sommes colossales. 

On peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure la stratégie sanitaire européenne (entre autres) n’a pas visé à ne pas concurrencer immédiatement les grands laboratoires pharmaceutiques occupés à chercher un vaccin, en proposant des traitements curatifs alternatifs. Cette question n’est pas prête d’être résolue… mais les mois passent, et les questions apparaissent peu à peu. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

921 Shares:
17 commentaires
  1. Eric vous y croyez vous à ça ?
    De “méchants” deviendraient-ils tout d’un coup des “gentils” (en agissant contrairement aux instructions initiales reçues du NOM et aux objectifs initiaux de ce dernier) ?
    La soumission au “vaccin” n’ayant pas le succès escompté (même le “pass sanitaire” on s’en fout !) ils se rabattent donc sur la “stratégie traitements”.
    Mais il ne faut pas être dupe !
    Cette “stratégie traitements” devra avoir les mêmes objectifs que “la stratégie vaccination”:
    – expérimentations (et même développement de la contamination par médicaments)
    – soumission à des protocoles divers et variés
    – etc… .

    N’oublions surtout pas ! Ils veulent notre bien ! Ils veulent le meilleur des mondes !
    Alors que nous nous ne voulons qu’un monde meilleur !

  2. J’espère que votre dernier paragraphe n’est qu’une précaution oratoire ou un euphémisme . Regarder vos propres articles et l’historique de l’obstruction faite aux traitements sont assez éclairants sont assez explicites pour que le doute n’habite personne . La commission ne fait rien d’autre que se protèger des procès et de tenter de grignoter un peu plus les droits en se donnant le beau rôle maintenant que la vaccination leur a ouvert la voie des passeports verts . Il est sûr que ce ne sera pas Macron qui refusera de lâcher du lest et défendra la souveraineté des états, au contraire, Merkel peut compter sur lui pour accélérer la nouvelle UERSS, ils semblent en rêver l’un comme l’autre . De toutes façons nous serons bientôt fixés sur leurs intentions réelles en ce qui concerne les traitements, il y a aujourd’hui suffisamment de preuves de l’efficacité de certains utilisés avec succès pour que les refus d’ATU soient indéfendables et les exposent à de sérieux emmerdements s’ils s’obstinent dans leurs démarches de pourris . Wait & see, en attendant mieux . Tiens, j’y pense, c’est Véranguelé qui va être content s’il doit autoriser les phases de validation pour les recherches d’Apteus .

    1. Effectivement, et ils sont bien capables de mettre dans ces nouveaux traitements les mêmes merdes que dans les vaccins

  3. Et si possible (nettement) plus cher que l’HCQ+AZI ! comme si besoin était de fabriquer à tout prix n’importe quoi, n’importe comment, n’importe où !

  4. Vu le niveau insensé de corruption qui sévit parmi les ponktionnaires de l’ue, il y a du mouron à se faire, car après le Remdesivir, ça sera quoi ? Des poisons plus ou moins violents, des précurseurs cancéreux ou des saloperies agissant suffisamment lentement pour éviter qu’on ne remonte rapidement à la source ? (remarquez que ça, c’est déjà fait, avec les injections d’ARNm…)
     
    Nous sommes entrés de force dans une ère où tout le monde ment et les officiels bien plus que les autres, alors essayer de nous faire croire qu’ils vont rattraper le train en marche (no pun intended) pour en prendre le contrôle ne peut fonctionner que si nous les laissons y grimper – moralité, ressortez les bottes de moto-cross, celles avec les protège-tibia d’un centimètre d’épaisseur et les protections ferrées basses, histoire de les décourager définitivement de ne serait-ce que penser mettre un pied dans notre train…
     
    Étant donné que ça se passe un peu partout et qu’un peu partout, les peuples commencent à salement ruer dans les brancards, il est plus que temps de penser sérieusement à l’après et à le structurer un minimum, parce que la plaisanterie tourne à la course de vitesse dans ce point pivot de l’Histoire et qu’ils sont très mal équipés pour finir les premiers, sauf si nous les laissons faire – cependant, franchir la ligne d’arrivée le premier n’est pas un but en soi, c’est le projet de la société de demain qui l’est.

    1. Le vrai problème du remdesivir même si les effets secondaires sont loin d’être négligeables, était avant tout qu’il était mutagène, ce qui est un comble pour soigner un virus qui mute déjà par définition . On aurait voulu prolonger le bazar que l’on ne s’y serait pas pris autrement, particulièrement après avoir fait la chasse aux médecins qui soignaient avec ce qu’ils avaient sous la main, sans doute pas idéal mais efficace en stade précoce . Cette prise de responsabilité de la part de ces médecins, au moment où nos lumières étatiques conseillaient un doliprane et à la niche ne méritait pas le traitement qui leur a été réservé par les ARS et le conseil de l’ordre . Tous les éléments lorsqu’on les additionne vont vers une forte possibilité que certains ont à chaque occasion remis une pièce dans le bastringue pour prolonger la musique

  5. Si il fessait un revirement à 180°, il devrait se rendre compte qu’il y a déjà des traitements efficaces et pas cher. Ceci même si il peu être utile de faire des études sur ceux ci ou sur d’autres. Mais pas des études qui sont destinée à échouer.

    1. IMHO, c’est bien pire que ce que vous dites, c’est LA manière la plus commode pour identifier rapidement les médicaments efficaces, de façon à ce que big pharma, soit les rachètent pour les faire disparaître, soit rachète la boîte qui les produit pour aussi les faire disparaître.
       
      Il n’y a qu’à voir ce qui s’est passé avec l’Artemisia Annua qui elle, protège réellement contre le palud, tandis que l’Artémisinine (molécule unique extraite de la première) ne fonctionne que 7 à 9 semaines au plus, les moustiques se mithridatisant rapidement – la plante est maintenant interdite de vente en france et en Belgique, alors quelle n’a aucun effet secondaire grave connu – de plus, le professeur (sèpu s’il est Camerounais (–) ou Sénégalais travaillant au Cameroun (++)) qui conduit plusieurs études sur la plante a été mystérieusement empoisonné et ne s’en est tiré que de justesse parce qu’il s’est auto-diagnostiqué…
       
      Il semble bien que la meilleure des choses à faire dès maintenant soit d’écumer les bouquinistes pour y trouver d’anciens manuels sur les simples et des bouquins d’herboristerie, car à partir de maintenant, c’est plutôt la mort et surtout la maladie (de préférence chronique, ça rapporte beaucoup plus) que big pharma sèmera derrière elle.

  6. Notre cher président pourra ainsi complexifier le Pass covid:
    vaccin,masque,distanciation sociale,et maintenant traitement homologué obligatoire
    en préventif(cher de préférence comme le remdesivir) pour accéder à ce qu’il a encore l’outrecuidance d’appeler culture.

  7. Bonjour.
    Ça sent l’assurance foirrage de bouzin!
    Les USA, mettent le boxon dans la belle mécanique corruptrice, si bien huilée par les labos. De Santis , Abbot et d’autres libèrent leurs États respectifs, avec un miracle sanitaire à la clef( moins de morts que dans les Etats confinistes), sleeping Jo veut refourguer les brevets de vaccins aux trafiquants de drogues, qui pourront faire des versions hards dans leur labos de Colombie,les manifs dures augmentent et tout et tout. Donc, Ursula se dit que laisser une porte entrouverte et les clefs sur la voiture ça pourrait servir en cas de “courage fuyons”.
    Deux fers au feu valent mieux qu’un!
    Le pire, c’est que les médias, à qui l’ont débloquera à nouveau 450 millions de subventions exceptionnelles, vous certifieront que tout fût très bien planifié et géré par des super élites. Le pire du pire les téléphages goberont ça sans soucis. Juste un peu de Parkinson de temps à autre!
    Madame la baronne aura son nom en haut de la liste des fossoyeurs de l’Allemagne, nouvelle aristocratie oblige!

  8. Les méchants ne deviennent pas des gentils, mais ils savent que l’ opposition s’est structurée sur les dégâts occasionnés par leurs décisions, dont les meurtriers vaccins.
    Cette concession est sans doute une manoeuvre de politique électorale.
    Face à trop d’évidences et de démonstrations scientifiques de leur turpitude, ils essaient seulement de reprendre la main.
    Mais cette volteface pourrait même ne pas leur être favorable.
    Sauf si la population se rendort sur cette apparente victoire.

    1. Belle erreur qui prouve une fois de plus que les ordures ne sont souvent pas très intelligentes . Il négligent totalement que l’impact ne sera pas le même si les gamins tombent comme des mouches sera bien plus fort que lorsqu’il s’agit de personnes de 85-90 ans . Je ne le souhaite bien sûr pas mais l’éventualité ne peut pas être écartée, sauf par un taré et là je crois qu’on tient des champions toutes catégories .

  9. On a déjà de l’avance puisque chez nous les traitements existent déjà, fort promus par le conseil scientifique et tous les débiles de plateau TV:
    – Doliprane ™
    – isolement
    – masque
    – aérer
    – se tenir à 2 m d’un autre
    – télétravailler
    – supprimer les bisous, les poignées de mains
    – tousser dans son bras
    – se laver les mains au gel hydroalcoolique
    – manger 5 fruits et légumes par jour
    Si avec ça, bien emballé chez Ursula, on a pas nos 40 milliards d’aide, franchement…

    1. Pas mieux
      C’est un faux virage. Il est question de finance une recherche de traitements. Ce qui est un scandale de plus à l’intérieur des scandales.
      Les traitements existent : il suffit d’émettre une simple courrier dit AMM ou ATU !
      Ce qui est réclamé depuis plus d’un an, et aurait évité des centaines de milliers de morts, des millions de malades, et de centaines de millions de contaminés.
      Par là ils veulent “créer” de nouveaux traitements, jeter le doute sur ceux qui existent pour de dédouaner de leurs décisions criminelles.

  10. il n’ya pas d’autres choix que de revenir aux medocs “alternatifs” comme ivermectine et l’hydroxichloroquine et aux traitements de base. le pb pour macron est de faire demi-tour sans perdre la face. ces traitements ont des spectre large qui englobe tous les variants existants et à venir (c’est une fonction essentielle chez les virus que de s’adapter à son hôte). Contrairement au vaxxins qui ont une spectre etroit et seront toujours en retard d’une mutation. je pense qu’au 2ème semestre les vaccins ne seront plus d’actualité ni le pass-sanitaire mettant un point d’orgue au grand reset medical mais pas economique et financier. par contre il est à craindre une montée importantes des décès chez les vaccinés dès l’arrivée des maladies saisonnières de l’automne rendant les vaccinés, dangereux pour la population des non-vaccinés. soyons optimiste les satanistes vont se prnedre un claque mega dans les dents mais la bête est feroce et ne se laissera point tuer facilement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer