Le catastrophique bilan d’Emmanuel Macron en politique étrangère

Au moment du bilan en avril 2022, Emmanuel Macron ne pourra présenter qu'une série d'échecs en politique étrangère. L'épisode du SMS"australien" est le dernier avatar d'une série de camouflets essuyés par un président de la république qui n'a pas compris que l'art de faire fructifier une puissance nationale ne s'apprend ni à Sciences Po ni en fréquentant assidûment les grands forums internationaux du mondialisme. Mais en connaissant l'histoire et la géographie de son pays et en sachant s'entourer d'individus expérimentés dans le domaine de la défense, de la diplomatie et de l'industrie.

Loin d'avoir honte du fiasco australien, Emmanuel Macron aggrave l'isolement de la France

Les médias australiens ont communiqué mardi 2 novembre le contenu d’un SMS envoyé par Emmanuel Macron au Premier ministre Scott Morrison en septembre, dans lequel le dirigeant français demandait : “Dois-je m’attendre à de bonnes ou de mauvaises nouvelles pour nos ambitions communes en matière de sous-marins ?”.C’était juste avant l’annonce de l’annulation du contrat français. Le président français n’avait pas daigné répondre à une demande de communication téléphonique urgente du chef du gouvernement australien; et envoyé ce texto prouvant qu’il se doutait de quoi il s’agissait mais n’osait pas regarder la réalité en face.

Scott Morrison a laissé fuiter le message reçu du Président français  comme preuve que Macron savait que l’accord était douteux après que Macron eut accusé le dirigeant australien d’avoir menti lors d’un dîner à Paris en juin. Macron a déclaré que Morrison ne lui avait donné aucune indication que l’accord ne se ferait pas. 

Quelles que soient les protestations de l’ambassadeur de France en Australie devant cette mauvaise manière australienne, cela ne change au rien au fait que le Président français a publiquement accusé le chef d’un gouvernement étranger de mensonge juste après avoir rencontré Joe Biden et s’être fait humilié par le Président américain – qui n’avait rien d’autres que de bonnes paroles pour apaiser le courroux du Président français après la perte du contrat de sous-marins.  Réflexe humain, trop humain, Emmanuel Macron, humilié par Biden et ridiculisé par Boris Johnson – qui lui fait payer l’hostilité française bornée lors des négociations du Brexit –  s’en prend au plus faible des trois membres de la nouvelle alliance Aukus, l’Australien. 

Mais cela ne change rien au fait que la France a perdu un contrat qu’elle n’aurait pas dû perdre, par lenteur de mise en oeuvre et incapacité à comprendre comment fonctionne le monde de la troisième révolution industrielle. Et qu’Emmanuel Macron aura beau essayé de dissimuler les faits, il était au courant très en amont de la rupture du contrat et n’a pas trouvé la parade, comme le Courrier des Stratèges . l’a expliqué à ses lecteurs après la perte du contrat.

En fait, cette crise nous fait toucher du doigt une évidence: le piètre bilan d’Emmanuel Macron en politique étrangère.   

Cinq ans d'abaissement de la France

On  ne compte plus les gaffes, erreurs ou incidents diplomatiques causés par Emmanuel Macron depuis qu’il est président: 

+ Lors de sa première entrevue avec Poutine fin mai 2017, il insulte un journaliste de RT devant le président russe. Quelques jours plus tard, le représentant de l’AFP se voit exclu d’une rencontre avec le président russe à Saint Pétersbourg.  Quelques mois plus tard, lors d’une autre conférence de presse commune, en janvier 2018, le président turc prend exemple sur Emmanuel Macron et insulte un journaliste français. 

+ Pour un président qui se targue de parler anglais,  Emmanuel Macron a quelques lacunes. Ainsi quand il qualifie de “delicious”, comme de la nourriture, la femme du Premier ministre australien en mai 2018.  Mais le problème est plus profond. Emmanuel Macron veut régulièrement intervenir en anglais sur la scène internationale. Ainsi lorsqu’il défie Donald Trump par une déclaration “Make  Our Planet Great Again” en avril 2018 ou, le même mois, lorsqu’il intervient devant le Congrès.  A ces deux occasions, Emmanuel Macron se permet de critiquer le président américain sans être en face de lui. Pour autant, il n’y gagne aucun respect de la part des adversaires de Donald Trump: la perte du contrat australien sous l’impulsion d’une administration démocrate en est la preuve. 

+ Après la terrible explosion de Beyrouth, le président se rend à deux reprises au Liban, en août et en septembre 2020 et prononce des formules définitives pour placer la classe politique libanaise devant ses responsabilités.  Que reste-t-il quinze mois plus tard? Beaucoup de condescendance et une image de la France abimée parce que notre pays n’a pas aidé les Libanais à se sortir de la crise économique et politique dans laquelle ils sont plongés. 

+ Avec l’Algérie, Emmanuel Macron est passé d’une indécente formule sur la colonisation comme crime contre l’humanité, durant sa campagne présidentielle de 2017 à un sérieux incident lorsqu’il se permit de critiquer la politique mémorielle algérienne. 

+ en novembre 2017, intervenant devant des étudiants au Burkina-Faso, Emmanuel Macron provoque le départ du président du pays  de l’amphithéâtre  après qu’il eut répondu à une étudiante qui s’étonnait de l’installation de climatiseurs pour sa venue: “Vous me parlez comme si je suis le président du Burkina Faso. je ne veux pas m’occuper de l’énergie au Burkina Faso. C’est le travail du président [Kaboré]. Et loin de réparer sa gaffe, il l’aggrave en ajoutant: ” Du coup, il [Roch Marc Kaboré] est parti réparer la climatisation”. Ce même jour, Emmanuel Macron donne à comprendre que la France n’est que la garante du CFA, elle ne le voit plus comme un instrument de puissance. Du coup, il met en branle un processus qui aboutit à une perte d’influence majeure de la France en Afrique puisque les pays utilisant cette monnaie ne sont plus tenus de déposer des réserves à la Banque de France. 

Macron s’intéresse plus à l’Europe qu’à notre présence mondiale mais même en Europe il échoue

Australie, Afrique, Méditerranée… On ne compte plus les échecs du Président français à maintenir l’un des deux piliers de notre puissance, la maîtrise de l’outil marin et ultra-marin. Peut-être Emmanuel Macron verra-t-il, dans quelques semaines, la Nouvelle Calédonie choisir l’indépendance, faute d’avoir su piloter le processus des référendums successifs.  On a aussi soupçonné le président français de vouloir abandonner les Iles Eparses. Ce Président qui se gargarise de la “startup nation” ne comprend pas bien les ressorts de la puissances au XXIè siècle, en particulier l’importance de notre domaine maritime et la nécessité d’investir moins d’énergie dans l’Union Européenne et plus dans notre présence tous azimuts. (C’est l’une des raisons majeures pour laquelle la Grande-Bretagne est allée au bout du Brexit: l’UE est énergivore et bureaucratique et le pays voulait pouvoir mettre en oeuvre une vision du Global Britain). 

Pour autant, le Président français a-t-il obtenu ce qu’il voulait en Europe? En se fixant exclusivement sur la relation franco-allemande et en snobant les “petits pays”, Emmanuel Macron  a été bien incapable de faire accepter globalement sa vision d’une “souveraineté européenne”. Et ceci d’autant plus qu’il a porté l‘endettement du pays à 120% du PIB. 

Comme nous l’avons montré hier  dans ces colonnes, Emmanuel Macron a peu obtenu de l’Allemagne et toujours selon un calendrier calculé par l’Allemagne. En refusant de soutenir la candidature de son compatriote  Michel Barnier pour la Commission Européenne et en préférant soutenir Margrethe Vestager, candidate danoise, Emmanuel Macron s’est retrouvé avec ce qu’il voulait éviter : une présidence de la Commission allemande.  En refusant de chercher des alternatives au dialogue franco-allemand, Emmanuel Macron s’est ainsi privé de pouvoir constituer des majorités en fonction des projets français. Ce n’est que très récemment qu’il a commencé à changer de méthode, sur la question de l’énergie nucléaire. A six mois de la fin de son mandat.  Le président français a déclaré que l’OTAN était en état de “mort cérébrale”; mais il n’a rien réussi pour créer une Europe de la Défense – même en s’avançant très imprudemment sur la possibilité d’un partage de l’arme nucléaire ou du siège français au Conseil de Sécurité. Il a voulu améliorer les relations de l’UE avec la Russie mais n’a rien obtenu. 

Entre slogans et super-machins

Au fond, demandons-nous pourquoi Emmanuel Macron a si peu atteint en politique étrangère alors qu’une partie des experts internationaux étaient convaincus qu’il représentait un nouveau souffle pour la France? 

+ Il est le premier président français qui a fait sa scolarité après la réforme Haby, celle qui a cassé une première fois l’enseignement de l’histoire au lycée. Or on ne mène pas la politique étrangère d’un pays comme la France sans une culture historique – et géographique. 

+ Emmanuel Macron partage l’illusion très française que dans la mondialisation on abandonne sa souveraineté. Comme si les Américains, les Allemands, les Russes ou les Chinois, dans l’économie ouverte ne songeaient pas d’abord à l’intérêt de leur pays (y compris avec une vision de leur nation réduite aux élites dans le cas des nations occidentales)

+ Emmanuel Macron ne se sent pas Français. Il est difficile de défendre son peuple quand on en méprise une partie (les “gens qui ne sont rien”, les “illettrées” etc…). Comment voulez-vous vous faire respecter quand vous dites du mal de vos compatriotes à l’étranger (le “Gaulois réfractaire au changement”)

+ Emmanuel Macron n’est au fond intéressé que par les cénacles internationaux. En pleine crise du COVID-19, alors que la gestion de son gouvernement était l’une des moins bonnes parmi les pays développés, le président français était plus intéressé par la vaccination à l’échelle mondiale que par la santé des Français. Il est, beaucoup plus que Giscard en son temps, un président mondialiste, qui ne jure que par les organisations internationales et l’émergence d’une gouvernance supranationale.  L’homme qui aime bien les slogans comme la “startup nation” rêve d’être un jour à la tête d’un “super-Machin” – pour adapter la formule du Général de Gaulle. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

347 Shares:
23 commentaires
    1. Quand on élit un banquier , mondialiste de surcroît, convictions fric , on ne peut être que plumé. Et en plus si le coq a beau plumage , beau ramage, éclatant de jeunesse, c’est le destin de la volaille, tel est pour lui le peuple qu’il dirige et qu’il méprise au plus haut point. Vous rappelez d’ailleurs ses anathèmes envers ce peuple.

    2. Ouch! S’il y a un personnage qui enflamme les cerveaux au quart de tour c’est bien maqueron, le souffre douleur instantané. Toujours ce ton outré qui condamne à la peine capitale le coupable d’une fôte de goût. Si on regarde de près, maqueron accentue à peine l’arrogance française classique par (1) des caprices d’enfant gâté qui lui viennent de brizitte, (2) des poses managériales classiques chez les technocrates hors sol qui font des moulinets PowerPoint depuis Davos ou Bruxelles. Un petit marquis parmi d’autres, une copie carbone de dirigeant du G7 woke. À choisir maqueron a le mérite de ses artères. Le grand barnier c’est la même en vieux. Même moule: plan de carrière ambulant qui court derrière la mode.

  1. le Roi Macron c’est :
    – 500 000 € pour redécorer la Salle des fêtes (avec un résultat affreux et inapproprié au lieu).
    – 500 000 € pour changer la vaisselle de l’Élysée.
    – 930 000 € pour poser des feuilles d’or dans son bureau.
    et maintenant, rénover la Salle du Conseil des ministres..
    – Élu par 18% des Français.
    – Destruction du code du travail.
    – Destruction du système de chômage.
    – Destruction du système de retraite / CSG.
    – Destruction des aides CAF
    – Destruction du système de logement social.
    – Protection sociale attaquée.
    – Gèle du SMIC
    – Autorisation de la vente/destruction des entreprises stratégiques FR à l’étranger, (Désindustrialisation).
    – Baisse des impôts en faveur des entreprises dans le PLF 2021.
    – Suppression de l’ISF.
    – Multiples lois liberticides passées en force.
    – Précarisation des chercheurs et enseignants-chercheurs.
    – Achat de plusieurs milliards en matériel militaire.
    – Démantèlement des Services publics.
    – Vente du patrimoine à l’étranger.
    – Agriculteurs et pêcheurs condamnés, car mise en concurrence direct avec des pays à très bas coût et infiltration de produit OGM via les traités de libre-échange.
    – Politique monétaire unique et déflationniste inadaptée à la situation française.
    – ETC..
    “Y a pas d’argent magique” hein ?
    “Essayez la dictature” qu’il disait…
    “Venez me chercher” qu’il disait…

  2. Nous aurions pu nous attendre à autre chose de ce petit monsieur , pour ma part je ne suis pas déçu puisque n’ayant jamais cru en lui, sa politique d’abandon de notre pays aux mondialiste ne fait que confirmer son manque de bon sens dans tous les compartiments de ses interventions nationales ou internationales. Comment dit on impéritie précisément concernant la fonction présidentielle? il existe maintenant un synonyme la macronie, et par ce biais cet incapable prétentieux rentrera dans l’histoire.

  3. Monsieur Husson, je partage votre avis sur les effets délétères des réformes scolaires. Et pas seulement en histoire géographie. Véran aussi a été scolarisé après la réforme Haby…

    1. La 2nde URL est hilarante (enfin, vu de loin seulement), celle sur honni-soit-qui-manigance, moins (mais elle a le mérite de poser les éléments sur la table pour ceux qui n’ont pas suivi le bouzyn).
       
      Un gouvernement arrivant à ce taux d’échecs, de forfaitures et de “cépômoacélott”, on peut dire que ça relève de la profession de foi(e jaune)…

  4. Macron est un imposteur, manipulateur, arrivé à la magistrature suprême par effraction…
    Il ne fait qu’obéir aux ordres de la mafia mondialiste, en bon petit soldat, il n’a aucun autre projet pour la France et les Français…

  5. Le bilan de Macron n’est pas une catastrophe mais une prévision. Macron roule pour la Chine, il l’a dit lui-même. Je suis maoïste… Bientôt, il offrira à ses amis la Nouvelle-Calédonie, début décembre, le 12 exactement, se
    tiendra le référendum qui en décide. Les résultats sont prévus, eux aussi. Tout comme l’élection de Macron a été prévue : Macron a été imposé aux Français. Les chiffres ont été truqués. Les résistants l’ont découvert, comme pour Trump : trucage des élections. En France, par spoliation des voix aux petits candidats… Le projet AUKUS ne fait que révéler le schéma des alliances militaires actuelles. Le prochain épisode se jouera dans le Pacifique. Et le suivant en Europe. Le seul espoir viendra des contre-pouvoirs US.

  6. L’histoire du SMS est au mieux symbolique, d’ailleurs est-il seulement authentique ? Les australiens nous démontrent quotidiennement aujourd’hui qu’ils ne sont pas à une indécence près.
    Pur juger Macron, il suffit de couper le son de son verbiage incessant et creux pour regarder les faits. Macron a un PROOOOJEET et ce projet n’est pas la France. De son passage à Bercy, Alstom, l’accès étonnant à la présidence, la gestion calamiteuse des Gilets Jaunes, celle encore pire du COVID, crise sanitaire qui a bon dos, instrumentalisée pour faire passer son agenda (sa livre de chair) à vitesse grand V, au nez et à la barbe des français encore pas remis des confinements, fermetures administratives, plans blancs dans les hôpitaux, harassés de messages hypnotiques….
    Il n’y a qu’à regarder les faits mais qui les regarde encore ? A part nous, qui sommes si peu nombreux.

  7. Bonjour,les habitants ont voulu ce petit intrigant comme chef ,ils l’ont eu .
    Avant son élection en 2017 ,il fallait lire son manifeste de présentation attentivement.
    Il avait bien précisé qu’il allait diriger la France par ordonnances et c’est ce qu’il a fait et continu a faire.
    Il le fait mal,même très mal mais il continu et en plus ,avec l’aide de toute une équipe qui est a genoux devant lui comme devant un dieu.
    J’espère sérieusement que les futurs électrices et électeurs aux prochaines élections présidentielles vont êtres très nombreux a voter pour l’éjecter .
    Ce qu’il y a de malheureux c’est qu’il est jeune et ,même mis sur le coté ,les habitants de la France vont êtres obligés de continuer a lui offrir une paye importante pendant de nombreuses années.

  8. Macron n’est rien, c’est le regard des observateurs qui fabrique le personnage, un Président imagine… et aussi cet esprit positif emprunt de naïveté du français qui veux voir du bon et du bien partout. Comme lors des attaques subversifs, des déséquilibrés!… Il faut vraiment en faire des tonnes et des tonnes pour que les gens se réveillent. Au vu des réactions de ses observateurs, plutôt maladroits, je pense qu’il doit jubiler et bien se marrer le soir avec sa chère moitié !

  9. Excellente analyse. mais comme le Monsieur à de fortes chances de faire un second quinquennat (même s’il n’est élu que par 25% des électeurs), il faudra affiner cette analyse en termes de pourquoi se comporte-t-il ainsi et je vais tâcher de vous donner des éléments d’analyse qu’on ne peut pas percevoir depuis Paris. Macron n’aime pas la France en tout cas une bonne partie des français et il sera probablement encore longtemps dans ce qu’il faut analyser comme une fuite en avant permanente. Pour comprendre cette fuite en avant ponctuée des maladresses d’un arrivé mal dégrossi, il faut être natif de Picardie, avoir vécu à Amiens, et pour qui voudrait comprendre en visitant la ville de son enfance il faut aller déambuler dans le quartier Saint Leu qui, après l’ère communiste de cette pauvre ville devait être une sorte de quartier bobo; la vitrine du renouveau De Robien. Effectivement on peut finir par avoir envie de se sauver.

    Nous avons d’ailleurs en littérature un individu similaire dans sa fuite en avant et originaire lui aussi de cette citée qui permet de comprendre le personnage Macron c’est Edouard Louis. Bien sûr l’un vient des quartiers sud où la bourgeoisie locale vit entre soi , l’autre à plutôt connu les quartiers de l’autre côté de la ville. Mais chacun à sa façon ils ont manifestement envie de vomir leurs origines et, plus ou moins consciemment, envie de leurs faire payer cette envie de vomir. Et, pour aller plus loin dans la compréhension du personnage il faut lire le premier ouvrage d’Edouard Louis; “En finir avec Eddy Bellegeule”. Mutatis mutandis on y retrouve des similitudes de parcours capables d’expliquer leur “prolophobie”

  10. Le drame, c’est que la constitution française et ses deux tours électoraux, pervertissent profondément la politique. Par exemple, ce “fameux” deuxième tour permet les “votes utiles”, c’est à dire voter pour celui-ci ou celle-ci pour “éviter” surtout que celui-là ou celle-là soit élu(e) et même s’il y a une abstention record de “fournir” une “confortable” majorité inculte qui marche à côté de ses chaussures. Tels sont les faits très brièvement rappelés ici qui enfoncent un coin fatal entre la représentation nationale et la société toute entière qui n’a plus de représentant(e)s.
    L’analyse ci-dessus est remarquable de justesse, elle pointe l’inculture et le misérabilisme des politiques, il y manque la désastreuse affaire Alsthom.
    Enfin le système français est devenu inopérant. Il faut en changer.
    Je le dis et le redit il faut s’inspirer du la Suisse. Pas la Suisse bancaire et financière aussi pourrie que les plus grandes banques dans le monde, mais la Suisse territoriale qui fonctionne de bas en haut et non l’inverse dont la France est devenue le lamentable exemple.

  11. Le drame, c’est que la constitution française et ses deux tours électoraux, pervertissent profondément la politique.

    Par exemple, ce “fameux” deuxième tour permet les “votes utiles”, c’est à dire voter pour celui-ci ou celle-ci pour “éviter” surtout que celui-là ou celle-là soit élu(e) et même s’il y a une abstention record de “fournir” une “confortable” majorité inculte qui marche à côté de ses chaussures. Tels sont les faits très brièvement rappelés ici qui enfoncent un coin fatal entre la représentation nationale et la société toute entière qui n’a plus de représentant(e)s.
    L’analyse ci-dessus est remarquable de justesse, elle pointe l’inculture et le misérabilisme des politiques, il y manque la désastreuse affaire Alstom.
    Enfin, le système français est devenu inopérant à cause d’un personnel politique disqualifié. Il faut en changer, imiter l’Angleterre, la Pologne et la Hongrie et sortir de ce mourroir des nations qu’est l’ “Europe” et son “union”.
    Je le dis et le redis. Il faut s’inspirer de la Suisse. Pas la Suisse bancaire et financière aussi pourrie que les plus grandes banques dans le monde, mais la Suisse territoriale qui fonctionne de bas en haut et non l’inverse comme la France…

Répondre à Renaud Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer