Michel Keyah: Les disciples de Bastiat et Hayek ne peuvent pas ignorer le fait national

L'école libertarienne a toujours eu du mal à penser la nation. Et c'est norma, dans un certain sens, puisque les grandes tyrannies du XXè siècle se sont toutes alimentées à la double source du nationalisme et du socialisme. Michel Keyah explique cependant ici que les défenseurs des libertés ont tort de se désintéresser du fait national. Il n'y a pas de démocratie sans nation pour l'abriter et permettre à ses citoyens de découvrir, entreprendre et créer dans la prospérité et la paix civile.

Au travers des tribunes des militaires, des décisions de justice dernièrement controversées ou encore de la colère des policiers, une grande oubliée se rappelle à nous, la Nation. Une des raisons de la crise qui affectent les démocraties libérales occidentales est l’incapacité à penser la nation au 21ème siècle. En France, le renoncement à dépasser la représentation qu’en a donnée le 20ème siècle la condamne à constamment jouer perdant

La nation française, cet impensé

La nation française au 21ème siècle est un impensé. Par facilité, le sujet est réduit à l’expression qu’en a donnée le siècle passé. En privilégiant une vision tronquée du monde, on se prive d’une partie du réel. Que les nationalismes aient été une des causes des deux guerres mondiales est une chose. Renoncer à penser la nation en est une autre. Le problème n’est pas tant de vouloir dépasser le cadre national que d’ignorer le fait national.

 

Aujourd’hui, la nation n’est même plus considérée comme un élément de la grille d’analyse. Pourtant, depuis les révolutions du 17ème et du 18ème siècles, les idées de démocratie, de liberté et de nation ont avancé ensemble. Si la démocratie libérale est animée par une philosophie humaniste de portée universelle, ce n’est que dans le cadre national qu’elle a réussi à résoudre les contradictions qu’elle porte. Sans un principe souverain qui la soude, une démocratie libérale ne peut pas résister aux forces centrifuges qui la travaillent naturellement. Et ânonner Habermas, passage obligé de toute copie moyenne de culture générale, ne suffit pas pour s’élever au-dessus de platitudes conformistes.

 

La IIIème République est un exemple particulièrement éclairant d’un régime ayant incomplètement réussi le mariage entre nation et liberté et finalement perdu son principe souverain. Elle avait traversé des épreuves d’une violence inimaginable aujourd’hui, comme l’occupation de son territoire, une guerre civile ou encore des débats politiques d’une rare violence. Elle avait traversé tout cela parce qu’une idée forte présidait à sa destinée, la vengeance sur l’Allemagne. Cela a donné le sursaut sacrificiel de Verdun. Une fois la victoire acquise, en 1918, une vision positive de la nation n’a pas pris le relais de la “haine du Boche”. C’était toujours la IIIème République, sauf qu’elle s’effondra lamentablement en 1940, entrainant avec elle le pays tout entier.

Il n'y a pas de richesse sans liberté des nations

Cette incapacité à penser aujourd’hui la nation empêche la France de trouver des remèdes à ses maux.

 

Empêchée de se connaître elle-même, la France est incapable de pleinement participer au jeu des nations et au multilatéralisme. Souvenons-nous des mots de Frédéric Bastiat, pour qui l’échange est le principe premier de la richesse. C’est en donnant et en recevant que la richesse se crée. Or pour donner, encore faut-il pouvoir avoir conscience de soi, avoir une identité. Il est tout de même inouï de voir à quel point les Français sont sommés d’accepter tout ce qui est étranger, tout en se voyant interdit, en même temps, de mobiliser ce qui les distingue, ce qui fait leur première force, être français.

 

De là découle l’incapacité du pays à mobiliser un souverainisme intelligent, construit sur une idée claire de l’intérêt de la Nation, entre ouverture au monde et préservation de ses besoins vitaux. L’immigration ne serait plus une question, si on arrêtait de croire, comme l’a encore fait François Bayrou dernièrement, qu’il suffit d’importer des gens pour créer de la richesse humaine, sociale ou économique.

S’il est de bon ton de critiquer le milliardaire Bernard Arnault, on oublie commodément que c’est exploitant la « marque France » qu’il a bâti sa fortune. Comme quoi nation et « big business » peuvent très bien faire bon ménage. N’en déplaisent aux thuriféraires de la construction européenne, c’est parce que la France n’est plus défendue que l’Allemagne est devenue par défaut la première puissance européenne, au mépris de l‘équilibre continental.

Quand les progressistes prêchent pour la réaction

Enfin, c’est parce que la nation est un angle mort, que les institutions françaises se vident de leur sens et que les politiques publiques qui en découlent, ne sont qu’une succession d’injonctions contradictoires mortifères. On voit bien aujourd’hui que « la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme », à savoir «  la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression », ne sont plus que des paroles creuses, loin des réalités vécues par les français. Beaucoup de maux disparaitraient pourtant d’eux-mêmes, à commencer par les questions régaliennes, si pour se faire élire, les candidats à la fonction suprême arrêtaient de se croire obligés de déclarer que la « culture française n’existe pas » ou encore qu’il « faut déconstruire notre histoire ». L’abaissement inédit de l’Assemblée nationale, avec son remplacement sans réaction par des Conventions citoyennes ou la fin honteuse de la mission d’information parlementaire sur la covid 19, en est une autre illustration affligeante. Elle est pourtant censée être, entre autres, le lieu de l’expression du consentement à l’impôt. Face aux conséquences vertigineuses de la crise sanitaire, cela n’augure rien de bon. Si on n’y prend garde, cela ressemblerait fort à une révolution, au sens cosmologique du terme cette fois, à un retour à une société réactionnaire, où « ceux qui ne sont rien » retrouveraient leurs rangs du Tiers-Etat, ramené à sa fonction primaire de production et sans droit à la représentation. L’ironie voudra que ce soit les progressistes qui prêchent pour la Réaction !

Cette appartenance qui est le bouclier de la liberté

Comme Chateaubriand nous le fait ressentir si justement, « c’est lorsque nous sommes éloignés de notre pays que nous sentons l’instinct qui nous y attache ». Certes, il serait préférable aujourd’hui de concevoir comme principe souverain autre chose que l’envie d’aller étriper nos voisins. Néanmoins, il est illusoire de croire qu’il est possible de construire une démocratie libérale moderne et surtout apaisée, sans une nation, ce sentiment d’appartenance instinctif, cette fraternité intemporelle.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

23 Shares:
4 commentaires
  1. Vite lu mais il me semble ne pas avoir vu une fois le mot Etat. Dès lors, il y a une confusion troublante de l’auteur entre l’Etat et la Nation.
    Oubli (?) d’autant plus navrant en citant Bastiat.

    Une Nation est un substrat, c’est la représentation d’un ensemble d’humains qui ont un encrage géographique, ce qui ramène aux frontières. La chose qui l’administre étant l’Etat, c’est ici qu’intervient Bastiat qui était, rappelons le, un économiste et un magistrat.

    Par ailleurs, il faut en finir avec les phrases creuses telles “Démocratie libérale”, la démocratie ne s’adjective pas, elle est. Cette appellation est par ailleurs drolatique, elle dénonce surtout un désir de parer le libéralisme des oripeaux démocratiques pour faire accroire ce qu’il n’est pas.

  2. Où voyez-vous que la France est encore une Nation, un Pays ?
    Pour les générations qui nous concernent, tout a été mis en oeuvre depuis 1945 pour lobotomiser les “français” !
    Et le résultat est là !
    La France est en pleine décomposition, exténuée, en attente de son “invasion barbare”.

    “La France n’est pas en marche, elle se soumet à la marche du monde”(Pierre-André Taguieff)
    et c’est devenu encore plus flagrant depuis l’élection de Microncescu !
    Elle s’est effacée pour n’être qu’un membre de l’UEE au service du NOM !

    Et pour comprendre il faut lire Henry de Montherlant :
    “Peur de déplaire, peur de se faire des ennemis, peur de ne pas penser comme tout le monde, peur de peindre la réalité, peur de dire la vérité. Mais, en fait, ce sont tous les Français qui, depuis le collège et dès le collège, ont été élevés sous le drapeau vert de la peur…
    …Ce manque de sang et cette lacune de l’âme prennent leur force en ceci qu’ils se sentent justifiés par une certaine morale qu’on inculque au peuple français depuis longtemps. Le mot d’ordre national : “Pas d’histoires !”. La maladie nationale : l’inhibition.”

    mais aussi “Les beaux draps” de Louis-Ferdinand Céline.

  3. Texte intéressant, effectivement, il me semble que celui qui réussira la synthèse entre un nationalisme raisonnable et le libéralisme économique (au sens autrichien), sera sur la voie de la réussite.
    Mais pourquoi se camoufler derrière un pseudonyme à deux balles?
    Y a t il vraiment des gens qui sont dans un milieu où l’écriture d’un billet somme toute bien gentil puisse leur attirer des représailles ?

  4. Il faut clarifier le rapport du libéralisme au sol et les conséquences sur le concept de consensus social. Le concept de nation en soi ne requiert par d’État.
    Hans Hermann Hoppe y contribue beaucoup en démolissant l’hypocrisie dictatoriale de l’espace public .
    Mais Bastiat est comme toujours intouchable, qui démontrait la propriété du sol.
    La démocratie représentative n’est pas compatible avec la liberté puisqu’il s’agit pour le violer la propriété.
    Le marché correspond parfaitement au concept de démocratie ET à la liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer