Le feu roulant pour un confinement en mars commence

19 January 2020, Berlin: Federal Chancellor Angela Merkel (CDU) receives Emmanuel Macron, President of France, in front of the Federal Chancellery for the Libya Conference. The aim of the conference is a lasting ceasefire in the civil war country. Photo: Kay Nietfeld/dpa (MaxPPP TagID: dpaphotosfour346359.jpg) [Photo via MaxPPP]

Un troisième confinement au mois de mars ? Telle est la nouvelle obsession du moment... Alors que l'évolution de l'épidémie est encore inconnue, et alors que nous ne sommes qu'à la fin du mois de janvier, les esprits sont d'ores et déjà préparés à un nouveau confinement qui interviendrait à la même date que l'an dernier. La presse mainstream a commencé à donner la troupe pour habituer les esprits à cette décision à venir.

Un troisième confinement, qui bloquerait le pays au mois de mars comme l’an dernier : telle est le nouveau mantra de la presse mainstream qui prépare visiblement les esprits à cette idée présentée comme inéluctable, quoiqu’il arrive. 

Le début du feu roulant pour un nouveau confinement

L’idée d’un troisième confinement en mars n’est pas nouvelle : dès le mois de novembre, elle circulait et faisait déjà l’objet de nombreuses rumeurs. D’ailleurs, à l’époque, le ministère de l’Intérieur avait dû dénoncer un faux document émanant de la sécurité civile qui alertait sur l’impopularité de cette mesure. 

Preuve, s’il en est, que la mesure n’a rien de complètement innocent et qu’elle nourrit de sérieuses craintes depuis plusieurs semaines. 

Fidèle à sa mission de chien de garde et d’édification des masses, France Inter a donné la parole au professeur Lelièvre qui, pour sa part, n’hésite pas à annoncer ce confinement au mois de mars. Voilà qui ne manquera pas de nourrir de nouveaux fantasmes complotistes contre un gouvernement qui a démenti il y a deux mois une rumeur qui est en passe de se vérifier. 

La dramatisation outrancière de l’épidémie continue

On sent bien que la presse mainstream est à l’affût de tout élément susceptible de dramatiser la situation, sans jamais vérifier l’exactitude de ses données. Le moindre point d’accroche permettant de nourrir la peur est saisi, durci et amplifié. Le Nouvel Obs titrait ainsi hier sur la franchissement de la barre des 2.800 personnes en réanimation, comme s’il s’agissait d’un événement majeur. En réalité, nous en sommes au stade atteint le 26 octobre. En mois d’avril 2020, nous avions atteint les 7.000 personnes en réanimation. 

Imitation de l’Allemagne ?

Au passage, la France rejoindrait ainsi l’Allemagne, où Angela Merkel annonce des mesures drastiques. Il est question, en Allemagne, de prolonger le confinement jusqu’à Pâques. En confinant en mars, la France éviterait donc de trop fortes distorsions de concurrence avec sa voisine qui la finance abondamment. 

Voilà une imitation qui tomberait bien pour les deux pays. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

134 Shares:
10 commentaires
  1. Terrible inversion de causalité : la situation est “effrayante” quand la feuille de route déroulée depuis maintenant un an indique qu’on va bientôt reconfiner tout le monde… Bien que les chiffres véritables indiquent le contraire ! 80% des français ont maintenant compris qu’on allait les reconfiner et peut-être 40% se rendent compte, effarés, qu’une nouvelle fois, cette décision (par ailleurs parfaitement inutile comme le prouve de nombreuses études comme, à titre d’exemple https://www.newsweek.com/covid-lockdowns-have-no-clear-benefit-vs-other-voluntary-measures-international-study-shows-1561656) est SANS LIEN avec la situation épidémique réelle. Comment appelle t’on ça ?

  2. Juste pour préciser un peu les fameux sondages qui semblent indiquer que les français sont majoritairement favorables au confinement. Mais au fait, quels français ? Petite analyse rapide et sans doute pas parfaite. 46% de fonctionnaires. Qui restent chez eux sans travailler et sans perdre un Euro de salaire … cela aide bien à fonder une majorité en faveur du confinement. Tout cela commence à être particulièrement effrayant et sans les médias main stream cette fois

    1. Les fonctionnaires “restent chez eux sans travailler” ? Vous parlez des infirmières , médecins, soignants hospitaliers ? Ou des policiers ? A moins que ce ne soit des profs, qui ont vu leur temps de travail augmenter de manière monumentale pendant le premier confinement et qui sont dans les classes depuis septembre sans interruption ? Je ne vois pas bien de quels fonctionnaires vous voulez parler…

      1. Et ceux fonctionnaires ou assimilés qui travaillent dans des administrations tels que Conseils départementaux, Conseils régionaux, Mairies, Métropoles, Agglomérations, Communautés de communes, Rectorats, CAF, CPAM, CARSAT et j’en oublie encore des tonnes et des tonnes, vous les oubliez ceux-là ?
        Quant aux profs il y aurait beaucoup à redire… .Mais il est vrai que ce n’est pas un métier facile.

      2. Ne comparez pas la très faible proportion d’assimilés fonctionnaires de la santé, et la pléthore d’administratifs de toute sorte.
        Quand aux «profs » pour un métier à temps partiel, avec 4 mois de vacances par an, salaire et emploi assuré, « prestations » que l’on connait sur nos malheureux enfants en voie de crétinisation au classement européen, je ne vais pas les plaindre d’avoir peut-être été obligés de sortir de leur cocon. Avec un niveau qui m’a atterré malgré les auto congratulations démagogiques.

  3. Philippe, 30% de fonctionnaires en France assimilés compris. C’est sûr ça fait déjà quasiment 1/3 de la population, d’autant plus satisfaite de la situation qu’elle ne risque pas de perdre son emploi au retour ou voir baisser son salaire et ses privilèges…

  4. Devra-t-on un jour faire une loi avec parution de son décret et de ses sanctions négatives pour que les journalistes aient l’intelligence élémentaire de mettre systématiquement « interrogés » derrière « x % de Français » (avec une majuscule tant qu’à faire !) ?

    Les ridicules sondages durant ne serait-ce que tout le mois qui précède le premier tour des présidentielles ne leur suffisent pas comme preuve du peu de sérieux des instituts ?

    Même si, « institut », ça fait très sérieux , « Qui prend les sondages au sérieux n’est pas sérieux »

    il en est des sondages comme des statistiques, êtres sensibles, ils finissent toujours par avouer ce que voulait leur faire dire le commanditaire du bourreau.

    Conclusion …. provisoire suggérée à vérifier par vous-même, avec un minimum d’esprit critique et de liberté de pensée : même quand ils vont dans le sens que nous escomptions, bannissons résolument les sondages et dénonçons-les.

  5. Vous savez très bien maintenant tous qu’il s’agit d’une “plandémie” ! A moins d’être bornés et aveugles ou de mauvaise foi !
    Le covid a bon dos !
    Micron sait très bien que le peuple est mûr pour descendre dans la rue. Et quoi de mieux que le confinement et toutes les interdictions qui l’accompagnent pour briser tout rassemblement et mouvement populaire, toute manif qui pourrait dégénérer maintenant même sans la présence de black blocs !!!

    La muselière + la laisse voilà le moyen du “pouvoir” pour continuer à asseoir sa dictature !

  6. A noter que les allemands paniquent mais que les chiffres sont quand même bien moins catastrophiques chez eux. En particulier, ils n’ont pas eux de pic de contamination en novembre dernier comme en France.

Répondre à Deres Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer