🎖Juan Branco, le feu follet toxique dont les bobos parisiens raffolent

Les langues se délient peu à peu sur Juan Branco et son influence néfaste dans l'affaire Griveaux. Et l'on s'étonne à moitié de voir ce personnage trouble, qui a beaucoup homestagé son curriculum vitae, exercer une sorte de fascination sur les élites parisiennes. Avant de se lasser de ce phénomÚne de mode qui semble plus existé par son pouvoir de nuisance que par son brio.

Sur Juan Branco, il faut absolument lire le portrait que lui consacre Paris Match, fruit d’un beau travail d’investigation qui clarifie plusieurs zones d’ombre dans l’affaire Griveaux. 

Le magazine trĂšs macronien explique par le menu comment certains points du curriculum de l’intĂ©ressĂ© ont fait l’objet d’un peu de gonflette. Par exemple, dans “CrĂ©puscule”, publiĂ© il y a un an sur les rĂ©seaux sociaux, Branco soutient qu’il a dĂ©jeunĂ© avec Xavier Niel en 2014, lequel aurait soutenu que le prochain prĂ©sident de la RĂ©publique serait Emmanuel Macron. On comprend enfin que Branco avait intriguĂ© pour ĂȘtre prĂ©sentĂ© au gendre de Bernard Arnault, avant de lui offrir ses services comme prĂ©cepteur de ses enfants. 

De façon tout aussi Ă©difiante, l’hebdomadaire explore les arcanes par lesquelles Juan Branco s’est propulsĂ© dans les rĂ©seaux parisiens : par Dominique de Villepin, d’abord, par Richard Descoings, ensuite. Les initiĂ©s comprendront le message.

CrĂ©ature de l’aristocratie parisienne Ă  laquelle il doit tout, Branco sait jouer de ses soutiens pour obtenir des passe-droits qui feraient pĂąlir ses amis Gilets Jaunes. Voici ce que raconte la journaliste :

Au deuxiĂšme semestre 2011, Juan Branco Ă©cope d’un zĂ©ro Ă  un module sur l’« Ă©conomie verte ». Branco adresse au professeur un e-mail culottĂ©, s’étonnant de ne pas avoir obtenu son crĂ©dit alors qu’ils partagent tant d’amis et qu’ils font tous deux la campagne de François Hollande. L’enseignant maintient le zĂ©ro. Richard Descoings demande des explications, furieux qu’on ait blessĂ© son petit « Juan ». « Branco a appelĂ© la moitiĂ© de la RĂ©publique pour se plaindre d’ĂȘtre maltraitĂ© », assure un responsable de la scolaritĂ© de l’époque. A la mort de Descoings, c’est Branco qui, le 11 avril 2012, au nom des Ă©lĂšves, lui rend hommage dans l’église Saint-Sulpice, noire de monde.

Tricheur, thurifĂ©raire, menteur, Branco est aussi un harceleur. Gabriel Attal, avec qui il Ă©tait Ă©lĂšve Ă  l’École Alsacienne, en a fait les frais. D’autres aussi. Mais le plus attristant est racontĂ© en clĂŽture de l’article :

Voici quatre ans, Juan Branco est tombĂ© amoureux d’une jolie lycĂ©enne, Lola. GrĂące Ă  un ancien de l’Ecole alsacienne, il se fait placer Ă  son cĂŽtĂ© lors d’un dĂźner et charme la blonde sylphide. Le lendemain, il lui adresse un roman, un second, rĂ©clame des fiches de lecture. Lola est envoĂ»tĂ©e par ce mentor. Il veut vibrer, toujours plus, Ă©crit et filme, comme d’habitude. La jeune femme s’amaigrit ; les parents, inquiets, la poussent Ă  rompre, l’envoient Ă©tudier Ă  Londres. Branco insiste par e-mail, Ă©voquant des dĂ©tails intimes, des vidĂ©os suggestives. Il est quittĂ©, dĂ©sespĂ©rĂ©, mais rĂ©ussit Ă  reconquĂ©rir Lola avec un week-end Ă  Venise. Aux derniĂšres vacances de NoĂ«l, elle se casse la cheville. La voilĂ  clouĂ©e Ă  Paris. Ses parents l’autorisent Ă  organiser un rĂ©veillon dans leur bel appartement, situĂ© au-dessus du CafĂ© de Flore. Cette nuit-lĂ , Juan dĂ©barque avec des amis, dont Piotr Pavlenski, le Russe qui s’apprĂȘte Ă  diffuser les vidĂ©os sexuelles de Benjamin Griveaux.

A 2 heures du matin, l’ambiance dĂ©gĂ©nĂšre. L’artiste est frappĂ© avec une bouteille de champagne ; il sort alors un couteau, entaille la cuisse d’un invitĂ©, le visage d’un autre. « Des mecs d’ultra-gauche se sont incrustĂ©s, nous explique aujourd’hui l’avocat. Ils voulaient se faire du Branco. Ils nous ont provoquĂ©s et s’en sont pris Ă  Pavlenski. » Les parents retrouvent leur appartement en sale Ă©tat et leur fille terrorisĂ©e. En 2016, Juan Branco confiait Ă  « Ouest France » ne s’ĂȘtre « jamais fixĂ© sur des personnes, mais plutĂŽt sur des idĂ©es ». Quatre ans plus tard, Lola pleure, Griveaux aussi. Et Branco, l’ange noir de Saint-Germain-des-PrĂ©s, donne un entretien au « New York Times ».

Être un parfait imposteur ne s’improvise pas. 

Ostéo? Naturo? Homéo? Sophro?

Cosmico vous aide Ă  savoir le vrai, et Ă  choisir les bons. Et c'est gratuit...
NOUVEAU
1 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer