Un officier de gendarmerie sanctionné pour avoir refusé de se faire vacciner

Un chef d'escadron commandant la compagnie de gendarmerie de Langon (Gironde) a été relevé de son commandement opérationnel pour un refus de vaccination contre le Covid-19. Cette décision lourde de sens va-t-elle provoquer une réaction quand on sait que les policiers sont, eux, exempts de cette obligation vaccinale ?

1.Un officier sanctionné pour refus de vaccination.

Un chef d’escadron commandant la compagnie de gendarmerie de Langon (Gironde) a été relevé de son commandement opérationnel et muté «sur un poste» sans «contact avec le public» pour un refus de vaccination contre le Covid-19, a-t-on appris vendredi auprès de la gendarmerie.

À la tête d’un effectif de 150 gendarmes, cet officier supérieur de 32 ans a été d’abord sanctionné de dix jours d’arrêt puis muté vers la Direction générale de la gendarmerie à Paris, «sur un poste où il n’est plus en contact avec le public» a indiqué la gendarmerie en Gironde, confirmant une information du journal Sud Ouest.

Cette sanction liée à un refus de vaccination est “un événement rare” dans la gendarmerie car celle-ci est “peu confrontée au problème”, a ajouté la même information.

Depuis le 15 septembre, les gendarmes affectés sur le terrain ou au contact du public doivent être complètement vaccinés contre le Covid-19, selon une note de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) consultée par l’AFP. Selon Sud-Ouest, un nouveau chef d’escadron de la compagnie de Langon a été nommé et prendra ses fonctions début janvier.

2.Les gendarmes obligés, les policiers incités.

A ce jour les militaires sont soumis à l’obligation vaccinale en application de la loi du 5 aout 2021. Les gendarmes le sont également en application de l’instruction du ministre des armées du 29 juillet 2021.

De leur côté, les policiers Contrairement aux gendarmes, aux personnels soignants et aux pompiers, les forces de l’ordre ne seront pas obligées d’aller se faire vacciner.

Ils sont seulement incités à le faire comme l’avait évoqué Gérald Darmanin le 16 août.

Chez les policiers, qui n’ont pas le statut militaire, les chefs de service étaient « invités à poursuivre l’incitation à la vaccination» des agents placés sous leur autorité, selon un courrier envoyé le 17 août aux préfets par le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Jean-Benoît Albertini.

Les gendarmes (et les soignants) ont apprécié le message, eux qui n’ont eu que sanctions comme échange social !

Maintenant, il sera intéressant de voir la réaction des gendarmes et militaires face à la situation de ce Chef d’Escadron…

Mentionnant par ailleurs les sanctions, Emmanuel Macron nous fait comprendre que ceux qui sont chargés de punir les non-vaccinés, peuvent être justement, des non-vaccinés eux-mêmes.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

162 Shares:
20 commentaires
  1. “À la tête d’un effectif de 150 gendarmes, cet officier supérieur de 32 ans”
    A 32 ans, c’est un excellent élément pour être déjà officier supérieur.
    De plus en début de carrière il a conscience des risques qu’il prend pour son avenir dans l’institution.
    A mettre en lien avec votre article sur les militaires…

  2. Cela rejoint ce qui est cité dans:
    https://telegra.ph/Interview-avec-les-militaires-anti-vax-Je-suis-un-soldat-et-mon-pays-ne-veut-plus-de-moi-car-je-refuse-le-vaccin–PARTIE-2-11-28 (et partie 1 dans la page).
    Que vous avez repris en article il y a quelques jours.
    Ce qui est le plus navrant est que la DRSD (le service de contre-espionnage de l’armée) s’en mêle au sens pression pour vacciner. Ce qui démontre bien la totale compromission de toutes les hiérarchies, militaire, médicale, syndicale…

    1. Dans le témoignage des militaires j’ai été frappé par le nombre très élevé de réfractaires qui ont réussi à obtenir un faux certificat (environ 30% dans l’armée de terre). Apparemment cela ne leur a pas posé beaucoup de difficultés pour trouver une combine, éventuellement payante.
      D’ailleurs l’idée de recourir à un faux pass ne semble soulever aucun problème moral pour la majorité d’entre eux. Mais cela s’explique :
      La hiérarchie donne des ordres stupides, en contradiction flagrante avec les principes militaires (“à la guerre on utilise toutes ses armes”, donc pourquoi interdire l’hydroxychloroquine et l’ivermectine…) et même illégaux (injection forcée d’un vaxxin expérimental). Les militaires ont une haute exigence morale vis à vis de leur métier, il ne faut pas s’étonner qu’ils ne se sentent redevables de rien vis à vis de chefs qu’ils méprisent. Ils diront la vérité sur leur pass quand le gouvernement aura cessé de mentir…
      J’en veux beaucoup à ce gouvernement d’avoir porté atteinte au lien de confiance qui doit exister entre les militaires et leurs chefs.

  3. “A ce jour les militaires sont soumis à l’obligation vaccinale en application de la loi du 5 aout 2021. Les gendarmes le sont également en application de l’instruction du ministre des armées du 29 juillet 2021.”
    Je me trompe peut-être mais je crois que c’est l’inverse.
    La loi (article 12) parle des “militaires des unités investies à titre permanent de missions de sécurité civile”, c’est-à-dire en pratique les… gendarmes, qui sont militaires, plus peut-être quelques unités spécifiques.
    Par contre, pour les autres militaires, c’est effectivement une instruction du ministre des armées (qui a le rôle d’une ARS pour les armées dans le code de la santé), d’abord pour les seuls militaires en opérations extérieures, puis pour tous.
    Cette instruction imposant la vaccination à tous les militaires semble d’ailleurs très contestable car elle n’a aucun fondement légal, les ARS n’ayant pas le pouvoir d’imposer la vaccination Covid.
    Mais cela n’a guère d’importance car l’essentiel, c’est que l’armée/la gendarmerie pense nécessaire de se passer des services d’un jeune officier, qui doit être parmi les meilleurs pour être à ce niveau à son âge, pour une raison stupide !

  4. Et l’on se surprend à rêver d’une prise de conscience des jeunes officiers, officiers-mariniers et sous-officiers, soldats, aviateurs et matelots au courage semblable à ce chef d’escadron. Les voir se détacher de toutes les burnes-molles qui rampent dans les rangs de nos armées. Réver d’un soulèvement libérateur. Mais il ne se passera rien !

  5. Réactions des militaires, l’avalement à sec. Faut pas s’exciter sur ces faits singuliers malgré le courage et la noblesse qu’ils attestent. La République a su verrouiller l’esprit d’indépendance de la masse de leurs plus indispensables serviteurs.

    1. Bien-entendu ! Entièrement d’accord.
      Le dicton “C’est l’exception qui confirme la règle” passe pour une absurdité, mais ce n’est pas du tout le cas et il s’applique ici. Il signifie qu’UNE exception mise en exergue COMME TELLE, en tant qu’elle n’est qu’une exception, confirme par là-même que la règle prévaut pour la masse des autres cas.
      La règle étant ici : nul ne mord la main qui le nourrit. Et elle est vérifiée par des millénaires d’histoire.

  6. L’aberration existe déjà pour d’autres métiers avec plus de personnes sanctionnées sans que la situation soit mediatisee et laisse entre 100 et 200 familles dans la difficulte: les psychologues de l’éducation nationale, ex conseiller d’orientation qui travaillent dans les lycées avec les mêmes élèves que les profs, assistants sociaux et cpe, seuls personnel éducatif qui n’ont même pas l’opportunité de se voir proposer de reclassement, et sont éjectés de leur poste même s’il n’est qu’administratif.

  7. Et bien, dans l’education.nationale, les Psychologues qui refusent l’injection sont suspendus sans traitement et sans proposition d’autres postes qui seraient dispensés d’obligation vaxxinal (pourtant des postes sont vaccants). Ils reçoivent un avis de suspension et ils n’ont aucune écoute, aucune proposition de poste provisoire alors que cela est pourtant précisé dans le texte.

  8. Les psychologues de l’Education nationale sont soumis sans justification sanitaire à l’OV et ne se voient proposer quasiment aucun reclassement depuis le 15 septembre. S’ils ne présentent pas leur schéma vaccinal, ils sont suspendus.

  9. Cette situation ubuesque ne frappe pas que les gendarmes : dans le plus grand silence médiatique, les psychologues de l’Éducation nationale sont eux (elles plutôt) aussi frappés par des sanctions jusqu’ici inconnues pour des agents de la Fonction Publique : celles et ceux qui ne se soumettent pas à cette injection sont suspendu(e)s sans aucun salaire, sans possibilité d’exercer avec un pass sanitaire (test négatif régulier). La plupart ne disposent d’aucune possibilité de “repli” : très rares sont les psychologues EN qui ont d’autres “casquette”. Pire encore, ces personnels (qui travaillent au milieu d’enseignants non soumis à cette obligation) n’ont pas de mission d’ordre “sanitaire” mais veillent aux orientations, aux aides aux élèves en difficulté, et aussi à remédier aux situations de harcèlement, et à signaler aux services compétents les situations de maltraitance ou même d’abus sexuel. Les suspendre revient ainsi à ne plus protéger des élèves en souffrance.

  10. c’est ce qui arrive aussi dans le corps de psychologues, ceux des hôpitaux et ceux de l’éducation nationale sont soumis à l’O V alors que ceux de la PJJ ou de l’ASE ne le sont pas…Où est la cohérence ? De plus les psychologues de l’éducation nationale reçoivent moins d’élèves que les professeurs qui eux ne sont pas soumis à l’obligation vaccinale, où est la cohérence ?

  11. Pas compliqué à comprendre… Si on met une obligation vaccinale sur les professeurs et qu’ils démissionnent en cascade ou sont suspendus, les enfants à la maison et les parents sans solution de garde… à la maison aussi ! Ce qui veut dire augmentation du taux d’absentéisme sur les lieux de travail, économie gravement impactée : pas de redémarrage correcte de l’économie.
    Pour la police dans l’hypothèse du même schéma… Le dernier rampart de protection du pouvoir (tyrannique) supprimé qui va en assurer la protection ou sécurité ?)
    Les mouvement sociaux générés par l’OV généralisée entraineraient le chaos le plus total et peut-être la chute ou démission forcée du gouvernement ! Tout est calculé… L’obligation vaccinale ne sera toujours que très partielle ! Par contre achever de casser le système de santé de la sorte, en dit long sur la prétendue préoccupation du bien-être des populations scandée par ce gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer