[PAYANT] Les Droites de Husson n°43 – Et si Emmanuel Macron n’était pas au second tour?

Qotmii d'accord avec les sondages traditionnels pour enregistrer une montée de Marine Le Pen

Nous sommes restés fidèles depuis quelques mois à l’agrégateur de sondages Jean-Poll sur Datapolitics.fr. le dernier sondage donne une dynamique impressionnante pour Marine Le Pen, ainsi que pour Jean-Luc Mélenchon, tandis qu’Emmanuel Macron, Eric Zemmour et Valérie Pécresse seraient en baisse.

Nous avons fait part la semaine dernière des résultats de l’application Qotmii, qui place plus haut Eric Zemmour, en mesurant son impact grâce à un scan sur internet de toutes les sources numériques qui parlent des candidats. Je recommande de lire attentivement l’article paru sur Qotmii dans bigdata.fr pour comprendre les forces et les faiblesses du système. 

Pendant longtemps, Eric Zemmour y a été en tête. Puis il a été dépassé par Emmanuel Macron. Mais ce qui est intéressant, c’est de constater que Macron et Zemmour sont, désormais en baisse sur Quotmii. Et Marine Le Pen en hausse. Voici le dernier décompte, autorisé ce jour, avant que la campagne s’arrête, ce soir à minuit: 

Marine Le Pen y était vers midi à égalité avec Eric Zemmour, alors que lundi 4 avril, les résultats respectifs étaient: 

Il faut se rappeler que Qotmii est en mesure de fonctionner en pemanence, à la différence d’un sondage classique. On peut donc mesurer très précisément une dynamique: 

  • légère remobilisation chez Emmanuel Macron, Eric Zemmour et Valérie Pécresse. 
  • légère démobilisation chez Jean-Luc Mélenchon. 
  • Forte montée de Marine Le Pen, qui gagne plus de deux points en un jour. 

On a donc un phénomène intéressant, la convergence de deux systèmes de calcul très différents. Et ils vont dans le même sens que ce que j’ai pu recueillir comme analyses en utilisant le réseau que je consulte régulièrement pour constituer les analyses de cette lettre. 

La chute de la Maison Macron?

Par où commencer, pour comprendre ce qui se passe? 

+ On a d’abord la récente et indéniable baisse d’Emmanuel Macron. Elle a certes été retardée. Rappelons-nous le refus du patronat d’envisager une candidature de rechange à l’automne dernier (une candidature Barnier avait de vraies chances contre Macron, comme nous l’avions expliqué ici); la faiblesse de la campagne de Valérie Pécresse, qui a émergé du chaos du Congrès LR, a empêché qu’apparaisse dès janvier le décrochage du candidat Macron que nous avions annoncé; enfin, il y a eu la guerre en Ukraine, qui a même provoqué une éphémère mais réelle remontée du candidat Macron. C’est tout cela que le rapport sur les relations entre le gouvernement français et McKinsey est venu bousculer.  

+ Craignant la poussée indéniable d’Eric Zemmour, l’establishment a voulu à tout prix donner un coup de pouce à Marine Le Pen pour maintenir le duel annoncé depuis trois ans ! Oh, ce n’est pas bien difficile à faire: on prend la fourchette haute dans les estimations de Marine et la fourchette basse dans celles de Zemmour. Et on renouvelle l’opération à chaque nouveau sondage. On finit par produire un différentiel. Le problème, c’est que la prophétie est devenue auto-réalisatrice. Marine Le Pen a commencé à monter naturellement.  Pourquoi? Parce qu’une partie des électeurs démobilisés depuis 2017 ont commencé à reprendre espoir. 

+ Marine Le Pen a démontré, durant cette campagne, du métier politique. Faisant peu de grands meetings, elle a labouré le terrain. On verra ce qui se passe demain 10 avril. Mais remarquons que sa campagne est le symétrique de celle d’Eric Zemmour. Ce dernier n’a fait des déplacements en province que durant la fin de semaine – sauf exception. Il a passé beaucoup de temps dans les médias. Il a occupé le terrain de l’intransigeance que Marine Le Pen avait quitté pour des positions moins radicalement formulées sur l’immigration en particulier.  

 

En tout cas, la diffusion du hashtag #ToutSaufMacron sur Twitter a marqué le vrai tournant de cette campagne. Ni Zemmour ni Valérie Pécresse ni Marine Le Pen n’ont suffisamment attaqué Emmanuel Macron. Dans cette configuration, c’est Marine Le Pen qui s’en tire, parce qu’elle est la plus expérimentée et que les Français donnent une prime à son obstination. Peut-être sera-t-elle élue présidente parce qu’elle en est à sa troisième tentative, comme François Mitterrand en 1981 et Jacques Chirac en 1995. 

Marine Le Pen, élue? Il y a bien entendu (1)la faiblesse du candidat Macron. Il a vraisemblablement fait le plein de voix chez LR, du fait de la faiblesse de Valérie Pécresse. Et il n’ a pas de réserve à gauche, en cas de second tour, car beaucoup des électeurs de Jean-Luc Mélenchon s’abstiendront ou voteront Marine Le Pen. 

Depuis trois jours, les rumeurs les plus incroyables courent dans Paris. Emmanuel Macron pourrait ne pas arriver au second tour. Aurions-nous alors un second tour Marine Le Pen/Mélenchon ou Zemmour Mélenchon? Ou Zemmour/Le Pen? 

Tout devient possible. Sauf, sans doute, une présence de Valérie Pécresse au second tour. La candidate LR a commis trop d’erreurs. Une source dans les milieux patronaux me racontait ce matin comment la candidate LR n’a jamais rappelé un patron d’ETI qui avait été un des piliers de la campagne de Fillon et a beaucoup fait pour ramener des soutiens à Valérie Pécresse ces dernières années. C’était fin janvier qu’il avait fait passer un message pour se plaindre de ce qu’il n’y en avait que pour le CAC 40 dans l’ entourage de la candidate. S’il n’était pas passé chez Macron entretemps, ce patron attendrait toujours un appel – promis – de Valérie Pécresse. 

Nous allons donc assister demain à: 

  • la mort du parti LR
  • la percée de la droite nationiste qui, en additionnant les voix de Marine Le Pen, Eric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan, atteindra sans doute 35% des voix
  • Le début de l’agonie du macronisme. Le président sortant  sera-t-il au-dessus de 20%?  Sera-t-il même au second tour? Il peut encore y arriver et les sondages actuels le donnent gagnants d’une courte tête. Mais une autre rumeur incroyable court dans Paris, celle d’échanges de vues discrets entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.  

Dans tous les cas, chers lecteurs, merci de votre fidélité. Et nous pouvons être sûrs que nous aurons encore beaucoup à analyser dans les semaines et les mois qui viennent. En brisant le “cordon sanitaire”, Eric Zemmour aura paut-être plus aidé Marine Le Pen qu’il ne le pensait. C’est ce que Hegel  la “ruse de la raison historique”. Dans tous les cas, l’avenir du pays se joue à droite. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Shares:
8 commentaires
  1. Je pronostique un seul tour, avec un taux d’abstention record, lequel permettra “l’election” d’une des marionettes à plus de 50% dès ce dimanche. Ces déglingués du deep state en sont tout à fait capables. Ayant observé les français durant le covid, maintenant avec L’Ukraine, nul doute que la bétaillère gobera la parade.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer