[Les Origines du COVID-19 – 3è partie] Américains, Français et le laboratoire P4 de Wuhan: un remake de Frankenstein

Nous continuons aujourd'hui à suivre le professeur Joseph Tritto dans son enquête sur les origines du COVID-19, afin d'éclairer le contenu des e-mails d'Anthony Fauci. Dans ce troisième volet de l'enquête, nous allons voir comment l'Occident, Etats-Unis et France en tête, portent une lourde responsabilité dans l'émergence du COVID-19. Cela ne dédouane en rien la Chine communiste de sa responsabilité première et principale dans les origines et la diffusion de la pandémie. Cependant, c'est bien la recherche occidentale qui a permis à la chercheuse Shi Zhengli, de Wuhan, de devenir le Frankenstein de cette histoire, à qui sa créature monstrueuse a échappé.

Le professeur Shi Zhengli, de la recherche sur le SARS à la fabrication du COVID-19 (2004-2015)

A la suite de l’épidémie de SARS (en français SRAS, syndrome respiratoire aigu sévère) , en 2002, la Chine avait lancé, à l’Institut Virologique de Pékin, la recherche sur un vaccin.  C’est à cette occasion qu’on entendit parler pour la première fois dans la communauté internationale d’une chercheuse née en 1964, Shi Zhengli, née à Wuhan, où elle fit une partie de ses études universitaires et titulaire d’un doctorat obtenu à l’Université de Montpellier 2. C’est elle qui identifie la chauve-souris comme première porteuse du virus SRAS.  Ou, plus précisément, comme l’explique le Chevalier Dupin de notre enquête, alias le professeur Joseph Tritto, le virus SARS était le produit de mutations de différents coronavirus présents chez les chauve-souris. C’est important d’avoir cela en tête car de nombreux chercheurs continuent à affirmer, aujourd’hui, de bonne foi l’origine naturelle du COVID-19 chez la chauve-souris et le pangolin. Joseph Tritto nous permet de comprendre que le matériau de départ, ce sont bien des virus naturels, avant qu’il y ait intervention de l’homme en laboratoire. 

Au bout de quelques années de recherche, en effet, le Professeur Shi et son équipe avaient créé à partir de coronavirus prélevés en particulier sur des chauve-souris du Yunnan, des « chimères », c’est-à-dire des virus artificiels combinant différentes séquences génétiques. En fait, le COVID-19 est à l’aboutissement de ces travaux, une « chimère » qui a échappé à sa créatrice.  Le nom d’origine de ce virus fabriqué est SARS-COV2  ou coronavirus 2 du SRAS.  

Comment un bout de VIH s'est retrouvé dans le SARS-COV2

En 2009, le Professeur Shi est nommée directrice du Centre des Maladies Infectieuses de l’Institut de Virologie de Wuhan créé sous l’égide de l’Académie des Sciences de Pékin. Mais il faut comprendre que rien n’aurait été possible sans un accord initial passé au niveau politique entre Hu Jintao, George W. Bush et Jacques Chirac en 2005 dans le cadre d’un programme de recherche consacré aux vaccins contre le SIDA, appelé « Vaccines and Immunization » et parrainé par  l’Organisation Mondiale de la Santé.  Dès 2004, Jacques Chirac avait lancé un Institut Pasteur de Shanghai, fruit de la collaboration entre l’Institut parisien, l’Académie des Sciences Chinoises et la Ville de Pékin. Le professeur Shi, nous explique Joseph Tritto, ne s’est jamais intéressée à la recherche sur le virus du SIDA pour elle-même. En revanche, c’est en travaillant avec des équipes internationales qu’elle a appris à créer des séquences artificielles de virus pour étudier la manière dont un virus pénètre une cellule-hôte. 

Il faut faire attention, nous rappelle Tritto, à ne pas pratiquer des assimilations tous azimuts. Néanmoins, il est possible de dresser une toile de fond. Qui dit recherche internationale sur les vaccins contre le  SIDA voit surgir la figure imposante d’Anthony Fauci, qui en a été l’un des acteurs. Et même, plus importante encore, celle du Français Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, découvreur du virus VIH. Ce dernier a été trainé dans la boue lorsqu’il a repéré, dans la séquence du COVID-19, un tout petit morceau de VIH. Mais, explique Joseph Tritto, il n’y a que des gens qui ne connaissent pas le contexte de vingt ans de recherche internationale et chinoise qui puissent exclure a priori que le professeur Shi et son équipe, créateurs du virus dit COVID-19 n’aient pas eu la possibilité de mélanger un coronavirus avec une séquence même infime de VIH: ils avaient appris la fabrication de virus artificiels en travaillant sur le virus du SIDA. 

La créature de Shi Frankenstein

Mais, répétons-le, le professeur Shi a fait des coronavirus et de la recherche de vaccins contre eux sa spécialité. Elle y travaille assidument avec Ralph Baric, de l’Université de Caroline du Nord. Ce ne sont pas seulement des centres de recherche américains qui sont associés aux recherches de Wuhan: il y a des financements américains.  Ce qui rend nerveux Anthony Fauci dès le début de la crise du COVID-19, c’est qu’il sait très bien que l’on retrouvera, en cas d’enquête approfondie, de l’argent labellisé « USAID », « Eco Health Alliance » ou « NIAID ».  Il connaît aussi le contexte des années 2013-2017, lorsque la recherche américaine avait été soumise à un moratoire dans la fabrication de « chimères virales » de plus en plus agressives et inutiles pour la médecines; tandis que le professeur Shi, à Wuhan, jouait à des jeux de plus en plus dangereux. Comme le résume très bien le professeur Tritto: 

« Shi Zheng-Li, ayant déjà eu l’expérience de recombiner des virus SARS et assimilés aux SARS et des pseudotypes HIV, et grâce à la collaboration du professeur Ralph Baric, était la seule [chercheuse] capable de projeter en laboratoire une chimère virale [du type du COVID 19], produit d’une recombinaison, et d’en produire des clones. Le COVID-19 (…) est fabriqué à partir de 95-97% d’un coronavirus de pangolin et de 60-70% d’un coronavirus de chauve-souris. Le groupe du professeur Prashant Pradhan, de l’Indian Institute of Technology de New Delhi, dans un article présenté comme un travail préliminaire et paru le 31 janvier 2020 (…) a démontré qu’au moins 4 nucléotides qui appartenaient au virus du SIDA étaient inclus dans le génome du Coronavirus et qu’ils ne pouvaient en aucun cas être le produit d’une recombinaison naturelle« . 

Comment les USA et la France essaient d'effacer les traces de leur contribution à la création du monstre

Fin janvier/début février 2020, rappelons-nous, c’est le moment où Anthony Fauci panique et organise une visioconférence avec son équipe de chercheurs. C’est aussi le moment où, dans les médias français main stream on étouffe toute interrogation sérieuse sur l’implication de la France dans la création du laboratoire P4 de Wuhan.  En 2013-2015, Alain Mérieux et ses équipes lyonnaises , qui avaient formé les chercheurs de Wuhan dans le laboratoire P4 Jean Mérieux de Lyon, avaient refusé d’accréditer le laboratoire P4 de Wuhan en formation parce qu’à Lyon on considérait que les chercheurs de Wuhan n’étaient pas encore suffisamment formés et que les conditions de sécurité n’étaient pas réunies. Or, pourtant,  le Premier Ministre Bernard Cazeneuve se rend à Wuhan en février 2017, à deux mois de l’élection présidentielle française, pour assister à l’inauguration du laboratoire P4 de Wuhan. Dans la délégation française, il y a, entre autres personnes, Yves Lévy, président de l’INSERM à cette époque….et mari d’Agnès Buzyn ministre de la Santé début 2020 lorsque l’on commence à s’interroger sur les origines du COVID-19. 

On comprend d’autant mieux qu’un Anthony Fauci, devenu l’un des décideurs-clé de l’attribution de financement dans la recherche contre les virus ou que le gouvernement français de 2020 aient cherché à étouffer toute enquête sérieuse sur les origines du virus.  Les Etats-Unis et la France étaient absolument mouillés dans ce qui se passait à Wuhan. Et ce, malgré de nombreux avertissements. En France, les 50 chercheurs du laboratoire Mérieux prévus pour partir à Wuhan en 2015 n’y étaient pas allés.  La société Technip avait refusé d’homologuer le laboratoire P4 de Wuhan. Depuis le longues années, rappelle Joseph Tritto, le professeur Simon Wain-Hobson, de l’Institut Pasteur, avertissait du danger des recherches menées sur des chimères virales, sans aucun bénéfice apparent pour la recherche et la santé. Dès 2003 le professeur Richard H. Ebright de l’Université de Rutgers  avait déclaré: « L’unique bénéfice d’une recherche de ce type est la création en laboratoire d’un risque artificiel« . 

Eh bien loin d’écouter la sagesse de leurs meilleurs spécialistes, les gouvernements français et américain avaient laissé créer à Wuhan un outil non maîtrisable. On ne peut pas exclure la part de cynisme occidental consistant à participer en Chine à des expérimentations qui seraient jugées trop dangereuses dans nos pays. Dans tous les cas, comme nous le raconterons demain, le COVID-19 est une sorte de Frankenstein qui a échappé à sa créatrice, le professeur Shi, l’apprenti-sorcier en chef de cette histoire. 

Demain nous raconterons comment, pour dissimuler leur responsabilité dans l’équipement d’une puissance communiste chinoise en grande partie incompétente, les décideurs occidentaux ont accepté que Pékin mente allègrement sur les débuts de l’épidémie et sa diffusion. 

(A suivre)

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires

  1. Quand un pays qui fut jadis un grand pays en est rendu à lécher la rondelle américaine, toutes les saloperies deviennent possibles…
     
    Frexit, Bruxit, Euroxit et Otanxit sont donc les 4 mamelles de celui qui aura les corones de mettre un gros coup de pied dans la cigalière fourmilière pour y remettre de l’ordre – les 3 premiers étant dans le même package, ne restera plus qu’à dire merde aux obèses pilleurs d’entreprises, définitivement et en profiter pour brosser dans le sens du poil notre alliée de toujours, la Russie.

    • J’adore vos synthèses Jiff. Tout y est. Il est clair que les GAFAMs associés à la Chine et à BIG PHARMA sont les syndics de faillite de la France, les vautours qu’on voit arriver quand il faut vendre le capital restant à la découpe. Les autorités politiques faisant comme lors de la chute de l’URSS, vite, une portion pour moi, dans la longue tradition des Milliardaires Rouges qui récupèrent, l’un Gazprom, l’autre le Transsibérien, le troisième la gestion de la ville de Norilsk 1er producteur mondial de Nickel, Poutine demandant son % contre l’autorisation d’exercer le négoce…

      C’est le modèle communiste copié collé en Chine.

  2. J’avais archivé ces mêmes photos sur AmbaFrance Pékin au début de la crise du covid-19. Depuis, toute trace a disparu.

    Il en est de même de la disparition des photos de Jean-pierre Raffarin*, sourire aux larmes, sur le site de la France China Foundation, élu français un des responsables de l’Amitié France Chine au Sénat, qui a disparu des antennes dorénavant. Le pauvre doit ruminer sa honte, qui doit le ronger intérieurement. Après, comme pour Caseneuve et son équipe de bras cassés sur la photo, tous doivent se répéter intérieurement l’antienne des accusés du Procès de Nuremberg « Nous ne faisions qu’obéir aux ordres ». En effet, mais lesquels, de qui ?

    *Jean-pierre Raffarin ancien Premier ministre, représentant spécial du Gouvernement pour la Chine, en charge du soutien aux entreprises françaises, président de la Fondation pour la prospective et l’innovation et président-fondateur de Leaders pour la Paix

    http://www.senat.fr/international/groupes_amitie_cr/groupe_france_chine_entretien_avec_m_jean_pierre_raffarin_ancien_premier_ministre_representant_special_du_gouvernement_pour_la_chine_president_de_la_fondation_pour_la_prospective_et_linnovation_et_president_de_leaders_pour_la_paix.html

    • Leaders pour la paix, je ne connaissais pas ce groupuscule, mais son nom est vraiment formidable… il reflète forcément les missions accomplies. Etre un leader… et de surcroît être pour la paix, c’est tellement merveilleux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.