27 novembre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

🎖Abonnés : chez LREM, ça claque sévère à Paris

Chez LREM, les municipales parisiennes ne sont pas de tout repos. À peine Agnès Buzyn était-elle rembarquée dans le XVIIè arrondissement pour conduire une campagne abandonnée par Benjamin Griveaux peu de temps avant la bataille que deux nouvelles secousses perturbaient les plans jusque-là établis. LREM n'en finit pas de nager dans les troubles électoraux. Ainsi, à peine Agnès Buzyn était-elle désignée comme nouvelle tête de liste, que Gaspard Gantzer, l'ancien conseiller en communication de François Hollande qui rêvait de réussir à Paris ce qu'Emmanuel Macron avait réussi avait réussi en France en 2017, se ralliait discrètement à LREM. Il faut dire que l'intéressé n'avait jamais atteint les 2% d'intentions de vote, et que le départ d'Isabelle Saporta pour Cédric Villani le privait du seul soutien un peu connu dont il bénéficiait. Gantzer a donc renoncé à sa liste Parisiennes, Parisiens pour rallier l'ancienne ministre de la Santé. Problème : un certain nombre de candidats de sa liste souhaitaient continuer l'aventure sans lui. Pas de chance pour eux : l'équipe de campagne a autoritairement déconnecté le site de la liste, renvoyant tout le monde à ses pénates. Le geste unilatéral a moyennement plu aux ultimes résistants. Parallèlement, les candidats macroniens anciennement hostiles au mariage pour tous ont été rattrapés par leur passé. C'est le cas de Jérôme Dubus, jusque-là conseiller de Paris élu en 2014 sur une liste L
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.