29 octobre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

🎖Juan Branco, le feu follet toxique dont les bobos parisiens raffolent

Les langues se délient peu à peu sur Juan Branco et son influence néfaste dans l'affaire Griveaux. Et l'on s'étonne à moitié de voir ce personnage trouble, qui a beaucoup homestagé son curriculum vitae, exercer une sorte de fascination sur les élites parisiennes. Avant de se lasser de ce phénomène de mode qui semble plus existé par son pouvoir de nuisance que par son brio. Sur Juan Branco, il faut absolument lire le portrait que lui consacre Paris Match, fruit d'un beau travail d'investigation qui clarifie plusieurs zones d'ombre dans l'affaire Griveaux. Le magazine très macronien explique par le menu comment certains points du curriculum de l'intéressé ont fait l'objet d'un peu de gonflette. Par exemple, dans "Crépuscule", publié il y a un an sur les réseaux sociaux, Branco soutient qu'il a déjeuné avec Xavier Niel en 2014, lequel aurait soutenu que le prochain président de la République serait Emmanuel Macron. On comprend enfin que Branco avait intrigué pour être présenté au gendre de Bernard Arnault, avant de lui offrir ses services comme précepteur de ses enfants. De façon tout aussi édifiante, l'hebdomadaire explore les arcanes par lesquelles Juan Branco s'est propulsé dans les réseaux parisiens : par Dominique de Villepin, d'abord, par Richard Descoings, ensuite. Les initiés comprendront le message. Créature de l'aristocratie parisienne à laquelle il doit tout, Branco sait jouer de ses soutiens pour obtenir des passe-droits
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.