La 5è vague de la peur: quand les gouvernements européens perdent leur sang-froid face à des contaminations qui révèlent l’inefficacité de la vaccination

Nos gouvernants nous rejouent la mélodie de la peur de l’arrivée imminente d’une 5e vague. Une 5è vague, au centre des discussions et des angoisses: plusieurs États européens ont commencé à prendre de nouvelles mesures coercitives.

France : un passage aux frontières règlementé et un reconfinement à ne pas exclure

En France au mois de juillet, pour justifier le recours à la vaccination, on parlait d’une 4e vague à prévenir et on a mis en place le pass sanitaire. Désormais, face à la peur d’une éventuelle cinquième vague, la France a pris la décision de mieux réglementer son accès au territoire national, d’accélérer la troisième dose et, peut-être, de reconfiner. 

En effet, depuis samedi dernier, les voyageurs âgés de plus de 12 ans provenant de Belgique sont obligatoirement amenés à présenter leurs tests PCR négatifs s’ils n’ont pas été vaccinés. En outre, les tests effectués au-delà d’un délai de 24h ne seront désormais plus considérés. Cette décision fait suite au constat de l’augmentation des nouveaux cas de contamination en Belgique qui a connu 39% de hausse en seulement une semaine.

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a révélé samedi soir, lors de l’émission « on est en direct » sur France 2 qu’ « il ne faut jamais rien exclure par principe. Cette épidémie continue de surprendre le monde entier », alors qu’il éclairait les questionnements en lien avec le retour au confinement.

Pour justifier le retour de la cinquième vague de peur, le taux d’incidence en France repasse au-dessus de 100 cas pour 100 000 habitants, des statistiques qui vont bien au-delà du seuil d’alerte arbitrairement fixé par le gouvernement. Face à cette « flambée » de l’épidémie, Véran alerte sur la situation sanitaire qui  “ressemble clairement à une cinquième vague” . Mais le ministre ne parle pas de recrudescence des hospitalisations ni des décès.

Alors qu’il s’agit d’une mesure inutile et très mauvaise pour les enfants et adolescents, le gouvernement prône le retour des masques dans les établissements scolaires et une troisième dose de vaccin destinée aux adultes âgés de plus de 65 ans. En attendant une probable généralisation de la troisième dose. 

Autriche : vers le confinement des non-vaccinés

L’Autriche sera-t-elle un (mauvais) modèle pour la France. En Autriche, le gouvernement a opté pour un confinement qui s’applique aux personnes n’ayant pas encore reçu leur vaccin et ceux qui sont en voie de guérison après avoir été affectés par le Covid-19.

En effet, dimanche 14 novembre, le chancelier Alexander Schallenberg a déclaré au cours d’une conférence de presse que “La situation est grave (…). Nous ne prenons pas cette mesure le cœur léger mais malheureusement elle est nécessaire”.  

Cette nouvelle mesure est décidée avec près de 65% de taux de vaccination complète pour la population autrichienne. D’après Alexander Schallenberg, ce chiffre est « honteusement bas », – en fait, il est à peine en-dessous de la moyenne générale de 67% des pays européens. Les concernés seront ainsi mis à l’écart et ne pourront sortir de leur domicile que pour effectuer leurs courses, faire du sport ou réaliser des soins médicaux.

Le Chancelier fait fi des données qui s’accumulent dans le monde pour établir que l’immunité procurée par le vaccin est de courte durée et que les vaccinés sont au moins autant exposés aux formes graves du COVID que les non-vaccinés.

Des mesures toujours restrictives malgré la vaccination

Dans les autres pays européens, les mesures sont également de plus en plus restrictives. Alors qu’en Allemagne, on opte pour un retour au télétravail, le parlement de la Lettonie a décidé de suspendre tous les députés non vaccinés, et ce, malgré l’application d’un reconfinement qui a débuté depuis l’automne.

Visiblement la pluaprt des dirigeants européens n’ont pas entendu parler du fait que les vaccinés sont autant concernés que les non-vaccinés par des hospitalisations: les données sont particulièrement bien établies pour la Grande-Bretagne et pour Israël.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

193 Shares:
11 commentaires
  1. Oui, hein, quand ça ressemble très fort à un pédalage dans la semoule de première catégorie, que les impétrants font juste comme s’ils n’avaient pas connaissance du pfitzer-gate ni des études béton validant HCQ et IVM et qu’ils finissent par revenir à la case départ avec pour seule arme l’autoritarisme imbécile, c’est qu’ils pédalent dans la semoule jusqu’au cou.
     
    Encore quelques publications, plusieurs fuites par quelques whistleblowers et un certain nombre de décès pour que tout ça saute directement de la poêle dans la poubelle – personne ne les plaindra et il a de bonnes chances que certains finissent devant la CPI, ce qui ne sera que justice (pour une fois, parce qu’ici…)

  2. L’Autriche vient de décider de confiner TOUT le monde, une semaine après avoir décider le confinement que pour les seuls “non vaccinés” !
    C’était prévisible car, ne confiner que les “non vaccinés”, cela aurait démontré le mensonge du “vaccin” protecteur !!

    1. C’était surtout infaisable vu le refus des FdO et de l’armée de rentrer dans ce jeu pourri . Manque de pot, le nazillon n’a toujours as compris que l’obligation qu’il prévoit d’instaurer en février subira le même sort, les FdO et l’armée n’en veulent pas plus que de la ségrégation .

  3. Les mondialistes (avec leurs petits soldats, tel macron le fossoyeur pour la FRANCE) poursuivent leur oeuvre de destruction et d’extermination.
    Il serait temps que les médecins, si non complices des tueurs, se prononcent et avouent que la piqûre tue et n’est en RIEN un vaccin.

  4. Mais non, ils n’ont pas peur. Chacun leur tour ils pondent la mesure qui rajoute une couche de contrainte, sachant que les autres pays suivent, puisqu’il y en a un qui l’a fait le premier. Et puis, ils peuvent se lâcher, les prochaines décisions seront prises par la commission de Bruxelles puisque les pays de l’UE ont remonté les politiques de santé au niveau supra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer