Les intentions de vote pour le RN sont-elles sous-estimées ?

Le RN peut-il créer une vraie surprise dimanche ? Le premier tour des élections régionales approche, dans une apparente indifférence de l'opinion publique. Mais il faut peut-être se méfier de l'eau qui dort. Rien n'exclut que les intentions de vote (déjà élevées) en faveur du Rassemblement National ne soient sous-estimées et que le signal envoyé par les électeurs à la caste politique ne soit plus disruptif que prévu. D'ores et déjà, plusieurs régions pourraient passer entre les mains du parti. Mais sommes-nous au bout des résultats qui tomberont dimanche ?

Et si les intentions de vote en faveur du Rassemblement National étaient minorées dans les sondades d’opinion, comme c’est traditionnellement le cas pour ce parti ? Déjà apparente première force politique du pays, le RN en “a-t-il encore sous la pédale”, avec des espérances de vote très supérieures à celles que les instituts lui prêtent aujourd’hui ?

Si tel était le cas, le pays vivrait un véritable séisme qui marquerait incontestablement une étape forte dans le déclin de la Vè République. 

Le RN déjà en tête des intentions de vote

Nous l’avons déjà évoqué, dans l’ensemble des régions, le RN occupe les premières places dans l’échiquier politique, quand ce n’est pas la première place directement. Manifestement, cette situation ne s’arrange guère au fur et à mesure que le scrutin se rapproche. Il semble à peu près acquis que le parti de Marine Le Pen décrochera au moins deux régions : la Provence et le Grand-Est, et qu’il en a préempté deux autres : la Bourgogne et le Centre-Val-de-Loire. 

Toute la question est désormais de savoir si ces sondages reflètent fidèlement la réalité, ou s’ils minorent l’inclination des Français pour un parti encore qualifié d’extrême-droite. 

Une difficile épreuve électorale pour Macron

Dans tous les cas, le moment devrait être difficile à passer pour Emmanuel Macron, dont les troupes se trouvent partout en grande difficulté, sauf dans l’Ouest (Bretagne, Aquitaine, Pays-de-Loire), où les supporters du Président ont une chance d’éviter une déroute complète. 

Mais ailleurs, le parti majoritaire n’est même pas toujours sûr d’atteindre la barre des 10% qui permet de se maintenir au second tour. C’est notamment le cas en Occitanie. Mais la situation la plus dramatique est dans le Nord, où l’envoi de plusieurs ministres pour défendre les couleurs du parti majoritaire ne semble guère avoir modifié les intentions de vote. LREM se situe toujours autour de 10%, ce qui constitue un désaveu compliqué à gérer pour le Président. Les éclats de voix d’Eric Dupont-Moretti sur les marchés ne semblent pas devoir améliorer la situation. 

Une étape risquée

La part de l’abstention est encore inconnue. Mais, au contraire de la presse subventionnée ou mainstream qui aime à minorer l’importance du scrutin régional, la stabilité politique n’est pas garantie pour les prochaines semaines. Macron devra en tout cas, selon toute vraisemblance et à moins d’un retournement de dernière minute, entamer son année électorale 2022 sur des bases très compliquées à gérer. 

Abonnez-vous à notre newsletter Rester libre !

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

About Post Author

42 Shares:
19 commentaires
  1. Contrairement à beaucoup, je ne crois absolument pas :

    1) au rôle précurseur des régionales pour les présidentielles. Dans un an, tout cela sera oublié.

    2) à la possibilité de victoire de Marine Le Pen aux présidentielles. Sauf, peu-être, dans un cas : si Zemmour se présente et qu’il l’appuie pour le second tour, sinon, la victoire de Le Pen aux présidentielles, c’est juste un fantasme pour les gogos.

  2. “séisme qui marquerait incontestablement une étape forte dans le déclin de la Vè République”
    Le déclin de la Vème république a été amorcé sous Hollande et définitivement consumé avec Macron. Je crois, à l’inverse du précédent commentaire, que Marine Le Pen sera la prochaine présidente, et attend même cela avec impatience!

  3. En période d’Euro de foot, la mode est aux pronostics.
    Le mien est que, comme pour les précédentes échéances, le grand vainqueur sera le parti abstentionniste. Plus que tous les autres, le RN se prendra une belle déculottée et verra son nombre de voix s’effondrer.
    Gagner sans voix, voici de belles victoires à la Pyrrhus qui se profilent à l’horizon. Dans tous les cas, il faudra ramer pour 2022.
    Je vous souhaite un bon dimanche à la pêche.

  4. Le drame de la fronce, c’est que depuis 69, le citoyen n’a d’évidence jamais eu le choix entre les meilleurs, mais bien toujours celui du moins pire/nocif/gland/corrompu/abruti (comme il n’y a aucune mention inutile, ne rayez rien.)
     
    Vu que Marion est allée se faire adouber aux ZUSA par l’aipac, nul doute que sa poliotique ne changera pas d’un iota de celles des autres, tout au plus sera-t-elle cachée à la vue directe par de l’habillage sociétal et en sus, elle reniera _aussi_ sa position sur l’immigration sur commande – et comme son parti ne comporte pratiquement aucun ministrable sérieux, elle sera bien obligée d’aller piocher dans la fosse d’aisance, d’où ses appels du pied répétés à un front commun (pour ne surtout pas dire le mot “coalition”.)
     
    Quand on en est arrivé dans la situation dans laquelle se trouve ce pays, la seule chose qui reste à faire, ce sont les valises (et certainement pas pour les poser chez un autre membre de l’ue), parce qu’il ne peut finir que pire que la Grèce…

  5. voter RN ou pas?
    la seule différence entre RN et les autres c’est quoi?
    tous les partis de France ont le même programme économique de gauche, le même credo étatiste “état nounou”, la même soumission à l’UE, les mêmes idées confiscatoires, le même rejet du mérite et du travail, les même absurdités escrologiques ……
    la seule chose qui les distingue vaguement, c’est l’insécurité , le refus du grand remplacement et de ne pas vouloir accueillir toute la misère du monde!
    alors qu’est-ce qu’on risque d’essayé le RN?
    de plus le RN n’aura pas une majorité soumise aux deux chambres et donc encadré

    1. Bonjour . Désolé mais vous vous trompez, aucun parti hors la FI ou le Npa n’a un programme de gauche vu qu’aucun n’est anti-capitaliste. Parce que la vraie gauche c’est ça, défendre le peuple contre la grande bourgeoisie rentière. Essayer le RN? Si vous avez les moyens de supporter une continuation de la même politique anti-sociale, si vous pouvez vous payer du privé (cliniques, écoles …) , alors allez-y. Mais le fascisme n’est jamais une solution. Votre éducation politique ne vous a pas fait comprendre la réalité de la lutte des classes. Cordialement

      1. Le fascisme est une dérive du socialisme, c’est aussi vrai pour Hitler que pour Mussolini, d’ailleurs tous les deux étaient marxiste-anticapitaliste . Ce n’est pas parce que les gauchistes pour ne pas avaler leurs cravates ont une fis de plus inversé le sens des mots que la réalité a été changée . W. Churchill a dit “dans quelques années, les fascistes se feront appeler anti-fasciste”, tout était dit et se vérifie tous les jours . Autant vous dire que votre éducation politique, à vous, pêche sérieusement par ses carences historiques et que de toute évidence, vous êtes le dernier à pouvoir donner des leçons de morale à 2 balles à qui que ce soit sur ce site, il y a des limites même à la bêtise que l’ignorance la plus crasse n’excuse pas .

    2. Surtout couper la fraude sociale en supprimant l’ensemble des aides diverses et variées données aux 25% de français (de papier pauvres). Et tout privatisé. Surtout la SNCF et la RATP, ces nids à grèves.

  6. La 5ème ne fonctionne que s’il y a périodiquement des « referendum »… évidemment suivi d’effet . Ce qui redonne une légitimité au pouvoir en place.
    le passage au quinquennat, avec élection concomitante des députés, dénature l’esprit des institutions et affaiblit la légitimité du pouvoir.
    Plutôt que changer les institutions, il nous faut peut-être, sur des sujets déterminés, des « referendum » d’initiatives populaires.

  7. Je ne peux rien prédire : pas mal de gens autour de moi disent vouloir s’abstenir, ce qui serait la grande chance pour la REM.

    Je leur ressasse la devise connue : « si vous ne savez pas pour qui voter, vous savez au moins contre qui le faire »…

    Pas sûre que je sois entendu mais, bon, on peut toujours essayer…

  8. Je ne dirai rien de mes espérances, lesquelles n’ont jamais rien eu à voir avec les sondages aux quels on peut faire dire n’importe quoi et son contraire.

    L’est pas mignon Dupont la joie sur la photo ? On dirait qu’il va mordre…

  9. Bonjour.
    Bon,je n’ai plus de télé depuis plus de 10 ans donc je suis peu envahi par la propagande droitière qui sévit sur les médias des milliardaires. Mais je sais qu’elle existe et qu’elle fait des ravage dans les têtes. En fait Lepen ne fait absolument pas peur au capital, au contraire, elle offrira la garantie d’une politique encore plus anti-sociale que Macron, donc les exploiteurs et les rentiers auront la belle vie et le bon peuple va pleurer du sang, encore plus.

    1. Si voulez nous faire chialer sur le bon peuple, sachez déjà que le”bon peuple” s’en sort toujours mieux dans les pays libéraux . Pour les exploiteurs je vous recommande la nomenklatura soviétique, elle fut un modèle du genre, et le peuple Russe ne fait plus la queue pour manger depuis que votre modèle a rejoint les poubelles de l’histoire . Si le modèle ne vous suffit pas il y en a 70 autres, tous dans les mêmes échecs, et toujours aux détriment de ceux qui ont été assez bêtes pour y croire

  10. Il y a des gens très bien, se dévouant autour d’eux en permanence, qui estiment inutiles de participer aux tragi-comédies électorales, sauf parfois aux municipales.

    Quoiqu’il en soit, en particulier pour rabattre la superbe du gagnant, on devrait devoir légalement donner aussi le pourcentage par rapport aux inscrits et aussi par rapport aux détenteurs (depuis plus ou moins longtemps) de la CNI.

    Par rapport à la population de la circonscription, ça serait souvent trop édifiant dans les circonscriptions urbaines aux départementales.

    On n’est pas éthiquement légitime quand on ne recueille pas au premier tour plus de 60 % des voix. Et pas non plus quand on gagne finalement une élection à une dizaine de voix près, parfois moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer