ūüéĖCoronavirus : un patient en r√©animation n’a qu’une chance sur deux de s’en sortir

Le coronavirus n'a pas encore livré tous ses secrets, particulièrement pour tout ce qui touche à la réanimation et aux cas graves. Derrière les statistiques rituelles de la direction générale de la santé, se cache désormais un chiffre terrible: la mortalité pour tous ceux qui connaissent des complications graves est très très élevées. Selon les spécialistes, elle s'élève à 50% des cas... Le passage en réanimation pour les malades du coronavirus n'est vraiment pas bon signe. Alors que l'essentiel des personnes contaminées ne nécessite aucune hospitalisation, ceux qui souffrent de complications ont beaucoup moins de chances de survivre. C'est tout particulièrement le cas pour tous ceux qui relèvent de la réanimation : le chiffre est enfin tombé, la moitié d'entre eux meurt. La réanimation démunie face aux cas graves Toute la difficulté est désormais de savoir comment améliorer le pronostic vital pour les cas qui relèvent de la réanimation. Visiblement, malgré de longues périodes d'intubation, les malades sont très loin de pouvoir survivre. Autrement dit, la médecine est aujourd'hui à peu près impuissante face au virus. En dehors de l'administration du paracétamol et de l'intubation sous narcotique, les détracteurs de l'hydroxychloroquine comme Karine Lacombe n'ont guère d'alternative à proposer. Après les complications pulmonaires, les complications cardiaques Face au constat d'une très large impuissance médicale (dans
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de ce contenu.

1 Commentaire

  1. Apparemment les r√©animateurs abandonnent l’intubation au profit d’une oxig√©nation assortie d’une ventilation sans intubation car ce que les malades ne supportent pas, c’est l’intubation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.