Le Pentagone a-t-il financé le laboratoire P4 de Wuhan directement à l’origine du COVID-19?

Le Pentagone est-il directement responsable d'un accident de laboratoire à Wuhan à l'origine de la pandémie du COVID-19? Poser cette question, c'est commencer à comprendre pourquoi les pays occidentaux ont réagi sur la défensive après l'éclatement de l'épidémie en Chine et la diffusion du virus dans le reste du monde? Il est certain que le Ministère de la Défense américain a financé, abondamment, une ONG, EcoHealth Alliance dont le président, Peter Daszak, était le principal interlocuteur scientifique du Professeur Shi Zhengli, responsable du P4 de Wuhan et soupçonnée d'être la première responsable de l'accident de laboratoire. Quelle part des financements américains (et en particulier venus du Pentagone) est allée au P4 de l'Institut de virologie de Wuhan? L'enquête ne fait que commencer.

Le Pentagone a versé sur plusieurs années 39 millions de dollars à Eco Health Alliance,  une ONG qui a elle-même transféré de l’argent à l’Institut de virologie de Wuhan. Quelle partie de cette somme est-elle allée aux recherches du Docteur Shi Zhengli, la désormais célèbre “Batwoman”, soupçonnée d’être à l’origine de l’accident de laboratoire qui aurait déclenché la crise du COVID-19? Il va falloir continuer à investiguer mais le comportement d’Anthony Fauci ou de Peter Daszak, scientifique d’origine britannique, collaborateur de longue date de Madame Shi et directeur d’Eco Health Alliance révèle des hommes qui ont cherché à effacer des traces compromettantes d’une collaboration avec les recherches les plus dangereuses menées à Wuhan. 

Au début 2020, Donald Trump a vite repéré un sérieux problème

Jusqu’en 2020, EcoHealth Alliance ne s’est jamais caché de ses liens avec l’Institut de virologie de Wuhan. India Today a rediffusé récemment des déclarations décomplexées de Peter Daszak, le responsable de l’organisation sur ce sujet. Et tout expert du secteur savait que cette ONG, créée pour étudier les nouvelles maladies, finançait également des expériences universellement controversées (qu’elles fussent menées en Chine, en France ou aux Etats-Unis) de “gain de fonction”, qui consistent à rendre des virus dangereux plus infectieux pour étudier leurs effets sur les cellules humaines.

Et puis est venu lépidémie de COVID 19. Rapidement, les soupçons se sont tournés vers le laboratoire P4 de Wuhan. Une tempête politique a éclaté en mai 2020,  lorsque l’ancien président Donald Trump a annulé une subvention de 3,7 millions de dollars destinée à EcoHealth Alliance et plus particulièrement à Peter Daszak. En fait, l’ancien président américain avait suffisamment d’informations pour lui donner à penser que l’argent gouvernemental avait été très mal utilisé. Et contre ceux qui criaient au scandale, les informations dont nous disposons aujourd’hui lui donnent raison. 

En effet, des données sur les subventions fédérales rassemblées par James Baratta et Mariamne Everett montrent qu’EcoHealth Alliance a reçu plus de 123 millions de dollars du gouvernement – de 2017 à 2020 – et que l’un de ses plus grands bailleurs de fonds est le ministère de la Défense, qui a versé près de 39 millions de dollars à l’organisation depuis 2013.

Il va bien entendu falloir déterminer quelle part de cet argent a été consacrée à la recherche menée à l’Institut de virologie de Wuhan mais il ne fait aucun doute que de l’argent a été versé comme le montrent à la fois l’intitulé des financements et le comportement suspect de Fauci et Daszak.

De l'argent du Pentagone pour le développement de recherches intéressant hautement l'armée chinoise

Les subventions du Pentagone comprenaient 6 491 025 dollars de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) de 2017 à 2020 avec la description suivante : “Comprendre le risque d’émergence de zoonoses transmises par les chauves-souris en Asie occidentale “.

La subvention a été classée dans la catégorie ” recherche scientifique – lutte contre les armes de destruction massive “. On appréciera cette inversion totale de la réalité puisque, comme nous l’avons indiqué dans un précédent article, l’Armée Populaire de Libération comptait beaucoup sur les recherches menées dans le P4 de Wuhan pour développer des armes biologiques. De même que la mission du DTRA est de “contrer et dissuader les armes de destruction massive et les réseaux de menaces improvisées”, EcoHealth Alliance vous pose la question sur son site web: ” Qui s’interpose entre vous et la prochaine pandémie?”. 

EcoHealth Alliance  a également reçu 64,7 millions de dollars de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), 13 millions de dollars de Health and Human Services, qui comprend les National Institutes of Health et les Centers for Disease Control, 2,3 millions de dollars du Department of Homeland Security et 2,6 millions de dollars de la National Science Foundation.

Et, comme résume le Daily Mail: “Un chiffre de financement gouvernemental de 3,4 millions de dollars a été largement rapporté, après que le conseiller médical en chef de la Maison Blanche, Anthony Fauci, a été interrogé lors d’une audition au Sénat sur la quantité d’argent que les National Institutes of Health ont envoyé au laboratoire de Wuhan via ses subventions à EcoHealth Alliance en 2019. Mais les chiffres totaux des subventions, y compris le financement du Pentagone sont beaucoup plus importants”. James Baratta et Mariamne Everett ont rassemblé les déclarations de subventions des agences gouvernementales américaines à EcoHealth Alliance. Ils ont découvert que la déclaration de l’EHA concernant son vaste financement militaire se trouve dans la section “Politique de confidentialité” de son site web, sous le titre “EcoHealth Alliance Policy Regarding Conflict of Interest in Research”. Dans cette déclaration, l’EHA indique qu’elle est “le bénéficiaire de diverses subventions de la part d’agences fédérales, dont le National Institute of Health, la National Science Foundation, l’US Fish and Wildlife Service, l’US Agency for International Development et le Department of Defense”. EcoHealth Alliance ne divulgue pas l’importance de son financement par le Pentagone.

 

Plongée dans les eaux troubles du marécage: de Bagdad 2002 à Wuhan 2019

En 2014, l’administration Obama a instauré un moratoire, qui interdisait de mener aux USA la recherche sur le “gain de fonction”, après que des scientifiques se soient inquiétés du fait qu’elle pourrait conduire à une pandémie mondiale due à un virus génétiquement amélioré s’échappant d’un laboratoire.

Les expériences financées par EcoHealth Alliance en Chine relevaient du même type de recherche. Eh bien, pour contourner le moratoire du gouvernement Obama, EHA a utilisé une faille qui autorise la recherche dans les cas “d’urgence pour protéger la santé publique ou la sécurité nationale”. Eh bien, James Baratta et Mariamne Everett, toujours eux, ont découvert que l’un des “conseillers politiques” d’EcoHealth Alliance est David Franz, ancien commandant du principal centre de guerre et de biodéfense biologique du gouvernement américain, Fort Detrick. Franz est surtout connu comme ayant été placé par le Pentagone dans la Commission spéciale des Nations Unies qui avait inspecté l’Irak en 2002 à la recherches d’armes biologiques, chimiques  ou nucléaires.

Quand le Docteur Daszak créait des fake news

En février 2020, M. Daszak a persuadé plus d’une vingtaine d’autres scientifiques de signer une lettre qu’il avait adressée au très respecté journal médical The Lancet. Comme le résume très bien le Daily Mail: “Cette lettre  a intimidé la plupart des experts, qui ont refusé d’envisager que le virus puisse avoir été fabriqué par l’homme et s’être échappé de l’institut de Wuhan. Jamie Metzl, ancien haut fonctionnaire de l’administration Clinton, qui siège aujourd’hui au comité consultatif de l’Organisation mondiale de la santé sur l’édition du génome humain, a déclaré au DailyMail.com que la lettre du Lancet “était de la propagande scientifique et une forme de brutalité et d’intimidation”.

La lettre commune, publiée dans le journal médical le 19 février de l’année dernière, faisait l’éloge des scientifiques chinois “qui continuent à sauver des vies et à protéger la santé mondiale face à l’épidémie de Covid-19” et ajoutait : “Nous sommes unis pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le Covid-19 n’a pas une origine naturelle”. Hier 21 juin 2021, soit plus d’un an après, The Lancet publie une mise au point de Peter Daszak qui assure qu’il n’était pas en conflit d’intérêt en co-signant le courrier de février 2020 étant donné qu’il n’avait jamais reçu d’argent d’un laboratoire chinois sur ce sujet. Et pour cause, c’est lui qui en versait ! 

Ce n’est pas le seul scandale qui est en train de sortir. Malgré ses liens étroits avec le laboratoire chinois, M. Daszak avait également été choisi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour faire partie de l’équipe de 13 membres chargée de trouver la cause de la pandémie. On se rappelle qu’en mars dernier, après les conclusions provisoires de la commission (et les déclarations de Peter Daszak) écartant à nouveau la possibilité d’une fuite de laboratoire, l’OMS avait été obligée de présenter un communiqué plus nuancé suite à des protestations internationales. 

Devant l'ampleur du scandale, Joe Biden décide que la possibilité d'une fuite de laboratoire n'est plus exclue

On comprend que, depuis quelques mois il devient de plus en plus difficile de cacher la connivence entre une partie des managers de la science occidentale et, surtout, le Ministère de la Défense américain avec ce qui s’est passé à Wuhan. C’est sans aucun doute la raison pour laquelle Joe Biden, digne émule d’un Leonid Brejnev du temps de feu l’URSS, a soudain décrété qu’il était légitime de poser la question d’un accident de laboratoire. En bon chein de garde de la pensée autorisée, la gouvernance de Facebook a décidé de ne plus censurer les points de vue évoquant l’accident de laboratoire à Wuhan. Mais il faut bien se rendre compte que le scandale ne fait que commencer. Inévitablement des enquêtes parlementaires vont avoir lieu aux USA. Et il sera de plus en plus difficile au Pentagone d’échapper à l’investigation. Se rend-on compte de ce que signifie la collaboration, par ONG interposée, de l’Armée américaine avec un laboratoire civil chinois qui travaillait pour les intérêts de l’Armée chinoise dans le développement des armes biologiques?  

Bien entendu, il sera possible de livrer un Anthony Fauci ou un Peter Daszak en pâture aux médias. Mais cela sera-t-il suffisant pour contenir la colère de moins en moins contenue de tous ceux qui découvre, à l’occasion du COVID 19, les innombrables compromissions des décideurs occidentaux avec le communisme chinois?  

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

439 Shares:
15 commentaires
  1. Je comprends mieux la panique de nos dirigeants au printemps 2020.

    Ils savaient que la thèse du Chinois qui a mangé un pangolin suicidaire qui a mangé une chauve-souris avariée était fausse.

    N’empêche que cette panique était quand même mal venue : les premiers articles tentant d’évaluer l’ampleur de la pandémie (Toubiana, Ioannidis) dataient de mars 2020 et étaient clairement rassurants. On sait aujourd’hui qu’ils étaient pourtant pessimistes par rapport à la réalité.

    1. Toute relative, la panique,elle a quand même débouché sur les attaques contre l’HCQ, hors, les chinois traitaient avec quand nous on l’a interdite, préférant le doliprane . Ces salopards n’ont aucune excuse .

      1. “Ces salopards n’ont aucune excuse.”

        Charte de Londres => TPI de La Haye pour Macron et son gouvernement.
        Cela prendra du temps mais quand on tue sa population volontairement en interdisant les soins, il est difficile d’y échapper.

        Il faut aussi comprendre l’enseignement le plus significatif des élections régionales de juin 2021. L’actuel et futur ex-locataire du 55, qui espérait se refaire une santé en 2022 avec les d’jeuns’, en les embobinant sur leurs medias préférés comme l’avait fait Tonton la Francisque en 1988, s’est pris une veste mémorable. 90% des 18-24 ans n’ont pas été voter. Mais ils sont bien vivants, les d’jeuns’, ils ont fait une teuf mémorable le jour de la Fête de la Musique.

        Comment le mec du 55 espérait qu’en enfermant les étudiants pendant plus d’un an dans la solitude de leur chambre, il aurait une réponse favorable à sa politique d’euthanasie de l’économie ? Que l’on me trouve celui qui a affirmé que c’pov’ gars-là était un génie de l’économie ! Je vais le mettre à gérer les stocks de mon p’tit commerce, moi… cela lui apprendra certainement plus la vraie vie des vrais gens que les théories fumeuses de l’ENA.

        Il faut revoir en profondeur les critères de méritocratie de l’Éducation Nationale, parce que ce qui sort des laminoirs de la rue de Grenelle en ce moment, c’est la pire qualité d’acier de mémoire française…

        Qui voudra acheter, ou monter dans nos avions, nos bateaux et nos voitures avec un VRP de si piètre niveau, avec des élèves Bac -8 ?

        1. Je ne voudrais pas être désobligeant, mais “nos voitures” sont devenues de la merde à peine quelques décennies après la genèse de leurs usines, “nos bateaux” ne sont plus représentés que par les chantiers de l’atlantique, qui ont bien failli être également bradés grâce au copain de pause-caca que les conflits d’intérêts ne gênent pas aux entournures et encore, ça, c’est quand leurs bateaux ne perdent pas les pales de leurs hélices par inadvertance – “nos avions” se limitent en tout et pour tout à Dassault lorsqu’il s’agit de maîtriser la chaîne de bout en bout – pas vraiment de quoi pavoiser (surtout pour la marine;-p)
           
          Par ailleurs, vu la “qualité” des têtes qui sortent de l’ednat comme du 3ème reich/del> cycle et du reste, nous sommes depuis des lustres dans une régression la plus sordide, preuves des études internationales à l’appui. Au moins, ceux qui sortaient de l’instruction publique avec le certificat d’étude en poche en savait-ils largement plus que les bacheliers d’aujourd’hui et savaient-ils également réfléchir par eux-mêmes et “en même temps”™, ceux qui sortaient de l’école à 12 ans savaient-ils lire, écrire et compter tout à fait correctement, ce qui n’est plus le cas depuis longtemps – par opposition, ils savent tout sur les ségoliennes et le changement climatique, ce qui leur fait une belle jambe.

          1. Rahhh, il fallait évidemment lire :
             
            Par ailleurs, vu la « qualité » des têtes qui sortent de l’ednat comme du 3ème reich cycle et du reste, nous sommes depuis des lustres dans une régression la plus sordide, preuves des études internationales à l’appui. Au moins, ceux qui sortaient de l’instruction publique avec le certificat d’étude en poche en savait-ils largement plus que les bacheliers d’aujourd’hui et savaient-ils également réfléchir par eux-mêmes et « en même temps »™, ceux qui sortaient de l’école à 12 ans savaient-ils lire, écrire et compter tout à fait correctement, ce qui n’est plus le cas depuis longtemps – par opposition, ils savent tout sur les ségoliennes et le changement climatique, ce qui leur fait une belle jambe.
             
             
            Heu, monsieur Riri, pourriez-vous installer le plugin WP qui permet de modifier ses posts pendant quelques minutes avant qu’ils ne soient définitivement figés, ça serait cool – et tant qu’à faire, celui qui permet d’être notifié par e-mail quand une réponse ou un nouveau post est issu, ça serait le 2ème effet kiss-cool 🙂

  2. S’il n’y avait que l’origine du virus qui pose problème ce serait merveilleux pour nos polytocards qui pourraient garder les fesses propres . Malheureusement c’est très loin d’être le cas et faire durer le nuage de fumée de Wuhan ne les sauvera pas . Qui peut être assez stupide pour croire que les français vont louper une si belle occasion de faire le ménage par le vide après les 20 à 30 000 morts du à l’interdiction de soins, la conduite de godillots ayant validé toutes les aberrations ayant mené à la suspension de nos droits fondamentaux, il la tentative d’instaurer un régime de surveillance généralisée, d’imposer des thérapies expérimentales au mépris de toutes les lois . La quasi totalité de nos politiciens d’opérette, de droite ou pas, s’est conduite en complices actifs, certain allant même jusqu’à soutenir l’interdiction de soins alors qu’ils en avaient eux-mêmes bénéficié . Toute cette racaille mérite d’être interdite à vie de toute responsabilité publique après radiation définitive de la fonction publique pour ceux qui en faisait partie, sans préjudice des poursuites pénales que leurs crimes devraient entrainer dans un pays de droit .

    1. Il manque une seule chose : la déchéance nationale, qui permettra de récupérer un peu de tout ce qu’ils ont pû voler aux français par le truchement de l’état.

  3. Plus personne n’est crédible sur la question; que tout le monde soit impliqué dans cette mascarade est une thèse qui est à deux doigts d’être crédibilisé

  4. Ne pas oublier qu’historiquement, c’est l’armée américaine qui encadrait les recherches sur les risques des radiations, en particulier pour développer l’énergie nucléaire. C’est donc le secret défense qui a motivé le cover-up sur le risque des “faibles” doses de radiations, qui concernait naturellement les travailleurs du nucléaire mais aussi les examens radiologiques. En conséquence, John Gofman qui était directeur du programme de la commission à l’énergie atomique chargée d’évaluer le risque de cancer, et avait découvert le niveau réel du risque de cancer de ces “faibles” doses a été poussé vers la sortie et ses résultats écartés. https://youtu.be/kzc00pZ2D04
    C’est à l’occasion de la découverte des cancers induits par les programmes de dépistage mammographique qu’on peut montrer qu’il avait raison et montrer l’ampleur du cover-up d’une catastrophe mondiale, responsable de la majorité des cancers chez les sujets âgés des pays développés. https://youtu.be/mz5nIHvWJ70

  5. Personnellement, je me méfierai toujours des thèses adjacentes qui tendent à accuser nos alliés pour protéger nos ennemis… A ma connaissance, le laogai n’est pas aux USA mais en Chine. De même, ce ne sont pas les américains qui ont assassiné 50 millions de leur concitoyens lors du Grand Bon en Avant.

    Alors, la coresponsabilité du Covid-19 chez des Docteurs Follamour US, certes, la thèse est forte et étayée dans les marges par cet article d’Edouard Husson. C’est sa thèse. Que protège-t-il ? La vérité ? Ses intérêts personnels pour continuer à faire partie du jeu ? Joue-t-on ici en ce moment la carte Fortitude pour endormir Pékin ? Mais au Jeu de Go de la manipulation, il ne faudra pas laisser croire éternellement aux innocents que nos sommes que la Chine est Blanche de Castille… Il est fort probable – fake news « complotistes » comme les autres précédentes qui deviennent scénario du réel avec le temps – que la Chine ait lancé cette attaque mondiale en utilisant/piégeant les occidentaux, France tout d’abord, USA ensuite. Il y a tant d’égos en souffrance chez les crétino-technocrates occidentaux que le Jeu de Go se la joue avec pénétration sensuelle et vaselinée. L’on ne sent rien venir, pire, c’est bon ! Le régime chinois est passé maître dans la corruption internationale, depuis les transferts de technologie jusqu’aux geishas PCC rencontrées lors de symposiums internationaux, petits chèques de consolation et menace sur la vie de l’entourage si l’on ébruite les détails du piège tendu, puis refermé. L’EPR en Chine est de ces scandales dont la France ne mesure pas encore bien l’impact sur les temps futurs. Donner du boulot à des expats’ ? Arrêter les contrats en cours ? La corde pour nous pendre, oui Lénine !

    Combien de vertueux technocrates français du plus haut niveau ne se sont-ils pas rempli la panse au son du fraternel hymne de la France China Foundation ? L’ivresse du champagne, la délicatesse des œufs d’esturgeon, le charme des délices d’Asie, la voluptueuse caresse des massages extrême-orientaux, ces danseuses et saltimbanques hors du temps, quasi spatialisés… Qui n’aurait pas succombé ? Et combien de structures franco-françaises menacées d’implosion si les fonds chinois s’évaporent ?

    Il serait quand même « raisonnable », cartésien dirais-je, que les grandes intelligences françaises commencent à intégrer mentalement que ce que nous subissons depuis un an, la crise du covid-19, est l’aboutissement d’un plan de destruction de l’occident (de l’intérieur) construit depuis 40 ans. Sinon, si on ne le comprend pas, à quoi bon faire des études supérieures ? Oh, Samuel Huntington, réveille-moi d’urgence ces doux rêveurs !

    On est toujours, dans ces belles constructions mentales dédouanant l’agresseur pour semble-t-il sauver la paix et ses dividendes, dans la perspective des Accords de Munich : « Les méchants, ils sont à Wall Street, pas à Berlin, M’ssieur ! »

  6. Le principal centre de guerre bactériologique ne se trouve pas dans le Maryland, mais dans l’Utah, à Dugway (et accessoirement, dans la plupart des antennes non-référencées de l’usamriid.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer