Macron impose le pass sanitaire aux discothèques dans un grand flash totalitaire

L'accès aux discothèques sera donc subordonné, cet été, à la présentation d'un pass sanitaire, ce qui est probablement contraire à la loi de gestion de sortie de crise et relève donc du flash totalitaire. Cette décision est absurde, puisque la majorité de la clientèle des discothèques est composée de jeunes qui n'ont aucun intérêt à bénéficier d'une vaccination dont les bienfaits collectifs sont encore discutables. Cette annonce à quelques jours de l'échéance risque de faire monter en température une jeunesse qui commence à contester l'ordre ambiant.

Les ministres de la Culture et de PME ont annoncé hier que l’accès aux discothèques qui pourront rouvrir le 9 juillet sera subordonné à la présentation d’un pass sanitaire. Cette décision semble avoir été prise en parfait accord avec les représentants de la profession, en l’espèce l’UMIH. Mais il n’est pas sûr qu’elle satisfasse complètement les jeunes qui fréquentent ces établissements. 

Les amateurs de droit auront évidemment la tentation de contester la décision ministérielle prise s’agissant des discothèques, qui n’avait jamais été évoquée jusqu’ici. Rappelons que la loi limite l’usage de ce pass, puisqu’elle permet seulement de :

Subordonner l’accès des personnes à certains lieux, établissements ou événements impliquant de grands rassemblements de personnes pour des activités de loisirs ou des foires ou salons professionnels à la présentation soit du résultat d’un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par la covid-19, soit d’un justificatif de statut vaccinal concernant la covid-19, soit d’un certificat de rétablissement à la suite d’une contamination par la covid-19. Cette réglementation est appliquée en prenant en compte une densité adaptée aux caractéristiques des lieux, établissements ou événements concernés, y compris à l’extérieur, pour permettre de garantir la mise en œuvre de mesures de nature à prévenir les risques de propagation du virus.

Autrement dit, l’introduction du pass sanitaire s’apprécie au vu de la caractéristique des lieux et des établissements. Peut-on, dans ce cas, imposer des règles générales ? Nous avons un sérieux doute, et quelques référés liberté pourraient bien avoir raison de la décision. 

Nous pensons en tout cas que cette décision au forceps ne correspond pas absolument à l’esprit dans lequel les parlementaires ont voté le texte, et relève purement et simplement de l’un de ces flash totalitaires où le pouvoir viole la loi. 

Vers de fêtes hors les murs ?

Les jeunes obéiront-ils tous docilement à cette décision ? ou bien l’obligation de présenter un pass sanitaire conduira-t-elle au boycott des établissements qui le demandent et à la mise en place de fêtes sauvages ?

Les Parisiens ont eu un premier aperçu de phénomène de “compensation” que les restrictions imposées à une jeunesse qui a subi le COVID sans en être malade, peuvent produire. Ainsi, après l’indigne dispersion de la Fête de la Musique place de la République à coups de gaz lacrymogènes, la Fête a repris sauvagement sur les quais de Seine, dans des conditions de sécurité très douteuses :

Mais laissez-les faire la fête !

On notera que, fait du hasard ? Après avoir massivement déserté les urnes, les jeunes se sont massé le lendemain du scrutin dans les rues pour faire la fête. Mal inspirées, le Préfet de police a parfois ordonné de violentes dispersions des rassemblements. Mais pas qu’à Paris

Ci-dessus, vous pouvez voir l’évacuation de la place de la République. Mais place de l’Hôtel de Ville, l’ambiance était aussi tendue :

Et que dire de ces scènes d’émeute à Annecy ?

Est-ce bien raisonnable de traiter ainsi les forces vives d’un pays, après un an de confinement ? Il faut parfois savoir jusqu’où ne pas trop tirer sur la corde. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

248 Shares:
13 commentaires
  1. Il y avait hier un article sur france soir à ce sujet . Il semblerait en effet que la clique à Micron s’assoit joyeusement sur la décision du conseil d’état . De toute façon ce type est du bois dont on fait les pendus, il est tellement sûr de son impunité qu’il tresse sa corde tout seul . Le problème avec ce genre de petite crapule, c’est qu’ils préférent souvent jouer la “terre brûlée” qu’admettre la réalité de leur échec, dans son cas on peut le mettre au pluriel sans risque, que ce soit sous Flamby ou maintenant c’est un festival . A se demander comment ses sponsors pourraient avoir envie de renouveler leur soutien à ce clown . C’est au point que même une décision positive serait rejetée sans hésitation par quasiment tous les français . J’ai 70 ans et malgré les branquignoles qui défilent à l’Elysée depuis 1978-80 la situation n’a jamais autant senti la fin de règne .

    1. C’est pire qu’un délinquant, parce que c’est un pervers narcissique qui ira effectivement jusqu’au bout de son délire, d’abord parce que c’est sa nature et ensuite, parce qu’on lui a enseigné que lorsque ça ne marche pas, c’est qu’il en faut plus, sans jamais se poser de question, donc, réfléchir par soi-même, marque de fabrique de l’éna – de plus, cette même formation renforce le “sentiment du sachant”, inique pour un type qui a du mal à lacer ses godasses – c’est en con-statant cette triste réalité que vous comprenez qu’il n’y a rien a faire, que de prendre son mal en patience.
       
      De toutes façons, ses commanditaires l’ont déjà largué depuis environ 15 mois – mais c’est inquiétant, parce que s’ils se sont à ce point trompés sur la nature réelle d’un malade mental, ça augure très mal des prochaines érections pestilentielles.

  2. On croirait que « Dieu est parmi nous » installe lui-même la corde pour se faire pendre en 2022… Qui a osé prétendre que ce type était un d’jeun’ qui allait changer la face de la France en l’orientant résolument vers le XXIème siècle ? L’ambiance rappelle plus celle des vieilles croûtes du Politburo et du Pacte de Varsovie.

    Ce mec est un vieux dans un corps jeune.
    Le prétexte sanitaire a été dévoyé par les mensonges éhontés et le refus de soin pour enrichir les copains du Dolder Club (financement de campagne électorale oblige. ‘Tain avec une plantage électorale comme celle de ce week-end, je sois pas certain que l’agence MacKinsey soit pas la meilleure pour gagner, encore moins pour mentir 24/24 sur les chaînes macro-mainstream.

    Il pousse des nez à tous ces Pinocchio !
    A quand les chars ?

  3. Je regarde le rassemblement de tous ces jeunes qui sont venus s’amuser ils sont tous sans défense face à cette police vraiment honteuse..Comment ces policiers peuvent se regarder dans une glace…Au lieu d’encadrer cette soirée pour éviter les dérivés ils lancés des bombes lacrymogène une honte j ai honte de cette police j.ai honte de me sentir impuissante, qui peut nous aider ?? Il n’y a que l’armée mais le veut elle?? Elle attend quoi qu’il y ait des pauvres gosses tués va falloir bouger les anciens nous allons pas regarder la jeunesse se faire massacrer comme les gilets jaunes..

    1. Il faut voir le “niveau” dans la police d’aujourd’hui (je dis bien police, hein, pas gendarmerie, qui fonctionne tout autrement, en évitant notamment de recruter des QI < 85) – vous-avez intérêt à ne pas trop la ramener, parce que vous-avez affaire à des gens dont le niveau est tellement bas qu'il réagissent comme les racailles, en s'énervant dès que vous faites des phrases complètes et que vous utilisez les termes corrects pour qualifier la situation, termes qu'ils ne comprennent pas, ce qui explique leur montée dans les tours – réaction typique de pauvres types n'ayant jamais eu la fibre de la défense de l'ordre dans leur propre pays.
       
      C'est le résultat de looongues décennies de méthodique décérébration et nivellement par le bas de l'ednat, avec la complicité coupable des gouvernements successifs, les légumes étant plus facile à manipuler que les chardons et les serpents.

  4. “Il faut parfois savoir jusqu’où ne pas trop tirer sur la corde.”
     
    C’est là qu’est l’os, parce qu’il est bien connu que les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.
     
    De toutes façons, la conclusion du taulier lors de son passage chez F.Asselineau est la bonne, les gens diront : “oui, oui, on va le faire” pour éviter la prune, puis ils n’en feront qu’à leur tête une fois que la milice francisquaine aura tourné les talonettes – et qu’y pourront-ils, tous ces Jean Foutre ?
    Rien de rien, parce qu’avec une bonne organisation alliée à du bon sens et j’habitude de la manutention des matériels de sono et d’éclairage, une fiesta, même bien équipée, ça peut être prêt à se déplacer en moins de cinq minutes chrono pour aller se poser une dizaine de kilomètres plus loin – au hasard, dans un autre département, dépendant d’un autre préfet…

    1. Ce n’est pas un cafouillage, rien de ce qui est arrivé n’est un cafouillage, ça ressemble plus à une ultime tentative de certains de protéger leurs privilèges au détriment de ceux qui les financent . Ca s’appelle un mauvais calcul mais qu’ils ne s’impatientent pas tout a toujours un prix et c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses .

  5. Mais c’est un choix politique. Comme les restaurants, les troquets, les réunions de famille, tou est bon pour faire chier et sabrer des pans économiques entiers. Déjà que nos rares entreprises concurrentielles sont bradées, alors le petit commerce et les petits plaisirs locaux, rien à cirer pour les anywhere… Maintenant, les fêtes sauvages vont fleurir et seront probablement aussi musclées, tant dans la répression que dans la résistance, que les rave parties. Et comme vont s’inviter, comme à Cologne ou au champ de Mars, tous les MNA et exogènes en mal de baston et de racket, tout cela va probablement dégénérer. Une manière comme une autre d’alimenter l’AFP en nouvelles, tellement de déséquilibrés…

    1. Ça n’est pas qu’ils n’en aient rien à cirer, c’est que tous les lieux que vous citez sont des endroits conviviaux où les idées s’échangent et ça, ça leur fout les copeaux – n’allez pas chercher midi à 14 heures – par exemple, s’ils veulent à tout prix “réguler” les réseaux sociaux, c’est qu’ils font dans leur froc rien qu’à l’idée que ces réseaux pourraient servir à organiser une fronde musclée contre eux et plus si pas d’affinités.
       
      C’est ça qui les rend dangereux et fait qu’ils n’hésitent plus à vous faire frapper par leurs exécuteurs des basses œuvres à titre préventif, c’est ce que tout ceux pourvus d’un cerveau en état de marche a pu observer lors des presque 2 années qu’a duré le mouvement des GJ, de ses gardes à vue et détentions illégales, de ses yeux crevés et de ses mains arrachées. Manque de bol pour eux, ça a exactement l’effet inverse chez une certaine catégorie de gens qui, pour l’instant, se contentent de continuer à ronger leur frein, jusqu’à ce qu’un jour, le trop-plein soit atteint…

Répondre à pabizou Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer