1 octobre 2020

Le courrier des stratèges

Prenez de l'avance sur l'actualité

Êtes-vous plus riche que votre voisin ? La réponse est ici

Êtes-vous riche ? Mais riche au sens vrai et ancien du terme, c’est-à-dire avec beaucoup d’argent disponible sur votre compte en banque ou sur des livrets sans limite de retrait ? Et surtout : êtes-vous plus ou moins riche que votre voisin ? Les locales données fournies par la Banque de France permettent d’y voir plus clair et de vous situer par rapport à votre région d’appartenance. 

Être riche est toujours une notion très relative. On se souvient de la phrase légendaire de François Hollande qui avait désigné comme riches tous ceux qui gagnaient plus de 4.000 € par mois. 

Nous proposons ici une autre définition du riche. Nous le rapportons à l’argent dont chacun dispose. Combien d’argent avez-vous sur votre compte en banque ? sur votre livret A ? sur vos différents livrets proposés par la banque, ou par les banques, si vous en avez plusieurs. C’est cette richesse-là qui est examinée ici. Elle recouvre donc l’argent immédiatement disponible que vous pouvez facilement mobiliser.  

Que regroupe ce tableau ?

Le tableau ci-dessus fait masse de tous les avoirs bancaires des Français, répartis par régions : compte bancaire courant, livret A, Plan épargne logement, comptes à terme monétaires, livret de développement durable, etc. La liste exhaustive est disponible sur les données de la Banque de France. Ces données sont ici rapportées au nombre d’habitants. Les données monétaires sont celles de juin 2020. 

Comment lire ce tableau ?

Faites le compte de l’épargne monétaire dont vous disposez à la banque, y compris votre compte courant. Si vous disposez de plusieurs comptes dans votre famille, par exemple pour vos enfants, faites-en masse. Divisez le tout par le nombre de personnes composant votre famille. Puis comparez ce chiffre avec la moyenne de votre région. 

Comparer ce qui est comparable

On sait depuis longtemps que les disparités de richesses sont élevées au niveau national. Mais avoir 10.000€ dans la Creuse n’est pas la même chose qu’avoir 10.000€ à Lyon ou à Nantes. Pour éviter les trop grandes ruptures de données, nous avons donc choisi de retenir l’échelon régional pour illustrer les différences. 

Au demeurant, cet échelon n’est pas choquant, puisqu’il permet de voir que, en dehors de Paris, l’épargne moyenne se situe dans une fourchette allant de 24.500€ (dans les Hauts-de-France) jusqu’à 34.500€ en Auvergne-Rhône-Alpes. 

37.400€, la moyenne française (avec Paris)

Il est intéressant de voir l’impact que Paris produit sur la moyenne de l’épargne monétaire française. Celle-ci est 37.400€, soit plus que n’importe quelle région française, y compris la région Rhône-Alpes. Ce chiffre illustre bien le décalage majeur, pour ne pas dire la déconnexion, entre Paris et le reste du pays, grandes métropoles comprises. 

Le niveau de richesse atteint à Paris est sans commune mesure avec ce qui existe dans le reste de la France. Voilà pourquoi le ressentiment est si fort contre les Parisiens aujourd’hui. Le pays vit de très grandes disparités. 

Ce que ce tableau ne comporte pas

Dans les données examinées ici, on n’inclut ni le patrimoine immobilier, ni l’épargne immobilisée, comme les contrats d’assurance-vie. Le tableau présenté ne donne donc qu’une vision partielle de la « richesse » des Français. Il ne fait pas l’oublier. 

Abonnez-vous à notre série « épargne »

Dès lundi, nous analysons chaque jour un sujet épargne de façon cash et avec un seul objectif : vous faire éviter la spoliation d’État. Abonnez-vous dès aujourd’hui. 

Les Hauts-de-France, la région la plus pauvre

De l’autre côté de l’échelle, on trouve les Hauts-de-France, dont la richesse monétaire moyenne n’atteint pas les 25.000€. Si l’on pointe le fait que la Normandie dépasse à peine les 26.000€, se dessine alors un arc nord-ouest marqué par une pauvreté notable. 

L’arc septentrional, en bordure de la mer du Nord, interroge sur la capacité française à harmoniser son développement.