“Là où l’on brûle des livres, on finit toujours par brûler des hommes” (H. Heine). Le fascisme des étudiants gauchistes américains en action!

C'est une petite vidéo publiée sur TikTok. Elle dit en quelques images la réalité de la "Cancel Culture". On voit des étudiants américains en train de sélectionner des livres d'auteurs "blancs" puis les jeter à la poubelle afin de procéder à une "décolonisation" de leur bibliothèque universitaire. C'est le moment de se rappeler la célèbre citation de Heine, et de l'adapter: "Là où l'on jette des livres, on finit toujours par jeter des hommes!"

C’est un compte très instructif à suivre sur les réseaux sociaux. Une Américaine conservatrice, anonyme jusqu’à maintenant, collectionne les vidéos témoignant de la “Cancel Culture”, de l’enfermisme covidiste et d’autres folies idéologiques contemporaines.  Tik-Tok est sa base mais elle relaie systématiquement les vidéos sur les autres réseaux sociaux (Twitter, Instagram, Nitter, Gettr): si bien qu’un journaliste a décrit son projet – bénévole – comme une sorte d’empire des médias sociaux. 

Libs of Tik-Tok publie des vidéos qui lui sont envoyées par des individus pouvant attester de l’identité des personnes, du lieu etc…. Les vidéos publiées anonymisent, bien entendu l’auteur de la vidéo et les personnes concernées. Nous vivons dans l’atmosphère de peur que sécrètent les modernes Gardes Rouges. 

La réalisation du livre prophétique d'Allan Bloom

En fait, nous sommes arrivés au bout du processus qu’avait anticipé Allan Bloom dans son ouvrage intitulé dans la version originale The Closing of the American Mind (que l’on pourrait traduire de manière expressive comme “le rétrécissement de l’esprit américain” ou “quand l’esprit américain devient complètement borné”). En français, le livre a été traduit sous le titre L’âme désarmée, ce qui rend hommage à l’enracinement de l’auteur dans la philosophie classique.  Mais cela fait passer à côté de la description concrète du déclin intellectuel des campus américains où les vagues successives de Marcuse, de la French Theory, de l’utilitarisme néo-libéral, du gender, du décolonialisme etc….ont d’abord tué les facultés de sciences sociales, avant de se transformer en instrument de terreur de la vie sur les campus (obsession du harcèlement sexuel, culture de l’excuse permanente, obligation pour les professeurs d’annoncer des contenus pouvant être choquants) puis de fer de lance de la Révolution Culturelle à l’américaine dans les rues des grandes métropoles (en particulier avec Black Lives Matter)

Les pauvres hères, intellectuellement parlant, que l’on voit sur la vidéo de Tik-Tok. jettent à la poubelle les livres d’auteurs “blancs”. On a un livre sur la faune animale en Afrique mais aussi un ouvrage sur la démocratie et….Rousseau ! La révolution finit toujours par dévorer ses enfants. 

Le grand poète Heine avait, à propos d’auto-dafés, commis par des étudiants allemands nationalistes en 1817, eu cette formule saisissante: “Là où l’on brûle des livres, on finit toujours par brûler des hommes. Effectivement, les autodafés nazis de 1933 ont mené aux chambres à gaz d’Allemagne (euthanasie) et de Pologne (Shoah). Il faut prendre Heine au sérieux et se dire que des étudiants qui jettent des livres à la poubelle annoncent la possible émergence d’une mentalité génocidaire. C’est pourquoi il est urgent que tous ceux qui entretiennent et développent  culture judéo-chrétienne – celle qui a légué la liberté à l’ensemble du monde, que cela plaise ou non à nos modernes Gardes Rouges – s’organisent et prennent les moyens de contenir les petits monstres totalitaires que nous avons sous les yeux sur cette vidéo. Ils ont l’air bien propres sur eux mais ils sont les meilleurs alliés du “fascisme gris” qui tente de détruire la démocratie en Occident. 

Abonnez-vous à notre newsletter

Les droites de Husson

Soyez les premiers à connaître les 1001 secrets des droites françaises à l'approche des élections présidentielles. La lecture intégrale de cette lettre est comprise dans l'abonnement à 9,90 €/mois !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

44 Shares:
13 commentaires
    1. Les Bibliotaiques? Vous plaisantez. Sa première cible:
      – le mâle blanc (vert de trouille)
      – cis-genre tendance gynophile. Et plus particulièrement:
      http://hommepuma.com/definition_homme_puma.php
      -et surtout, last but not least, partisan farouche (normal, c’est un puma) de la procréation bio.
      – C’est sur ce dernier point que réside la contradiction idéologique de la Mère Cougar Rousseau.
      Je n’en dis pas davantage, sinon elle va me jeter un sort!

  1. “En même temps”™, ça n’est pas comme si les zaméricains avaient déjà eu une grosse ouverture d’esprit, on peut d’ailleurs même dire le contraire… Et le pire, c’est qu’ils n’apprennent jamais de leurs erreurs poliotiques comme stratégiques – seulement, aujourd’hui, ce genre de comportement coince partout.

  2. Monsieur Husson,
    “Effectivement, les autodafés nazis de 1933 ont mené aux chambres à gaz d’Allemagne (euthanasie) et de Pologne (Shoah).”
    Etes-vous bien sûr de ce que vous dites sur la Pologne qui aurait participé à la Shoah, voire d’après ce que l’on pourrait en déduire aurait été l’artisan de la Shoah ? Je crois que vous allez recevoir un retour de bâton de l’ambassadeur de Pologne en France si vous ne rectifiez pas cette contre-vérité historique. Pendant la Shoah, la Pologne était occupée par l’Allemagne nazie. Faîtes-vous parti des révisionnistes israéliens, voire allemands, pour ne pas connaître ce fait historique ?

  3. Sans vouloir faire de l’explication de texte , monsieur Husson a voulu parler des chambres à gaz « en » Allemagne et « en » Pologne . Le « de » est moins bien choisi , mais tout le monde avait compris. Quant au vrai sujet de l’article, il révèle le début de la fin de la civilisation occidentale s’il n’y a pas de prise de conscience du danger et un sursaut.

  4. Il y a une face sombre de l’histoire de la Pologne occupée. C’est celle qui a été révélée par le livre de Jan Gross, “Les voisins”, paru en 2000 .Jan Gross révèle le pogrom de Jedwabne, en juillet 1941. Dans cette petite ville du Nord-est de la Pologne, l’arrivée des Allemands dont l’invasion succédait à celle des Soviétiques, presque deux ans plus tôt, donna lieu à des scènes de pogrom antisémite atroces. Plusieurs centaines de Juifs furent battus à mort, d’autres enfermés dans une grange à laquelle des Polonais mirent le feu. Et ce n’est pas l’unique cas où des Polonais participèrent à des massacres de leurs compatriotes juifs.”https://www.franceculture.fr/histoire/interdire-les-camps-de-la-mort-polonais-comprendre-la-controverse.

  5. Vous me faites bien de la peine en soulignant ces pogroms de Polonais contre des compatriotes juifs comme si vous vouliez mettre leur intensité au niveau du massacre industriel des juifs polonais par les Allemands. Il y en a eu sans aucun doute comme ils ont existé dans de nombreux pays d’Europe de l’Est mais n’oublions pas que de nombreux Polonais ont caché et sauvé de nombreux juifs polonais, à commencer par mes grands-parents maternels polonais en France qui y ont risqué leurs vies. Rappelons quand même que la Pologne fut le pays européen ayant accueilli le plus de juifs de tous les pays européens au cours de son histoire. De mémoire 5 millions sur une population de 35,1 millions d’habitants en 1939 et à la fin de la guerre, 19,1 millions. Le premier recensement d’après-guerre dénombre une population de 23,9 millions d’habitants. On en dénombre environ un demi million en France et certains Français trouvent qu’ils sont déjà trop nombreux. Alors imaginez l’état d’esprit de certains Polonais avec 5 millions !!! Vous ne pouvez pas le comprendre pour ne pas l’avoir vécu comme mes grands-parents et parents. Le gouvernement polonais a inscrit dans la loi l’interdiction de parler de la Shoah (hébreu : שואה, « catastrophe ») en y englobant les Polonais et l’Etat polonais dans cette entreprise d’extermination industrielle allemande, ce qui est punissable. Toute tentative de laisser à penser que la Pologne aurait participé à la Shoah semble avoir pour arrière-pensée la réclamation de dommages et intérêts initiée par des organisations juives américaines 77 ans après la fin de la guerre ! Mes grands-parents polonais ont perdu beaucoup de biens en Pologne suite à l’arrivée des communistes au pouvoir après guerre mais ils ont passé par pertes et profits ces biens car ils n’ont reçu aucune aide d’organisations cultuelles mercantiles pour les aider à les récupérer. En fait, il existe un département pour la récupération des biens français confisqués partout à l’étranger au sein du ministère des affaires étrangères français qui aurait pu prendre leur défense sur le plan diplomatique. On attend encore… 77 ans après.
    .

Répondre à jean-pierre Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer