La vaccination est-elle un marqueur social?

Par Roland Hureaux - A mesure que se durcit la campagne gouvernementale pour la vaccination universelle contre le covid, court le bruit que le vaccin serait un « marqueur social » : le faire vacciner, c’est montrer qu’on appartient bien à la société des gens raisonnables, acceptant le progrès scientifique, bons citoyens, respectant les autres pour éviter de les contaminer, faisant confiance à l’administration, comme à tout ce qui est officiel.

Roland HUREAUX

Ancien élève de l’ENS et de l’ENA, agrégé d’histoire, homme politique (ancien 1er adjoint au maire de Cahors), essayiste, auteur de nombreux livres et articles.Chroniqueur à Marianne2, Valeurs actuelles, Le Figaro etc.

Ceux qui sont contre sont des gens irrationnels, voire demeurés : ils ne croient pas à la science, comme   autrefois certains ne croyaient pas que la terre était ronde, ils sont spontanément rebelles à l’autorité, peu fréquentables ; ils ne font pas « comme tout le monde ».  D’ailleurs, les catégories les plus réticentes ne viennent-elles pas de marges suspectes : beaucoup   de « souverainistes » du genre Philippot, des « gilets jaunes », les gens des banlieues (on voit même des femmes voilées dans les manifestations) , l’outre-mer (comme on vient de s’en apercevoir avec le tour de vis féroce de Macron contre les Antillais rétifs au vaccin ), les cathos intégristes (pas les autres qui montrent au contraire une discipline exemplaire, comme ils avaient en majorité voté Macron.)

Il se peut que cette rumeur selon laquelle seuls des gens hors du « cercle de raison » seraient  hostiles au passe , ait été répandue à dessein pour presser le mouvement de vaccination.  Ce chantage social sournois peut   expliquer ce fait étonnant que, dans cette Gaule frondeuse, malgré les doutes de beaucoup  d’experts,  tant de gens se précipitent, à la demande de l ’Etat, pour se faire vacciner.

 

La peur de la mort

Mais cette précipitation peut s’expliquer d’autres manières. D’abord la peur de la mort, spécialement chez les personnes âgées, très répandue en ces temps d‘incroyance, y compris curieusement chez de supposés croyants. Confusément, le vaccin n’est pas seulement tenu pour une garantie contre une maladie précise, le covid, mais comme un acte magique destiné à exorciser la mort en général.

Ensuite l’esprit grégaire, que tout nourri que nous soyons des idéaux individualistes de la Révolution française, n’a fait que se développer dans la société moderne. Quand tombe la foudre, les animaux du troupeau se serrent les uns contre les autres, même sous les arbres où le danger est le  plus grand !   La stratégie qui a été adoptée pour riposter à l’épidémie :  annonces dramatiques, confinement, interdiction de promenades en plein air, transports de malades en surnombre par hélicoptère – parfaitement inutiles si les propositions de concours du secteur privé avaient été acceptées, tout cela a créé un climat d’anxiété sans précédent, d’autant plus stressant que le président français avait annoncé que nous étions « en guerre ».   Nous découvrons à cette occasion que plus on s’élève dans la hiérarchie sociale, plus on est discipliné et grégaire. C’est après tout normal : les plus gradés étaient les meilleurs élèves à l’école ; dans les grosses organisations publiques et privées qui se sont multipliées, on ne fait pas carrière sans discipline – voire, de plus en plus, sans conformisme.

 

La crise de l’ esprit critique

Il reste tout de même surprenant de voir l’absence d’esprit critique de la bourgeoisie française, devant des faits pour le moins troublants : l’interdiction de soigner faite aux médecins au moment où l’épidémie commence, sans précédent dans l’histoire de médecine alors que, d’après les courriels de Fauci, les   autorités sanitaires mondiales savaient dès le départ que ces traitements, le plus souvent, guérissaient le covid. Interdiction récemment réitérée en Guadeloupe où tous les médicaments susceptibles de guérir le covid , y compris le zinc, ont été retirés de l ’île.

Aucune conscience non plus chez des gens qui se croient plus éclairés que les autres, que les « vaccins » officiels de Pfizer and Co utilisent une technique nouvelle, qui se trouve toujours à l’état expérimental et qui n’a été autorisée qu’à titre provisoire : a-t-on jamais traité de milliards de personnes sur des bases scientifiques aussi incertaines ?  

Aucun esprit critique non plus face à la disproportion entre le déploiement d’un immense appareil d’Etat, qui n’a jamais autant mis en cause nos libertés, et les chiffres devenus résiduels, en France et presque partout ailleurs des cas et surtout des décès relevés : 44 le 15 août pour toute le France, dont 91 % au-dessus de 65 ans et 0 % au-dessous de 45 ans.  

Un sujet que presque personne n’apprend à l’école : le calcul de probabilité : des gens très cultivés et sûrs d’eux ne savent pas toujours la différence  entre une chance  sur cent et une chance sur cent  mille.

 

La fin de l’Etat hegelien

Il est clair que ceux qui suivent la consigne de vaccination générale croient encore à l’Etat hegelien, expression de l’intérêt général, s’appuyant sur une administration bien réglée au service exclusif de cet intérêt, comme on l’enseignait dans les manuels de droit public. L’intérêt général commande le vaccin ; comme dans toutes les épidémies, il faut faire des sacrifices, et ces braves gens (braves mais souvent féroces pour ceux qui ne partagent pas leur point de vue simpliste) s’exécutent. Ces bons Français disciplinés n’ont pas compris   que nous sommes entrés dans un monde nouveau :   pas le grand reset du vieux  Schwab, mais un océan de corruption et de mensonge étendus à la terre entière, particulièrement dans le domaine de la santé.

La quasi-unanimité de la presse, la censure de l’Internet, les poursuites judiciaires acharnées que risquent les dissidents empêchent de voir ce monde nouveau. Et s’ils le voyaient, ces honnêtes fonctionnaires qui avaient jusque là vécu dans un monde normal , comment en supporteraient-il le choc ? 

Une administration qu’ils présument régulière et seulement animée du souci du bien public ayant décidé que, pour se débarrasser du virus, il fallait vacciner le monde entier, les récalcitrants ne sont dans cette logique que des mauvais citoyens qui mettent en danger la vie d’autrui. Si on n’a aucun doute    que le vaccin est efficace et sans danger  pourquoi pas ?  Personne ne leur a donc dit  que les quatre vaccins à ARN messagers ont déjà tué 1000 personnes depuis le début de l’année, plus que tous les autres vaccins depuis 1970 (source : CNRS) !   Sans compter les suites à moyen terme encore inconnues.

Il est vrai que toute la bourgeoisie n’est pas devenue aveugle. Mais il faut aller dans ses très hautes sphères pour entendre, en France et à l’étranger, que les gens vraiment informés se font faire des certificats de complaisance. Chut ! que cela ne se sache pas.

Non, l’immense vague de protestation, non point contre le principe du vaccin comme le  disent ses détracteurs , mais contre ceux-là, qui ne sont pas de vrais vaccins, et surtout contre l’obligation imposée par des méthodes terroristes, chantage à l ‘emploi, à l’accès aux services publics et privés, aux spectacles, à la scolarisation, voire aux soins médicaux,  n’est pas que le fait d’hilotes !

Très peu de Français savent la différence entre un vrai vaccin et une application à caractère génique. Je gage qu’on la sait bien mieux chez les supposés illettrés qui manifestent que chez les bourgeois, grands et petits, qui font sagement la queue devant les vaccinodromes.  

La résistance n’est pas le fait de bêtes mais de gens lucides, de vrais citoyens, qui se tiennent au courant, attachés à leurs libertés et peut-être même à leur santé.

Article reproduit avec l’aimable autorisation de Roland Hureaux: LA VACCINATION EST-ELLE UN MARQUEUR SOCIAL ? – Le blog de Roland HUREAUX (over-blog.com)

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

269 Shares:
7 commentaires
  1. Une fois de plus, c’est quelque chose que l’on peut inscrire au débit de l’ednat, car depuis +40 ans, elle ne sert plus qu’à former des têtes vides, qui plus est, d’un con-formisme nâvrant, en un mot de bien gentils mougeons manœuvrables et corvéables à merci – il n’y a d’ailleurs qu’à observer les cotes (ou plus exactement, leur absence) de toutes ses “grandes écoles” à l’étranger pour voir la chute spectaculaire que la france a subie dans ce laps de temps (en dehors des gars’arts, et encore, c’est le néant total).
     
    Qui dit conformisme dit également obéissance imbécile, notamment aux zautorités – ça n’est pas complètement de la faute des gens, car lorsque l’on effectue des coupes sombres dans le français à l’école, ça se répercute à l’identique avec la pensée, puisqu’elle est avant tout caractérisée par le verbe – est-ce innocent, j’en doute très fort, ou alors, c’est de l’idiotie caractérisée, autre lot de la poliotique depuis +45 ans.
     
    De la même façon, pratiquer les mêmes coupes sombres dans la philosophie permet de former des gens qui en plus de ne pas penser (lire : penser en dehors des ornières bourbeuses du kandubien), sont incapables de disséquer une situation pour voir où et comment ça cloche et donc, arriver à se bâtir une opinion personnelle sans l’aide de personne – c’est malheureux à dire, mais pour ces gens, l’opinion, c’est ce que presse aux ordres et TV vomissent non-stop, dont tous ceux qui sont pourvu d’un cerveau correctement formé connaissent l’absence de valeur(s) et l’abrutissement caractérisé pour ce qui est de la TV – entre “chaînes d’infos” ne répercutant jamais celles qui vont contre la doxa ambiante dégueulée par ce qui sert de gouverne-ment à ce pays mourant et “séries” fabuleuses, qui consistent à faire croire qu’on largue un couple à poil dans une jungle où il ne survivraient même pas une heure en réalité, même armés de machettes, d’armes de poing et de fusils d’assaut chacun, tout ça est devenu stérile ; au moins, du temps de l’ORTF et avec seulement deux chaînes, il y avait certes de la censure sur certaines infos, mais au moins le reste des programmes apprenait des tas de choses aux gens de tous horizons.
     
    Le pire, c’est que les savoirs comme les savoir-faires meurent doucettement de vieillesse sans faire de bruit, finissant de vider le pays de sa substance tout aussi sûrement que la fuite du peu de cerveaux qui lui restent et la fuite des futurs entrepreneurs, nouveauté datant d’à peine 10 ans, les d’jeuns et moins d’jeuns se barrant par anticipation, sachant le calvaire qu’ils devraient affronter si jamais ils devaient commencer à réussir dans un pays qui punit systématiquement l’entrepreneur, ce qui les mettraient encore plus vite sur la paille à cause des caprices de gens qui n’en ont qu’une idée tellement éloignée de la réalité, éthérée et théologique de l’entreprise et de l’entrepreneur qu’un néant mental serait encore mieux. La ponktion publik bolchevico-française déteste les gens qui prennent des risques et encore plus lorsqu’ils gagnent (évidemment sans jamais se demander si les risques qu’ils prennent ne mériteraient pas une quelconque récompense, après tout, le seul risque que ces peigne-culs prennent dans leurs propres vies, c’est de traverser sans regarder.
     
    Avec un malade mental autoritariste et ne connaissant rien à la vraie vie à sa tête comme pause-caca, ce pays est totalement foutu et finira de crever tout comme l’UERSS l’a honteusement imposé à la Grèce, en la faisant dépecer par la lie des entreprises privées, celles spécialisées dans le capitalisme de connivence et bien incapables de survivre sans toutes ces compromissions.
    Et nul doute que demain soir, cet abruti pas fini va en remettre plusieurs couches… sauf que cette fois-ci, il y aura dedans celle de trop…
     
    La france est morte, vive la france, tirez la chasse et passez au pays suivant.

  2. “on ne fait pas carrière sans discipline – voire, de plus en plus, sans conformisme”
    “Un sujet que presque personne n’apprend à l’école : le calcul de probabilité : des gens très cultivés et sûrs d’eux ne savent pas toujours la différence entre une chance sur cent et une chance sur cent mille”
    Je confirme qu’être “non conformiste”, c’est-à-dire simplement demander “Pourquoi ?” quand quelqu’un vous dit “Voici la solution au problème posé”, est très très mal vu dans les grandes entreprises.
    Si en plus vous avez de la mémoire (ou un bon rangement !), ce qui vous permet de demander “Pourquoi vous dites l’inverse de ce que vous disiez l’année dernière ?”, là, vous êtes complètement grillé !
    Quant aux calculs de probabilité, plus personne ne comprend que beaucoup de choses (une décision, un choix, etc.) ont une certaine chance de réussir, mais que ce n’est jamais 100%.
    Par exemple, si on est en charge de faire des prévisions de vente, on doit donner le résultat des études de marché et/ou de modélisation, par exemple 127 000 exemplaires vendus, mais, si on vous demande “Quelle chance d’avoir cette valeur ?”, si vous répondez la vérité mathématique “Quasiment nulle” (car il est presque impossible que cela tombe exactement sur 127 000), là, personne ne comprend que c’est la question qui est idiote et qu’il faut raisonner en intervalle de confiance, notion bien trop compliquée pour un dirigeant d’aujourd’hui, surtout s’il est énarque !
    D’un autre côté, cela permet de vivre avec sa conscience en paix car vous ne vous levez pas le matin en vous disant “Quelle saloperie vais-je devoir faire aujourd’hui sur ordre de ces patrons incompétents et mafieux ?”.

  3. Georges Orwell, “visionnaire raisonnable”, écrivait déjà dans ses « Chroniques du temps de la guerre » (1941/1943) : « Si des gens comme nous comprennent la situation bien mieux que les prétendus experts, ce n’est pas parce qu’ils auraient un quelconque pouvoir de prédire des événements particuliers, mais parce qu’ils ont celui de saisir dans quel type de monde nous vivons ».

  4. J adore c’est super! ” marqueur social’ pour ma part je n’ai aucune envie d’être assimilé de loin ou de près à cette bande de beubeu avec leurs petites croyances à la con et leur peur de la mort . Incapable de penser logiquement ces gens et de ce poser les bonnes questions car peut être que leurs vies seraient meilleurs dans l’au delà plutôt que dans l’au delà ici bas , pourquoi pas !

  5. Excellente analyse !
    Dans la conclusion, je rajouterais que les résistant-e-s sont également attaché-e-s à l’intérêt général et aux droits des générations futures. Peut-être même est-ce leur priorité !.. Sans doute même !!..
    Et ainsi sont-ils exactement l’inverse de “mauvais citoyens qui mettent en danger la vie d’autrui”..
    Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir..

  6. C’est passionnant, merci beaucoup ! Quelquefois les gens comprennent…. Ma responsable (j’étais aide à domicile…. J’ai démissionné) était À FOND pour les injections. Avec des arguments forts “regardez, je me suis vaccinée il y a une semaine et je n’ai RIEN vous voyez vous pouvez le faire aussi !!!!!”
    Finalement, 1) après sa troisième dose, elle a annoncé à son chef qu’elle ne ferait PAS la quatrième !!!
    2) Elle envisage d’attraper volontairement le covid !
    3) Elle a dit ” à force on va devenir phosphorescent, je ne veux pas briller dans la nuit moi !”🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣
    Ça m’a donné beaucoup d’espoir…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer