ūüéĖFace √† la r√©cession, penser plus que jamais son mix patrimonial

La récession sera moins dure que prévu en 2020, mais beaucoup plus longue et profonde que nous ne l'imaginions. Les chiffres de l'INSEE publiés vendredi le montrent. Mais comment réagir face à cette nouvelle donne qui annonce un appauvrissement bien plus sévère du pays que les gouvernants n'avaient bien voulu le dire ? Nous sommes à une période charnière et tous les épargnants (petits ou gros) ont désormais intérêt à se poser la question pour les années à venir : comment adapter leur stratégie d'épargne à la dureté des temps qui vient. Voici notre première appréciation sur le sujet.

transparence financière

L’INSEE a publi√© vendredi les vrais chiffres de la situation √©conomique actuelle du pays : une ann√©e 2020 un peu moins pire que pr√©vu (mais quand m√™me cataclysmique) et une ann√©e 2021 beaucoup plus dure que tout le monde ne l’avait dit. Dans la pratique, la donne des √©pargnants changent, parce que la donne √©conomique globale change.¬†

Il est devient indispensable de penser dans la dur√©e l’√©volution de son mix patrimonial, et tout particuli√®rement l’allocation de son √©pargne entre placement immobilier et actif financier. Nous expliquons aujourd’hui une approche globale sur ce sujet.¬†

Récession et nouvelle donne économique

Vendredi dernier, l’INSEE a publi√© les chiffres de la r√©cession en 2020, et ils ne sont pas glorieux.¬†

Comme on le voit, en valeurs “corrig√©es des variations saisonni√®res”, le produit int√©rieur brut fran√ßais a subi un sacr√© choc en 2020, avec une baisse d’environ 100 milliards ‚ā¨ au premier trimestre et une “remontada” tr√®s inf√©rieure au montant initial. Et comme le montre l’INSEE, l’ann√©e a fini sur une nouvelle chute du PIB que rien n’a corrig√© depuis.¬†

Autrement dit, si la baisse du PIB “n’a √©t√© que” de 8,3% en 2020, chiffre cataclysmique mais inf√©rieur aux 10 ou 11% annonc√©s un temps, le retour √† la prosp√©rit√© devrait √™tre beaucoup plus long que pr√©vu. Et, d√®s 2021, les 6% de croissance annonc√©s par Bercy devraient relever de la poudre de perlimpinpin.¬†

Bref, il y a ici une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle est que 2020 a √©t√© moins terrible qu’on ne le pensait, notamment gr√Ęce √† un √©t√© plut√īt prosp√®re. Mais la mauvaise nouvelle est que le retour √† la normale sera beaucoup moins rapide que pr√©vu, s’il a le bon go√Ľt d’intervenir un jour.¬†

Les inconnues √©conomiques p√®sent sur l’√©pargne

Comme nous le r√©p√©tons souvent, les grandes tendances macro-√©conomiques ont, plus que jamais, un impact direct sur les placements individuels et la gestion de l’√©pargne. On voit bien aujourd’hui que l’augmentation exponentielle de la dette publique, l’effondrement des recettes fiscales, le cataclysme √©conomique qui menace l’activit√© priv√©e, ne seront pas sans cons√©quences profondes et durables sur les arbitrages en termes de placement.¬†

Concr√®tement, les march√©s financiers sont plus que jamais expos√©s √† des risques d’instabilit√©, et les achats de dette souveraine fran√ßaise deviennent de plus en plus douteux. D’autant plus douteux que les ministres du gouvernement Macron ne manquent pas une occasion de rappeler que la signature de la France rassure les investisseurs √©trangers : en communication, on ne prend soin d’√©noncer que ce qui ne coule pas de source.¬†

Repenser son mix patrimonial

Dans ce cadre fluctuant, chacun comprend intuitivement que la donne macro-√©conomique qui s’annonce modifie consid√©rablement les termes d’arbitrages patrimoniaux qui ont pu √™tre rendus ne serait-ce qu’il y a trois ou quatre ans, lorsque la dette publique √©tait inf√©rieure √† 100%, et lorsque la France pouvait encore imaginer qu’elle disposait des leviers n√©cessaires pour s’assurer une croissance longue et solide.¬†

Désormais, il faut intégrer dans les anticipations plusieurs paramètres essentiels :

  1. une incertitude grandissante sur le remboursement des dettes publiques
  2. ¬†une volatilit√© boursi√®re et des march√©s financiers qui rend l’acc√®s aux march√©s extr√™mement risqu√©
  3. une tentation fiscale qui risque de jouer bien des tours, notamment aux propriétaires immobiliers

Face √† ces param√®tres nouveaux, il faut commencer √† interroger les opportunit√©s d’hier, pour comprendre ce qu’elles sont devenues aujourd’hui et surtout ce qu’elles seront demain.¬†

En particulier, il faut comprendre quelle sera l’allocation la moins al√©atoire dans le mix patrimonial de demain :

  1. quelle part accorder aux placements financiers dans l’√©conomie g√©n√©rale de son √©pargne ?
  2. l’immobilier est-il un placement d’avenir ?
  3. les produits d’√©pargne traditionnels (notamment l’assurance-vie) sont-ils encore des solutions ?
  4. quelle place accorder aux mati√®res premi√®res et aux monnaies, qu’il s’agisse de l’or ou m√™me des bitcoins ?

L’expatriation et l’impatriation

Sur tous ces points, nous avons largement recommand√© les bienfaits de l’expatriation depuis plusieurs semaines. Nous pensons en effet que, sans un choc externe majeure, la France c√®dera √† une tentation maduriste qui lui jouera bien des tours, dans cette illusion que tout peut se r√©soudre par de simples annulations de dettes et par des nationalisations exp√©ditives, sans prendre le temps de nettoyer ses √©curies d’Augias.¬†

Toutefois, pour ceux qui n’auraient pas la facult√© de s’exiler pour sauver leur patrimoine, nous nous proposons d’apporter, dans les prochaines semaines, des suggestions pour √©chapper au pire.

Rendez-vous √† tr√®s bient√īt !

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

Abonnez-vous à cette newsletter quotidienne gratuite, énergisante, qui vous dit l'essentiel pour rester libre dans un monde de plus en plus autoritaire.

About Post Author

7 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer