Vaccin : vous reprendrez bien une 4e dose

Le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, n'exclut pas une 4e dose contre le coronavirus. Des propos qui font écho à ceux d'Olivier Véran quelques jours plus tôt. Avec cette nouvelle annonce, le gouvernement accélère son calendrier pour garder la mainmise, notamment sur les triples vaccinés.

La quatrième dose de rappel déjà envisagée

Après Israël, l’Autriche et l’Allemagne, la France sera-t-elle le prochain pays à envisager une 4e dose de vaccin contre le coronavirus ?

Le scénario n’est en tout cas pas exclu si l’on en croit Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, qui s’est exprimé mercredi 29 décembre sur RTL.

La question de la quatrième dose de rappel «est sur la table», «Le sujet est en réflexion» a-t-il affirmé.

« Il faut obtenir les données concernant le niveau et la durée de protection conférée par le rappel contre le variant. Et en fonction des données, si la protection contre les formes graves diminue ou est stable à un très bon niveau, en fonction de la classe d’âge, si les personnes sont fragiles ou pas, alors il faudra préconiser, dans un délai que je ne peux pas aujourd’hui préciser, sur la nécessité d’un rappel supplémentaire, soit pour tous soit pour les personnes fragiles».

Ces propos sont dans la lignée de ceux tenus par Olivier Véran le 27 décembre, qui avait déclaré que le gouvernement était «ouvert à cette perspective». Il a néanmoins précisé que la question viendrait «en son temps» et ne constituait pas pour l’heure une «priorité». Il avait par ailleurs affirmé que la France travaillait avec Israël sur le sujet.


Une stratégie pensée et réfléchie

Le 8 décembre 2021, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, déclarait qu’une quatrième dose du vaccin contre le coronavirus pourrait être nécessaire dans un contexte d’inquiétude croissante concernant le variant Omicron.

Coïncidence (ou pas), le même jour, le « prophétique » président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, déclaré lors de son audition au Sénat qu’il était «possible que nous ayons besoin à un moment donné d’une quatrième dose».

Questionné au terme de la conférence de presse lundi 27 décembre 2021, sur une 4e dose de vaccin, le ministre de la Santé a évoqué qu’il s’agissait d’une “possibilité”. 

Deux jours après, coïncidence (décidément), le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, n’exclut pas une 4e dose contre le coronavirus.

En résumé, c’est bien une injection trimestrielle qui vous sera proposée, même si elle n’a aucun effet, enfin si, celui de maintenir le passe vaccinal permettant d’aller boire un café ou aller au cinéma.

Car sans soumission à la 4e dose, les personnes triplement vaccinées seront, demain, les non vaccinés d’aujourd’hui.

Il faut être conscient de cette stratégie pensée et ancipée, où l’exécutif procède méthodiquement pour habituer les gens à la prochaine dose.

Le grand décideur (Pfizer) pose le contexte de la 4e injection, les pseudos scientifiques et autres autorités emboitent le pas pour justifier la 3e dose en préparant déjà la prochaine. Tout ceci est, soigneusement, relayé en boucle par les médias main Stream.

Le gouvernement scrute l’ensemble des réactions et, à la fin, le grand chef met en application.

Autre manœuvre, les injonctions contradictoires et les incohérences perpétuelles qui brisent tout esprit critique ou toute velléité de penser de manière autonome. En conséquence, la population se soumet à l’État qui lui seul sait, argue vouloir son bonheur et la rassure.

Malgré cela, il va devenir de plus en plus évident, pour le grand public, que le vaccin ne marche pas, c’est pourquoi il faut se dépêcher de le rendre obligatoire. Est-ce la prochaine étape ?

 

Shamez avec nous pour les faire reculer !

Le shaming consiste à faire honte publiquement à quelqu'un pour son comportement. C'est l'une des techniques que Rester libre ! utilise pour dissuader les vaccinés d'abuser de leur pouvoir sur les non-vaccinés. Vous aussi, donnez cinq minutes de votre temps chaque semaine pour participer aux campagnes de shaming.
Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

112 Shares:
2 commentaires
  1. “la France travaillait avec Israël sur le sujet”
    Raté car Israël vient d’arrêter la démarche vers la 4ème dose, les scientifiques commençant à rechigner à suivre les injonctions du gouvernement vendu à Pfizer !
    En France, nos “scientifiques” n’en sont pas là, obéissants bien sagement aux demandes du Véreux, probablement car ils ont trop de casseroles pour pourquoi refuser d’obéir.

  2. Bourla mène la danse…
    Les grandes entreprises du médicament forment une industrie mafieuse, avec tout ce que cela comporte. Il n’y a que les citoyens qui ne le savent pas.
    Un “ancien” a dit que pour ses patrons avait un profond mépris pour la vie humaine des simples citoyens réduits à n’être que des parts de marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer