Vaccins Covid-19 : des perturbations menstruelles qui commencent à inquiéter les médecins derrière le discours officiel

Même si un couvercle est mis par les agences de santé et par les médias subventionnés sur une information qui dérange, les effets secondaires des vaccins Covid-19 commencent à ne plus pouvoir être dissimulés. Actuellement, un problème a attiré l’attention des experts et fait désormais l’objet d’une enquête. Il s’agit des perturbations du cycle mensuel constatées chez des milliers de femmes vaccinées au Royaume-Uni.

Plus de 30.000 femmes concernées par les troubles menstruels

Au Royaume-Uni, la MHRA (Medicines & Healthcare products Regulatory Agency) a mis en place un système nommé Carte Jaune. Il permet à la population de signaler les effets secondaires d’un médicament, d’une thérapie, d’un dispositif médical ou d’un vaccin. Depuis le lancement des vaccins Covid-19, de nombreuses femmes femmes ont signalé des perturbations du cycle menstruel.

Selon les informations publiées, ces troubles menstruels concernent plus de 30.000 personnes et ils ont été constatés après administration des vaccins ARNm et adénovirus. Les symptômes varient d’un individu à l’autre. Il peut s’agir de règles surabondantes, retardées ou anticipées. Certaines victimes se plaignent de crampes ou des douleurs menstruelles.

La mise en place d’une enquête sérieuse nécessaire

Dans le British Medical Journal, une immunologiste de la reproduction de l’Imperial College de Londres, Victoria Male, a indiqué que les changements des règles constituent généralement une réaction des cellules immunitaires face aux divers stimuli intégrant les vaccins ; et qu’a priori, ils n’ont aucun impact dangereux.

Cela dit, ce chercheur estime que ces effets secondaires devront encore faire l’objet d’une enquête sérieuse, afin de bien identifier leurs causes et leur sévérité. Ca c’est pour la langue de fois d’une communauté scientifique qui ne veut pas aller contre la doxa officielle. Mais Madame Male ajoute, “la langue dans la joue”, comme on dit en anglais, qu’une telle recherche ne sera pas sans impact sur le succès du programme de vaccination.

Dans The Telegraph, Caroline Criado-Perez, a révélé que les études cliniques menées jusqu’à présent n’ont pas pris en compte les effets des vaccins Covid-19 sur le cycle menstruel. La militante féministe, auteur de « Invisible Women », écrit: « Comme pour la plupart des études cliniques, les essais de vaccins Covid-19 n’ont pas étudié les effets du cycle menstruel – en fait, dans de nombreux essais, les femmes sont totalement exclues ».

Recherche sur l’impact des vaccins Covid-19 sur les règles aux Etats-Unis

Selon le témoignage de ces femmes victimes de ces effets secondaires, les perturbations des règles sont de courte durée. En effet, la plupart d’entre elles ont signalé que leur cycle menstruel était revenu à la normale au bout de quelque temps. 

Quoi qu’il en soit, ces cas de perturbations des règles touchant des milliers de femmes au Royaume-Uni semblent susciter plus d’inquiétude que ne le veulent bien montrer les discours officiels. . Aux Etats-Unis, le NIH (national Institute of Health) a décidé d’investir 1,67 million de dollars pour financer les recherches concernant l’impact des vaccins Covid-19 sur les règles et le cycle menstruel.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

747 Shares:
2 commentaires
  1. perturbations menstruelles temporaires ( le temps du pic de production de l’anticorps S) , problème d’érection chez les hommes ( temporaire aussi )..
    que conclure sinon que l’ARNm n’est pas maîtrisé.. inonder le corps d’anticorps S ( x10 par rapport a l’immunité naturelle ) n’est pas anodin ..
    vu que l’ARNm est temporaire ( multiples injections necessaires) , donc le problème se reproduira jusqu’à devenir recurrent ? puis besoin d’un traitement ?
    Science sans conscience..

  2. Bien sur, temporaire… au bout de quelques mois ils ont le recul! Et quand ces femmes seront infertiles on dira que c’est à cause du changement climatique! Quand je pense aux écolos et à la gauche qui soutiennent ces injections terrifiantes, je me dis que l’implosion de la France est comparable à celle de 1940… et que les collaborateurs doivent être appelés par leurs noms: collaborateur du système de destruction de peuple français! Alors on se rappelle aussi comment les Résistants traitaient les collaborateurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer