🎖Ces scandales de Gilead que les ennemis de Raoult cachent soigneusement

Avec beaucoup d’efficacitĂ©, Gilead, qui finance de nombreux mĂ©decins français ennemis ouverts de l’hydroxychloroquine et du professeur Raoult, parvient Ă  Ă©touffer les informations qui nuisent Ă  sa rĂ©putation. Deux d’entre elles viennent de passer sous les radars, alors qu’elles montrent dans quelle mesure les enjeux Ă©conomiques (et notamment de prix Ă©levĂ© des mĂ©dicaments) sont cruciaux pour ce laboratoire au coeur de toutes les convoitises financiĂšres. 

Nous avons dĂ©jĂ  attirĂ© l’attention sur Gilead et ses enjeux financiers, mais aussi sur ses pratiques d’influence auprĂšs des mĂ©decins et des medias. Hasard ou fait exprĂšs ? Deux informations gĂȘnantes pour ce laboratoire aux dents longues viennent de passer inaperçues. Elles sont pourtant trĂšs instructives. 

Une amende de prĂšs de 100 millions $ aux USA

Comme plusieurs autres laboratoires pharmaceutiques, Gilead a contournĂ© les rĂšgles du Medicare amĂ©ricain en subventionnant les malades les plus pauvres pour pouvoir maintenir un prix de vente de ses mĂ©dicaments Ă©levĂ©s. Et comme subventionner directement les plus pauvres pour acheter un mĂ©dicament est interdit aux États-Unis, les laboratoires (dont Gilead) ont trouvĂ© une parade, consistant Ă  financer une association caritative pour qu’elle donne l’argent aux malades…

La justice amĂ©ricaine a considĂ©rĂ© cette pratique comme totalement illĂ©gale et a menacĂ© tout le monde d’une amende gĂ©nĂ©rale. On dĂ©couvre que Gilead est le dernier laboratoire Ă  avoir payĂ©… Mais pour le savoir, il faut commencer Ă  bien fouiller dans la presse amĂ©ricaine. En Europe, cette affaire est passĂ©e Ă  peu prĂšs sous silence. 

Si l’on ne peut invoquer, dans ce dossier, une pratique particuliĂšre Ă  Gilead, on relĂšvera quand mĂȘme que le prix des mĂ©dicaments est un sujet majeur pour le laboratoire amĂ©ricain. En l’espĂšce, ce mĂ©dicament est vendu Ă  prĂšs de 250$ le comprimĂ©. 

Le Remdesivir, un échec patenté ?

La mĂȘme semaine, on apprenait que Gilead retirait sa demande de remboursement du Remdesivir dans le traitement du coronavirus. Manifestement, Gilead a prĂ©fĂ©rĂ© ne pas s’essuyer l’affront des tests officiels, qui montrent que ce mĂ©dicament (appelĂ© Veklury commercialement) est d’une efficacitĂ© extrĂȘmement limitĂ©e. 

Il n’y aura donc pas de commercialisation de cette molĂ©cule inventĂ©e pour combattre la fiĂšvre Ebola, et qui peine Ă  trouver des dĂ©bouchĂ©s Ă©conomiques et sanitaires. Autrement dit, il n’existe aucun avis sĂ©rieux pour affirmer que le Remdesivir a une utilitĂ© en rapport avec son prix de prĂšs de 400$ par flacon… De l’avis mĂȘme de Gilead (qui renonce Ă  combattre), ce mĂ©dicament est donc une arnaque. Toute la question est de savoir pourquoi tant de relais d’opinions en ont fait la promotion au printemps…

Il sera intéressant de voir si des médecins français le prescrivent malgré tout.

Les financiers de Gilead déçus : l’action baisse 

On se souvient que, au dĂ©but de l’annĂ©e, les actionnaires de Gilead escomptaient un chiffre d’affaire de 2,5 milliards $ grĂące Ă  la pandĂ©mie et au Remdesivir. Cette opĂ©ration Ă©choue lamentablement, et le Remdesivir n’est finalement pas le mĂ©dicament qui soigne le virus. Pour le laboratoire amĂ©ricain, la situation se rĂ©vĂšle mĂȘme plutĂŽt compliquĂ©e, puisque les attentes de ses actionnaires sont massives… et ses rĂ©sultats ne sont pas au rendez-vous. 

Depuis avril (et les espoirs fous entretenus par des communiquĂ©s de presse perfides), l’action a perdu 25%. Depuis 2017, les cours ont baissĂ© de 4%. Autant dire que la situation n’est pas trĂšs rĂ©jouissante pour ce laboratoire qui a finalement beaucoup pariĂ© et beaucoup perdu ces derniers mois.

Le 3 juillet, le Remdesivir est devenu le premier traitement autorisé, bénéficiant d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle. Cette autorisation facilite l'accÚs précoce aux médicaments dans des situations d'urgence sanitaire, comme la pandémie actuelle.

Les procédures européennes sont-elles corrompues ?

Il n’en demeure pas moins que les autoritĂ©s sanitaires françaises se sont montrĂ©es plus sĂ©vĂšres et circonspectes dans leur autorisation de mise sur le marchĂ© que les autoritĂ©s europĂ©ennes. On se souvient que, dĂ©but juillet, la Commission EuropĂ©enne a garanti l’accĂšs du marchĂ© europĂ©en au Remdesivir. La Commission s’est mĂȘme assurĂ© de la disponibilitĂ© du mĂ©dicament pour les patients europĂ©ens en prĂ©emptant un certain nombre de doses. 

Selon le propre aveu de la Commission, il s’est agi de mettre Ă  disposition de 30.000 EuropĂ©ens les doses de Remdesvir nĂ©cessaires pour les soigner. Le contrat global est d’un montant de 63 millions €. Soit un prix unitaire de traitement de 2.100€.

Dans quelles conditions la Commission EuropĂ©enne a-t-elle pu acheter Ă  plus de 2.000€ l’unitĂ© un mĂ©dicament que les autoritĂ©s sanitaires françaises jugent trĂšs peu efficaces, au point que le laboratoire qui le produit retire sa demande de remboursement par la sĂ©curitĂ© sociale ?

Il serait intĂ©ressant de le savoir. Rien n’exclut que nous soyons ici face Ă  un nouveau scandale financier…

Gilead et ses opĂ©rations d’influence

Dans la pratique, l’affaire Remdesivir constitue un fiasco de premier ordre pour les actionnaires de Gilead qui croyaient avoir trouvĂ©, avec ce mĂ©dicament, la poule aux oeufs d’or. Faut-il rappeler que mĂȘme des journalistes de CNN s’Ă©taient fait les VRP devant les autoritĂ©s chinoises de ce mĂ©dicament dont l’inutilitĂ© est dĂ©sormais patente ?

On peut se demander dans quelle mesure Gilead n’est pas en position de faire porter par des scientifiques ou des journalistes la dĂ©fense de ses intĂ©rĂȘts au-delĂ  des limites de ce qu’autorise la dĂ©ontologie. Et on peut se demander dans quelle mesure la campagne de haine contre Didier Raoult a Ă©tĂ© complĂštement innocente. 

About Post Author

455 Shares:
1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez Ă©galement aimer