Une extraordinaire innovation juridique: le Chili insère la protection des “neuro-droits” dans sa Constitution

Le Chili est le premier pays à introduire dans sa Constitution la protection des "neuro-droits". L’amendement à la loi fondamentale du pays a obtenu l’approbation de la Chambre des députés le mercredi 29 septembre 2021 et a été promulgué par le Président de la République chilienne le jeudi 14 octobre 2021. C'est un événement proprement historique puisqu'il s'agit de faire servir les immenses progrès des neurosciences et de l'intelligence artificielle aux progrès de la médecine mais d'interdire toute tentative de manipulation ou prise de contrôle du cerveau. Au moment où une partie de l'innovation américaine est fascinée par la perspective de "l'homme augmenté", un Etat latino-américain pose des limites claires à l'expérimentation scientifique.

Un article de la Constitution sur la protection de l’identité mentale: une première dans l’histoire

Le développement scientifique et technologique doit être au service des personnes et s’effectuer dans le respect de la vie et de l’intégrité physique et mentale. la loi réglemente les exigences, les conditions et les restrictions de son utilisation sur les personnes, et protège tout particulièrement l’activité cérébrale, ainsi que les informations qui en découlent“.

La nouvelle rédaction de l’article 19 de la Constitution du Chili pour garantir les “neuro-droits” (dont nous donnons le texte original en espagnol dans le tweet reproduit ci-dessus) a vu le jour grâce à l’engagement d’un petit nombre de sénateurs. La Haute Assemblée l’a votée à l’unanmité et la Chambre des Députés à une large majorité. C’est la première fois dans l’histoire qu’un tel paragraphe consititionnel va entrer en vigueur. Le texte demande au législateur d’élaborer autant que de besoin des  lois permettant de respecter les principes ainsi établis dans la Loi suprême du pays. 

«Nous sommes heureux que ce soit le début d’une évaluation au niveau mondial sur comment les technologies doivent être utilisées pour le bien de l’Humanité» s’est félicité le sénateur Guido Girardi sur son compte Twitter.

Cette modification de la Constitution chilienne a été conçue pour protéger l’identité mentale et l’intégrité psychologique de tous les Chiliens face à l’avancée des neurotechnologies et au développement de l’intelligence artificielle (IA). Le texte permettra à chaque individu « le droit à l’intimité mentale, à l’identité personnelle, au libre arbitre de la pensée, à l’accès équitable aux technologies qui augmentent les capacités humaines et à la protection contre la discrimination ».

La protection des "neuro-droits" est une innovation juridique majeure.

Selon l’un des promoteurs de ce texte, le sénateur Guido Girardi, l’intelligence artificielle et les neurosciences évoluent à grande vitesse et il était urgent d’intervenir. Le chercheur espagnol  Rafael Yuste, actuellement en poste à l’Université de Columbia et expert du Brain project au Chili,  prétend pour sa part que “la neurotechnologie sera capable de décoder la pensée humaine d’ici 1 ou 2 ans et de la modifier d’ici 5 ou 10 ans.”. Plutôt que de se demander si ces délais indiqués sont exagérément courts, les énateurs chiliens ont préféré prendre les devants.  Il faut empêcher que les neurosciences servent à manipuler le cerveau humain ou à collecter des données cérébrales d’un individu sans son consentement.

 La Chambre des députés a aussi indiqué dans un communiqué que les avancées scientifiques et technologiques doivent être au service des personnes. Elles ne devront en aucun cas nuire à l’intégrité physique et mentale.

Prévenir les mauvais usages d'avancées technologiques extraordinaires

La réalité commence bel et bien à dépasser la fiction, comme le montre l’expérience réalisée par la start-up Neuralink fondée par Elon Musk (vidéo ci-dessus). On y a mis au point des implants cérébraux testés sur un singe en avril 2021. Ces implants auraient permis à l’animal de jouer à un jeu vidéo sans manette. Le singe aurait tout simplement contrôlé ce qui se passait  avec sa pensée. On voit bien les enjeux médicaux: de tels progrès pourraient permettre à des personnes paralysées de se servir d’ordinateurs. Cependant, la nature humaine étant ce qu’elle est, il faut prévenir la tentation pour des entreprises ou des Etats de manipuler des personnes à l’aide de telles méthodes. 

On pense à l’usage que le “capitalisme de surveillance”  mais aussi certains Etats totalitaires peuvent en faire. Le domaine de la neurotechnologie séduit par exemple les entreprises chinoises de connivence avec les autorités centrales, qui envisage la mise en place de capteurs sur les casques des ouvriers pour une meilleure productivité et contrôler leur état émotionnel. 

Rafael Yuste, espère que  l’Espagne adoptera bientôt une loi semblable  à celle votée par le Chili. Selon lui, «Bientôt, il sera possible de déchiffrer la pensée et la manipuler. Mais il est urgent d’éviter de possibles dérives de la part d’entreprises voire de certains Etats».

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

290 Shares:
5 commentaires
  1. C’est une bonne chose, MAIS de nbx pays ont signé la convention d’Oviedo ou encore valider le code Nuremberg, pourtant et je ne parle que de la France, avec le Covid , ce n’est pas respecté. Je n’ai plus confiance en le politique. Macron est bien un politicien du en même temps. En même temps il y a des textes et en même temps je m’y assois dessus. Et nous les citoyens….nous subissons . Il faut en finir avec ce modèle de démocratie qui n’en n’est pas un pour aller vers un modèle incluant la participation directe du peuple

    1. Le problème des citoyens c’est qu’ils ne sont pas d’accord entre eux avec des intérêts souvent contradictoires, le moi d’abord. Les élites s’en servent pour diviser …

  2. L’enfer est pavé de bonnes intentions, qu’est-ce qui garanti son application ? Ça fait bien mais justement ça m’énerve ! Sauf si en 1 c’est ecrit “tout president qui fait du en même temps doit être… doit être… euh ?…. suspendu. Attention ! j’ai pas dit à un crochet de boucher, quand même, si ?!

  3. Je suis très déçue de voir qu’Elon Musk poursuit ce genre de recherche. On nous fait tout le temps le coup des progrès pour la science mais y a-t-il quelqu’un qui s’intéresse aux progrès de la santé ? C’est insensé tout ces milliards dépensés à des trucs aussi futiles ! Car quand on comprend comment rester en santé on ne contracte plus de maladies dégénératives ou de trisomie bref on se retrouve avec infiniment moins de personnes handicapées !
    Et tout ce fric pourrait aussi servir à penser des moyens de voyager sans collision possible ? Des navettes atterrissent à l’autre bout du système solaire et on en est encore à galérer avec nos systèmes de freinage !
    Et la pauvreté ? Encore un moyen d’amplifier la maladie, l’impossibilité d’avoir des outils performants. Quand va-t-on s’attaquer à ce problème les amis ?
    Bref déçue par cette vidéo car à mon avis le singe à mieux à faire qu’à rester scotché devant un écran et l’humain aussi !

  4. Excellente initiative, qui intervient cependant trop tard pour la france, vu que sa constitution est De Facto suspendue depuis mars 2020 par des lois scélérates qui n’auraient jamais du passer le barrage du parlement et encore moins celui du con-seil con-stitutionnel, mais bon, avec le sang pour sang coupable à sa tête, espérer quoi que ce soit de positif, logique, bon pour les gens et surtout, non-corrompu, c’était mission impossible et peine perdue d’avance…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer