Pourquoi le passe sanitaire prouve l’échec du vaccin

Le passe sanitaire est présenté, de façon paradoxale (mais n'est-ce pas le propre d'une propagande que de renverser la réalité), comme une grande réussite sanitaire et un outil de retour à la liberté. Ces "éléments de langage" savamment distillés et répétés autant par la classe politique que par les medias dominants sont devenus une nouvelle doxa : grâce au passe sanitaire, la France parviendrait à gérer harmonieusement les pics épidémiques. On en rediscutera évidemment dans quelques semaines. D'ici là, et sans même soulever le débat de la violation des libertés et de l'instauration d'un crédit social à la chinoise, il faut souligner que le passe sanitaire prouve aujourd'hui l'échec de la vaccination et du vaccin, et non sa réussite.

Le passe sanitaire, et nous allons le montrer, prouve l’échec du vaccin. Pour mieux le comprendre, il faut ici revenir aux titres de la presse il y a un an ou presque : lorsque le travail de labour mené par les paysans de la presse subventionnée pour préparer les cerveaux zombifiés a commencé avec un seul objectif, nous convaincre que le vaccin allait nous “sauver’. 

Le vaccin et le “retour à la normale”

Pour illustrer cette très brève rétrospective, on se contentera de lister ce que la presse proposait avant le début réel de la campagne de vaccination comme perspective pour “l’après” :

Majoritairement, les esprits ordinaires ont reçu, à partir de l’automne 2020, un message massif, roboratif, répétitif, selon lequel le vaccin était la condition pour un retour à la normale, c’est-à-dire une vie sans masques, sans geste barrière, sans confinement. C’était au fond la promesse du vaccin que de nous ramener à une vie comme dans le monde d’avant. À cette époque, on ne parlait pas de passe sanitaire. Pas encore. 

Le vaccin et l’immunité collective

Au début de la campagne de vaccination, on a même entendu la promesse qu’une vaccination de 80% de la population permettrait d’atteindre l’immunité collective. Pour le plaisir, on rappellera par exemple cette déclaration de Karine Lacombe, médecin de plateau bien connue :

De cette intervention télévisée, on retiendra là encore cette phrase essentiellement au raisonnement de la spécialiste :

Car “avec un vaccin efficace à 95%”, nul besoin de vacciner tous les Français afin d’assurer une immunité de groupe dans la population française.

Telle était la promesse servie à l’époque aux téléspectateurs : le vaccin Pfizer était efficace à 95% (si, si, c’était l’information officielle à l’époque) et, avec un vaccin aussi efficace, 60 % de la population vaccinée suffisaient à apporter l’immunité collective. Cela ne pouvait être faux, puisque c’était affirmé par Karine Lacombe, victime malheureuse des méchants complotistes obscurantistes. 

Le raisonnement servi à l’opinion était donc simple : avec un vaccin aussi efficace, vacciner 60% des Français garantissait un retour à la vie normale. 

Et 88,3% de vaccinés plus tard…

Nous sommes en octobre 2021 et, officiellement, 88,3% des Français éligibles à la vaccination ont reçu au moins une dose, c’est-à-dire près de 50% de plus que le seuil d’immunité collective annoncé par Karine Lacombe fin décembre 2020. Pour en être sûr, je cite l’excellent graphique de Covid tracker

C’est quand même impressionnant ! Près de 9 Français sur 10 concernés par la vaccination ont aujourd’hui bénéficié d’au moins une injection. Il sont 17 sur 20 à avoir reçu deux doses. Avec un vaccin aussi efficace, ce pourcentage massif de vaccination devrait rendre le passe sanitaire inutile. Si le vaccin protégeait vraiment, et n’était pas un attrape-politicien de bas étage, nous n’aurions pas besoin de passe sanitaire pour revenir à la vie normale. 

Et pourtant, Gabriel Attal, porte-parole de Castex, a déclaré hier :

« Je ne vois pas comment une adaptation du passe sanitaire pourrait intervenir au 15 novembre. Il y a une reprise de l’épidémie. »

Tiens donc ! on vaccine massivement, il ne reste plus de 12% de Français non vaccinés, c’est-à-dire quelques Mohicans, mais il faut continuer à les exclure des lieux publics pour éviter que l’épidémie, qui reprend, ne reprenne encore plus vite…

Mais alors, l’immunité collective, le retour à la normale, avec le vaccin, c’était du bidon ?

Un vaccin inefficace, mais chut ! ne surtout pas le dire

Il existe en fait deux explications simples (et bien connues de nos lecteurs) au fait que le passe sanitaire soit présenté aujourd’hui en France comme le recours contre la montée d’une cinquième vague : le vaccin ne marche pas, et la vaccination a engraissé l’industrie pharmaceutique sans effet réel prouvé sur la santé publique. Les instances sanitaires ont beau expliquer que le COVID 19 tue moins avec le vaccin (mais en passant sous silence les effets secondaires du vaccin lui-même), une réalité s’impose : la vaccination ne permet pas le retour à la vie normale. 
 
Ajoutons que, dans le temps où le gouvernement a imposé le dogme du “tout vaccin”, il a interdit tous les traitements susceptibles de réduire la mortalité du fait du virus. Les statistiques dont nous disposons aujourd’hui sont donc toutes tronquées et tordues par cette décision fructueuse pour les laboratoires, mais cataclysmiques pour la santé publique. 
 
Une deuxième explication s’impose pour comprendre la permanence du passe sanitaire malgré une vaccination maximale : le passe sanitaire obéit à un prétexte sanitaire, mais sa justification réelle est politique. Il s’agit d’habituer les Français au contact tracking théorisé par Klaus Schwab dans son livre sur le Great Reset, et de stabiliser un marché investi par Thalès
 
Mais les mêmes qui font aujourd’hui l’apologie du passe sanitaire en oubliant la promesse d’un retour à la normale il y a 9 mois avec 60% de vaccinés font semblant de ne pas voir que le passe sanitaire durera bien au-delà de l’été 2022 si nous ne nous battons pas pour y mettre fin. 
Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

194 Shares:
13 commentaires
  1. Toutes les épidémies de virus respiratoires que nous avons connues ont pris fin d’elles-mêmes sans vaccination ni confinement. Pourtant dès 2020 on nous serinait que seul un vaccin pouvait nous sortir de là, faute de quoi nous serions obligés d’être reconfinés à répétition pendant des années. Il serait intéressant de retracer la genèse de cette idée, qui a été admise d’emblée comme une évidence par une grande partie de la population, alors qu’elle est totalement contre-intuitive au vu de l’histoire des épidémies précédentes…

    1. La genèse remonte à 2009-2010, au moment de la grippe H1N1. Même scénario de départ, une maladie extrêmement contagieuse, montée en épingle par les politiques et les médias. Je me rappelle très bien qu’il y avait eu une grande peur véhiculée par les médias, et que les parlementaires avaient réclamé la vaccination. Roselyne Bachelot, alors ministre de la santé, avait commandé des millions de doses qui n’ont finalement pas servi car le virus avait disparu au moment où la vaccination était prête à commencer..

      Voilà qui ressemble beaucoup au Covid 19, à ceci près que cette fois-ci :
      – les médicaments antiviraux ont été interdits,
      – les médecins ont eu interdiction de traiter,
      – les malades ont été renvoyés chez eux avec pour consigne de ne revenir à l’hôpital que lorsque c’était trop tard,
      – dès le début le gouvernement a annoncé qu’il faisait le choix du tout vaccinal (alors que les vaccins ne pouvaient pas être prêts avant décembre 2020)
      – dès que la vaccination a montré des signes d’essoufflement le gouvernement l’a rendue obligatoire, etc…

      Bref, ils ont remarquablement tiré les enseignements de cette première pandémie ratée.
      Je suis admiratif…

      1. oui moi aussi admiratif mais pétrit d’effroi en meme temps ….en fait depuis la WW2 ils perfectionnent leur technique d’annihilement des Peuples ….ils ont commence leur affaire sur les Juifs ……et puis maintenant c’est notre tour 😈

  2. L’utilisation des penicillines a large spectre (Amoxicilline, Ampicilline…) a baissé en France de 10 % en 2020 et de 20% en 2021 par rapport a la moyenne pre Covid .
    – Est que les patients avec des infections bacteriennes ont ete diagnostiqués Covid et traitees avec Paracetamol?
    – Est que ca peut expliquer la surmortalite de 2020 et 2021 ?

    1. Juste pour mon cas personnel, lors d’un symptôme permettant de traiter avec amoxicilline il y a quelques mois, ma doc a refusé la prescription pour cause de surveillance des autorités (sécu, ARS, Ministère) quant aux ordonnances se rapprochant de celles avec les “interdits” type HCQ et Ivermectine. Tout en me disant que je pouvais en prendre en me débrouillant. Flicage étendu et pression généralisée. Heureusement, comme un bon complotiste, j’ai utilisé mon stock de précaution.

      1. bah pareil pour moi j’avais mon stock de survivaliste/komplotiste/anarchiste ….donc un peu d’Artemisia, de Quercetine, de Vit.C lipo, de Zinc (issue d’algues de mer), huile de foie de Morue, Spiruline (ocazu), Curcumine, Propolis, et autres HE (Ravintsara, Laurier, Romarin Camphre) et le KillBill in ze pocket in ze toilet in 72h 🤓

  3. Ça creve les yeux que le pass n’a rien à voir avec des maladies. Il s’agit de faire faire le crédit social à la chinoise en allant beaucoup plus loin qu’elle : en éliminant physiquement tous ceux qui seront présentes comme des boulets : vieux, diabétiques, cancéreux. Il suffira de bloquer leur CB et les priver de traitements.

    On ne peut pas être socialiste sans être eugéniste.

  4. Pétitions et manifs sont royalement ignorés.Les informations politiquement incorrectes sont traitées d’intox.
    Quand on joue contre des tricheurs ,suivre les règles c’est perdre.Voyez les combats recents.
    Je suggère de s’informer sur un petit livre qui transmet l’expérience acquise par ceux qui ont réussi à faire reculer un gouvernement.
    “Comment faire tomber un dictateur quand on est seul, tout petit et sans armes”
    Car je crois vraiment qu’il faut trouver d’autres moyens de se faire entendre pour avoir des résultats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer