Le nouvel ordre des barbares ou comment le Great Reset est programmé depuis 1969 au moins

Le nouvel ordre des barbares, c’est le titre d’un ouvrage publié dans les années 80 à partir de deux enregistrements datés de 1988 (et un en 1991 avec Randy Engel) et que l’on trouve encore aujourd’hui chez plusieurs éditeurs. Ce livre est la retranscription par le Dr. Lawrence Dunegan d’une réunion de la Pittsburgh Pediatric Society le 20 mars 1969 par un autre médecin, le Dr Richard Day, un insider du Nouvel ordre mondial. Professeur de pédiatrie à la Mount Sinai Medical School de New York et ancien directeur médical de la Fédération Américaine du Planning Familial (PPFA), il explique 50 ans à l’avance l’agenda du Great Reset qui se déroule sous nos yeux.

Le contenu de cet ouvrage est édifiant sur la programmation d’un agenda défini par le Nouvel ordre mondial, agenda qui doit se dérouler avec la collaboration des « idiots de service[1] », c’est-à-dire la population occidentale et celle du monde entier.

Nous proposons de reprendre quelques phrases rapportées en 1988 et qui montrent assez clairement la programmation anticipée de ce que nous vivons actuellement :

Le retour du communisme

 

1_ « Certains d’entre vous vont croire que je parle de communisme, mais ce dont je parle est beaucoup plus important que le communisme ». En 1969, parler du communisme pouvait prêter à sourire. Le conférencier expliquait « qu’il y avait beaucoup plus de coopération entre l’Est et l’Ouest que la plupart des gens réalisent ». Effectivement, le communisme est de retour par l’intermédiaire du crédit social à la chinoise qui implique la reconnaissance faciale des personnes, leur surveillance permanente et des restrictions de déplacement. La mise en place d’une monnaie numérique et d’un passe sanitaire électronique et identitaire sont les principales caractéristiques d’une politique mondiale et uniforme montrant la convergence de l’Est et de l’Ouest. Tout cela alors que l’Occident livre une guerre contre la Russie par pays interposé. Cette guerre n’est-elle pas artificiellement provoquée et entretenue pour instaurer ce néocommunisme en occident rajoutant à la peur provoquée par les épidémies et un risque de restriction alimentaire qui rappelle les pires années du communisme de Staline. Il est toujours intéressant de relire l’ouvrage d’Antony C. Sutton – considéré évidemment comme un conspirationniste par la presse subventionnée – intitulé Le complot de la Réserve Fédérale et l’implication du monde de la finance, de la société Skull and Bones dans le soutien au nazisme et au communisme.

Le contrôle de la population

 

2_ « Le contrôle de la population fut réellement le point d’entrée (de la conférence), suivant immédiatement l’introduction. Il mentionna que la population grossissait trop rapidement. Le nombre de personnes vivantes à n’importe quel moment sur la planète doit être limité ou nous manquerons d’espace pour vivre. Nous allons faire pousser notre propre nourriture et nous allons rejeter nos déchets sur le reste du monde pour le polluer ». Cette idéologie sera portée par le rapport du Club de Rome (ou Meadows) commandé en 1970. Le Club de Rome qui précède le forum de Davos est composé de la caste dominante qui impose lentement mais surement une vision mortifère de l’avenir du monde sans jamais envisager une révision des modes de production et de consommation du monde moderne. Ils s’en serviront au contraire pour justifier la limitation de la croissance démographique. Nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage intitulé « l’élimination des pauvres » qui décrit parfaitement l’articulation de l’idéologie maçonnique avec la politique internationale déployée depuis les années 70.

L’avortement

 

3_ « L’avortement ne sera plus un crime, l’avortement sera accepté comme étant la norme, et ils seront même payés par les impôts […] Si les programmes de sexe à l’école amènent plus de grossesse chez les enfants, ce ne sera pas du tout vu comme un problème ». Il n’est pas nécessaire de commenter ce passage, ces positions sont aujourd’hui la norme et l’OMS encourage l’avortement jusqu’au 9ième mois.

Contrôle identitaire et crédit social à la chinoise

 

4_Le contrôle identitaire et l’utilisation des hôpitaux pour enfermer les citoyens : « La nécessité de s’identifier au moment des déplacements commencera à petite échelle : hôpitaux, certains commerces, mais il se développera rapidement jusqu’à inclure tout le monde, partout ». Incroyable car l’auteur nous parle ici du crédit social à la chinoise (pour l’occident donc) et du contrôle facial biométrique que l’on met en place en occident. L’auteur mentionne également que « les hôpitaux peuvent être utilisés pour emprisonner les gens et pour le traitement de criminels, ce qui ne veut pas nécessairement dire traitement médical. A cette époque, je ne connaissais pas le terme prison psychologique comme en Union Soviétique, mais sans me rappeler tous les détails, il décrivait l’utilisation d’hôpitaux pour le traitement de malades et pour le confinement de criminels pour des raisons autres que le bien-être médical du criminel. La définition du criminel ne fut pas donnée ».

Et pour cause il était impensable pour ceux qui écoutaient cette conférence que les criminels seraient les personnes non vaccinées face à une épidémie (ou plusieurs épidémies puisque la variole du singe est maintenant déclarée dans 40 pays). Certains centres de confinement au Canada, en Australie, en Chine et dans d’autres pays encore sont parfois assimilés à des centres d’internement des personnes positives au Covid. « Plus de prisons seront requises. Les hôpitaux pourront servir comme prisons. Certains nouveaux hôpitaux seront construits pour être adaptables en prison ». En 1969, ce discours est parfaitement incompréhensible et il l’aurait encore été il y a deux ans et demi.

 

D’autres thématiques et événements évoqués dans Le nouvel ordre des barbares font référence à des situations étonnement récentes qui ne peuvent laisser le lecteur indifférent. La lecture de cet ouvrage conduit à s’interroger sur les origines de l’épidémie de Covid.

[1] Ce terme est celui utilisé par le Dr Richard Day en 1969 dans la conférence à laquelle a assisté le Dr Dunegan. Ce terme est repris dans la note de l’éditeur sur la version publiée par les éditions St Rémi, 2011.

About Post Author

250 Shares:
11 commentaires
    1. Rien! Les mougeons ont tellement peur (guerre, famine,pandémie…) qu’ils en sont tétanisés ! Vous rajoutez une bonne dose de dissonance cognitive et le tour est joué. Le sage montre du doigt la lune, le connard regarde le doigt.

  1. Du même tonneau:
    The Technotronic Era, Zbigniew Brzezinski
    The managerial Revolution, James Burnham (qui sera plus tard un proche de Kissinger)
    Et le dossier classifié de Kissinger, The Kissinger Report. Pas mal d’idées sur le contrôle des populations.

    Comme quoi, le communisme en a fait rêvé plus d’un.
    Car il s’agit bien de cela: contrôler les citoyens et posséder les moyens de production.
    Aujourd’hui, cela devient: “Vous ne posséderez rien et vous serez heureux” dixit Schwab. Quand je voie la video d’ouverture du forum de Davos , j’ai envie de gerber.

    Si nous ne faisons rien, nous serons pris comme des homards dans une nasse dans pas si longtemps.

    Répondre moderated
  2. Ils n’ont rien écrit du tout, tout est écrit depuis la nuit des temps, et ils perdront.
    Plus la tour de Babel de leur hybris s’élèvera, et plus leur chute sera profonde – jusqu’aux profondeurs de l’Enfer.

    Répondre moderated
  3. Vous voulez du concret ?
    – Le rapport Kissinger parler de limiter à six milliards la population mondiale d’ici le milieu du siècle. Soit deux milliards de moins que maintenant. Etre conscient de ce qui se passe, c’est se préparer et avoir trois chances sur quatre de survivre. Se préparer comporte à la fois une dimension intellectuelle, matérielle, sociale et spirituelle.
    – On ne pourra pas éveiller les consciences de tous : certains humains ne sont justes pas aptes à regarder les choses en face.
    Mt 13,13. “C’est pourquoi Je leur parle en paraboles, parce qu’en regardant ils ne voient point, et qu’en écoutant, ils n’entendent et ne comprennent pas.” Oui, c’était déjà comme ça à l’époque, les jeux vidéo, la télé-réalité et les écrans n’y sont pour rien. Et les diplômes ne sont pas un gage de lucidité.
    – Je constate cet aveuglement autour de moi, une volonté de minimiser à tout prix les problèmes, ainsi que la malveillance des décideurs. Je vois un déni autour de la question de l’euthanasie en particulier. La question de l’avortement jusqu’à neuf mois fait tiquer, quand même. Au Canada, l’euthanasie est autorisée depuis peu lorsque les conditions de vie de permettent pas de vivre dans la dignité. Comprenez : on euthanasie les pauvres. Allez regarder les vidéos Youtube sur le sujet et lisez les commentaires, des malades de dépression s’y expriment : ils sont satisfaits que l’accès à l’euthanasie soit simplifié, car ils savent qu’ils n’arriveront pas à se tuer tout seuls. Ils sont mûrs pour la pilule du suicide.
    – Le pass est une ignominie, bien sûr. On a, pour l’instant du moins, encore accès aux soins avec un test. Mais le pass vaccinal permet essentiellement l’accès aux plaisirs (ciné, bars, restaurants…) Faut-il vraiment un grand acte de courage et de résistance pour y renoncer ? Comparez seulement aux sacrifices des résistants ! Ceux qui se sont fait injecter uniquement pour avoir accès aux plaisirs, on ne peut rien pour eux. L’intégrité de leur corps compte moins à leurs yeux que les plaisirs immédiats. Je suis bien consciente toutefois que l’accès aux lieux de culture était interdit aussi sans le pass, ce qui est nettement plus grave.
    – La censure progresse indéniablement, toutefois nous sommes ici, et, deux ans après le début du covid, nous avons encore accès à l’information alternative, À CONDITION DE LE VOULOIR. Force est de constater que nous sommes relativement peu nombreux dans ce cas. Si ceux qu’on appelle “la caste” avaient tout simplement voulu réduire le cheptel, cette possibilité de nous informer ne nous aurait pas été laissée. Négligence de leur part ? Mépris ? Volonté délibérée ? Tirez-en les conclusions que vous voudrez.
    – Face à la pulsion de mort presque palpable autour de nous, gardons notre vitalité, notre pulsion de vie. Avec l’entraide et la solidarité lorsque les temps noirs seront venus, ce sera notre chance de nous en sortir.
    Standhaft, duldsam und verschwiegen.

    1. Même si nous sommes une minorité, nous sommes maintenant trop nombreux pour qu’ils puissent empêcher l’information de circuler. Ils veillent juste à maintenir une ligne Maginot pour ne pas que les mougeons soient “contaminés”. L’accusation de complotisme (et autres noms d’oiseaux) sert à ça.
      Pour se donner du courage…
      « Notre complot sera révélé, les nations se retourneront contre nous avec esprit de revanche et notre domination sur elles ne sera jamais réalisée »
      (Albert Pike, 1809-1891, un des principaux Illuminati artisans du plan révolutionnaire de domination mondiale)

  4. L’opposition se fait dans la lumière, la résistance se mène dans l’ombre et la clandestinité. Quand on en est au point où on en est maintenant, s’opposer c’est s’exposer.
    La Sécession impose de prendre le maquis tout en faisant bonne figure. Disparaître des écrans radars est une solution dangereuse car la disparition est détectable par la matrice. C’est le retour des catacombes,… numériques cette fois.

  5. La connivence entre les acteurs de la révolution mondiale avec le communisme, et le nazisme, remonte loin dans l’histoire. Ces deux idéologies sont nées d’un
    plan ancien qui est parfaitement décrit dans ses grandes lignes dans un ouvrage écrit il y a 70 ans: “Des pions sur l’échiquier”.
    Au fur et à mesure du temps et des découvertes scientifiques et techniques, il s’est précisé.
    Le livre évoqué dans cet article est certainement une une clé de compréhension importante.

  6. Cette vision est plutot le nazisme que le communisme. Le systéme soviétique ne visait pas l’extermination des gens, au contraire, il encourageait la natalité! On n’a jamais eu autant d’enfant qu’en Pologne Populaire, 3 par femmes et tout le monde survivait grace aux soins médicaux et aux droits des femmes et de la famille! Le communisme soviétique était très pro famille, il était meme conservateur, plus que le capitalisme! Par contre le but était une famille égalitaire avec un mariage égalitaire et des enfants épanouis. Alors oui pour cela le régime contrôlait la population: les vieilles coutumes patriarcales, mariage forcé et arrangé, dot, fiançailles pour argent, virginité avec drap exposé de l’épouse, viol de nuit de noces, tout cela a été aboli au profit du mariage par amour dans l’égalité! En plus le régime encourageait fortement le mariage! On peut tout dire de la répression, mais interrogez 250 millions de personnes de plus de 45 ans qui ont vécu de l’Elbe à Wladivostok, elle ne pourront que vous dire cela! Le crédit social à la chinoise n’aurait jamais marché dans un pays comme la Pologne, ou dans des pays comme la Serbie, la Bulgarie ou la Roumanie! La Russie de l’époque était plus dur, plus collectiviste. Donc tout n’est pas pareil. Et les hôpitaux prisons n’ont pas existé dans l’Europe de l’est, Pologne, Hongrie, Yougoslavie etc.

    1. Entièrement d’accord avec Monika. Seulement ceux qui n’ont jamais vécu dans un pays socialiste ne savent absolument rien sur les avantages sociaux qui y existaient. Une répression, certes existait, selon les périodes précises, surtout dans les années cinquante, mais ensuite pas dans les proportions que l’on avance volontiers en “occident”. C’était très individuel et á des niveaux très différents et incomparable d’un pays á l’autre. Comparer sans arrêt le communisme au nazisme est une désinformation politique volontaire abérrante. D’autant plus que le communisme n’existait pas, c’était, disait-on, le but très lointain – nous vivions dans des pays socialistes. Visiblement, certains aiment toujours volontiers mentir par omission… D’autant plus qu’avec les médias d’aujourd’hui et les techniques de communication, c’est tellement facile de transformer les méchants en gentils et á l’envers. Sinon, la reconnaissance faciale existait bien avant la Chine aux USA et on s’en servait et sert, á des fins que l’on n’aime pas avouer et que l’on attribue volontiers seulement aux autres… Et qu’en dites-vous de la répression á la française surtout ces dernières années ? Cela ressemble á quoi ? (…j’ai vécu 33 ans dans un pays socialiste et ensuite 27 ans en France… je n’ai pas des théories mais le vécu)

      Répondre moderated
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer