Macron peut dire merci au cartel de la presse subventionnée

Emmanuel Macron a remporté le second tour de la présidentielle avec un score relativement confortable, mais inférieur à celui de 2017, et assis sur une abstention plus forte. Durant quinze jours, la caste n'a ménagé ni son temps ni sa peine pour discréditer la rivale du sortant et pour agiter les peurs les plus irrationnelles afin d'assurer la défaite de celle-ci. On comprend aujourd'hui pourquoi la presse est subventionnée et concentrée entre les mains de quelques milliardaires : l'hégémonie culturelle de la caste a joué à plein pour éviter une alternance non contrôlée.

Nous sommes donc supposés acquiescer, sans piper mot, au simulacre de démocratie qui vient de se dérouler sous nos yeux, avec un Président sortant, péniblement réélu au terme d’une pluie (que dis-je ? d’un déluge) de haine médiatique sans équivalent dans l’histoire, destinée à influencer le vote, Président qui vient ensuite, tout sourire, nous expliquer que les Français lui ont donné une majorité claire pour un projet européen et écologique. 

Le cartel de la presse subventionnée a protégé la caste

L’urgence démocratique dans laquelle nous entrons (celle de résister à l’imposture d’une élection verrouillée par la caste mondialisée) permet de dissiper un doute que je lis trop souvent de-ci de-là sur les raisons qui poussent les milliardaires à s’offrir des danseuses appelées des journaux et à demander aux contribuables de subventionner leurs pertes. 

L’entre-deux-tours a donné un sens et une explication irrévocable à cette concentration : les journaux subventionnés des milliardaires servent à conserver à moindre frais une hégémonie culturelle, grâce à laquelle l’idéologie de la mondialisation marginalise toute résistance populaire. 

À peine les résultats du premier tour proclamés, ces journaux ont projeté un tapis de haine, de menaces, de peurs, sur le débat démocratique pour dissuader les opposants (si nombreux) d’Emmanuel Macron de voter pour sa rivale. 

Tout le monde a pu le voir, mais si certains ont encore des doutes, je soulignerai simplement la scandaleuse intervention du milliardaire tchèque Kretinsky pour rendre la une de Marianne plus conforme aux intérêts du Président :

On voit comment le magazine dirigé par la salariée Natacha Polony (qui se revendique du souverainisme pour nourrir sa popularité) a fidèlement servi la caste mondialisée à laquelle il appartient. 

On comprend brutalement le business du souverainisme subventionné : on fait croire que l’on défend la bonne cause, mais au moment choisi par la caste, on sert ses maîtres. Marianne et Natacha Polony en constituent de superbes parangons. 

Quand les Français payent pour leur mise sous tutelle

Nous avons plusieurs fois souligné que la presse cartellisée par quelques milliardaires était largement soudoyée par le pouvoir en place grâce à d’importantes subventions. En 2021, celles-ci se sont élevées à un milliard

Peu de Français ont compris que ces aides, présentées comme une intervention destinée à maintenir le pluralisme dans la presse, était une façon commode de leur faire payer plein pot les journaux mornes et moralisateurs qu’ils ne veulent plus acheter, et qui sont en réalité le contraire du pluralisme. 

C’est le propre de la cartellisation par la caste : la presse est devenue un espace ennuyeux digne de la presse soviétique des pires heures propagandistes, à force de servir la même soupe insipide et politiquement correct, c’est-à-dire aux ordres de l’idéologie mondialiste. Tout ce salmigondis n’intéresse plus personne, donc crée des pertes. 

Qu’importe ! si les Français ne veulent plus perdre leur argent en achetant de la daube, ils sont forcés de la financer quand même, cette daube, mais par l’impôt. 

Et comme tout impôt, le pouvoir prélève sa dîme au passage. Ce qui relevait d’une décision d’achat libre autrefois devient le fait du prince : en contrepartie des subventions (d’un montant exceptionnel l’an dernier) lâchées par Macron, les pisse-copies qui remplissent les colonnes des journaux disent du bien du prince et diabolisent sa rivale. 

Voilà une opération économiquement rentable. 

Comment les pisse-copies ont volé l’élection

Forts de cette gamelle bien remplie, les pisse-copies n’ont donc ménagé ni leur temps ni leur peine pour dissuader l’opinion de faire un choix dangereux pour leurs intérêts. Toutes les rédactions de France se sont mises en alerte maximale pour pilonner les positions ennemies, nuit et jour, sans relâche, et au besoin en assénant des imbécillités que même la Pravda aurait hésité à publier. 

On peut bien expliquer que la Russie est une dictature, la presse française a, pendant quinze jours, donné une assez bonne représentation de sa capacité à mentir et à manipuler les esprits pour défendre sans nuance le pouvoir en place. 

Nous reproduisons un peu plus haut un article emblématique du Monde qui explique benoîtement que le referendum est le contraire de la démocratie libérale. Un régime qui fait appel au peuple ne pourrait pas être démocratique. 

Tout est dit ici, qui résume assez bien la vision macronienne de ce qu’est la démocratie, vision partagée par les journaleux moyens : en démocratie, le peuple ne décide pas, il se contente d’obéir. Seule l’élite a le droit de choisir. 

Il fallait oser ce mensonge. Et Le Monde l’a fait. 

C’est au nom de cette idéologie aristocratique, élitiste, censitaire, que la presse subventionnée a expliqué que voter Marine Le Pen, c’était un peu participer à Auschwitz et à la résurrection du nazisme. 

Avec un certain succès, il faut bien le dire. 

Reste une conviction : le cartel de la presse subventionnée a largement volé cette élection au peuple. Ne jamais l’oublier.  

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
39 Shares:
14 commentaires
  1. On va citer son testament à Edouard Drumont. Notre journaliste-penseur, maître de Bernanos, honni par nos flics de la pensée, ne se fait plus d’illusion sur ses compatriotes petit-bourgeois et laïcards apprivoisés à l’orée des années 1890 ; il observe que l’électorat parisien déjà adore réélire de banals conseillers municipaux ripoux :

    « …Les Parisiens ont réélu la plupart des conseillers municipaux convaincus d’avoir trempé dans ces malpropretés. Ils les ont réélus très librement, avec des urnes très surveillées par des représentants de tous les partis, par des gens de comités experts dans toutes les roueries électorales et qu’on ne met pas facilement dedans. »

    Et de chercher une explication : l’ataraxie. Mieux même, la prostration.

    « Tout vient se briser contre une indifférence absolue, contre une sorte d’ataraxie, d’impassibilité générale, qui n’est point l’ataraxie stoïque dont parle Proudhon, mais plutôt une inertie maladive, une prostration sur laquelle rien n’agit. »
    https://strategika.fr/2022/04/21/pourquoi-le-francais-va-reelire-macron-a-hauteur-de-60-nicolas-bonnal-avec-edouard-drumont/

    Répondre moderated
    1. Vous avez tout à fait raison. Je n’en finis pas de m’interroger sur ce peuple qui pose un diagnostic correct sur l’immigration, l’insécurité, l’arrogance d’EM, et qui finit par le réélire …
      Il y a cependant des contre-exemples, je pense d’abord aux Antilles, qui suite au scandale du chlordécone ont développé une véritable allergie à la parole gouvernementale, observant toute nouvelle décision d’en haut avec méfiance voire avec hostilité. Cela s’est traduit par un vote Mélenchon à 52% au premier tour et un vote MLP à 70% au deuxième tour !
      Il faut croire qu’en métropole le seuil de douleur n’a pas encore été franchi…

  2. Tout c’est passé comme prévu, éjecter Zemmour et surtout Pécresse pour avoir MLP comme figurante pour le second tour. Stratégie imparable. Cette élection est surtout la confirmation que cela se joue toujours au centre droite et gauche. Personne n’ayant pu éjecter Macron du centre, il a logiquement été réelu car les extrêmes se neutralisent.
    Le médias eux influencent surtout les indécis et les peureux (très nombreux)
    Bon quinquennat à tous avec la réalisation de toutes les belles promesses entendues …

  3. Je viens de signifier mon déabonnement à Médiapart compte tenu de leur ligne éditoriale pendant l’entre deux tours. J’hésitais depuis leur traitement de l’actualité de la crise sanitaire, mais là, la rédaction a dépassé les bornes !

  4. Le Souverain, le Peuple, a parlé, je n’accepte pas sa décision issue d’une fraude !
    Deuxième tour de la présidentielle 2022; France 2
    En début de vidéo le présentateur Jean-Baptiste Marteau annonce que leur tableau est relié en direct avec le ministère de l’intérieur et annonce pour Marine Le Pen 13 899 494 voix
    Puis on remarque que son score augmente à la fin de la vidéo à 14 432 396 voix
    Les résultats définitifs officiels sont :
    Emmanuel Macron : 18 779 641 voix
    Marine Le Pen : 13 297 760 voix
    Comment est-ce possible que Marine Le Pen ait perdu 1 134 606 voix ?

    1. Vous pensez bien que Marine Le Pen et ses amis du RN, avec tous les militants et assesseurs présents sur le terrain, qui ont donc tous les moyens de vérifier que les chiffres annoncés par le ministère de l’intérieur correspondent aux remontées du terrain, auraient hurlé à la fraude si fraude il y avait vraiment eu.
      L’incident que vous mentionnez est selon toute vraisemblance une erreur dans le report des chiffres.
      Évitons de nourrir un complotisme qui nous dessert…

  5. Elle l’avait déjà volée (l’élection) en 2017 en mettant Fillon au banc des accusés.
    C’est vrai qu’avoir appointé Pénélope est infiniment plus grave que nourrir Mac Kinsey !
    Je viens de me livrer à un petit décompte, il en résulte que Micron a été élu avec… 37 % des voix.
    Merci les abstentionnistes et les indécis !
    Nous voilà repartis pour 5 années de mensonges et autres calembredaines. Le temps d’achever l’enterrement de la France, sans fleurs, sans trompette et sans tambour.
    Vive le fossoyeur !

  6. Accuser MLP d’autoritarisme, elle qui n’a jamais gouverné et sui propose un RIC, est stupéfiant. Encore plus stupéfiant le nombre de ceux qui gobent un tel mensonge.
    En vérité, le péché originel du Front National comme du RN est… d’être national. Ceux qui veulent abattre l’Etat nation voient rouge rien qu’à l’évocation de quoi que ce soit de “national”.
    Macron est le pion idéal pour mener la mission de destruction.
    Un point aurait dû retenir l’attention de tous les électeurs: cet homme a privé de travail et de resources (ils n’ont pas le droit de travailler) des milliers de soignants au prétexte qu’ils refusaient une injection expérimentale. Le sort qui leur a été réservé est celui que tout opposant politique connaîtra si Macron continue sur sa lancée.
    Il ne faudra pas que les abstentionnistes viennent se plaindre près.

  7. à la presse écrite subventionnée, il convient d’ajouter les médias radio et télédiffusés, qu’il s’agisse de médias publics (financés par nos impôts) ou de médias privés. Du groupe TF1 (propriété de Bouygues) qui a absorbé le groupe M6 à BFM (propriété de Patrice Drahi) en passant par France Télévisions (propriété de…chaque Français, paraît-il), ça n’est qu’un concert de louanges pour Macron et la diabolisation de Mme Le Pen. La radio, même topo, avec quand même une prime spéciale à France Inter qui, dans la flagornerie éhontée, le léchage de pompes sans scrupules mais aussi l’invective et l’insulte à la bouche de ses chroniqueurs soi-disant humoristes (alors qu’ils ne sont que stupides et vulgaires), est devenue imbattable.
    Cela étant, et ça a été tout le mérite de M. Zemmour, rien n’interdisait à Mme Le Pen de rester droite dans ses bottes et de renvoyer dans leur but tous ceux qui la diabolise. Or, qu’a-t-elle fait ? Elle n’a cessé de godiller, brouillant constamment son message et désorientant ses propres troupes. Sur l’affaire de l’Ukraine, que n’a-t-elle mis clairement ses détracteurs en face de leurs propres contradictions ? Ces derniers l’accusent d’être une “facho” mais qui soutient les nazillons d’Ukraine ? Elle se laisse enfermer dans cette position d’extrême-droite mais pourquoi ne dit-elle pas qu’elle est autant d’extrême-droite que Macron est de gauche ? Que n’a-t-elle pilonné Macron sur l’affaire McKinsey ? à force de jouer les tièdes, elle décourage les hésitants et accrédite l’idée qu’avec elle, ça serait pire qu’avec Macron.
    Pourtant, avec Macron 2, je crois que le pire est à venir.

  8. Totalement d’accord sur la responsabilité écrasante des médias et de leurs maîtres dans la parodie de démocratie que nous venons de vivre. Car pour pouvoir voter librement, il faut le faire en connaissance de cause, donc après avoir été informé objectivement de la situation.
    Cela dit, il ne faut pas à mon sens occulter la responsabilité des gens s’étant laissé abuser par les médias. Car comme le dit le proverbe : “trompe-moi une fois, honte à toi ; trompe-moi deux fois, honte à moi”…
    Notamment à l’ère d’internet, où tout un chacun, moyennant un petit effort, peut trouver des versions de l’info alternatives à la version officielle. Sans oublier quelques livres et quelques revues, trouvables à peu près partout.
    Ceux qui, ayant perdu et/ou ayant à perdre avec Emmanuel Macron et ses amis, ou tout simplement qui se soucient de l’avenir de la France, ce pays qui leur a été confié, et qui ont quand même voté Macron, parce qu’ils sont fainéants et n’ont pas fait l’effort de considérer l’envers du décor, ou parce qu’ils se sont laissé effrayer ou intimider par la caste et ses suppôts, portent, eux aussi, une lourde part de responsabilité dans ce qui arrive.

Répondre à Xylova Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer