Hiver russe : Ségur et les leçons de la froide retraite de Russie – par Nicolas Bonnal

Ne nous dites jamais qu'on apprend de l'histoire. Chaque génération pense arriver où ont échoué celles qui l'ont précédée. Quelle meilleure preuve que la retraite de Russie? Ce sera en apparence moins terrible mais nous allons subir notre propre "retraite de Russie". Et dire que nos dirigeants pensaient faire mieux que Napoléon et Hitler....

Comme on sait l’hiver approche. Les imbéciles du changement climatique n’avaient pas prévu un mois d’octobre doux. Les choses sérieuses vont commencer en novembre comme en 1812. Occasion de relire l’époustouflante, lyrique et épique Retraite de Russie de Philippe de Ségur. Il est amusant de constater que si la Russie symbolise l’hiver, elle signifiait aussi l’énergie, le chauffage et la propreté. Mais on préfère crever sur ordre de Washington et de Bruxelles, de Davos et des néocons. On verra si le Diesel, comme les vivres de la cigale, viendra à manquer aussi. Fin des bagnoles ! Comme dit Ursula : envoyez la facture à Poutine !

 

Napoléon, Hitler: l’Occident n’a rien appris

On continue avec Ségur. On quitte Moscou avec un empereur aux abois et la bise frappe début novembre :

« Mais le 6 novembre, le ciel se déclare. Son azur disparaît. L’armée marche enveloppée de vapeurs froides. Ces vapeurs s’épaississent: bientôt c’est un nuage immense qui s’abaisse et fond sur elle, en gros flocons de neige. Il semble que le ciel descende et se joigne à cette terre et à ces peuples ennemis, pour achever notre perte. Tout alors est confondu et méconnaissable: les objets changent d’aspect; on marche sans savoir où l’on est, sans apercevoir son but, tout devient obstacle. Pendant que le soldat s’efforce pour se faire jour au travers de ces tourbillons de vents et de frimas, les flocons de neige, poussés par la tempête, s’amoncellent et s’arrêtent dans toutes les cavités; leur surface cache des profondeurs inconnues, qui s’ouvrent perfidement sous nos pas. Là, le soldat s’engouffre, et les plus faibles s’abandonnant y restent ensevelis. »

Beau texte halluciné si étrangement absent de nos livres scolaires. Le froid arrive donc et attaque individu par individu, molécule par molécule :

« Ceux qui suivent se détournent, mais la tourmente fouette dans leurs visages la neige du ciel et celle qu’elle enlève à la terre; elle semble vouloir avec acharnement s’opposer à leur marche. L’hiver moscovite, sous cette nouvelle forme, les attaque de toutes parts: il pénètre au travers de leurs légers vêtements et de leur chaussure déchirée. Leurs habits mouillés se gèlent sur eux; cette enveloppe de glace saisit leurs corps et roidit tous leurs membres. Un vent aigre et violent coupe leur respiration; il s’en empare au moment où ils l’exhalent et en forme des glaçons qui pendent par leur barbe autour de leur bouche. »

 

Quand le froid engourdit le mental des soldats

Après une observation géniale : l’individu va perdre ses moyens intellectuels et psychologiques. Pensez à ce qui va se passer cet hiver (ou l’hiver prochain : Schwab et Harari ne s’arrêteront pas en si bon chemin – et nos gouvernements génocidaires, Meloni compris, non plus), quand nos tarés de zélés électeurs et consommateurs russophobes vont achever d’être décérébrés par le froid et la faim :

« Ce fut ainsi que, depuis ce déluge de neige et le redoublement de froid qu’il annonçait, chacun, chef comme soldat, conserva ou perdit sa force d’esprit, suivant son caractère, son âge et son tempérament. Celui de nos chefs que jusque-là on avait vu le plus rigoureux pour le maintien de la discipline, ne se trouva plus l’homme de la circonstance. Jeté hors de toutes ses idées arrêtées de régularité, d’ordre et de méthode, il fut saisi de désespoir à la vue d’un désordre si général, et, jugeant avant les autres tout perdu, il se sentit lui-même prêt à tout abandonner. »

C’est l’acédie, ce désespoir monastique, physique et spirituel, dont j’ai parlé dans mon recueil sur Cassien et la sagesse chrétienne.

La Grande Armée n’est pas au bout de ses peines :

« Cependant, l’entassement des cadavres dans les maisons, les cours et les jardins, et leurs exhalaisons morbidiques, empestaient l’air. Les morts tuaient les vivants. Les employés, comme beaucoup de militaires, avaient été atteints: les uns étaient devenus comme imbéciles; ils pleuraient, ou fixaient la terre d’un œil hagard et opiniâtre. Il y en avait eu dont les cheveux s’étaient roidis, dressés et tordus en cordes; puis, au milieu d’un torrent de blasphèmes, d’une horrible convulsion, ou d’un rire encore plus affreux, ils étaient tombés morts. »

Alternons avec les opérations militaires (on a une énième guerre Occident-Russie sur les bras). Napoléon va être sauvé par l’inertie et la prudence russe, explique Ségur :

« Aussi est-ce là qu’on a bien vu que la renommée n’est point une ombre vaine, que c’est une force réelle et doublement puissante par l’inflexible fierté qu’elle porte à ses favoris, et par les timides précautions qu’elle suggère à ceux qui osent l’attaquer. Les Russes n’avaient qu’à marcher en avant, sans manœuvres, sans feux même; leur masse suffisait, ils en eussent écrasé Napoléon et sa faible troupe: mais ils n’osèrent l’aborder! L’aspect du conquérant de l’Égypte et de l’Europe leur imposa. Les pyramides, Marengo, Austerlitz, Friedland, une armée de victoires, semblèrent s’élever entre lui et tous ces Russes: on eût pu croire que, pour ces peuples soumis et superstitieux, une renommée si extraordinaire avait quelque chose de surnaturel… »

De temps en temps aussi un acte de bravoure rappelle qui est cette Grande Armée :

« Ce fait, et le malheur de la division Partouneaux, expliquent l’effrayante réduction du corps de Victor, et cependant ce maréchal contint Wittgenstein pendant toute cette journée du 28. Pour Tchitchakof, il fut battu. Le maréchal Ney et ses huit mille Français, Suisses et Polonais, suffirent contre vingt-sept mille Russes. »

 

Les Russes ne supportent pas mieux l’hiver

Les Russes ne supportent pas mieux que l’hiver que les Européens : et pourquoi le supporteraient-ils ? Dostoïevski ne cesse de se plaindre de ces Européens qui ne se chauffent déjà pas !

« L’hiver, ce terrible allié des Moscovites, leur avait vendu cher son secours. Leur désordre poursuivait notre désordre. Nous revîmes des prisonniers, qui, plusieurs fois, avaient échappé à leurs mains et à leurs regards glacés. Ils avaient d’abord marché au milieu de leur colonne traînante, sans en être remarqués. Il y en eut alors qui, saisissant un moment favorable, osèrent attaquer des soldats russes isolés, et leur arracher leurs vivres, leurs uniformes, et jusqu’à leurs armes, dont ils se couvrirent. Sous ce déguisement ils se mêlèrent à leurs vainqueurs; et telle était la désorganisation, la stupide insouciance et l’engourdissement où cette armée était tombée, que ces prisonniers marchèrent un mois entier au milieu d’elle sans en être reconnus. Les cent vingt mille hommes de Kutusof étaient alors réduits à trente-cinq mille. »

On a 80% de pertes de part et d’autre. Je rappelle qu’on est encore en automne. Ségur ajoute :

« Des cinquante mille Russes de Wittgenstein, il en restait à peine quinze mille. Vilson assure que sur un renfort de dix mille hommes, partis de l’intérieur de la Russie avec toutes les précautions qu’ils savent prendre contre l’hiver, il n’en arriva à Wilna que dix-sept cents. Mais une tête de colonne suffisait contre nos soldats désarmés. Ney chercha vainement à en rallier quelques-uns, et lui, qui jusque-là avait commandé presque seul à la déroute, fut obligé de la suivre. »

 

L’Hiver en Père Fouettard

Mais on n’a rien vu. La Saint-Nicolas arrive (calendrier grégorien) et voici ce que cela donne :

« Le 6 décembre, le jour même qui suivit le départ de Napoléon, le ciel se montra plus terrible encore. On vit flotter dans l’air des molécules glacées; les oiseaux tombèrent roidis et gelés. L’atmosphère était immobile et muette: il semblait que tout ce qu’il y avait de mouvement et de vie dans la nature, que le vent même fût atteint, enchaîné, et comme glacé par une mort universelle. Alors plus de paroles, aucun murmure, un morne silence, celui du désespoir et les larmes qui l’annoncent. »

Les soldats prient, tombent et meurent. Il fait moins 28 :

« On s’écoulait dans cet empire de la mort comme des ombres malheureuses. Le bruit sourd et monotone de nos pas, le craquement de la neige, et les faibles gémissements des mourants interrompaient seuls cette vaste et lugubre taciturnité. Alors plus de colère ni d’imprécations, rien de ce qui suppose un reste de chaleur: à peine la force de prier restait-elle; la plupart tombaient même sans se plaindre, soit faiblesse ou résignation, soit qu’on ne se plaigne que lorsqu’on espère attendrir, et qu’on croit être plaint. »

Après on entre dans une ambiance à la Tolkien (le paysage hostile du début des Deux tours) ou à la John Ford (le nuage de poussière et les géniaux indiens de Cochise lors de l’attaque finale de Fort Apache) :

« Ceux de nos soldats jusque-là les plus persévérants se rebutèrent. Tantôt la neige s’ouvrait sous leurs pieds, plus souvent sa surface miroitée, ne leur offrant aucun appui, ils glissaient à chaque pas et marchaient de chute en chute; il semblait que ce sol ennemi refusât de les porter, qu’il s’échappât sous leurs efforts, qu’il leur tendît des embûches comme pour embarrasser, pour retarder leur marche, et les livrer aux Russes qui les poursuivaient, ou à leur terrible climat. »

 

L’Empereur glacé

Napoléon est là mais les gens (il n’y a plus de soldats) sont trop abrutis par le froid pour réagir ; lisez bien car c’est ce qui va se passer cet hiver :

« Napoléon venait d’y arriver au milieu d’une foule de mourants, dévoré de chagrin, mais ne laissant percer aucune émotion à la vue des souffrances de ces malheureux, qui, de leur côté, ne lui faisaient entendre aucun murmure. Il est vrai qu’une sédition était impossible; c’eût été un effort de plus, et toutes les forces de chacun étaient employées à combattre la faim, le froid et la fatigue: il eût d’ailleurs fallu de l’ensemble, s’accorder, s’entendre, et la famine, et tant de fléaux séparaient et isolaient, en concentrant chacun tout entier en lui-même. Bien loin de s’épuiser en provocations, en plaintes même, on marchait silencieux, réservant tous ses moyens contre une nature ennemie, distraits de toute autre idée par une action, par une souffrance continuelle. Les besoins physiques absorbaient toutes les forces morales; on vivait ainsi machinalement dans ses sensations, restant soumis encore par souvenir, par suite d’impressions reçues dans un meilleur temps, et beaucoup par un honneur, par un amour de gloire exalté par vingt ans de triomphes, et dont la chaleur survivait et combattait encore. »

Sédition impossible et vie machinale. Retenez cela pour janvier ou février. Ce sera moins mortel que cette retraite mais ce sera pas mal quand même.

Un dernier mot sur les Russes accablés aussi par le froid et prostrés comme les Français et leurs troupes européennes :

« Mais alors ce fut elle, sans doute, qui frappa Kutusof d’inertie. À leur extrême surprise, ils ont vu ce Fabius russe, outré comme l’imitation, s’obstinant dans ce qu’il appelait son humanité, sa prudence, rester sur ses hauteurs avec ses vertus pompeuses, sans se laisser, sans oser vaincre, et comme étonné de sa supériorité. Il voyait Napoléon vaincu par sa témérité, et il fuyait ce défaut jusqu’au vice contraire.

Il ne fallait pourtant qu’un emportement d’indignation d’un seul des corps russes pour en finir; mais tous ont craint de faire un mouvement décisif: ils sont restés attachés à leur glèbe avec une immobilité d’esclaves, comme s’ils n’avaient eu d’audace que dans leur consigne, et d’énergie que leur obéissance. Cette discipline, qui fit leur gloire dans leur retraite, a fait leur honte dans la nôtre. »

On ne sait pas jusqu’où les Européens suivront l’esclavagisme thermique, énergétique, numérique et militaire de Bruxelles et de BlackRock. La plaisanterie peut encore durer : car en 1812 on n’en avait pas terminé avec cet empire français dont on nous rebat les oreilles. Et j’en reviens à ma phrase préférée de Nietzsche, au moins dans la Volonté de puissance : « chez le petit peuple l’appétit vient en mangeant. » Il suffit donc de le lui couper pour qu’il se soumette encore un peu plus.

Terminons sur une note positive : Ségur survécut et mourut à 92 ans retraité des Chemins de Fer…

 

Sources

Philippe de Ségur –La retraite de de Russie (Gutenberg.org)

Nicolas Bonnal -Dostoïevski et la modernité occidentale – Tolkien le dernier gardien – Chroniques sur la Fin de l’Histoire – Les grands westerns américains (Dualpha/Avatar/Amazon.fr)

Pour lire TOUT le contenu du Courrier

Nos offres

9 par mois
  • Les droites de Husson
  • Urbi & Orbi
  • Le patrimoine des Stratèges

Sécession patrimoniale, libertarisme, vaccins...

Téléchargez nos dossiers indispensables

9,90 par dossier
  • Les conseils patrimoniaux de Machabert
  • Le libertarisme selon Bonnal
  • Les vaccins selon Aventin

About Post Author

20 Shares:
5 commentaires
  1. Il me semble que comparer la “retraite de Russie 1812” avec une eventuelle campagne hivernale en Ukraine est une erreur: La retraite de 1812 s ‘est déroulée entre Moscou et Vilna (Lithuanie) soit 5 à 600KM au NORD d’une ligne KHARKOV-KIEV. 600KM c’est la distance Nancy- Marseille een gros. Il y a une grosse différence entre les temperatures Hivernales de ces deux villes même si l’influence de la mer y est pour beaucoup . La comparaison serait plus exacte entre Paris et Montauban ( 600km ) De même les diffficultés hivernales de l’armée du 3eme Reich jusqu’en 1943 ont eu lieu en Russie soit très an Nord !

  2. Pour qui a fait de la marche en montagne l’hiver, les deux toiles d’illustration sont trompeuses. Que ce soit au Canada ou en Russie, les trappeurs marchent avec des raquettes, énormes quand on les porte et les chaussé. On augmente la surface au sol du pied par dix. Chez Napoléon et Hitler sauf les forces spéciales du second, elles etaient existantes pour la troupe. Et les chevaux ? Que cela signifie-t-il pour l’organisation des déplacements. Et bien allez dans un des massifs montagneux de France par grand froid et après la chute d’un mètre de neige. Essayez de faire plus de 2-5 kilomètres par jour sans raquettes en rase campagne, vous n’y arriverez pas.

  3. « quand nos tarés de zélés électeurs et consommateurs russophobes vont achever d’être décérébrés par le froid et la faim : » ça c’est la phrase en trop qui tue l’argumentaire. Comparaison n’est pas raison ! La France vit majoritairement sous un climat océanique de flux d’ouest, doux. Les incursions sibériennes existent en France, mais elles restent cantonnées à quelques jours de beau temps anticycloniques par an. Très froids certes mais rien à voir avec le blizzard de la toundra. L’auteur est excessif comme toujours, son romantisme exacerbé lui joue des tours pandables…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer