Efficacité du vaccin Pfizer : pourquoi il est légitime de douter

Avi Morris est le pseudonyme d'un chercheur et universitaire israélien qui, depuis plusieurs semaines, nous apporte ses observations de la campagne vaccinale contre la Covid-19 via l’ « exemple » israélien.

Notre dernière contribution était à peine en ligne qu’apparaissait le variant Omicron. Comme si, finalement, la politique vaccinale se cognait contre le réel, pour reprendre une expression de Jacques Lacan.

Pratiquement, Israël est le premier pays à avoir autorisé :

  • la 3ème dose à l’ensemble de sa population ;
  • la vaccination des enfants de 5 à 11 ans ;
  • la vaccination des enfants à partir de 6 mois.

Très rapidement, une étude a montré, à partir des tests réalisés à l’aéroport de Tel-Aviv, seul endroit où vaccinés et non-vaccinés sont testés, que le booster n’empêchait nullement la contamination. Pourtant, les vaccinés trois doses étaient dispensés d’isolement, à la différence des non-vaccinés.

Aujourd’hui, quelles sont les règles applicables ?

  • en cas de retour d’un voyage à l’étranger, vaccinés comme non-vaccinés doivent s’isoler et faire un test après 3 jours.
  • le pays est fermé aux personnes ne disposant pas de la nationalité israélienne quand bien même elles auraient reçu 3 doses ;
  • le gouvernement déconseille tous les voyages à l’étranger et est prêt à fermer les frontières.

Mais ce n’est pas tout : nous rappellerons que les frontières du pays n’ont été ouvertes finalement que moins d’un mois depuis juillet 2021 !

Donc, le vaccin est supposé protéger mais il faut rester enfermé ! De la même manière qu’une fois vacciné, il faut arrêter de faire du sport pour éviter un arrêt cardiaque face à la recrudescence des sportifs qui s’effondrent en pleine activité.

Face à cela, comment réagit le gouvernement israélien ?

  • il renforce les mesures discriminatoires à l’encontre des non-vaccinés, comme s’il fallait trouver un bouc émissaire pour justifier l’échec du Pfizer ;
  • il envisage de restreindre l’accès aux écoles aux enfants non-vaccinés ;
  • il augmente le budget publicitaire en faveur de la vaccination – pour donner un ordre de grandeur, le budget pour en matière de protection des femmes battues représente 1 % du budget publicitaire du ministère de la santé – le même ministère considère que le gouvernement ne dispose plus des fonds nécessaires pour financer les nouveaux traitements contre le cancer ;
  • il s’apprête à autoriser l’inoculation d’une 4ème dose – au passage, toujours la même dose ! Pratiquement, cela permet toujours au gouvernement d’affirmer que seuls les non-vaccinés sont frappés par le variant.

Pfizer n’a pas été capable de s’adapter au variant Delta.

Pfizer a affirmé que dans 100 jours, il pourrait mettre un vaccin qui tiendrait compte du variant Omicron. Et, comme par hasard, finalement, le plus simple c’est l’abonnement à la dose initiale qui n’a pas vraiment démontré son efficacité.

Comme dirait le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, il faut avoir une « croyance absolue » dans le vaccin. Pendant ce temps, le nombre de parents en Israël qui signale à leur médecin traitant des effets secondaires nécessitant un traitement après l’injection de la première dose à leurs enfants explose.

Abonnez-vous à notre newsletter

La quotidienne gratuite

Rester libre !

Pour échapper à la dictature sanitaire, une newsletter énergisante chaque matin dans votre boîte mail

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

110 Shares:
3 commentaires
  1. Parce que la simple impéritie à une telle échelle a bon dos, comment interpréter ces absurdités innommables : 1. purement anthropologique et dans la lignée d’Auguste Comte, comme une régression à la phase théologique de l’histoire de la civilisation, une sorte de tête à queue de l’esprit scientifique revenu au fétichisme, ou selon Freud une liberation de la pulsion de mort des coches sociales dominantes. Pour résumé une mise à jour du mythe de la tour de Babel ; 2. ou tout simplement comme un complot des élites selon un projet frankensteinnien de protection de leur pouvoir à l’heure où il y a de moins en moins besoin des petites mains ?
    Il faut trouver un sens à ce qui se passe.
    Sans compréhension il ne peut avoir de contre-action adaptée. Il faut donc trouver un Start pilote… Comme disait Comte il vaut mieux une fausse théorie (ce qui n’est pas la même chose qu’une théorie fausse…) que pas de théorie du tout.

  2. Malheureusement grâce à leurs dirigeants, la population israélienne risque de diminuer suite aux effets de cette politique surtout dans la population des jeunes en âge de pro-créer ( c’est peut-être le but?).
    Cela réglera le problème avec les palestiniens…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer