Les retraites moyennes du public égales au double des retraites du privé

Selon les propres aveux de Bercy, les retraites moyennes du secteur public sont deux fois supérieures à celle du secteur privé. Voilà un chiffre qui souligne clairement l’inégalité de traitement entre les deux régimes… et la difficulté de réformer le système sans heurter la sensibilité des agents publics. 

Les retraites des fonctionnaires sont deux fois supérieures aux retraites du secteur privé. Voilà une très belle inégalité mise en lumière par le « jaune budgétaire » que Bercy consacre au sujet dans le cadre du débat sur la loi de finances pour 2021. Comme l’indique le schéma ci-dessus, les 6 régimes des agents publics dépensent environ 80 milliards€ par an pour financer la retraite des fonctionnaires, sur un total de 326 milliards€ annuels consacrés à l’ensemble de la branche vieillesse. Ce chiffre record mérite une petite règle de trois. 

Nous reprenons ici les propos de Bercy :

Les trois régimes de retraite, dits « complets » ou « intégrés », de la fonction publique (régimes des fonctionnaires civils et des militaires de l’État, des agents des fonctions publiques territoriale et hospitalière et des ouvriers d’État) représentent 32,3 % des dépenses de l’ensemble des régimes de base, environ 15,1 % du nombre de pensions servies et 15,5 % de l’ensemble des cotisants.

Autrement dit, les retraités du service public représentent 15% des bénéficiaires, mais près de 33% des dépenses. Soit une dépense moyenne deux fois supérieure à celle d’un retraité du secteur privé. Le chiffre est implacable et tranche tous les débats sur la prétendue injustice que les fonctionnaires subiraient dans le calcul de leur retraite. 

Une hausse moyenne de près de 4% par an

Cette dépense consacrée aux retraites des fonctionnaires est par ailleurs en expansion permanente. Les tableaux, que nous publions ci-dessous, fournis par Bercy, montrent que la dépense des pensions dans les services de l’Etat a littéralement triplé entre 1990 et 2018, alors que le nombre de ressortissants a à peine augmenté de 50%.  Cette explosion de la retraite moyenne par individu pose évidemment une question de fonds sur la maîtrise de la dépense « retraites » par l’administration.

Ces tendances sont encore plus fortes pour les fonctions publiques territoriale et hospitalière comme on peut le voir sur les tableaux. 

Voilà qui pose une sérieuse question sur l’égalité de traitement entre secteur public et secteur privé. Rappelons que les retraites du service public sont calculées sur les six derniers mois de traitement, alors que les retraites privées sont calculées sur une moyenne des 25 meilleures années. 

En soi, ces différences évidentes sont un plaidoyer pour qu’Emmanuel Macron abandonne ses ambitions d’unifier les régimes sans remise à plat préalable des règles du jeu. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

9 Commentaires

  1. La principale inégalité et de très loin en France reste celle entre le secteur public et le secteur privé. Inutile de rappeler ici les privilèges et les prébendes incroyables que se sont accordés les fonctionnaires et qui continuent chaque année à augmenter. Seule la faillite de l’état pourra y remédier ou une révolution, sachant que les assemblées sont majoritairement constituées de fonctionnaires comme tous les gouvernement et presque tous les présidents qui se succèdent à la tête du pays. Donc ils se votent en permanence des améliorations de leur situation entre une ou deux petites amnisties pour leurs méfaits divers et variés.
    Il faut remarquer l’extraordinaire conspiration du silence dans ce pays, pour ne pas dire omerta sur cette inégalité scandaleuse.
    Mais on comprend bien pourquoi : une haute fonction publique qui contrôle l’assemblée, des politiciens et élus majoritairement fonctionnaires et surtout 30% des salariés dans ce pays sont fonctionnaires ou assimilés (source étude le Point). Donc une immense majorité des français ont des fonctionnaires dans leur famille proche quand ce n’est pas leur conjoint, enfant ou parent.

  2. La France depuis quelques décennies est une suite de mensonges sur lesquels beaucoup trop de citoyens sont d’accord et cela rend son redressement impossible ou très , très difficile.
    « Plus une société se détourne de la vérité, plus elle déteste ceux qui la disent. » George Orwell

  3. Vu qu’il y a 5,5 millions de fonctionnaires, presque un million de contractuels, quasi tous les élus et syndicats issus ou en rapport, et pléthore d’entreprises qui se paient bien avec tous les marchés publics, sans compter les familles de tous ceux-ci, on doit être pas loin de 30 millions de français qui mangent sur le dos des autres. Comment peut-on penser qu’il y aurait a moindre velléité de changer ce mode opératoire?

  4. C’est lamentable de reluquer les retraites des fonctionnaires de la sorte. Il serait beaucoup plus sain de se demander pourquoi certains étrangers (très nombreux) touchent des retraites, pourquoi alors qu’ils sont décédés, les descendants sont des ayant -droits. Il y a un ordre à respecter et il y a des priorités…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.