6 mars 2021

10 thoughts on “Weizmann : Education nationale : ce n’est plus le mammouth, c’est le Titanic !

  1. D’où la demande de privé. En même temps, comme dirait Jupiter, si les meilleurs élèves et les meilleurs profs désertent le public, nous allons vers le système anglo-saxon, et Macron sera content. Si la France entière voulait bien devenir anglo-saxonne… On voit bien qu’il n’a pas vécu ni travaillé aux États-Unis.

  2. Aucune surprise, l’école se délite dès le primaire, on arrive donc au Bac avec de vagues connaissances.

    Un prof d’université n’échappe pas à la logique de la surnotation. Une première correction envoie 90% des effectifs à la casse (très gentil), alors on reprend les copies jusqu’à non pas une moyenne mais à un consensus.

    Le problème avec les prépa, c’est que ça ne sert qu’à passer un diplôme, l’utilité et la valeur de ce dernier étant accessoires. Les masters et doctorats sont de nos jours totalement bidons, surtout que beaucoup poussent au doctorat faute d’emploi, la France doit détenir le record mondial des docteurs en quelque chose.

    Pour constat, la plupart de ces diplômés en carton-pâte feraient un burn out en essayant de monter un simple meuble Ikéa… Au fond, l’essentiel est qu’ils regardent Cyril Hanouna, ce qui parfait leur formation.

  3. Vous plaisantez!!sur le terrain nous sommes nombreux à indiquer que les réformes successives nivelles les élèves vers le bas,que moins de moyens sont alloués aux enseignants et qu’on n’écoute pas les professionnels de terrain.Les seuls responsables sont les gouvernements successifs !!nous sommes catastrophés,nous,profs de lycées par ce qui se passe.Et recruter des contractuels ?vous pensez que ça va arranger les choses ?!!

  4. En Allemagne seuls la moitié des collégiens accède au lycée général, les autres vont en lycée professionnel et personne ne trouve rien à redire…Et si pour une fois on prenait vraiment exemple sur nos voisins d outre Rhin ??

  5. On avait bien compris depuis des années que la baisse des moyens alloués à l’école public de la République avait pour but ultime la grande braderie ouverte aux capitalisme et aux boites privées lesquelles sont les ressorts de la casse de l égalité des chances.

    1. Je ne déifie pas le privé ne lui distinguant aucun gène vertueux dont le public saurait dépourvu mais, parler de « casse de l’égalité des chances », c’est simplement faire le constat actuel d’évidence de l’enseignement français pourtant parfaitement étatisé.
      Par ailleurs, le terme « égalité » est un mot valise vide de sens, une sorte de caution morale, un argument d’autorité.
      C’est la notion d’égalité poussée dans ses retranchements égalitariste qui est la grande partie des maux de nos sociétés.
      Rien n’est égal et prétendre le contraire c’est l’assurance d’un nivellement par le bas, les plus nantis n’étant pas concernés puisque disposants de moyens qui les affranchissent de nos carcans sociétaux.
      Macron, en revers à ses habitudes, a dit une chose juste : « les riches n’ont pas besoin de Président »,… pas plus que les autres, à qui on vend de l’égalité au kilomètre.

  6. Des professeurs recrutés à pôle emploi, des profs en CDI, des salaires qui n’ont pas suivis l’inflation depuis une décennie (2,5 % par an je vous laisse faire le calcul). Il fallait avoir un licence, passer par l’IUFM (2 ans de formation après la licence) pour devenir enseignant, maintenant plus personne ne souhaite devenir prof, petit salaire, élèves difficiles, pas de formation etc… Le ministère recrute qui veut enseigner, le principal avoir un enseignant face à une classe pour assurer le service et non la qualité du service. Oui l’éducation nationale et je l’écris volontairement en minuscule est en train de couler. Pour conclure le niveau des élèves aussi s’enfonce. Pour se voiler la face nos gouvernants gonflent les chiffres pour satisfaire l’opinion public et être encore dans la course face aux pays européens. On devrait se battre pour retrouver la qualité de l’éducation de nos enfants, un pays est à l’image de la qualité de son enseignement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.