COVID2019 : le gouvernement cause, les Français subissent

Le COVID2019, ou coronavirus, s'est installé aux heures de grande écoute et dans la communication quotidienne du gouvernement. Exit les élections municipales ! la gestion de la crise sanitaire est devenue un spectacle quotidien qui efface tout, écrase tout, minore tout. Mais un hiatus immense apparaît entre l'omniprésence de la communication politique, et l'inefficacité de plus en plus flagrante des services de l'État dans ce dossier.

Le gouvernement tenait une nouvelle réunion de crise sur le sujet du COVID2019, aujourd’hui, à la sortie de laquelle le ministre de la Santé Olivier Véran a fait de nouvelles annonces (notamment l’interdiction des rassemblements de plus de 1.000 personnes…). On n’avait pas entendu de discours gouvernementaux aussi martiaux, aussi énergiques, depuis longtemps. 

Le COVID2019 stimule la logorrhée gouvernementale

Depuis que le COVID2019 est sorti de Chine pour s’intéresser aux étrangers, sans oublier les Français (ils sont loin les discours de début février sur “ne vous inquiétez pas, il ne viendra pas jusqu’à nous”), on n’a jamais autant vu de politiques parler de vie quotidienne à la télévision. 

Le ministère de la Santé a même lancé un point presse quotidien, pour constater l’avancée des dégâts et nous expliquer de façon pathétique que la situation est sous contrôle. Ces déclarations en deviennent si grotesques que plus personne ne les écoute. 

Ils ne gouvernent pas, ils n’agissent pas, mais ils causent

Il suffisait de farfouiller un peu dans la presse ce week-end pour mesurer toute l’inefficacité des services de l’État dans la crise qui s’annonce. Par exemple, une généraliste de la banlieue parisienne a osé dire tout haut ce que tout le monde maugrée dans sa barbe : 

les autorités veulent faire croire que nous sommes prêts, mais ce n’est pas le cas du tout. Les généralistes sont démunis. Nous n’avons par exemple pas de moyens de protection alors que nous en réclamons depuis plus de 10 jours.

Dans l’Oise, zone durement touchée par l’épidémie, les généralistes tiennent le même discours : personne ne leur parle et personne ne juge utile de les associer à la lutte contre l’épidémie, alors même que les malades présentant les symptômes du virus sont incités à ne pas se présenter dans les hôpitaux. 

“C’est totalement absurde. Chaque généraliste dans le secteur a été confronté au virus c’est évident. En attendant, on voit toujours plein de patient.(…) Je crois que nous les médecins généralistes de campagne sommes un peu oubliés”

On pourrait enchaîner ici les éléments montrant que, au-delà des mots et des discours d’auto-congratulation du gouvernement, rien ne se passe, et le pays est livré à lui-même. Et, globalement, les Français ne s’en portent pas plus mal. Simplement, ils ne prennent plus guère le temps d’écouter ceux qui sont supposés prendre des mesures… et qui n’en prennent pas. 

Un dangereux krach économique en vue

En réalité, pendant que les ministres pérorent et que les Français rasent les murs, le pire n’est pas évoqué, mais il est clairement à venir. Un méchant krach s’annonce à l’horizon, l’un de ces krachs économiques comme celui de 2008 qui serait la véritable épidémie à craindre pour les mois à venir. 

Là encore, un peu de recul et de réflexion de la part des pouvoirs publics serait bienvenu pour limiter les dégâts. Mais la paralysie de l’économie chinoise met déjà de nombreuses entreprises françaises en difficulté. On retiendra l’exemple de cette entreprise normande qui fabrique du lin et qui tourne au ralenti depuis le début de l’épidémie. 

Les mesures de confinement prises un peu partout dans le monde, en Italie, peut-être en France bientôt, seront pires que la peste. C’est le prix à payer pour une économie mondialisée, ouverte sur l’extérieur : le moindre grain de sel dans les relations internationales a le même impact qu’une étincelle dans une usine de TNT.

Le confinement va très vite constituer un problème majeur

Dans la dégradation économique générale qui a commencé, le confinement devrait être un puissant accélérateur de liquidations. En effet, de nombreuses entreprises vont devoir gérer un absentéisme record et une désorganisation totale de la production. Face à ce péril dont le gouvernement n’a pas bien pris la mesure, des effets domino sont à craindre et devraient mettre de nombreux acteurs en difficulté majeure. 

Rapidement, les acteurs économiques devraient se retrouver autour d’un plan de continuité limitant le confinement et généralisant le télétravail partout où cela est possible. Ces mesures ne suffiront pas à maintenir la tête de tout le monde hors de l’eau, mais elles éviteront la catastrophe générale. 

Faut-il vraiment avoir peur du coronavirus ?

Tout ceci pose au fond une question qui est peu traitée par nos gouvernants, et qui est peut-être la seule à devoir être abordée : faut-il ou non avoir peur d’un virus qui tue marginalement, et qui tue essentiellement des personnes qui pourraient être confinées sans trop de dommages (à savoir les personnes âgées) ?

Tôt ou tard, la France va, comme beaucoup de pays industrialisés, découvrir qu’elle n’est pas au-dessus des éléments et que son développement est fragile. On croyait, ou on nous avait fait croire, que nous étions, avec toutes nos constructions administratives, notre sécurité sociale, nos hôpitaux publics, notre caste de fonctionnaires hospitaliers, à l’abri des maladies. Et paf! on découvre que la vie est un peu plus compliquée que cela, qu’il suffit désormais de prendre le métro pour attraper un virus qui pourrait nous tuer. 

Dans cette découverte un peu traumatisante, le pire n’est pas arrivé : le virus tue peu. 

Profitons de cette aubaine : corrigeons l’erreur qui nous affaiblit depuis si longtemps (de croire que nous avons définitivement vaincu la nature, qui est en réalité toujours plus puissante que nous), et profitons de ces belles journées qui nous attendent, coronavirus ou pas. 

Car nous n’en mourrons pas tous. 

Ostéo? Naturo? Homéo? Sophro?

Cosmico vous aide à savoir le vrai, et à choisir les bons. Et c'est gratuit...
NOUVEAU
14 Shares:
2 commentaires
  1. “Un dangereux krach économique en vue”, il y a une forte probabilité à cette hypothèse.
    Toutes les semaines je suis en Italie, ma seconde (ou première) patrie, cela fait 10 jours que les commerces n’ont plus de clients, j’ai des amis restaurateurs qui sont passés de 80/120 couverts/jour à 5 couverts dans la semaine ! Les dernières mesures vont terriblement accélérer les faillites, car in fine c’est bien ce qui va advenir.
    La mesure de confinement est d’un nullité affligeante, elle ne protège personne et ne réduit pas la contamination. Depuis le début je dis, et je constate que certains scientifiques me font écho, que ce sont en fait des millions de personnes qui sont porteuses du virus, les cas déclarés ne sont ceux qui, alertés par les médias, contactent les hôpitaux.
    Certes il y a des morts, certes ce virus pose des questions au corps médical, mais il faut raison garder. Confiner des gens, eu égard à la période d’incubation, est une mesure qu’il faudra appliquer pendant des mois (!) Que restera t’-il d’un pays quand son économie ce sera totalement effondrée, que les supermarchés seront vides (du reste pourquoi ne pas préconiser la fermeture des grandes surfaces pour être logique avec une mesure de confinement ?) ??
    Que cette situation de confinement se prolonge et c’est la guerre civile qui finira par tuer plus de gens que le virus lui même…

    Le gouvernement français quant à lui n’est pas plus à la hauteur que celui italien, les seules mesures recevables étaient de préparer les hôpitaux, de protéger le personnel médical, et arrêter les points presse qui ne servent à rien.
    En fait, Macron adopte la même tactique qu’avec les gilets jaunes : le pourrissement, espérant que le temps jouera pour lui, l’arrivée du printemps devrait, comme pour la grippe, annihiler le virus, si tel est le cas, et on le souhaite tous, nous l’entendrons alors pérorer sur sa gestion de la crise. Stronzo.

  2. Jean de la Fontaine plagié par la Macronie
    Les animaux malades de la peste

    ***Un mal qui répand la terreur,
    Mal que le Ciel en sa fureur
    Inventa pour punir les crimes de la terre,
    La Peste [puisqu’il faut l’appeler par son nom]
    Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
    Faisait aux animaux la guerre.
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés etc …..et la morale
    ***A ces mots on cria haro sur le baudet.
    Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
    Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
    Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
    Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
    Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
    Rien que la mort n’était capable
    D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
    Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer