[PAYANT] Comment le Parti Communiste Chinois chercher à contaminer l’Occident avec ses virus financiers

Le Parti Communiste Chinois (PCC) ne semble guère ébranlé par la crise financière qui se profile, avec un éclatement de la bulle immobilière. Loin de vouloir éviter la crise, les autorités chinoises semblent plutôt décidées à la laisser éclater pour justifier une reprise en main de l'économie du pays. De là à penser que cette stratégie vise aussi à affaiblir l'Occident en le contaminant avec une crise financière, il n'y a qu'un pas. Une fois de plus, le Great Reset et sa théorie du Big Government modifient les analyses habituelles et pourraient mettre les épargnants du monde entier en situation difficile.

Le Parti Communiste Chinois ne donne pas dans la dentelle. Alors qu’un nouveau promoteur immobilier (Modern Land) vient de faire défaut, dans la foulée du numéro 2 du marché Evergrande, les déclarations officieuses du gouvernement chinois, rapportées par le Financial Times ne manquent pas d’inquiéter. 

Le Parti Communiste Chinois n’a pas froid aux yeux

Selon les propos rapportés, donc, la position du gouvernement chinois vis-à-vis des promoteurs immobiliers est d’ores et déjà arrêtée :

“At present, a small number of property businesses have exhibited the risk of debt defaults,” the interviewee said. “The reason lies in the poor management of the businesses, which have not yet been able to prudently operate in line with the changes in the market situation.”

(À présent, un petit nombre de promoteurs démontrent leur exposition au risque de défaut. La raison tient au management médiocre de ces entreprises, qui n’ont pas été capables de s’adapter à l’évolution du marché). 

Cette réaction laisse augurer d’une reprise en main du secteur immobilier par le gouvernement chinois. Le congrès a d’ailleurs d’ores et déjà adopté de nouveaux impôts sur les propriétés immobilières pour calmer la demande. Tout indique que la réponse politique à la crise ira dans le sens d’une étatisation renforcée de l’activité. 

Surtout, la stratégie en cours semble être de laisser la crise prospérer pour justifier une reprise en main globale d’une économie trop “libéralisée”. Rien n’exclut que le gouvernement chinois, d’ailleurs, n’envisage une contamination du phénomène aux économies occidentales pour les affaiblir. 

Crise immobilière et Great Reset

Progressivement, on comprend que Xi Jinping, qui n’est pas un tendre, ni un libéral façon Deng Xiaoping, s’apprête à laisser éclater une crise financière qui devrait ruiner les exubérances “capitalistes” de l’économie chinoise, mais pourrait aussi contaminer le monde. Cette option déjà déployée dans l’affaire du COVID 19, où les communications internes à la Chine étaient suspendues quand les habitants de Wuhan pouvaient facilement circuler dans le reste du monde, resseble beaucoup à une tentative de déstabilisation de l’économie mondiale. 

On ne peut ici s’empêcher de penser que la crise immobilière qui se fait jour n’est, pour le parti communiste chinois, qu’une pièce dans le puzzle d’un Great Reset géostratégique permettant à la fois de liquider la libéralisation de l’économie intérieure et de saper la prospérité de l’Occident. 

Nous maintenons donc notre pronostic d’une instrumentalisation de la crise qui pourrait déboucher sur un désordre mondial. 

Préparez-vous au pire

Face à cette éventualité qui se trouve confortée par un nombre croissant de signaux faibles, il faut actionner quelques manoeuvres d’urgence pour éviter la catastrophe :

  • tant que vous le pouvez, préparez-vous une zone de repli pour affronter les pénuries possibles dues aux ruptures dans les chaînes d’approvisionnement,
  • quittez le marché actions et précipitez-vous sur les valeurs refuges
  • constituez des stocks. 

Si le pire n’est jamais sûr, on le traverse mieux quand on s’y est préparé. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne perdez pas un instant

Recevez gratuitement chaque samedi matin la semaine de l'entrepreneur, l'indispensable synthèse d'actualité pour tous ceux qui entreprennent

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

20 Shares:
1 commentaire
  1. Il est vrai qu’on a vu avec Evergrande qu’ils veulent ne rembourser que les créanciers nationaux. Mais cela ne semble pas avoir été prémédité car leurs attaques précédentes, comme celles contre l’éducation privée n’était pas des secteurs avec spécialement des investissements étrangers. Donc tout cela va surtout limité els investissements étrangers qui vont maintenant considérés la Chine comme un investissement très dangereux. C’est aussi cela de ne pas être un vrai “état de droit”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer