Trudeau chasse les manifestants par la force et veut garder ses « super pouvoirs » de dictateur en herbe.

Avec l’instauration de la loi d’urgence, Trudeau s’est (auto) doté de super pouvoirs de dictateur, qu’il ne veut plus quitter. La répression du convoi de la liberté a commencé vendredi 18 février, au matin, lorsque des centaines de policiers, certains en tenue anti-émeute et d'autres armés d'armes automatiques, sont descendus dans la zone de protestation et utilisé la force pour chasser les manifestants d’Ottawa. Par une violence assumée et appuyée, la police de Trudeau a donc annihilé la contestation, pacifique, de milliers de canadiens épris (uniquement) de liberté. Malgré la complaisance de nombreux dirigeants et de médias, cette violence d’État ne passe plus inaperçue et des critiques commencent à émerger à l’échelle internationale.

http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1060x523/public/063_1238602378.jpg

Malgré la fin du blocus, Trudeau veut garder ses « super pouvoirs » tyranniques

La Loi sur les mesures d’urgence a remplacé la Loi sur les mesures de guerre. Ce dernier a été utilisé pour la dernière fois par le père de Justin Trudeau, Pierre, après de multiples attentats à la bombe et l’enlèvement et le meurtre d’un ministre du cabinet. En d’autres termes, une véritable urgence. Mais les manifestations des camionneurs ont été pacifiques, peu importe à quel point Trudeau essaie de prétendre le contraire

Le 18 février, la police d’Ottawa a lancé une opération pour «débarrasser » la capitale des convois de manifestants qui étaient dans les rues depuis plus de 21 jours. En 4 jours, près de 200 personnes ont été arrêtées et plusieurs blessées par la police.

Des policiers et des agents anti-émeute lourdement armés contrôlaient les rues du centre-ville d’Ottawa samedi 19 février, en fin de journée, après deux jours d’une opération, quasi militaire, visant à mettre fin à l’occupation des camions du Freedom Convoy.

La police a déployé du gaz poivré et des cartouches sur des manifestants et arrêté des dizaines

“Les dispositions de cette loi sur les mesures d’urgence nous ont permis de maintenir le périmètre, de restreindre les déplacements et de nous assurer que nous pouvons continuer à étouffer le soutien financier et d’autres aides aux manifestants”, a déclaré Duheme, sous-commissaire de la police fédérale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

« Les autorités canadiennes ont gelé dimanche les finances associées à certaines personnes et entreprises soupçonnées d’être impliquées dans la manifestation », a déclaré Duheme.

Le dictateur en herbe, Trudeau, a chassé les manifestants, mais il n’abandonne pas ses pouvoirs d’urgence pour le moment. Nous l’anticipions après que son adjointe Chrystia Freedland ait clairement indiqué qu’elle prévoyait de rendre permanentes certaines des mesures d’urgence.

Une fois que les tyrans ont des “super pouvoirs” autoritaires, ils ne les abandonnent pas.

Canada: Violent evacuation of anti-vaccine truck drivers who took over  downtown Ottawa

La violence de la police de Trudeau

Malgré de nombreuses affirmations contraires des médias, il n’y a pas eu de violence lors de la manifestation des camionneurs à Ottawa jusqu’à ce que la police de Justin Trudeau se présente. 

Un journaliste canadien du Toronto Sun a noté :“Il s’avère que l’image durable de la manifestation du Freedom Convoy sur la colline du Parlement ne sera pas celle de châteaux gonflables, mais celle d’une femme avec un marcheur piétinée par un cheval de police.”

Candice Sero, une autochtone « Mohawk » résidant dans le territoire mohawk de Tyendinaga dans le comté de Hasting, était à Ottawa pour protester contre les mandats de vaccination, lorsqu’elle a été piétinée par des unités de chevaux de la GRC et frappée à coups de pied par d’autres policiers alors qu’elle était au sol.

Le journaliste Joe Warmington a écrit que : « La violence dont le premier ministre s’est inquiété au cours de la manifestation à Ottawa, ne s’est déroulée que lorsque la police de la « Loi sur les urgences » de Justin Trudeau a été envoyée pour disperser la foule. Les trois incidents majeurs de vendredi, sous une forme de loi martiale, étaient grotesques. »

Le radiodiffuseur américain Tucker Carlson a déclaré que la violence était “parrainée par Trudeau” et qu’un tyran réprimait ses propres citoyens, tout en niant leurs droits civils et en empêchant les journalistes d’en parler. Il a déclaré que des journalistes indépendants avaient été ciblés par Trudeau et avaient été arrêtés alors qu’ils faisaient des reportages sur les lieux.

La police a averti que les membres de la presse pourraient être arrêtés s’ils se trouvaient dans les zones de « répression ». Matt Finn, de Fox News, a confirmé que la police menaçait effectivement les membres des médias d’être arrêtés.

Le chef de police intérimaire d’Ottawa, Steve Bell, a averti les citoyens canadiens que toute personne ayant soutenu le convoi pacifique de la liberté sera « traquée » et « ruinée » pour le « crime » d’avoir protesté contre le gouvernement.

D’ailleurs, les agents du service de police de Vancouver font l’objet d’une enquête de la part d’un organisme de surveillance de la police après des allégations selon lesquelles ils auraient tiré des balles anti-émeutes sur la foule.

L’Unité des enquêtes spéciales de l’Ontario (similaire au Bureau des enquêtes indépendantes de la Colombie-Britannique) enquête sur les incidents survenus lors des actions policières de samedi contre les manifestants.

Guy Boulianne (@guyboulianne) / Twitter

Des critiques à l’échelle internationale 

Plusieurs républicains américains ont manifesté leur soutien au Freedom Convoy, et récemment, la représentante Yvette Herrell, RN.M., a déclaré samedi qu’elle déposerait un projet de loi accordant l’asile temporaire aux personnes impliquées dans les manifestations à Ottawa.

“La répression brutale de Justin Trudeau contre les manifestants pacifiques au Canada n’est pas l’action d’une démocratie occidentale, mais celle d’un régime autoritaire comme le Venezuela”, a tweeté Herrell samedi. “Tout comme nous offrons l’asile aux prisonniers politiques, nous devrions faire de même pour les camionneurs qui ont été victimes de violences, dont les biens ont été confisqués et dont les comptes bancaires ont été gelés par un gouvernement qui devient rapidement l’embarras du monde libre.” 

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a également été fustigé par un membre du Parlement européen. 

“Le premier ministre du Canada, la façon dont il se comporte en ce moment – il est exactement comme un tyran, comme un dictateur. Il est comme Ceaușescu en Roumanie”, a déclaré le député européen Cristian Terheș, de Roumanie, lors d’un discours au parlement à Bruxelles. “Si vous émettez des doutes sur les vaccins, vous êtes paria. Quelle est la différence entre ce qu’il fait et ce qui s’est passé sous l’Inquisition ? »

“J’espère que ce mouvement pour la liberté et pour les droits se propage dans le monde entier”, a-t-il ajouté. “Parce qu’en fin de compte, nous devons nous assurer que ces élus comprennent qu’ils ont été élus à ces postes pour le peuple. Ne pas se comporter comme des maîtres d’esclaves.”

L’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) a annoncé qu’elle poursuivait le gouvernement canadien pour avoir invoqué la Loi sur les urgences, arguant que les pouvoirs d’urgence constituent une violation des droits de l’homme.

“Toutes les tyrannies règnent par la fraude et la force, mais une fois la fraude révélée, elles doivent compter exclusivement sur la force” (George Orwell).

Moi aussi, j'objecte conscience

Rejoignez le rang des objecteurs de conscience. Agissez concrètement pour la résistance. Montez de la mine, descendez des collines ! Le moment est venu.
103 Shares:
3 commentaires
  1. Le petit Justin prétend avoir sifflé “la fin de la récré”. Dont acte.

    Or, en France, nous avons désormais un Guignol du Corona Circus pour railler le sinistre Sire, qui recueille 3 095 055 like (giroflées à 5 pétales) audit EMmerdeur :

    https://sentrais.eu/baffes/baffes-test-6.php

    et selon les indices de fréquentation, les Services de la Maison Blanche et du Kremlin commenceraient à s’y intéresser. Le Canada, par son seul Peuple également …

    En France uniquement, au fil des jours, un “maillage” certain du Territoire s’opère, peu à peu.

Répondre à armagedon Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer