Vladimir Poutine reconnaît les Républiques sécessionnistes de Luhansk et de Donetsk et y fait pénétrer l’armée russe pour le “maintien de la paix”

Vladimir Poutine a reconnu ce soir 21 février 2022 les Républiques sécessionnistes de Luhansk et de Donetsk. Une reproduction de ce qui s'était passé en 2008 avec la Géorgie et l'Ossétie du Sud. L'OTAN et l'UE n'ont rien appris.

Vladimir Poutine a prononcé ce soir 21 février 2022 un discours de presque une heure à la fin duquel il a annoncé reconnaître les Républiques sécessionnistes du Donbass. Deux heures plus tard, il a donné l’ordre à l’Armée russe d’assurer le maintien de la paix dans les territoires concernés, attaqués depuis plusieurs jours par l’armée ukrainiennes et ses milices fascistes.  Vous trouvez dans le tweet ci-dessus le lien avec une vidéo du discours assortie d’une traduction simultanée, de qualité moyenne mais qui a le mérite d’exister. 

Plus qu’un discours solennel, c’est un exposé des motifs de sa décision que propose un Vladimir Poutine parfaitement maître de lui, qui parle sans notes. 

Il montre comme l’Ukraine dans ses frontières actuelles était en partie une construction historique artificielle sortie des cerveaux de Lénine et Staline.  La radioscopie qu’il fait de la corruption des gouvernements ukrainiens est saisissante de vérité pour qui connaît le pays. Et le président russe n’a pas besoin de hausser le ton pour décrire l’agressivité de l’OTAN depuis les années 1990. 

L'OTAN prise à son propre piège

En fait, les stratèges de l’OTAN, bien mal nommés ont un gros problème de perception. Ils croient qu’ils ont encore affaire à l’URSS. Mais Poutine ne réagit pas en chef d’Empire comme Lénine ou Staline. Il défend ls intérêts d’une nation. Il est très économe de ses forces là où l’URSS les gaspillait. Il ne prévoit que des opératiuons ciblées. 

Les Occidentaux aimeraient une bonne invasion de toute l’Ukraine. Vladimir Poutine ne leur fera pas ce cadeau. A chaque crise il verrouille un territoire stratégique: la Crimée en 2014; le Donbass aujourd’hui. Mais le président russe sait que l’Ukraine est un pays complexe, appauvri, gouverné par une clique corrompue. Il ne pourrait absorber d’autres territoires que si le peuple ukrainien rejetait clairement les réseaux de corruption qui l’oppressent. Je reviendrai sur tous ces sujets dans le prochain numéro de Géopolitique du chaos

Les Etats-Unis projettent en fait sur la Russie leur façon de faire. Ils auraient aimée que Vladimir Poutine envahissent l’Ukraine comme ils ont envahi l’Irak ou saccagé la Libye. Ils menaçaient déjà la Russie de sanctions globales. Cependant, ce soir 21 février (cet après-midi à Washington), l’administration Biden commence déjà à se demander si elle ne va pas y aller plus progressivement. 

Traduction: “Lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes sur la réponse à Poutine et sur ce qui va suivre, un haut responsable de l’administration a suggéré que les troupes russes à Donetsk/Luhansk *seules* pourraient *ne pas* justifier les sanctions “rapides et sévères” que l’administrateur a prévisualisées .”

Vladimir Poutine vient d’utiliser exactement la même tactique qu’en 2008 avec l’Ossétie du Sud  et l’Abkhazie, républiques sécessionnistes attaquées par la Géorgie: apporter sa protection à des territoires ciblés, attaqués par leur ancien gouvernement à qui les Etats-Unis ont promis l’intégration dans l’OTAN.  S’établir sur des points de contrôle qui permettent une possible nouvelle avancée si les intérêts stratégiques de la Russie étaient menacés.  

L’OTAN, qui n’a rien appris, est prise à son propre piège. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

227 Shares:
20 commentaires
  1. Dans une situation critique donnée, dont le César de Moscou maîtrise les paramètres, Vlad Poutine est incontestablement un maître tacticien, et redoutable d’efficacité ! qui ne plaira guère à l’égo US.

    Les USA, tout occupés à se déployer aux confins de la Mer de Chine, n’ont pas vu venir le Cosaque opportuniste et malicieux : défaillants, les USA débordèrent d’arrogance et de menace, sachant qu’ils ne pourraient pas alimenter deux fronts guerriers.

    Bingo ! le pokériste du Kremlin remporte le jackpot.

    Toutefois, je ne concède pas au Slave tsariste un quelconque génie stratégique : il en aurait eu la nature et la portée, la Russie serait autrement prospère, tandis qu’elle végète encore dans son propre chaos …

    1. Votre commentaire montre une certaine méconnaissance de la Russie d’hier et d’aujourd’hui. Avec Poutine, après les corrompus Gorbatchev et Elsine, pantins des USA, a ramené une fierté chez Les Russes, a payé les fonctionnaires et les retraités. Il a éradiqué les pouvoirs provinciaux affairistes et soumis les oligarques. Après la crise financière de 1998 où les Russes ont perdu tous leurs avoirs dans la faillite des banques, il a normalisé le système bancaire. Une majorité de Russes lui vouent un reconnaissance difficile à imaginer par un Occidental.
      Gouverner un pays étalés sur 11 fuseaux horaires, peuplés de 145 millions d’habitants issus d’une multitude de “nations” est une prouesse.
      Les sanctions occidentales ont relancé les productions industrielles et agricoles et la Russie, assise sur les richesses de son sous-sol est devenue autarcique. Les industriels du porc breton en font les frais.
      Poutine est le seul homme politique à tenir tête aux Américains. Son pouvoir est certes autoritaire comme l’a toujours été le pouvoir tsariste et socialiste en Russie. Nous avons nous aussi Français, un petit tsar au pouvoir démesuré, autoritaire et qui viole chaque jour la Constitution et les traités européens pourtant signés par la France qui est estampillée “démocratique”, ce qui reste à démontrer.
      L’Occident utilise la propagande contre la Russie,, comme au temps de la Guerre Froide où on nous racontait que les Soviétiques n’avaient pas de savon et faisaient la queue devant les magasins vides. Je vous conseille les livres d’Alexandre Latsa, un Français devenu moscovite et qui livre une analyse pertinente de la Russie sous Poutine.

      1. Quoi que le verbe “testiculer” soit de facture néologique, j’en devine le sens par étymologies additionnées :
        1. test : par le fait de témoigner ;
        2. cul : fondement viril d’un individu, ou partie essentielle de celui-ci.

        Ainsi “testiculer” tend à signifier l’acte d’une démonstration et d’un témoignage de la nature virile d’au moins un individu lors d’ébats sexués partagés.

        Bon ! ça me convient …

  2. L’OTAN ne serait pas intervenue : pas les moyens sauf nucléaires. On se privera de gaz russe pour crever plus vite et on appellera cela les sanctions. Les Quatre cavaliers de l’Apocalypse en pleine forme : vaccin-guerre-famine-contrôle. https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/02/22/22-02-2022-vous-reprendrez-bien-du-666-ils-ne-savent-plus-comment-vous-exterminer-ils-ont-le-vaccin-ils-ont-la-guerre-avec-la-russie-meme-si-la-russie-fout-la-trouille-et-que/

  3. Les russes ont eu Alexandre le Grand et maintenant c’est Poutine le Grand.
    Et notre nain national qui claironnait qu’il organisait un sommet …
    Aux abris pour cacher la honte ….

  4. Par son préambule historique, VP s’inscrit dans la philosophie chinoise actuelle de Xi Jinping : la reconquête de Territoires et de Peuples perdus. Et, n’est-ce qu’un mythe ?

    L’on peut y comprendre :
    1. le sentiment national comme l’âme d’un Peuple uni ;
    2. une volonté déterminée de (re)conquête territoriale.

    Peut-on les dissocier, ou sont-ils les 2 facettes du même rouble ? L’espoir d’une prospérité et d’une sécurité peut-il se soustraire à cette double utilité ?

  5. Les boches lâcheront ils si facilement le gaz russe —très bon gaz disponible au robinet de la Mer Baltique— pour du GNL américain livré en coûteux convoi de la liberté sillonnant l’Atlantique nord? Rien n’est moins sûr. Surtout après le fiasco merkel des éoliennes —en attendant celui de l’hydrogène.

    1. Le problème est surtout d’ordre technique. Il n’y a pas assez d’usines de traitement de ce gaz de schiste en Europe (pour en faire du gaz utilisable).
      Ca coince réellement, et les allemands le savent.

  6. Mes enfants vivent à Kiev. Pour le moment, il n’est pas possible de passer la frontière pour aller les voir. Bon. Si le peuple ukrainien pouvait se réveiller et appeler la Russie au secours!!!!
    Mon fils m’avait déjà décrit les excités des milices nazillonnes, dans lesquels on trouve des engagés français..
    ma belle fille a reçu le papier qui la déclare non-mobilisable. C’est déjà ça.
    En tous cas, l’Europe qui aime tellement l’Ukraine ne veut pas de ma belle fille ukrainienne sur son territoire. ben oui, elle est née avant 91 et donc née russe. Plus d’état civil russe à Kiev, sa seule preuve d’existance est un passeport ukrainien. C’est ça la vie quotidienne. Entre les américains qui ont créé Maïdan et les milices tarées, et la Russie de Putin, pour nous le choix est fait. Et maintenant je sais que si des beaux esprits amateurs de démocratie à la française ne sont pas contents, j’ai le droit de les EMmerder!

  7. Après l’enthousiasme viendra l’inquiétude: il ne fait guère de doute que, faute de pouvoir réagir militairement ou même économiquement, les “sanctions” étant définitivement dégonflées, la mafia mondialiste, aidée de sa puissante 5è colonne en Russie, va déclencher des actes de sabotages, psy-ops, désinformation, faux drapeau et autres sournoiseries que même un judoka fin stratège ne pourra toutes anticiper.
    S’il nos satanistes veulent la guerre, ils l’auront et Poutine n’aura d’autre choix que de réagir ou, au mieux, laisser faire.

Répondre à Theo31 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer