Les origines du COVID-19 – 4è partie – Surtout, ne le répétez pas: des communistes sont au pouvoir à Pékin

Dans le dernier volet de notre enquête sur les origines du COVID-19, nous montrons comme la nature communiste du régime chinois a été essentielle pour transformer une épidémie maîtrisable - quelle que fût la dangerosité de ce virus fabriqué et échappé du laboratoire de Wuhan - en pandémie. Il serait temps que ce qu'on appelait, durant la Guerre froide le "monde libre" se rappelle que les régimes de type communistes (même quand ils prétendent se donner un "visage humain") sont d'abord à l'origine de grosses erreurs de management et de catastrophes sociales, dissimulées derrière un mélange de mensonge et de violence. Ce dernier article est dédié à la mémoire du plus grand sinologue occidental du XXè siècle, Simon Leys, qui se battit durant des décennies contre toutes les tentatives des intellectuels pour relativiser les crimes du maoïsme.

La gouvernance de la Chine, loin des slogans de Xi Jingping

Une première caractéristique du communisme, vérifiable tout au long du XXè siècle, c’est que ce type de régime est intrinsèquement incapable d’innovation. Les régimes de type communiste oscillent entre le pillage pur et simple des secrets de fabrication des pays occidentaux et leur importation avec le consentement de ces derniers, qui, selon la célèbre formule de Lénine, fournissent la corde qui servira à les pendre. Nous avons décrit hier, longuement, comment la recherche occidentale, en particulier américaine et française, a fourni aux Chinois les moyens d’une recherche avancée en virologie.  

Une deuxième caractéristique est l’obsession du rattrapage des pays capitalistes, à tout prix. Nous avons expliqué comment, en 2003, la science chinoise était en retard. Les quinze années qui ont suivi ont été marquées par une frénésie de travail pour acquérir les méthodes du « gain de fonction » et créer un laboratoire P4. 

Une troisième caractéristique du communisme est que le seul moyen de fonctionner, pour lui, est une forme de « militarisation » de la société. l’Armée y joue un rôle disproportionné par rapport à d’autres secteurs de l’Etat. Nous avons décrit aussi la manière dont elle avait voulu profiter des recherches menées à Wuhan, mettant les équipes civiles sous pression et espérant un jour récupérer le fruit de ces recherches pour elle-même. 

Une quatrième caractéristique du communisme est sa capacité à provoquer des catastrophes internes. Obsédée par le rattrapage de l’Occident, mise sous pression par les militaires, dotée de moyens considérables, appuyée par un régime prêt à brûler les étapes (les conditions de sécurité maximale n’étaient pas assurées dans le P4 de Wuhan), le professeur Shi a joué les apprenti-sorciers en créant des chimères virales dangereuses et sans véritable utilité pour la science.  En l’occurrence, nous avons écouté l’expertise du médecin italien de renommée mondiale Joseph Tritto. 

Une cinquième caractéristique d’un régime communiste  est le mépris de la vie humaine. Le Livre Noir du Communisme paru à la fin des années 1990 aurait besoin d’être réédité en ajoutant les crimes du PCC des années idéalisées de Deng Xiaoping (le véritable bourreau de Tian An Men) au régime néo-totalitaire de Xi Jingping.  

Une sixième caractéristique est le mensonge d’Etat dont les origines du COVID 19 révèlent l’ampleur dans le cas du Parti Communiste Chinois. 

L'épidémie de COVID-19 commence en août 2019 à Wuhan

L’histoire de la diffusion du COVID-19 s’étend sur plusieurs mois, entre l’été 2019 et le début de l’année 2020. 

Une étude de la Medical School de Harvard parue début juin 2020 conclut à l’apparition de l’épidémie de COVID-19 dès le mois d’août 2019. Pour établir cette thèse, les auteurs de l’article repèrent deux indicateurs. D’une part, une fréquentation inhabituelle des hôpitaux de Wuhan, repérable au nombre de voitures anormalement élevé sur les parkings: 90% au mois d’octobre. D’autre part, une multiplication des recherches sur internet autour de symptômes de toux ou de diarrhée. 

Cet article, comme celui d’autres chercheurs qui défendent la thèse de l’origine naturelle du virus, est d’autant plus intéressant qu’il ne s’intéresse qu’à un aspect de l’enquête, la question du « patient zéro ». Tout le monde est aujourd’hui d’accord  pour repérer la diffusion du virus à Wuhan et dans la région entre octobre et décembre.  Mais surtout, The Epoch Times a réussi à se procurer des documents officiels chinois qui repèrent la montée des hospitalisations d’octobre à décembre 2019 dans 9 hôpitaux de Wuhan et enregistre quelques décès dès le mois d’octobre 2019. 

Même si l’Armée française l’a nié officiellement, plusieurs participants français aux Jeux militaires internationaux 2019, qui avaient lieu à Wuhan, ont attrapé quelque chose qui ressemble furieusement au COVID 19 

Janvier 2020: le Parti Communiste Chinois ne peut plus cacher l'étendue de l'épidémie

Avec les réflexes typiques d’un régime communiste, la Chine a essayé, le plus longtemps possible, de dissimuler ce qui se passait. Au mois de décembre, on commence à parler d’un virus de type SARS qui se répand, notamment à partir d’informations venues de Taïwan.  Le 30 décembre décembre, le médecin Li Wenliang (décédé du virus de Wuhan début février 2020) met un message sur WeChat pour prévenir ses collègues médecins de’une possible épidémie de SARS. Le lendemain il précise qu’il s’agit sans doute d’un autre corinavirus. Il est convoqué par les autorités et sommé de s’expliquer. Mais, du coup, voyant l’opinion s’enflammer sur les réseaux sociaux, le gouvernement chinois communique à l’OMS l’existence d’une épidémie. Et l’OMS rend la nouvelle publique. 

Dans un échange téléphonique avec le président Trump, Xi Jinping se veut rassurant et affirme que la situation est sous contrôle.  Et, pour donner le change, le PCC maintient, malgré la réserve des autorités locales, l’organisation d’un banquet de 40 000 familles à Wuhan. Le lendemain, les médias félicitent les participants d’avoir participé à cet événement du parti « malgré  la toux » pour certains.  

Cependant les cas se multiplient dans le monde. Le 20 janvier, l’OMS ne peut pas faire autrement que de confirmer ce qu’elle sait depuis la fin décembre: le virus, dont on lance la fiction qu’il est d’origine purement animale, est transmissible entre êtres humains. Le 22 janvier, la Chine annonce le confinement de la région de Wuhan, qui commence le lendemain. A partir de là, la situation devient chaotique: ce n’est que progressivement que le gouvernement désorganise les cérémonies du Nouvel An chinois. On ne sait pas combien d’habitants de la région de Wuhan, éventuellement porteurs du virus, ont quitté la ville avant le début du confinement; ni combien se sont éventuellement rendus à l’étranger  à l’occasion du Nouvel An chinois, avant que les autorités, en retard sur les événements, ne restreignent les possibilités de voyager

Anatomie d'un désastre communiste chinois

Au moment où la crise prenait une dimension mondiale, on retrouve les caractéristiques de comportement d’un régime communiste que nous recensions plus haut: 

A. le mensonge d’Etat: Pour donner le change, la Chine a mis en scène un confinement spectaculaire, dont une partie était de la propagande destinée à l’étranger. Pour dissimuler ses ratés, une formidable machine de propagande s’est mise en place, destinée à convaincre le reste du monde des vertus du confinement total tel que mis en place à Wuhan. En réalité, jusqu’à aujourd’hui, on ne sait pas combien de morts le COVID-19 a réellement fait en Chine, combien de régions ont été touchées. La censure est totale sur les réseaux sociaux. En décembre 2020 encore, la journaliste Zhang Zhan était condamnée à quatre ans de prison pour avoir effectué des reportages qui montraient l’ampleur de l’épidémie à Wuhan. 

B. Le mépris de la vie humaine: pendant de longs mois, c’est la réalité qui a dû s’adapter au parti et non l’inverse. La prise en compte précoce des malades affluant dans les hôpitaux de Wuhan aurait évité les morts qu’a connus la Chine et le reste du monde. Le maintien du banquet de Wuhan est une aberration comme les régimes communistes savent en sécréter. 

C. Qu’une partie du monde, notamment en Occident, ait copié le confinement total à la chinoise ne change rien au fait que cette méthode était catastrophique pour lutter efficacement contre la maladie et s’en sortir rapidement. Le communisme produit d’abord des situations de management catastrophique. Nous l’avions oublié, tout à l’éidée que la Chine était devenue un pays « comme les autres ». 

D. Comme nous l’avons déjà décrit, dans le deuxième épisode de cette série, l’Armée a pris les choses en main à l’Institut de virologie de Wuhan. Début mai 2020, les médias occidentaux se faisaient écho de la disparition de Shi Zengli. Puis elle réapparaissait à la fin du mois de mai 2020. Depuis lors, elle a communiqué un petit nombre de fois vis-à-vis des médias occidentaux  pour réfuter la thèse d’une origine artificielle du virus. L’Armée de Libération Populaire espère, malgré le fait que les médias du monde entier sont à présent tournés vers Wuhan, qu’il sera possible de maintenir l’omerta. 

E. Comme fréquemment dans l’histoire des régimes communistes, la volonté de rattraper les pays capitalistes par touts les moyens aboutit à une défaite stratégique. François heisbourg parle de « Tchernobyl à la puissance dix ».  L’opinion mondiale est désormais méfiante vis–à-vis de la Chine. Les équipes scientifiques occidentales sont devenues moins naïves sur les relations avec les institutions académiques chinois. Le retournement de l’opinion américaine est tel que Joe Biden est obligé de continuer le cours de la politique anti-chinoise de Donald Trump, à des nuances près. La relation à la Chine devient un sujet de tension entre Etats-membres de l’Union européenne.  

Bien entendu, il ne faut pas idéaliser le tableau, loin de là. Comme nous nous en faisons régulièrement l’écho dans Le Courrier des Stratèges, es milieux dirigeants occidentaux instrumentalisent la crise du COVID pour limiter les libertés civiques. Des conflits d’intérêts gigantesques ont été dévoilés, autour de l’industrie du médicament. Et la gestion bureaucratique de la crise sanitaire donne à penser qu’à force de fréquenter assidument la Chine communiste, depuis maintenant un demi-siècle, les dirigeants occidentaux mettent en place des modes de gouvernance qui relèvent plus du « bolchevisme consultatif » à la chinoise que de la tradition de l’état de droit. Surtout, le monde occidental continue à alimenter le mythe d’une Chine invincible, que la crise du COVID aurait renforcée. Mais doit-on faire plus confiance aux statistiques chinoises qu’aux statistiques soviétiques il y a quelques années?

Nous avons montré, dans cette enquête combien la Chine avait pu provoquer une catastrophe comme celle du COVID-19 parce qu’elle était soutenue par un Occident peu regardant sur l’utilisation de ses transferts de savoir et de technologie. Il est temps de se rappeler la vraie nature du régime chinois et l’impossibilité de travailler étroitement, dans le long terme, avec lui. 

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

13 Commentaires

  1. Je ne suis pas sûr que le fonctionnement de l’UE et les gouvernements de France depuis 40 ans bien tassés soient très éloignés du fonctionnement communiste centralisé de la Chine. Et même maintenant, on adopte leur « crédit social » parce qu’on le vaut bien. N’est ce pas Mr Raffarin?

  2. Étonnant, car si l’on remplace Wuhan par paname et Chine par france, on ne voit absolument aucune différence question duplicité, mensonges d’état, mise en danger de la vie d’autrui et crimes contre l’humanité des piqués…

  3. il faudra réclamer des dommages et intérêts à la Chine si cela se confirme . Car ils nous aurons bien mis dans le pétrin économiquement . A se demander si ce n’est pas volontaire !!??

  4. Le communisme n’est pas vraiment un excellent système de gouvernement, il a beaucoup de défauts de tous les ordres. Elles sont la conséquence de la pression et du boycott que le monde capitaliste a toujours exercés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale(39/45). Pendant la guerre, le communisme était grand parce qu’il a aidé les capitalistes à vaincre avec le puissant axe du facinazismo- Italie / Allemagne / Japon. Le communisme est devenu le fruit du boycott et des luttes contre son expansion, ce qui en fait un régime d’exception en tant qu’exception a toujours été les mensonges et les tromperies créés par les soi-disant alliés démocratiques, les États-Unis, la GRANDE-BRETAGNE ET LA FRANCE, qui ont envahi et tué des milliers de citoyens à travers le monde. Le blog a montré son visage. horrible.

    • Ne vous obligez surtout pas à subir ça . A tout hasard, les milliers de morts causés par vos cibles sont très loin derrière les millions causés par ce que vous défendez . Le communisme est la négation de l’individu, si ça vous convient, je suis sûr qu’il reste de la place pour les gens comme vous dans les files d’attente devant des magasins vides au Vénézuela . Bon voyage et profitez en bien,, ça vous remettra peut-être la tête à l’endroit .

  5. Cet article part dans tous les sens, voulant démontrer on ne sait trop quoi ?
    Ok avec Serge et Jiff, même si tout est toujours affaire de nuances, mais, observons ce seul point : La Chine n’a pas confiné toute sa population mais une infime partie d’icelle, pas mal de pays de l’UE ont procédé à des confinements massifs touchant l’entier de leurs populations.
    Le comique c’est de lire que les vilains chinois manipulent des souches virales à des fins pas très établies, hé Husson, pas les USA ni aucun autre pays ?
    Le tout dernier chapitre, la conclusion, est fidèle au corps de l’article et en résume sa vacuité.

    Cette série d’articles a des airs de propagande, de toute évidence une volonté à s’inscrire dans l’air du temps, à réactiver un atlantisme chancelant, à donner quitus une fois de plus aux USA.

    Si vos articles démontrent quelque chose M. Husson, c’est votre constat inavoué d’une UE en perdition.

    Il vous a échappé que l’entier de l’Occident a pour ce régime des yeux énamourés, pensez donc, un capitalisme communiste, ils en rêvaient, les chinois l’ont fait et Great Reset, le livre de chevet des Davosiens, ne laisse aucune place au doute sur le sujet.

  6. Donc ça y est nous avons le coupable. Ouf on se sent mieux; sauf que….. ceci n’explique aucunement pourquoi et en vrac, la redéfinition d’une pandémie par l’OMS bien avant les premiers cas qui aide à confiner puisque le seuil est revu à la baisse, la modification de la loi française pour autoriser les confinements, l’event 201, la mort de Carry Mullis prix Nobel pour la PCR (qui indiquait qu’il ne faut surtout pas s’en servir pour diagnostiquer) dans un accident de voiture début août 2019, l’arrêt forcé de trois usines d’hydroxychloroquine par meurtre ou explosion et son interdiction, l’OMS qui invitait les gens en janvier 20 à embrasser des chinois dans la rue….. etc cela fait beaucoup pour de gentils occidentaux qui veulent sois disant protéger leur population d’un méchant virus chinois, non ? Tout bon mensonge étant constitué de 80% de vérité votre article à semble-t-il oublié une partie de l’histoire en route.. bien d’accord avec la conclusion de Joseph-P ci-dessus !

  7. On peut dire ce qu’on veut des chinois, je n’aime pas plus que quiconque le régime qui les enferme, MAIS :

    Ils ont derrière eux une culture millénaire
    Ils sont rusés et ne laissent jamais paraître leurs sentiments
    Ils sont intelligents et travailleurs
    Ils ont une infinie patience et savent attendre leur heure
    Enfin, ils sont peu concernés par « les droits de l’homme »

    La Chine s’est éveillée et c’est l’Occident qui dort et persiste à sous-estimer le reste du monde.

    • @Jav31
      Je suis d’accord avec nombre de commentateurs, Joseph-P, Marc, Jav31,..Tirer sur la Chine c’est trop facile. C’est ce que souhaitent les belliqueux US et vassalisés qui ont fait leur beurre sur le dos du virus et veulent aujourd’hui garder un leadership qui tend à leur échapper.
      Il y a des recherches à mener sur les évènements de Wuhan c’est certain, (rappel : labo financé par la France sous J. Chirac), des recherches sur notamment un potentiel accident industriel (pollution extraordinaire à l’époque) qui aurait été caché. Les régions du monde où les graves pneumonies (virus ?) ont flambées étaient toutes régions d’industries (Iran, Italie du Nord, Est français, Madrid…). Sachant que ce virus a été hautement instrumentalisé, que le test PCR est une arnaque, que les médecins ont été « encouragés » à ne pas traiter, que le blocage de la société permettant l’accélération du tout-numérique faisait bien l’affaire des Gafam et le vaccin bien l’affaire de l’industrie pharma… de fabuleux coups de bourse, de fabuleux coups politiques, la corruption.
      Il y a là quelque chose d’extrêmement pourri. L’occasion a fait le larron. La manipulation par la peur a fait bien plus que n’aurait pu faire un virus.
      Sur quoi donc voulaient alerter le jeune médecin ophtalmo de Wuhan, Li Wenliang, et ses six collègues (tous disparus) ? Ils avaient été convoqués par les autorités chinoises, puis libérés, nous ne savons presque rien de cette histoire. Que voulaient-ils précisément révéler ?
      J’ai la conviction que les raisons politiques (guerre économique et financière de l’Occident contre la Chine) de cette crise ne peuvent être dites, et que seules des raisons sanitaires sont énoncées. La pandémie ressemble de plus en plus à une arme géopolitique. L’histoire nous dira-t-elle un jour comment tout a commencé dans la province du Hubei ?

  8. Il est toujours intéressant de lire les écrits des lobbyistes du capitalisme néolibérals expliquer que les défauts intrinsèques de leur monde seraient une des caractéristiques du communisme d’un ennemie désigné par les EU. Leur monde capitaliste est innovant pour piller plus et plus loin et plus fort les richesses du terrien de base. Les autres innovations sont un seul et même fake a l’usage du libertarien friqué qui peu se payer sa milice pour le protéger, une forme de jungle, étatisé au besoin. L’epouvantail dû communisme est ravaudé pour cette cause. Concernant le COVID les chinois ont ils imposés au monde occidental le confinement? Plus c’est gros…. la multiplication du nombre de décès par deux en déclarant terroriste le médecin qui voulait soigner, est ce une imposition chinoise ? Plutôt étatsunienne par le truchement de Bill Gates Grand libertarien lui aussi. Arrêtez s’il vous plaît C’est âneries on dirait du zemmour.

    • Parce que vous croyez indispensable l’implication de B Gates? Pensez vous vraiment que le minable de l’Elysée et les euro-béats ne suffisent pas à expliquer ce qui vient de se passer avec cette crise totalement instrumentalisée . Quand à votre question « les chinois ont ils imposé le confinement? » inutile, l’OMS dont ils tiennent par les couilles le pourri qui le dirige, s’en est chargé tout seul comme un grand, à la grande satisfaction de l’UE qui, en plus de la corruption, a vu l’occasion de détourner des pouvoirs réservés aux nations . Vive l’UERSS et ses suppôts eurolâtres grands admirateurs de la vision chinoise, demandez à « l’homme à l’écharpe rouge » ce qu’il en pense… A moins que ce soit la connerie de trop qui fera sauter ce bousin et rebattra sérieusement les cartes (ONU,OTAN et FMI compris)

  9. Beaucoup de choses on basculé en 2020. Si le Covid a un peu rebattu les cartes c’est en réveillant les vieilles nations d’Occident assoupies dans la ouate et la pernicieuse propagande socialo globaleuse des 30 dernières années. À quelque chose malheur est bon. En France nous serons fixés en avril et mai 2022. Le RN sera la perche à saisir et à tenir fermement pour repartir du bon pied. Une pensée pour le valeureux peuple chinois qui vit sous la tyrannie sanguinaire du PCC depuis tant et tant d’années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.