[PAYANT] Eric Zemmour au zénith dans les sondages mais il n’a que 150 promesses de parrainage par des maires

Cette semaine, dans "Les Droites de Husson": 1. Les sondages poussent-ils artificiellement Eric Zemmour? 2. Eric Zemmour aura-t-il les signatures pour se présenter à la présidentielle? 3. Pourquoi Marine Le Pen a raison de déprimer et LR a tort de paniquer

Les sondages poussent-ils artificiellement Zemmour?

Jeudi après-midi 7 octobre, j’étais assis au jardin du Luxembourg avec mon interlocuteur, un vieux routier des campagnes présidentielles à droite. L’un comme l’autre nous sommes rétifs au pass sanitaire; et nous pensons que les cafés et restaurants qui contrôlent ne méritent pas notre visite puisqu’ils se font complices du gouvernement. Et puis, mon interlocuteur, qui a connu l’Est d’avant la chute du Mur, sait que dans un grand jardin on a peu de chances d’être écouté. Non pas que nous ayons eu rendez-vous pour conspirer. Nous voulions échanger nos impressions, nos analyses, nos anecdotes. La même question nous travaille : la montée d’Eric Zemmour nous paraît trop rapide. Comme si les sondeurs avaient constaté la faiblesse de Marine Le Pen et se mettaient à pousser un autre champion, afin de sécuriser l’affrontement entre Macron et un candidat inéligible au second tour. Emmanuel Macron lui-même, ne serait-il pas tenté de faire monter Zemmour pour empêcher LR de présenter ? Il faut toujours se rappeler, cependant, que les hommes maîtrisent rarement l’histoire qu’ils traversent. 

Le hasard a fait que j’ai doublé Gérard Larcher, deux heures après avoir quitté mon ami, non pas près du Sénat, mais sur le quai du Thalys, le train qui mène à Bruxelles et Amsterdam depuis la Gare du Nord. “Si nous sommes au second tour, nous gagnons”, était-il en train de dire à son collaborateur. Mais précisément, comment le candidat LR arrivera-t-il au second tour avec un Zemmour et une Marine ex aequo autour de 15%? 

En fait, mon interlocuteur du Jardin du Luxembourg – je l’appellerai Monsieur “S”, comme “sondage” –  et moi étions d’accord pour dire que les commentateurs ne font pas une analyse assez fine de ce qui se passe:  

  • Zemmour, pour l’instant, ne mord pas tant que cela sur l’électorat populaire. Sa force est d’attirer l’électorat qui avait voté pour François-Xavier Bellamy – cela fait 4 % rapporté à l’abstention aux dernières européennes. Il prend prend 4%, en valeur absolue, à Nicolas Dupont-Aignan, tombé à 1% dans les sondages. Le voilà à 8. La question est de savoir quel est le réservoir de voix supplémentaire de Zemmour parmi: (a) les anciens électeurs de Fillon; (b) les électeurs du RN; (c) les abstentionnistes. 
  • Une chose est certaine, les transferts d’électeurs de Marine Le Pen vers Eric Zemmour sont encore limités. Ce qui se passe, c’est plutôt une démobilisation croissante de l’électorat de Marine Le Pen dans la suite du mouvement observé aux élections européennes. 

Disons, donc, que nous avions le sentiment avec mon interlocuteur, que Zemmour a sans doute fait une ascension de 7 à 12/13%. Pour arriver aux 15/16% des sondages actuels, il faut sans doute un coup de pouce, à chaque fois, des sondeurs, sur les deux derniers tests. On part du principe que le candidat est en ascension et on le pousse vers le haut dans la marge d’erreur. Surtout, les sondeurs ont tendance à penser que le vote Zemmour est sous-déclaré (comme le vote Le Pen ou le vote Trump) mais c’est, me dit Monsieur S., le contraire qui se passe: un certain électorat de droite veut envoyer un signal sur ce qu’ils veulent vraiment.  

Naturellement, la notoriété croissante d’Eric Zemmour pourrait l’amener à grimper encore dans les sondages une fois sa candidature déclarée.  Mais on peut aussi imaginer le phénomène inverse, une régression. En un mot, la question que se pose Monsieur S. est de savoir jusqu’à quel point Eric Zemmour relève de la bulle médiatique; et jusqu’où il s’agit d’une percée substantielle. 

Eric Zemmour aura-t-il les signatures pour se présenter à la présidentielle?

La campagne Zemmour à la tête dans les étoiles. Le candidat assimile vite les fiches qu’on lui prépare. Il a des formules toujours nouvelles dans son sac. Et donc il mitraille les positions de ses adversaires à un rythme impressionnant. Une fois que l’on a dit cela, on retombe dans les contingences de l’organisation d’une campagne et l’on identifie un certain nombre de dysfonctionnements: 

  • d’abord, plusieurs des personnes que j’ai interrogées et qui ont volontiers écrit des notes pour l’équipe Zemmour me disent être frappés par le décalage entre l’équipe de “technos” rassemblée par Sarah Knafo et les propos du candidat. En politique étrangère, on peut passer du gaullisme zemmourien à un discours très “officiel” et macrono-compatible lorsqu’on échange avec l’équipe rassemblée par la jeune énarque qui fait actuellement office de chef d’orchestre de cette pré-campagne improvisée. Mes interlocuteurs me disent : si s’est pour avoir au bout du compte un nouveau Sarkozy, dont les intuitions souvent justes finissaient à la sauce techno, non merci. 
  • ensuite, de semaine en semaine, mes interlocuteurs ne remarquent pas une véritable accélération dans la structuration de l’équipe de campagne. On va voir ce que donne l’arrivée de Jean-Paul Bolufer – que nous vous avions annoncée la semaine dernière et qui rejoint l’équipe pour commencer comme “chef de cabinet” d’Eric Zemmour. Pour l’instant, on continue à me décrire un chaos “knafocentré” moyennement sympathique dans la mesure où, si vous venez, on prend ce que vous donnez; et si vous repartez, après quelques semaines de frustration, c’est sans que personne ne vous remercie ni ne vous dise au revoir – sans aucun dédommagement financier, non plus. 
  • enfin, le problème le plus aigu est celui des signatures de parrainages. 

Toutes les personnes à qui j’ai demandé me confirment que l’équipe de campagne n’a pas encore pris la mesure de l’exercice. Actuellement, selon mes sources, on serait à 150 promesses de signatures, seulement. Et le principal défaut de la campagne de collecte vient de ce qu’elle n’est pas menée par des personnes ayant une expérience politique. Maintenant que les signatures sont publiques, pour atteindre les 500, il faut disposer d’au moins 750 signatures. On est très loin du compte. Certes le candidat n’est pas déclaré. Mais les vétérans des campagnes présidentielles vous diront que chaque journée compte. D’après nos informations, Marine Le Pen serait actuellement à 350 promesses et au Rassemblement National, on trouve que ça ne va pas assez vite. 

Pourquoi Marine Le Pen a raison de déprimer et Les Républicains ont tort de paniquer

Au Rassemblement National, le déni c’est fini. L’enchaînement de plusieurs sondages qui mettent Marine Le Pen à 15 ou 16% – et même derrière Eric Zemmour dans un cas,  ont profondément secoué l’entourage de la candidate. Vous rappelez-vous, avant les régionales, quand je vous rapportais que Philippe Olivier se voyait déjà ministre des Finances et Jordan Bardella ministre de l’Intérieur?   Eh bien Bardella en est réduit à critiquer maladroitement Jean-Marie Le Pen déclarant au Monde qu’il n’excluait pas de voter Zemmour s’il était mieux placé: “C’est une partition qu’a longtemps jouée Jean-Marie Le Pen”, explique Bardella, “et que joue aujourd’hui Éric Zemmour. Cette radicalité, nous n’avons pas envie d’y retourner. Nous ne reviendrons pas au Front national”. Quant à Philippe Olivier, il se lamente devant ses interlocuteurs sur le mode: “Je ne comprends pas, nous avions fait tout ce qu’il fallait pour que ça réussisse”.

Comme nous le rapportions la semaine dernière, on essaie de faire revenir des vieux militants qui se sont éloignés. Sans grand succès pour l’instant. En fait, Marine Le Pen paie pour un gouvernement du parti très éloigné du jeu d’équilibres qu’avait l’habitude de pratiquer son père. Aujourd’hui, soit les militants ou les élus mis sur la touche au cours des purges successives ont décidé qu’ils iraient à la pêche le 10 avril 2022; soit ils font la campagne d’Eric Zemmour.  Marine Le Pen est repartie sur le terrain et elle saura faire campagne. Cependant, ce qu’elle fera restera dans des limites bien précises. Rappelons-nous ce sondage IFOP du mois d’avril dernier sur le potentiel de Marion Maréchal au premier tour d’une élection présidentielle: 28%. Eh bien, on peut dire sans beaucoup se tromper que le score de Marion Maréchal cumule celui de Marine Le Pen et celui d’Eric Zemmour. La somme de leurs deux scores à la présidentielle de 2022, s’ils sont candidats tous les deux, sera d’environ 28-30%. Si Eric Zemmour baisse, Marine remontera, et le contraire mais on restera dans ce total de 28%. 

En fait, les cartes sont en train d’être complètement rebattues à droite. Eric Zemmour, chroniqueur dans Le Figaro, auteur de best-sellers historiques, qui se paie le luxe de reprendre à son compte la thèse de Robert Aron sur De Gaulle et Pétain comme “le glaive et le bouclier”, tout en prétendant refaire le vieux RPR, est en train de casser le mur qui existait entre les droites depuis que François Mitterrand et Jacques Chirac avaient inventé un très imaginaire fascisme français contre lequel mobiliser un “front républicain”. Zemmour libère définitivement la parole, encore plus que Nicolas Sarkozy sdurant sa campagne de 2007. Regardez comme Xavier Bertrand et Valérie Pécresse n’ont qu’une préoccupation: ne pas laisser à Michel Barnier le monopole d’un discours ferme et pratique sur l’immigration. 

En fait,  Les Républicains n’ont aucune raison de paniquer devant la poussée Zemmour – même si beaucoup perdent leur sang-froid. Le pas-encore-candidat ne pourra pas tenir à ce rythme jusqu’en avril. Son idée de faire une campagne “à la Trump” n’est pas bonne car les Français ont besoin, à un moment, de croire dans la modération possible du candidat, son “polissage”.  Nous faisons le pari, pour notre part, que le choix du candidat LR, le 4 décembre – et toutes les informations internes qui remontent donnent un avantage à Michel Barnier – sera le point de départ d’un phénomène à double détente: une baisse d’Eric Zemmour avant Noël; puis un décrochage d’Emmanuel Macron en janvier. 

A condition de ne pas tomber dans le piège de critiquer Eric Zemmour personnellement et de reprendre ce qu’il y avait de bon dans la campagne de Sarkozy en 2007 – savoir parler aux électeurs les plus à droite des catégories populaires, il est possible pour un candidat LR de se retrouver au second tour. Mais pas comme l’imagine Gérard Larcher, en expliquant qu’on n’a pas “les mêmes valeurs” qu’Eric Zemmour car cela revient à dire qu’on n’a pas les mêmes valeurs qu’une partie de son propre électorat.  Xavier Bertrand s’est sans aucun doute sabordé le jour où il a non seulement dit préférer mais soutenu des communistes contre des candidats du Rassemblement National au deuxième tour des élections départementales le 25 juin; et son déclin dans les sondages semble désormais inexorable. Quant à Valérie Pécresse, qui ne progresse plus dans ces mêmes sondages, elle n’a jamais sérieusement penser aller chercher l’électorat ancré à droite que Nicolas Sarkozy avait su conquérir un temps. 

C’est donc encore une fois Michel Barnier, qui a pris un temps d’avance en prônant, dans le Figaro, “un électro-choc d’autorité” et en détaillant une politique sécuritaire qui vient compléter son “bouclier constitutionnel” sur l’immigration. Est-ce parce qu’il sent que ce pourrait être son seul adversaire sérieux qu’Eric Zemmour s’est mis à attaquer Michel Barnier

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

15 Shares:
5 commentaires
  1. Zemmour a tout intérêt à ne pas se déclarer avant d’avoir les 750 parrainages. Faire monter l’envie jusqu’en février. Laisser les clochards de LR La Ratatouille se bouffer le nez entre eux pour un plat de lentilles chez maqueron. Si édouard barbatrou pouvait se lancer en faisant exploser larem ce serait encore mieux, un ticket avec baillerou ce serait cool. D’une ça occuperait les media, de deux ça leur coûterait encore plus d’argent vu les panses à remplir. Zemmour n’a pas besoin d’une campagne chère. Bien au contraire une campagne à la Mahatma Bapu Gandhi le mettra à son avantage. Et svp encore 2 ou 3 socialo de gÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔche ça peut pas faire de mal à l’exaspération ambiante qui monte, qui monte, qui monte… Perso je continue de soutenir Marine —en forme— dont la France aura besoin quoi qu’il arrive.

  2. Zemmour n’a pas de véritable programme c’est un leurre total avec ses arabes et ses immigrés, n’oublions pas que on leur a vendus le vaccine et sa dictature sanitaire comme le migrant fut vendus aux français . Barnier est sa politique pseudo sécuritaire pas de programme n ont plus juste du pipeaux pour diriger les débats vers des voies de garages et faire délirer une fois de plus les français sur de faux problèmes , le seul programme qui vaille est la reforme totale de l’Etat, la dette, un audit sur les comptes de la république, une refonte totale des lois et de la fiscalité, de l’éducation ect ect, en deux mots , les travaux d’hercule le tout sur sur fond de refus des dictatures bureaucratiques mondialistes et d’effondrement énergétique (WSJ) ainsi que de ne pas entrer dans le royaume de la déglingue marconiste définitive et de l’effondrement systémique , vaste programme que biens évidement la droite française n’a pas le courage de formuler en tant que programme .Mais bon en politique il faut savoir nommer son ennemis si déjà la droite pouvait le montrer du doigt on aurait peut être déjà fait un petit pas à rebrousse chemin de la décrépitude . j’attends toujours de la part des trois guignoles en liste a droite, pour le moment silence totale sur la personne à extraire du pouvoir .

    1. Bonjour,
      Allez donc voir le programme de LCC22.
      Fabrice Grimal représente ce parti.
      Nouveau, réformateur avec RIC !
      Oublions une fois pour toutes ces politicards qui ont échoué. Il nous faut un NOUVEAU MONDE !

  3. Pouvez-vous expliquer le choix de la photo relative à la manifestation de soutien au Général De Gaulle qui illustre votre site ?
    Comme celui-ci le prévoyait, en réponse à un journaliste qui déclarait qu’il laisserait un vide après son départ, “Ce sera plutôt le trop-plein” a t-il rétorqué, et cela se confirme !
    Etonnant de constater à quel point les candidats se bousculent pour le “pouvoir” dans un pays qui n’est plus souverain dans une U.E devenue obèse, et ses diktats économiques, ni indépendant depuis son retour dans l’O.T.A.N, sans parler de sa destruction énergétique due à l’abandon du nucléaire…
    Qui va oser aborder ces sujets primordiaux ?

  4. si j ai un conseil ne tomber pas dans le piege
    edouard doit beaucoup a macaron il s est mis la pour leurrer les gens et ensuite donner les voix a macaron une personne sur you tube en parle très bien NE TOMBER PAS DANS LE PIEGE D EDOUARD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer