Plaidoyer pour Taïwan au risque d’être indulgent avec Nancy Pelosi – par François Martin

Un de nos fidèles contributeurs, François Martin, nous a fait parvenir le plaidoyer qui suit pour expliquer la visite de Nancy Pelosi à Taïwan. Les éléments dont nous disposions la semaine dernière nous avaient amené à formuler un réquisitoire contre l'action de la présidente de la Chambre des Représentants. Place, maintenant, à l'avocat de la défense. Vive le débat!

Une fois n’est pas coutume, défendons la visite de Nancy Pelosi à Taïwan…

 

Les raisons qui ont poussé Nancy Pelosi à visiter Taïwan sont parfaitement connues : dans la perspective d’une Berezina électorale attendue à l’occasion des Midterms de Novembre prochain, et alors que la défaite en Ukraine se profile de plus en plus clairement, les Démocrates américains avaient désespérément besoin d’une « victoire », ou du moins d’une action d’éclat, à laquelle ils puissent se raccrocher au moment de présenter leur bilan, par ailleurs désastreux. Quoi de mieux, pour ce faire, qu’une visite à Taïwan, de plus, parfaitement mise en scène ?

 

L’indépendance taïwanaise: une belle cause

Après tout, celle-ci avait du sens. Chacun sait très bien que l’argument chinois comme quoi cette île « appartient » à la Chine continentale ne tient pas, et ce n’est pas parce qu’aucun pays n’a osé le contredire qu’il est valable. Les deux régimes qui se font face n’ont rien à voir l’un avec l’autre, et le fait que ce soient des Chinois des deux côtés n’implique pas que l’un aurait des droits sur l’autre. Après avoir été ennemis, ils commercent maintenant ensemble, parce que la réalité économique est ce qu’elle est, mais pour le reste, ils n’ont rien de commun : d’un côté, un pays communiste de fer, qui n’admet aucune démocratie, martyrise une partie de son peuple, et qui quitte de plus en plus, depuis le règne de Xi, les fondamentaux de liberté économique instaurés en son temps par Deng Xiaoping, pour se rapprocher du totalitarisme intégral de Mao. De l’autre, une démocratie effective, qui a épousé les principes du libéralisme et qui les a poussés, sur le plan technologique et économique, jusqu’à une réussite assez extraordinaire (1). Ce petit Etat de 23 Millions d’habitants est, on le sait, le principal exportateur mondial de semiconducteurs, un produit dont le monde entier a besoin.

 

Le précédent de Hong Kong

Par ailleurs, à supposer qu’il rejoigne la Chine, on sait ce que cette dernière a fait de la liberté, et son aptitude à respecter la règle « un pays, deux systèmes ». On a vu comment, en Avril 2021, elle a décapité politiquement « son » île de Hong Kong, avec une totale brutalité, au mépris des traités internationaux, et dans l’indifférence générale des pays dits « libres » (2). Moralement, une défense courageuse de Taïwan et de son régime est donc totalement justifiable, et ce qui est plutôt étonnant, c’est que les Occidentaux ne l’aient pas affirmé plus tôt, plus fort et tous ensemble. Qu’est devenue la défense de nos « valeurs » si chères ? Ne sont-elles plus que des mots ? Et que pensent, en ce moment, ceux qui aspirent (encore…) à nous ressembler et à nous rejoindre, lorsqu’ils voient la façon dont nous lâchons nos « amis » dès qu’ils sont sous la pression ? Voulons-nous encore nous battre pour quelque chose ? Vu sous cet angle, les critiques vis-à-vis de Nancy Pelosi ont quelque chose de honteux, comme si nous avions déjà capitulé face aux injonctions de la Chine, et il est assez grave que la plupart des observateurs aient épousé sans vergogne le « verbatim » chinois dans cette affaire, sans aucune nuance…

Pour se justifier, nos analystes répètent que si on ose leur déplaire, les Chinois envahiront l’île, et même que c’est inévitable, dans une semaine, dans un mois ou dans 5 ans. Donc il ne faut surtout pas les chatouiller. Mais, outre le fait que justement, moins on chatouille les Chinois, plus ils se sentent justifiés, nos analystes sont-ils si sûrs de leur diagnostic?

 

Pourquoi l’Ukraine et Taïwan, c’est très différent

On compare facilement, à ce propos, la situation de Taïwan avec celle de l’Ukraine. Mais les choses sont très différentes. En effet, la Russie se situe en amont des chaînes de valeur, essentiellement avec une offre très abondante d’énergie. De plus, elle est située au « centre du monde », entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Les sanctions sur elle concernant l’énergie ont peu d’effet, et c’est même une pure stupidité, parce que dans un contexte de demande accrue de ce produit pour les pays émergents et émergés du monde, les russes n’auront aucun mal à réorienter leurs flux vers d’autres, et ils le font déjà. En les sanctionnant, nous ne faisons que nous sanctionner nous-même. Nous nous « coupons le sexe », pour reprendre la formule fleurie et amusante de Bourguiba. Mais la situation de la Chine est très différente : son marché intérieur est son point faible (3), et son marché international, du coup, l’est aussi. La Chine vit d’abord de l’exportation. Les USA sont l’un de leurs premiers débouchés, et ils sont les  sous-traitants du monde entier.  A supposer que les Occidentaux, suivis par certains autres, inquiets ou écœurés après une invasion qui soit un bain de sang, lui appliquent les mêmes sanctions qu’ils appliquent aujourd’hui aux russes, leur économie explose.

Pour cette raison, ils ne feront jamais la bêtise d’envahir Taïwan. S’ils le voulaient, ils l’auraient déjà fait. Ils savent très bien que la seule façon d’obtenir gain de cause, c’est de faire sauter le régime de l’île, par la pression, la terreur, la corruption ou l’intérêt, et d’obtenir en fin de course une adhésion volontaire. Ils savent, ou du moins ils pensent, que le pays les rejoindra tôt ou tard, et c’est cela qui les motive, mais ce chemin peut prendre 100 ans. Ce qui est sûr, c’est que la trajectoire actuelle de Xi, et encore plus après l’exemple de Hong Kong, les en éloigne de plus en plus.

 

Les soucis intérieurs de Xi

Pour l’heure, Xi a le même problème de politique intérieure que Nancy. Il a perdu la face, et il est contesté. Il doit absolument faire une démonstration de force pour la récupérer, alors-même que se profile, en Novembre prochain (au même moment que les Midterms…), le 20ème Congrès du PCC, qui doit, si tout se passe bien, consolider son pouvoir. Pour cette raison, il a organisé cette pantomime d’attaque de Taïwan avec des milliers de soldats. Mais les Taïwanais, qui connaissent leur contrepartie, restent calmes. Ils savent que s’ils ne répondent pas à la provocation, les choses finiront par rentrer dans l’ordre.

Pour ce qui est de la situation internationale, aucun risque non plus qu’elle dégénère. Antony Blinken a passé 5 heures avec son homologue chinois au dernier sommet de Bali. Les chinois ne choisiront même pas une ligne dure avec les russes contre les USA, parce qu’ils perdraient leur position centrale, celle qu’ils ont acquise très intelligemment, et qui leur permet de parler à tout le monde, y compris à l’Inde, sans trop cliver les choses. Par rapport à cela, Nancy leur a seulement envoyé un caillou dans la mare, mais les choses reviendront à la normale en son temps, parce que les chinois ont trop à gagner à cette position diplomatique médiane, qui tempère un peu la brutalité de Xi.

Sur le fond, Chinois et Américains ne peuvent se passer l’un de l’autre. Sur la forme, chacun doit montrer à l’autre qu’il est très fort. Ils se trouvent donc aujourd’hui dans la même situation que deux gorilles mâles qui se font face dans la forêt du Congo. Chacun montre ses crocs, crie très fort et se frappe la poitrine pour intimider l’autre (4), mais surtout pour convaincre ses propres femelles et ses petits (nous ?) qu’il a des gros muscles, tout en sachant qu’engager le combat serait un très grand risque pour les deux.

Mais en réalité, ces deux gros mâles, dans la situation qui prévaut aujourd’hui tout au moins, l’un par rapport à l’autre, ne sont que des gorilles de papier. Nancy a bien fait ce qu’elle pensait utile pour affirmer son camp, et Xi répond de la même façon. Mais tout cela ressemble à du théâtre. Des arguments forts existent pour laisser à penser qu’il n’y aura pas d’affrontement. Cessons d’alimenter la montée aux extrêmes. Restons calmes.

 

 

(1) Taïwan — Wikipédia (wikipedia.org)

(2) https://srp-presse.fr/index.php/2021/04/01/hong-kong-doit-disparaitre/

(3) Il est trop petit par rapport à la taille du pays. La Chine ne peut saturer son outil de production avec son marché intérieur.

(4) Et le petit gorille taïwanais fait la même chose. Taïwan annonce des exercices de défense après ceux de Pékin (lefigaro.fr)

About Post Author

6 Shares:
13 commentaires
  1. Taïwan est-elle une démocratie à l’image des “démocraties” occidentales? Le taux de “vaccination” très élevé ne plaide peut-être pas dans le sens de la volonté éclairée du peuple…
    Quant à la Chine, elle n’est certainement pas une référence en matière de démocratie, mais les dirigeants occidentaux sont si fascinés par ce régime, et depuis longtemps, qu’ils s’en servent comme modèle actuellement.
    Quant à la dépendance aux Etats-Unis, on verra. Mais il ne faut pas juger de cela avec nos lunettes économiques d’Occidentaux. Si les exportations chinoises vers l’Occident ont une grande importance pour nous, la Chine saura trouver, s’il le faut et comme la Russie, d’autres débouchés.
    Ceci dit, ni la Chine, ni les Etats-Unis n’ont intérêt à un affrontement pour le moment, contrairement à la doxa des néoconservateurs les plus ectrémistes.

  2. La position du professeur Husson au sujet de Taïwan me semble plus porteuse de fruits que celle de F. MARTIN qui est sur la pente du soutien à l’octogénaire pro-avortement ; l’IVG des non-citoyens est une attitude peu ‘démocratique’ ! Que nous dit M. MARTIN ? « Chacun sait très bien que l’argument chinois comme quoi cette île « appartient » à la Chine continentale ne tient pas. » : Cela se tient sans difficulté, à mon avis. Ce sont des Chinois, c’étaient des Allemands. Que peut bien être ‘une défense courageuse de ce régime’ quand on vit à 20 000 km de ces territoires asiatiques ? Dien Bien Phu était une cuvette sanglante ? M. MARTIN dit : « Les Chinois sont les sous-traitants du monde entier. A supposer que les Occidentaux, suivis par certains autres, inquiets ou écœurés après une invasion qui soit un bain de sang, lui appliquent les mêmes sanctions qu’ils appliquent aujourd’hui aux russes, leur économie explose. » Bruno LEMAIRE, au secours ! ; l’économie russe a explosé et l’économie des nations européennes est radieuse. Et M. MARTIN de conclure : « Pour cette raison, ils ne feront jamais la bêtise d’envahir Taïwan. » Ben voyons ! Les politiciens aux pieds d’argile ne font jamais de bêtise. Le voyage de la gérontocrate Nancy Pelosi est une provocation sénile et stérile. Le proche avenir permettra de trancher le débat sur l’utilité, pour les ‘gentils’ Chinois de Taïwan, du voyage tant désiré par eux de voir Nancy la Démocrate, mariée à M. PELOSI, fouler ce sol chinois. Bien sûr que oui que l’île aux serpents appartenait aux Roumains, Odessa à la Grande Catherine et Strasbourg à la France. Nous rappelons que Truman, chef d’un pays ‘démocratique’, a lancé deux bombes nucléaires. Il est vrai que les leaders protestants américains ne sont pas chrétiens et aiment les tapis de bombes sur des villes où l’eucharistie est en réelle Présence pour les civils et civilisés.

  3. Bon J’étais content de voir une opinion contraire et en vous lisant je retombe dans le pessimisme parce que vous oubliez des points de base élémentaires du fondement de la doctrine chinoise notamment le programme clairement établi et la feuille de route de la réunification de HK et Taiwan, dont Xi s’est fait la promesse.

    1er point majeur déprimant absent de votre discours optimiste.

    2e point Taiwan est le 1er partenaire commercial de la Chine et il va être facile à cette dernière de l’étouffer avant de l’avaler tel le dragon, les coups de canon seront contingent.

    3e et dernier point majeur et je pense que c’est le pire pour nous en cas de conflit la Chine nous renvoie au 12e siècle laveuse sécheuse frigidaire micro ondes téléviseurs ordinateurs telephones bas chaussette habillements chaussures outillage machineries lourdes toute notre industrie se trouve la-bas dès le départ du conflit nous retournons vivre comme au 1er millénaire et les étatsunis avant nous tous.

    Vous avez raison quand vous dites qu’il ne peut pas y avoir de conflit entre les deux mais pas pour les bons motifs. Les états unis sont dejà actuellement au bord de l’effondrement et ne peuvent absolument pas se passer de la manufacture chinoise et pour son niveau de vie et pour ses besoins. RIEN ne sera fait en cas d’invasion de Taiwan par la Chine sans compter que la Chine domine ses mers avec sa force navale et ses armes hypersoniques et elle le sait.

    Donc je vous renvoie à vos devoirs bien malgré moi OUI la Chine va s’emparer de Taïwan, AVANT 2025.

    1. (SUITE) … ET JE N’AI MEME PAS RELEVÉ votre argument voulant que l’économie de la Chine risque d’imploser s’ils subissent des sanctions en attaquant Taïwan parce que vous n’avez rien compris de l’expérience que nous vivons actuellement : LES SANCTIONS OCCIDENTALES DE 700 millions de consommateurs sont COMPENSÉES PAR 7 milliards d’autres QUI N’EN APPLIQUENT AUCUNE… Ce sera pareil avec la Chine ni Inde ni Turquie Bresil Mexique etc. PERSONNE NE SUIVRA PLUS L’OCCIDENT DANS SON AVENTURISME de sanction va-t-en-guerre ETATSUNIEN

  4. Une grosse partie des Chinois reste exclue des fruits de la prospérité et risque de ne pas le supporter longtemps. En montrant ses poings et autre chose aux Yankees, Xi lance un avertissement aux centaines de millions de Chinois qui aimeraient que le tyran finisse comme le guignol sri lankais.

  5. Répondre moderated
  6. Le deep state se fiche du sort des Taïwanais. Aujourd’hui la mer de Chine est déclarée eaux internationales car elle passe entre Taïwan et la Chine. Les navires de l’US Navy peuvent ainsi traquer les sous-marins chinois dès qu’ils quittent leur base et doivent rester à faible profondeur en raison du plateau continental.
    Si Taïwan de vient officiellement chinoise, le détroit de la mer de Chine devient eaux territoriales chinoise.
    Plus d’US Navy pour pister… On est toujours dans “Le grand échiquier” de Zbignew Brzezinski.

    1. Monsieur F MARTIN Bien malheureusement je dois vous répondre que vos arguments développés notamment dans votre bel article “mer de chine du sud le centre du monde” font partie du passé.

      Aujourd’hui la Chine est déjà capable de déployer la même force navale voire trois fois celle des états unis, pas dans le monde mais -à cet endroit spécifique- et bientôt à l’horizon 2025 la flotte chinoise dépassera en terme de puissance -et de loin- celle des états-unis. (Qu’elle dépasse déjà quantitativement aujourd’hui)

      Surtout principalement retenez que les nouvelles armes hypersoniques que possède déjà la Chine et pas les étatsunis sont d’ores et déjà capables de détruire couler ou endommager sérieusement tout navire en particulier et principalement tout porte avions étatsunien qui s’aventurerait là pour chasser du sous marin chinois en cas de conflit… et les étatsunis le savent tous leurs analystes et spécialistes militaires les ont prévenus de la déroute de leur force navale en cas de conflit à cet endroit avec la Chine. Les articles dans ce sens abondent.

      Actuellement c’est dans la routine d’entraînement quotidien des chinois avec des maquettes au 100e : couler les porte avions états-uniens… et ils ont développé des armes -spécifiques-et-hypersoniques- notamment pour ce faire. Donc si vous voulez le schéma de l’ancien temps du plateau pas assez profond pour sortir leurs sous marins est minimalement à revoir.

      Bien cordialement

      1. Cher Monsieur,
        Il n’en reste pas moins que le fait, pour les sous-marins chinois, de devoir traverser toute la mer de Chine, après être sortis de leur base de Longpo dans l’ile de Hainan, à faible profondeur, avant d’atteindre la mer profonde, après le détroit de Taiwan, représente pour eux, dans tous les cas, un désavantage stratégique sérieux. A l’inverse, comme je l’explique dans mon article, s’ils s’emparent de Taïwan et de ses ports de l’est, ils plongent à 1500 m de profondeur à qqs milles des ports. C’est un avantage stratégique très important. Raison de plus pour ne pas les laisser faire.

  7. J’ajouterai, en complément de mon article et pour défendre l’action de Nancy Pelosi, que cela risque d’avoir qqs effets positifs :
    – cela va contribuer à cliver les choses entre taïwanais et chinois populaires. S’ils avaient encore des illusions sur ce que veut dire le mot « réunification », les taïwanais en auront de moins en moins !!
    – La « méthode forte » employée par XI, à Taïwan, a HK ou ailleurs, est de moins en moins efficace. L’action de Nancy va « booster » les oppositions internes à Xi. S’il se fait dégommer en Novembre, je dirai « Merci, Nancy ».
    – Si ça chauffe plus avec la Chine, les américains, actuellement divisés sur la suite à donner à l’affaire d’Ukraine, vont être poussés au compromis avec Poutine pour liquider le problème et se concentrer plus sur leur front asiatique. Pour moi, ça va dans le bon sens.
    Globalement, je pense que contrairement au cas ukrainien où c’est clairement l’OTAN qui est prédatrice, là, il est important de ne pas donner de grain à moudre aux ambitions hégémoniques de la Chine. C’est en créant un rapport de force, comme l’a fait Nancy, qu’on peut établir un équilibre, et non pas en épousant lâchement le verbatim chinois (« la réunification est inévitable, au besoin par la force ») qu’on y arrivera. Sans courage en politique, aucune chance de se faire respecter. C’est comme ça que viennent les guerres …
    Cordialement,
    FM

  8. M MARTIN sincèrement désolé encore une fois de devoir répondre que la réunification chinoise est inéluctable et que rien ne saura l’arrêter, elle est programmée dans leur feuille de route et dans l’esprit du monde libre.

    La Chine contrairement aux étatsunis ne revendique rien d’autre que son bien et les étatsunis n’auront ni la force ni la puissance de s’y opposer encore longtemps.

    Vus les budgets US alloués pour ce faire et une fois rapatriés les besoins savoir faire et technologies en gravure de puces électroniques d’ici trois ans chez eux et comme l’Afghanistan Lybie le Mali l’Irak l’Iran (qui soudainement n’est plus une menace alors qu’elle n’en a JAMAIS ÉTÉ UNE AUSSI PUISSANTE) les etatsuniens cesseront toute velléités là-bas d’abord parce qu’ils ne seront plus capables d’aboutir (ils ne le sont déjà plus) ensuite parce qu’ils devront affronter d’autres problèmes sur leur sol.

    L’hégémonie des EU touche à sa fin, les problèmes politiques sociaux et économiques deviennent déjà ingérables (conflit démocrate-républicain grave) conséquence et en raison particulièrement de leur action en Ukraine avec le Canada et l’OTAN et après s’être ligué le monde entier contre eux c’est a dire 7 milliards de peuples versus 1 milliard d’occidentoclebards comme je nous appelle…

    Comme dit les armes hypersoniques de la Chine sont déjà capables de détruire toute ambition guerrière éventuelle et l’impact économique d’un conflit sur les ÉU déjà fragilisés en ferait définitivement un colosse aux pieds d’argile séchée qui s’écroulerait finalement sans combattre telle la doctrine que vous avez rappelée.

  9. Si la “réunification” chinoise est inéluctable, alors la fin de la démocratie aussi.
    Quand Daladier fut acclamé à son retour de Munich, il s’exclama “ah, les cons!”
    TOUS ceux qui décrètent que le phagocytage de Taïwan par la Chine soi-disant communiste est inéluctable sont des lâches.
    Ou bien nous nous accrochons au droit des peuples disposer d’eux-mêmes, ou bien nous sommes des LARVES.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer