ūüéĖCoronavirus : derri√®re le t√©l√©travail, l’angoisse des assureurs face aux comptes de r√©sultat

L'épidémie de coronavirus et le confinement général mettront-ils les assureurs en position délicate, voire difficile, voire périlleuse ? Nous avons mené l'enquête durant cette première semaine de confinement auprès des acteurs du marché. Voici les résultats...

Il est √©videmment encore un peu t√īt pour savoir jusqu’o√Ļ l’√©pid√©mie de coronavirus atteindra le march√©. Mais on peut aujourd’hui pressentir un effet de ciseau qui sera compliqu√© √† g√©rer.¬†

Coronavirus et télétravail

D’une mani√®re g√©n√©rale, la num√©risation des proc√©dures a permis √† tous les assureurs de basculer sans difficult√© dans un t√©l√©travail g√©n√©ralis√©. Cette proc√©dure concerne la totalit√© des services, y compris les plate-formes de gestion qui continuent √† fonctionner gr√Ęce √† la mise en place, ces derni√®res ann√©es, d’espaces num√©riques de relation avec les assur√©s.¬†

De fa√ßon surprenante, les plus petits acteurs semblent parfois √©prouver plus de peine √† r√©aliser ce basculement. Si un courtier gestionnaire comme GEREP explique continuer le travail comme avant, ailleurs, les collaborateurs semblent moins inform√©s sur la fa√ßon dont leur structure a r√©agi √† la crise, et les difficult√©s manag√©riales percent. Certains directeurs g√©n√©raux n’ont pas pris le temps d’expliquer √† chacun comme l’entit√© poursuivait son activit√©, et le cloisonnement ne facilite pas une vision claire des op√©rations.¬†

Des présences ponctuelles et marginales

Dans tous les cas, en termes de fonctionnement, le confinement a un impact limit√©. Certains avaient conserv√© bien au chaud leur plan de continuit√© h√©rit√© de l’√©pid√©mie de SRAS et l’ont simplement mis en oeuvre. Ponctuellement, l√† o√Ļ tout n’est pas num√©ris√©, des √©quipes r√©duites viennent travailler pour g√©rer les proc√©dures papier.¬†

C’est par exemple le cas chez Malakoff o√Ļ les op√©rations en retraite compl√©mentaire et en pr√©voyance font l’objet d’une pr√©sence r√©duite et parfaitement op√©rationnelle. L√† encore, les assur√©s n’ont facialement rien √† craindre. Les retraites seront pay√©es et les prestations aussi.¬†

Quand il le faut, les petites structures s’organisent pour mettre la main √† la p√Ęte. Rares sont ceux qui n’assureront pas la gestion du courrier pendant la crise, m√™me si beaucoup pr√©viennent que celui-ci sera trait√© avec un retard exceptionnel. Parfois, ce sont les dirigeants eux-m√™mes qui ont pr√©vu de r√©ceptionner le courrier et de le scanner pour permettre le traitement √† distance.¬†

Des angoisses grandissantes sur la trésorerie

Ce qui pose probl√®me ne tient pas √† l’organisation du travail, mais aux craintes sur la tr√©sorerie. Partout, l’inqui√©tude monte face √† la cessation mat√©rielle d’activit√© chez les clients assur√©s. Pourront-ils payer leurs appels de prime ? Feront-ils face √† la crise cataclysmique qui s’annonce ?¬†

Visiblement, certains assureurs commencent d√©j√† se faire tirer l’oreille pour d√©caisser les sommes dues dans les temps. On nous cite le cas d’un grand assureur de la place qui ne semblait pas presser de verser les trois mois de salaire de remplacement √† un ind√©pendant, alors m√™me que le sinistre √©tait survenu bien avant la crise du coronavirus.¬†

Plus globalement, les r√©seaux sentent la pression forte des entreprises qui exigent la mise en oeuvre de la garantie de perte d’exploitation. Par les temps qui courent, expliquer √† un chef d’entreprise que son contrat exclut les pand√©mies n’est pas chose facile. √Ä tel point que¬†plusieurs f√©d√©rations, emmen√©es par la CPME, font un si√®ge probablement victorieux¬†aupr√®s du gouvernement pour obtenir gain de cause.¬†

Dans l’hypoth√®se o√Ļ cette garantie serait d√©clench√©e de force, beaucoup redoutent le co√Ľt global de la mesure, qui risque de vilainement plomber les comptes…¬†

En toile de fond, l’angoisse sur l’assurance-vie

Dans cet ensemble peu encourageant, l’effondrement des march√©s financiers suscite de nombreuses angoisses. La perspective de demandes de rachat de contrat en assurance-vie glace le sang des assureurs, √† un moment o√Ļ les spreads regagnent du terrain et o√Ļ la remont√©e des taux pointe le bout de son nez. Alors que les banques ont obtenu un all√®gement de leurs exigences en mati√®re de liquidit√© et de fonds propres, les assureurs sentent bien qu’apr√®s un automne difficile, le pays entre dans la saison de tous les dangers.¬†

D’une mani√®re g√©n√©rale, les semaines qui arrivent font peser une menace s√©rieuse sur ces exigences en mati√®re de fonds propres. Beaucoup d’acteurs entrent, et le savent tr√®s bien, dans une zone totalement inconnue. Sur ce point, la communication tr√®s large men√©e par la CNP sur sa solidit√© financi√®re n’a pas manqu√© √† la fois d’inqui√©ter et d’interroger l’ensemble du petit monde de l’assurance.¬†

Et les managers retiennent leur souffle

Dans notre tour de table, nous avons donc per√ßu l’inqui√©tude des salari√©s, et l’inqui√©tude encore plus grande du management, confront√© √† la difficile √©quation du respect des r√®gles en mati√®re de solvabilit√©. Beaucoup sont d√©sormais suspendus √† quelques moments-cl√©s. Fin mars, les assureurs feront les comptes des d√©fauts de paiement chez leurs clients. Officiellement, ces d√©fauts n’entra√ģneront pas de r√©siliation imm√©diate. Mais l’ampleur du ph√©nom√®ne est encore inconnue et certains craignent le pire.¬†

D’un autre c√īt√©, le bras de fer avec la CPME sur la perte d’exploitation pourrait constituer une dangereuse prise √† revers. Dans l’hypoth√®se o√Ļ la sinistralit√© devait grimper rapidement, nul ne sait o√Ļ aboutira cette trajectoire inattendue. Mais c’est un peu le serpent qui se mord la queue : trop de d√©faillances d’entreprise plomberait durablement les portefeuilles souvent ch√®rement acquis. Trop de perte d’exploitation plomberait la solvabilit√© des assureurs.¬†

De deux maux, choisissons le moindre…¬†

Certains acteurs particulièrement affaiblis ?

Des rumeurs courent dans cet univers √† haut risque. Certains grands acteurs du march√© seraient moins solides qu’ils ne le disent. Des arbitrages douloureux, auxquels les salari√©s s’attendent, pourraient intervenir. La perspective de plans de d√©part plus ou moins brutaux est √©voqu√©e. Pour d’autres, des difficult√©s de tr√©sorerie se profilent, obligeant peut-√™tre √† des demandes de nationalisation tr√®s rapide.¬†

Incontestablement, la premi√®re quinzaine d’avril sera d√©cisive pour le secteur.¬†

Ostéo? Naturo? Homéo? Sophro?

Cosmico vous aide à savoir le vrai, et à choisir les bons. Et c'est gratuit...
NOUVEAU
4 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer