Le ministère de la Santé debout sur le frein pour empêcher une gestion urgente de l’épidémie

Le ministère de la Santé est-il au service de la population et mobilisé pour gérer au mieux la crise du coronavirus ? ou s'englue-t-il dans ses raisonnements alambiqués et velléitaires propres aux aristocraties décadentes, plus obsédées par leurs étiquettes et leurs procédures que par la réussite de leurs projets ? Les propos du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, sur l'usage de la chloroquine, posent ouvertement la question.

Le ministère de la Santé est-il capable de se projeter dans l’urgence ? Ou bien ses fonctionnaires sont-ils formatés par le système bureaucratique au point de ne plus être capables de penser le monde en dehors des procédures tatillonnes inventées en temps de paix pour occuper des ronds-de-cuir désoeuvrés ?

L’intervention de Jérôme Salomon, ce soir, devant les caméras, sur la stratégie de lutte contre l’épidémie de coronavirus, pose ouvertement la question. 

Avec le ministère de la Santé, erreur un jour, vérité le lendemain

Qui n’a pas entendu depuis plusieurs semaines les autorités sanitaires en France expliquer à qui voulait les entendre que le port de masques ne servait à rien dans la rue (phrase répétée en boucles) et que le dépistage des cas de coronavirus n’avait pas plus d’utilité ? Cette doctrine est évidemment inspirée de la pénurie de masques et de tests que subit la France, et que les pouvoirs publics tentent de justifier en plaidant l’inutilité de toutes ces mesures. 

N’empêche : les pays qui s’en sortent le mieux en matière de coronavirus restent la Corée du Sud et l’Allemagne, pays où les tests sont pratiquement largement, et où (au moins pour la Corée) le port du masque est généralisé. 

Face à la pression scientifique et morale, le ministre Véran a dû consentir à aligner les planètes médicales françaises

Il a ensuite affirmer que le gouvernement entendait se donner les moyens « d’évoluer rapidement sur la stratégie de dépistage » pour pouvoir « multiplier les tests au moment où le confinement sera levé ». « Quand je dis multiplier, cela veut dire multiplier. Nous travaillons avec l’ensemble des industriels pour augmenter nos capacités dans les plus brefs délais »

Quelle façon élégante d’avouer que la doctrine française en matière de tests est dictée par ses (faibles) capacités à tester… Et donc, ce qui paraissait incongru hier sera intelligent demain, lorsque nous disposerons de tests en nombre suffisant…

Mais qui n’a commandé ni tests ni masques ?

Alors que la France comptait plus d’un milliard de masques en stock en 2010, celui-ci a fondu comme neige au soleil en une décennie. On sait désormais les lourdes responsabilités qu’un Xavier Bertrand puis une Marisol Touraine portent dans ce désastre. Mais une question reste entière : pourquoi Jérôme Salomon, qui avait alerté Emmanuel Macron dès 2016 sur les faiblesses françaises en matière de lutte contre les épidémies, n’a-t-il pas procédé à des commandes d’urgence dès le mois de janvier, lorsque l’épidémie de coronavirus est devenue publique en Chine ?

Ce défaut pose quand même un sérieux problème sur la capacité de réaction sur la diligence du ministère de la Santé. 

Sur la chloroquine, Salomon et Véran récidivent

On ne dira pas mieux sur le recours à la chloroquine pour soigner les malades. La chloroquine est le nom scientifique de la “nivaquine”, médicament anti-paludéen bien connu des voyageurs, qui présente, il est vrai, des effets secondaires : il donne des cauchemars, et souvent la diarrhée. 

Mais s’il évite aux victimes du coronavirus de mourir, comme l’a montré Didier Raoult, la bête noire de la nomenklatura parisienne, de quoi se plaint-on? 

Malgré l’urgence, le ministère de la Santé se remet debout sur le frein pour retarder la généralisation d’un traitement que les Américains ont d’ores et déjà décidé d’adopter. Selon les propos tenus par Jérôme Salomon aujourd’hui lors de sa conférence de presse, la chloroquine fait partie d’un test lancé en urgence parmi d’autres produits, pour vérifier son adéquation. 

“Il est prévu d’inclure 3.200 patients européens incluant la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne, et peut être d’autres pays dont au moins 800 en France, hospitalisés pour une infection Covid-19 dans un service de médecine ou directement en réanimation”, précise l’Institut français de la recherche médicale.

“Un essai, ce sont des malades que l’on traite en milieu hospitalier sous stricte surveillance, et qui ont accès à ces molécules pour en tester l’efficacité sur le virus et sur leur évolution clinique”, a précisé le Pr Salomon, directeur général de la Santé (DGS) en France lors d’un point-presse. “C’est très important de le faire rapidement et dans ces conditions.”

“Baptisé Discovery, il inclut notamment l’hyroxychloroquine”, a-t-il confirmé.

On ne pouvait pas se montrer plus réservé et plus réticent à expérimenter une trouvaille française sortie du cerveau d’un banni du système, un esprit libre que les machines parisiennes ne parviennent pas à contrôler.

Et soudain, on mesure que, bien avant la préoccupation de santé publique, le ministère de la Santé est préoccupé par des problèmes de pouvoir et d’étiquette aristocratique. Comment, il faudrait se ranger aux idées de ce va-nu-pied de Raoult que nous méprisons ?

Le ridicule tuera la noblesse d’État

Une fois de plus, ce qui triomphe dans la décision publique, ce n’est ni l’efficacité, ni l’intérêt général, mais l’esprit courtisan et moutonnier des hauts fonctionnaires qui ont peur de prendre des risques et se préoccupent plus de leur appétit de pouvoir que du service aux Français. Car si la prudence préoccupait tant M. Salomon (ce qui pourrait justifier les obstacles qu’il multiplie au recours à la chloroquine), pourquoi n’a-t-il pas, dans cet esprit prudentiellement commandé des masques et des tests ?

En réalité, Salomon et le ministère de la Santé retardent le recours à la chloroquine parce que donner raison à Raoult leur déchire le coeur (pour rester poli). Et s’ils pouvaient prouver que Raoult se trompe, ils en jouiraient de façon incommensurable, tant la haute fonction publique française n’est plus portée aujourd’hui par le souci de trouver des solutions, mais par l’obsession de garder le contrôle de la société. 

En ce sens, elle ne diffère guère de la noblesse obsédée par le ridicule sous Louis XVI. Ce ridicule est encore aujourd’hui l’arme favorite des courtisans médiocres qui sèment la terreur dans les couloirs du pouvoir. Et qui en provoqueront la chute brutale. 

Ostéo? Naturo? Homéo? Sophro?

Cosmico vous aide à savoir le vrai, et à choisir les bons. Et c'est gratuit...
NOUVEAU
422 Shares:
5 commentaires
  1. Bonjour,

    Ayant par le passé effectué de longs séjours en Afrique équatoriale, et pas dans un hôtel de luxe, j’ai été amené à prendre comme il est l’usage des traitements anti-paludéens quotidiennement pendant la durée du sejour et pendant une trentaine de jours à l’issue de ce dernier, temps d’incubation du paludisme. Je ne me souviens pas d’avoir eu à souffrir d’effets secondaires ormis l’amertume épouvantable de la nivaquine si on la garde trop longtemps en bouche (blague usuelle à l’égard des petits nouveaux : il faut absolument laisser fondre le médicament pour qu’il efficace). Je m’interroge donc face aux atermoiements des autorités sanitaires face à la solution pratique et immédiate que représente le process développé par le Pr Raoult et ses équipes.
    A ce que j’en connait, ce n’est pas non plus un médicament couteux à produire et je ne crois pas que la seule obsession des CA grandes firmes pharmaceutiques soit de développer des produits onéreux et inefficaces. S’il y a blocage et mauvaise foi, c’est dans les arcanes du pouvoir qu’il faut rechercher. J’ai suffisamment d’exemple en tête et je peux affirmer que si la réflexion est globalement de qualité, la césure intervient à coup sûr entre ces instances de réflexion et de décision, trop de parasites s’étant installés entre les deux.

    Bonne journée

  2. Les pétitions en ligne en faveur de l’application immédiate du protocole Raoult : un reférendum d’initiative citoyenne en ligne

    La censure de Facebook (je suis interdit de publication dans les groupes pour trois mois) n’y fera rien, le message passe . Ma pétition atteint 50 000 signataires , d’autres se multiplient : en tout 300 000 signataires .
    Tous les spécialistes de niveau international soutiennent Raoult , pas les « médecins médiatiques « et les politiques de la bande à Buzyn qui en veulent à Raoult car… Il a émis des réserves sur le climat et la politique de vaccination …
    Pourquoi tardent ils? Si l’efficacité de la combinaison chloroquine/azythromycine se confirme, on pourra guérir tout le monde mais cela ne rapportera d’argent à personne et çà les emmerde …
    Nous sommes en guerre, la médecine de guerre aurait le droit d’éliminer les vieux mais elle devrait attendre des semaines pour respecter les protocoles académiques ?
    Notre message est clair , si vous ne nous écoutez pas vous aurez des comptes à rendre : tous les patients qui le demandent doivent bénéficier du protocole .
    Demain vous aurez à répondre de non assistance à personne en danger de mort
    https://www.mesopinions.com/petition/sante/faut-ecouter-professeur-raoult/82737

  3. Pourquoi refusent ils de donner de la nivaquine à tous les malades? Parcequ’il veulent des malades et des morts, en grand nombre!!
    Plus il y aura de morts, plus il y aira de la peur..Engendrer de la peur pour arriver à ses fins : la vaccination en masse, avec, en prime, la mini puce…..

  4. Hier, c’est Mr Hamon qui vient annoncer qu’après 3 jours, il a été contraint d’abandonner son traitement Chloroquine, trop incommodant, pour lui tout au moins, indiquant par là que même sans Chloroquine, le COVID 29 qui prend un malin plaisir à infecter les personnalités potentiellement exemplaires, n’est pas mortel pour tout le monde. Avant-hier, un politique comme Christian Estrosi avec son épouse associée, informent avoir été infectés et déjà guéris par une chloroquine devenue introuvable depuis une quinzaine de jours dans toutes les pharmacies et établissements hospitaliers indiquant un très bon sens de l’anticipation dans les rangs d’une certaine élite pourtant ici non-parisienne, quoique…
    Aujourd’hui, c’est Mr Salomon et ses spécialistes qui banalisent ce traitement pourtant plébiscité de toutes parts et notamment par des experts de pays “précurseurs” dans la résistance à cette pendémie, comme une potentialité parmi de nombreuses autres, dont bien sûr, les “nouvelles” molécules cherchées d’arrache-pied jour et nuit par tous les labos de la planète, dont on peut craindre que le coût même révisé à l’aune humaniste puisse se révèler hymalayen pour les finances publiques et les dispositifs assuranciels.
    Or ce Mr Salomon est président de ce que jusqu’ici on croyait être “LE” conseil scientifique au sein de Santé Publique France, parmi 4 au total, celui-ci étant particulièrement dévolu à la lutte contre COVID19.
    Aussi ai-je été très surpris d’entendre avant hier le 23/3 Mr VERAN, nouveau ministre parachuté pour cause de pendémie moraliste, donner la liste des 11 membres du Conseil Scientifique, présidé cette fois par Mr DELFRAISSY et comportant enfin le désormais incontournable Pr RAOULT, conseil scientifique dont il dira même à l’assemblée devant les parlementaires : “Le conseil scientifique, je l’ai souhaité, il n’existait pas, il n’a jamais existé dans aucune crise sanitaire” en assurant plus loin que celui-ci travaille en toute transparence”.
    Sauf erreur, c’est peu protocolaire pour les 27 membres, président SALOMON inclus, du précédent conseil scientifique. Aurait il passé à la trappe autour d’un larguage précipité de la potentielle sphère BUZYN/LEVY and friends, cela pour nous annoncer en filigrane l’imminence de mise en service de tests et de traitements à coûts minimum. Cela aura au moins permis d’apprécier, avec un examen minutieux des déclarations d’intérêt de cette précédente cohorte que celle-ci heureusement transparente recelait de rares mais savoureuses pépites, et nous inviter à exercer systématiquement ce droit de regard citoyen, sur chaque organisation de ce type.
    Prions le ciel pour ceux que ça stabilise afin qu’il s’ensuive rapidement une levée de l’insupportable chappe sécuritaire qu’on a posée sur les Français et qu’on profile sur ce qui reste de leurs droits individuels et collectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer