Extinction-Rébellion : le racialisme version écolo mondialisée

Extinction-Rébellion n’est pas seulement un mouvement écologiste. Si la branche française reste discrète sur la tendance “racialiste” du mouvement, la branche américaine ne cache guère son attachement à toutes les théories racialistes que l’on connaît en France sous l’appellation des Indigènes et autres expressions de la haine contre la domination blanche. Extinction Rébellion apparaît ici comme un instrument politique qui dissimule sous la cause écologiste une lutte acharnée contre l’Occident.

Sur le site d’Extinction-Rébellion France, on ne trouve guère d’appel à l’indigénisme ou au racialisme. C’est tout juste si l’on trouve cette mention:

Au niveau national, nous demandons la création d’une assemblée citoyenne souveraine et adaptée à ce changement de société. Celle-ci sera garante du partage équitable de l’effort à accomplir et de la solidarité avec les personnes les plus vulnérables.

Ces phrases ne manquent pas d’intérêt, dans la mesure où elles soulignent la façon dont Extinction Rébellion conteste les fondements de la démocratie libérale et promeut une démocratie directe. Il ne faudrait pas l’oublier, dans la mesure où le combat mené par l’association est souvent présenté comme purement écologiste. Il comporte en réalité une dimension institutionnelle.

On trouvera néanmoins un billet de blog intéressant intitulé “Décoloniser XR”, dont quelques passages éclaireront la pensée du mouvement:

Les migrations causées par les effets de l’urgence climatique et écologique se heurtent à des politiques aux frontières hostiles aux migrants, qui laissent les gens se noyer et les gardent pendant un temps indéfini en détention.

On voit ici où le mouvement veut en venir.

Aux Etats-Unis, l’affiliation au racialisme est beaucoup plus explicite :

We demand a just transition that prioritizes the most vulnerable people and indigenous sovereignty; establishes reparations and remediation led by and for Black people, Indigenous people, people of color and poor communities for years of environmental injustice, establishes legal rights for ecosystems to thrive and regenerate in perpetuity, and repairs the effects of ongoing ecocide to prevent extinction of human and all species, in order to maintain a livable, just planet for all.

(Nous exigeons une transition juste qui protège d’abord les peuples les plus vulnérables et la souveraineté indigène, prévoie des réparations et des dommages décidées par et pour les Noirs, les Indigènes, les gens de couleur et les communautés pauvres pour toutes ces années d’injustice environnementale, établisse des droits formels pour que les écosystèmes puissent survivre et se régénérer à perpétuité, et répare les effets de l’écocide en cours afin de prévenir l’extinction de l’homme et de toutes les espèces, et de conserver une planète vivable pour tous.)

Démonstration est donc faite du lien étroit entre préservation de la diversité et promotion de la cause indigène.

1 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer