Le Parlement demande une communication plus loyale sur les effets secondaires du vaccin

Cedric Villani speaks at TED2016 – Dream, February 15-19, 2016, Vancouver Convention Center, Vancouver, Canada. Photo: Bret Hartman / TED

Le Parlement français vient de franchir une étape importante dans le bras de fer entre "complotistes" et propagandistes sur les dangers du vaccin. L'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) vient en effet de rendre un pré-rapport essentiel sur la question des effets secondaires, qui avait fait l'objet d'une large pétition. Après des auditions tumultueuses dont nous avons rendu compte, l'avis parlementaire montre un vrai pas en avant vers la prise en compte de l'opinion...

Le ciel s’éclaircit un peu (et sans doute temporairement) pour tous ceux qui émettent de fortes doutes sur la propagande officielle en matière de vaccins. Le pré-rapport de l’office parlementaire qui s’est penché sur cette question accorde en effet, enfin ! une reconnaissance institutionnelle (même partielle et timide) à la voix de ceux qui se plaignent de l’omnipotence de la communication pharmaceutique sur les bienfaits du vaccin, alors même que les évidences sont contre eux. 

Certes, l’office, présidé par Cédric Villani, prend des gants pour mesurer ses critiques, mais certaines phrases fortes émergent, qui seront autant d’appuis pour les actions futures mettant en cause le parti pris disproportionné des pouvoirs publics en faveurs du vaccin. 

On lira ainsi ces phrases :

Des critiques ont été émises, estimant que la communication était disproportionnée en faveur de la vaccination, ne mettant pas le citoyen en situation de prendre une décision libre et éclairée. Certaines voix critiques ont regretté que la communication soit surtout accentuée sur les bénéfices de la vaccination, en donnant plus de visibilité aux rares cas de forme grave de la Covid-19 chez des personnes sans comorbidités qu’aux rares cas d’effets indésirables – qu’il s’agisse de la communication des autorités (via la publicité affichée et des spots télévisuels augurant d’un retour à la vie normale) ou de l’information donnée par les médias. Ce point de vue dénonçait la persistance d’un certain paternalisme des autorités
sanitaires, ainsi qu’une propension des autorités à nier l’existence des effets secondaires. (p. 66)

Ou encore :

Une communication se basant sur les données, qu’il s’agisse de la démonstration de l’efficacité du vaccin ou de l’existence d’effets indésirables (et plus claires quant à l’imputabilité du vaccin en ce qui concerne ce dernier point) aurait le mérite d’être plus objective et de mieux apprécier les bénéfices et les risques associés à la vaccination. Sans nier l’existence de situations individuelles dramatiques, la communication doit surtout chercher à transmettre une information objective sur les risques et les bénéfices, qui est la moins susceptible de biaiser le jugement. (p. 68)

Ou encore :

La crainte d’effets indésirables demeure la principale raison de nonadhésion à la vaccination, dans un contexte où les vaccins utilisés en France reposent sur de nouvelles technologies. Or la communication institutionnelle sur les effets indésirables a été relativement discrète en comparaison de la communication incitant à la vaccination, sauf lorsqu’il a été question des effets indésirables graves comme ceux associés au vaccin Vaxzevria. Cet épisode a illustré le « coût » de la transparence en matière d’adhésion à la vaccination puisque la réputation du vaccin a été définitivement entachée, ce qui a conduit à ce qu’il soit sous-utilisé, à un
moment où la France ne disposait pas encore de suffisamment de doses pour protéger sa population et alors que la balance bénéfices/risques restait positive pour la majorité des personnes. 

L’adoption d’un discours de vérité par les autorités, en accord avec les avis émis par les agences sanitaires, était nécessaire pour éviter que tout interstice entre les recommandations nationales et l’état des perspectives scientifiques soit investi par les désinformateurs. Dans un contexte où à la fois l’agent pathogène et le vaccin sont relativement nouveaux, cela implique également de ne pas trop s’avancer sur les connaissances à moyen et long terme – en témoigne la déception suscitée par
l’efficacité finalement modeste du vaccin sur la transmission du virus, notamment
les variants les plus récents, alors qu’atteindre une immunité collective était l’un des
objectifs mis en avant pour promouvoir la vaccination. (p. 73)

On retiendra de ces phrases de bon sens la reconnaissance, enfin ! des vices propres à l’extrémisme idéologique vaccinal du pouvoir et ses conséquences : la création d’une bulle anti-vaccinale en croissance constante. 

Ce rapport équilibré constitue une première victoire d’importance dans la reconquête de l’état de droit. 

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL

Rejoignez la sécession !

Vous en avez assez de subir cette mascarade ? Vous voulez entrer sereinement en résistance contre cette dictature ? Déjà plus de 5.000 membres...
276 Shares:
14 commentaires
  1. Je ne retiens de ces extraits que : ‘prendre une décision libre et éclairée’. C’est une notion subjective qui est cependant inscrite dans les conditions juridiques des essais thérapeutiques. Ensuite, l’expression d’Eric, ‘la reconquête de l’état de droit’, est bonne à mentionner mais Eric sait-il où cela va le mener avec ce processus de reconquête ?

    Répondre moderated
    1. Quelle naïveté !
      mais Macron a, ou va avoir, TOUS les pouvoirs ! Il fera donc ce qu’il veut ! Qui va l’en empêcher ?? Certainement pas un parlement aux ordres.
      il suffira de faire une bonne campagne d’intoxication, les merdias s’en chargeront, et……tout ira bien

      Répondre moderated
      1. C’est pour ça que quand je lis ici qu’il ne faut pas voter…
        Ne pas voter = donner sa voix à des Macronnards qui eux votent massivement.
        Ne pas voter = Reprendre 5 années supplémentaires de Macronnerie et de pleins pouvoirs du Roitelet et de sa bande de malfrats.

    2. Si ça peut empêcher l’injection obligatoire de ce produit inutile et toxique, tant mieux. Pour le reste, je suis assez informé. J’ai accumulé (depuis début 2020) plus de 600 (!!) articles sur ce sujet, soit plus de 3600 pages A4 en texte corps 11. Donc c’est bon, quelque soient les nouvelles fourberies du gouvernement criminel, j’ai définitivement fini de faire confiance à l’industrie médicale, ainsi qu’aux merdias et nos pseudo-élus. Circulez, j’ai plus rien à voir. Le problème maintenant, c’est d’échapper à la dictature.

      1. J’ai fait la même chose vous, dès le début.
        Même si certaines phrases citées dans cet article montrent une ouverture (ou montrent qu’ils ne peuvent pas faire autrement que reconnaître un manque d’objectivité, ce qui n’est pas équivalent à reconnaître la réalité…), d’autres indiquent que les désinformateurs ne sont pas où on le dit: “…alors que la balance bénéfices/risques restait positive pour la majorité des personnes. ”
        Ben non, justement. Pour les moins de 65 ans, 1000 fois plus de risque avec l’injection qu’avec la maladie.
        https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/dr-martin-zizi-deuxieme-partie

        Répondre moderated
  2. C’est quoi Sads ? Des jeunes en bonne santé meurent du syndrome de la mort subite de l’adulte :
    Aussi connu sous le nom de syndrome de mort subite arythmique (Sads), il s’agit d’un “terme générique pour décrire les décès inattendus chez les jeunes”, généralement âgés de moins de 40 ans, lorsqu’un examen post-mortem ne peut trouver aucune cause évidente de décès, selon le Royal Australian College des médecins généralistes (RACGP)…
    https://fr.postsus.com/health/529399.html
    08 juin 2022

    Healthy young people are dying suddenly and unexpectedly from a mysterious syndrome – as doctors seek answers through a new national register
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-10895067/Doctors-trying-determine-young-people-suddenly-dying.html
    UPDATED: 8 June 2022

    Répondre moderated
    1. Syndrome de la mort subite… ils devraient réfléchir aux expressions qu’ils emploient… Car cela évoque la mort subite des nourrissons dont on a montré une importante diminution aux Etats-Unis pendant le confinement (durant lequel les parents ont beaucoup moins fait vacciner leurs enfants). A défaut de preuve, un bon motif d’interrogation…

  3. C’est le minimum que cette commission peut faire, à titre provisoire, dans l’attente d’un rapport définitif. Mais bon, parler de “victoire” me paraît largement optimiste. Quand on lit les considérants relatifs à l’efficacité et la sécurité des vaccins ; quant à la rareté des effets secondaires graves ; quand la question des décès liés aux vaccins n’est me semble-t-il même pas abordée …. quand la pharmacovigilance fait l’objet de toutes les louanges quand on sait que seulement 10% des effets indésirables du vaccin font l’objet d’une déclaration, on a de quoi se poser des questions sur l’objectivité de cette commission. Pour ma part, depuis le début de cette affaire du Covid-19, je n’ai eu connaissance d’aucun décès ni d’aucune hospitalisation pour forme grave, ni dans ma famille, ni dans celle de ma compagne, ni dans nos entourages respectifs, proches et éloignés. En revanche, depuis la campagne de vaccination, nous avons huit cas de personnes qui, antérieurement, n’avaient aucun problème de santé et qui, depuis, consultent pour des troubles divers et variés dont l’origine est manifestement difficile à établir par la médecine : thromboses, infections respiratoires, maladies auto-immunes, troubles neurologiques, maladie de Lyme et autres AVC.

  4. Bonjour,
    J’ai envie de dire, tout ça pour ça ! 81 pages que j’ai parcourues !!! et la montagne accoucha d’une souris…
    Soit, s’il fallait expliquer aux députés et autres, le pourquoi du comment sur ce qu’ils ont accepté les yeux fermés, et bien c’est fait, un peu tard… 2 ans pour accoucher d’une souris ! la gestation fut longue ! Pour le commun qui est éveillé, rien à découvrir dans ce blabla ! pour les autres, espérons que cela les réveillera ! mais encore, c’est un constat de la situation rien d’autre !
    Je ne suis pas déçue, je n’attendais rien de ce groupe de soutiens déguisés aux forces en place…

    Rien à voir avec le sujet du jour, mais je joins un lien, pour le moins intriguant, le sujet !

    https://www.cosmicworld.site/johns-hopkins-university-confirms-you-can-be-vaccinated-with-a-pcr-test-even-without-knowing

    L’affaire est loin d’être close …

Répondre à CAROLINE BONDOUX Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer