Macron tente d’échapper à sa hollandisation et de réembobiner les Français

Le Président Macron se lance dans un premier tour de France pour échapper à sa hollandisation. Il commence dans le Lot, dans le joli village de Saint-Cirq-Lapopie. Officiellement, il s'agit de partir à la rencontre des Français après un an de confinement. Dans la pratique, conseillé notamment par le maire de Poissy Karl Olive, Emmanuel Macron va sonder ses chances d'être réélu et tenter une opération de communication pour reprendre la main. La recette, déjà utilisée en 2017, puis en 2019 pour gérer la crise des Gilets Jaunes, peut-elle encore fonctionner ? Ou bien est-il déjà trop tard ?

La hollandisation est-elle déjà consommée, ou bien Macron peut-il rééditer l’exploit de 2017, où il avait décroché une élection sans disposer d’un véritable parti, ni de relais locaux, mais avec un soutien massif des médias subventionnés et une mise entre parenthèses judiciaires du favori des sondages ? Le lancement de son Tour de France à Saint-Circq-Lapopie ressemble furieusement à un tour de chauffe pour voir si la mayonnaise peut prendre. 

Un tour de France préparé à la hâte

Il semblerait que ce tour de France ait été réfléchi à quelques-uns, dont Karl Olive, le maire de Poissy, qui aurait conseillé à Macron d’y aller en lui annonçant qu’il allait “en prendre plein la gueule”. L’idée aurait germé à la fin du mois d’avril. Elle est explicitement conçue comme une prise de température sur la hollandisation du candidat. 

Le Président réunira les mêmes ingrédients qu’en 2019, pour son “Grand Débat” : mobilisation des élus locaux, relais larges dans les médias subventionnés, mises en scène travaillées de rencontres avec les citoyens pour soigner son image. Bis repetita placent ? On a un doute. 

L’occasion de tester la réforme des retraites 

Ce tour de France devrait permettre au Président de jauger sa capacité à réformer le pays, et l’empathie des Français pour une reprise des réformes en suspens depuis le confinement. C’est en particulier le cas sur la réforme des retraites, où le clan des pro-réforme affronte le clan des anti-réformes

Au cours de sa déambulation électorale, pour le paraphraser, Emmanuel Macron devrait donc tester l’appétence des Français pour un réchauffé sur le sujet. On croit déjà connaître la réponse, tant les Français ont résisté de façoon constante à l’universalisation de la sécurité sociale, contrairement au fantasme nourri et martelé par la caste. 

La hollandisation a-t-elle déjà fait son oeuvre ?

Pour l’instant, la grande chance de Macron est qu’aucun rival ne se soit “dégagé” en dehors de Marine Le Pen. La caste et ses financeurs ont pourtant testé de nombreuses formules : Xavier Bertrand, Edouard Philippe, Michel Barnier, et sans doute quelques autres à venir. Mais aucun ne paraît de taille à empêcher Emmanuel Macron de se présenter. 

Faute de combattants, Macron pourrait donc songer à être réélu face à Marine Le Pen en 2022, conformément à l’accord au minimum tacite qui les unit depuis plusieurs mois. Mais le Président devrait quand même se méfier de l’agacement des Français vis-à-vis de sa personne, et de son style très “communicant”, qui pourrait créer bien des surprises. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

150 Shares:
9 commentaires
  1. SVP, où peut-on trouver la liste des communes (+départements) dans lesquelles il va se rendre ?
    Ce serait bien de lui réserver l’accueil qu’il mérite ! Tout est bon : oeufs, tomates, bombes de peintures, de farine, etc… etc… .

    1. Ne rêvez pas, partout où il a traîné ses guêtres, le sévice de sécurité a fait le vide dans un rayon de plus de 400 m et les gens autorisés à l’approcher ont tous été triés sur le volet. Pause-caca, une telle popularité qu’il faut la mettre en exergue grâce à 14 voitures et 5 motos d’accompagnement…

  2. Nous avons appris que Microncescu a été vacciné il y a 2 jours je crois.
    Je ne comprends pas :
    Il a eu soi-disant le covid en décembre 2020 ! Et j’ai retenu que ceux qui ont eu le covid n’avaient pas besoin de se faire vacciner.
    Qui peut m’expliquer ?
    Merci d’avance.

    1. C’est très vraisemblablement du pur flan, parce que les derniers compte-rendus de l’IHU montrent sans ambages que les anti-corps de protection sont très significativement plus forts quand on a con-tracté la maladie que lorsque l’on a été piqué (vous trouverez ça dans ses 3-4 dernières vidéos) – ils montrent aussi qu’en fonction du variant, la protection des thérapies géniques est assez aléatoire (descendant même complètement à zéro pour certains variants.) Il n’y a donc aucune raison objective de se faire piquer pour quelqu’un qui a précédemment contracté le covid.
       
      Pour info, l’IHU a aussi chiffré à 5% des piqués ceux qui déclenchent malgré tout un covid, ce qui repousse la balance bénéfices/risques dans les limbes de la poubelle de l’histoire, mais qui était déjà fait par les nombres ridicules d’effets secondaires officiellement déclarés (~700k décès et +1M d’effets plus ou moins graves), qui sont reconnus ne représenter qu’au plus 1% du total et là, les chiffres ne sont plus du tout triviaux, mais au contraire très alarmants.

    2. Avoir eu le covid ne donne pas une immunité éternelle, mon frère et son épouse qui ont eu cette saloperie ont été vaccinés 6 mois après mais ils n’auront qu’une seule dose.

  3. La réponse a toute cette mascarade sera donnée dans les urnes à la fin du mois. Et, pour analyser la légitimité démocratique de tous ces gugus, il ne faudra surtout pas oublier de ramener leur score électoral au nombre d’électeurs et non simplement de suffrages exprimés car, dans la France macronienne où le pouvoir central essaie ainsi de régner en brouillant les cartes par la com. et en détruisant méthodiquement les partis politiques comme “ces chênes qu’on abat” et donc tout repère pour le citoyen le premier parti de France risque fort d’être l’abstention. Avec 50% d’abstention un résultat à 10 à 15% des suffrages exprimés, comme celui qu’il aura probablement ici dans le Nord Pas de Calais/ Picardie avec, justement tous ces parachutages de poids lourds du gouvernement, devra donc être lu comme une légitimité démocratique de 5 à 7%…. En attendant on peut constater qu’ici, même dans les petits villages où il y à longtemps qu’il n’y a plus le moindre colleur d’affiche leur affiches sont quand même méthodiquement arrachées. La colère est sourde mais toujours là.

  4. Il avait prédit la gifle : “Il semblerait que ce tour de France ait été réfléchi à quelques-uns, dont Karl Olive, le maire de Poissy, qui aurait conseillé à Macron d’y aller en lui annonçant qu’il allait « en prendre plein la gueule ».”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer