[PAYANT] La stagflation pourrait arriver : comment y réagir ?

La stagflation est désormais dans toutes les conversations. Cette conjonction d'inflation et de stagnation économique, telle que nous l'avons connue dans les années 70 (pour les plus jeunes d'entre nous...), est une véritable plaie, dans la mesure où elle érode les patrimoines sans possibilité de les augmenter réellement. La stagflation est une ère d'appauvrissement des classes moyennes qui doit vous faire réfléchir ! car la caste mondialisée refuse d'en entendre parler... et risque bien de vous ruiner. Voici quelques conseils pour vous en sortir.

La stagflation est un moment difficile à passer : elle pousse les prix à la hausse, et même à une hausse rapide, sans que la croissance économique ne permette réellement de compenser ses effets. La stagflation appauvrit donc l’épargnant et enrichit le spéculateur.

Certains annoncent son retour comme une chose certaine. 

Il était indispensable de faire le point sur le sujet pour éviter les mauvaises manoeuvres. 

La stagflation est-elle de retour ?

Certains commentateurs affirment dur comme fer que la stagflation est de retour. Elle cumulerait une forte hausse des prix avec un fort ralentissement de la croissance. 

Il est probablement un peu hâtif de prendre une position aussi tranchée sur la question. 

Ce qu’on peut affirmer de façon certaine aujourd’hui, c’est que :

  1. l’inflation flirte avec les 8% annuels aux USA
  2. nul ne sait jusqu’où elle montera en Europe, à commencer par la zone euro
  3. Christine Lagarde indique que son scénario privilégié n’est pas une inflation à 8% en 2022, mais elle ne l’exclut pas…
  4. l’inflation aux USA est due à l’application des principes de la Modern Monetary Theory prônés par le Great Reset, et résulte de ce que cette théorie appelle la “Demand-Pull”
  5. l’inflation en Europe et aux USA vient aussi du “Cost-Push”, c’est-à-dire de l’augmentation des coûts de production (notamment du fait de la guerre en Ukraine)
  6. la BCE considère que ce Cost-push est transitoire et que l’inflation ralentira en 2023
  7. l’impact de la guerre en Ukraine sur la croissance est admis, mais là encore, la BCE le considère comme transitoire, et n’envisage pas de récession. 

On voit donc qu’il n’existe pas de consensus clair aujourd’hui, et que l’arrivée imminente ou non de la stagflation dépendra de la gravité (et de la durée du conflit en Ukraine). 

Nous avons déjà souligné que le conflit pourrait gravement désorganiser les travaux agricoles du printemps, nécessaires pour la récolte de céréales en Ukraine… Dans cette hypothèse, le pire pourrait survenir. 

On ne sera pas étonné que la BCE, qui apporte un soutien politique à la position européenne (et américaine) sur l’Ukraine, minore les inconvénients de ses choix. Mais, en l’état, on peut raisonnablement dire que le risque de stagflation existe, mais qu’il n’est pas encore réalisé. 

La stagflation, angle mort des banques centrales

Le sujet inquiétant n’est pas probablement pas que la stagflation survienne. Il est plutôt, de mon point de vue, que les banques centrales sont aujourd’hui dominées par la Modern Monetary Theory, qui prône les dépenses publiques à outrance et qui peine à analyser la stagflation. 

Pour cette théorie monétaire qui a émergé dans les années 80, la stagnation s’explique par l’insuffisance du crédit bancaire, et l’inflation par une trop faible pression fiscale. 

Concrètement il suffirait donc d’imposer massivement les classes moyennes et de relancer le pouvoir d’achat des plus pauvres pour vaincre le phénomène. 

Le temps que ces vieilles recettes remoulinées dans un nouvel emballage ne se dégonflent, on comprend le mal qui sera fait : contrairement à ce qu’Emmanuel Macron a annoncé sur sa politique fiscale en cas de réélection, il soumettra les classes moyennes à la torture fiscale pour lutter contre la hausse des prix, à la demande même de la banque centrale. 

C’est ici qu’il faut faire attention car, structurellement, les patrimoines moyens devraient beaucoup souffrir lors du prochain quinquennat. 

L’or plutôt que l’immobilier

Dans un univers aussi mouvant et incertain, on prendre donc bien garde à ne pas procéder à des arbitrages trop rapides. 

Depuis plusieurs semaines, nous vous recommandons de privilégier les valeurs d’usage, plutôt que les placements financiers. Si vous avez suivi nos conseils, vous vous êtes donc prudemment dégagé de la bourse dans de bonnes conditions, pour envisager un investissement immobilier à votre propre usage, ou bien vous avez acheté de l’or (ou des oeuvres d’art). 

Nous maintenons cette recommandation générale, en soulignant les risques de l’investissement immobilier locatif. 

Comme vous l’avez noté, l’investissement locatif n’a pas bonne presse auprès de la technostructure française, et le Président de la République lui-même ne déclare aucun patrimoine immobilier. 

Il y a fort à parier que les revenus locatifs seront fortement taxés durant le prochain quinquennat et votre intérêt n’est certainement pas de vous “immerger” dans ce marécage qui sera de moins en moins rémunérateur. 

Dans tous les cas, attendez les premiers éléments du projet de loi de finances pour 2023 avant de procéder à des arbitrages stratégiques. La situation nationale et internationale devrait beaucoup évoluer d’ici l’été. 

Les dossiers d'Aventin

Retrouvez les dossiers de référence de Laurent Aventin sur le COVID et la vaccination, pour enfin être informé clairement et avec rigueur sur la situation
ESSENTIEL
29 Shares:
2 commentaires
  1. Force est de constater que, seul contre tous, Poutine lui, sait mener, une politique sociale et économique saine, qui plus est sans l’intervention de comparses mode Mac Kinsey.
    https://www.youtube.com/watch?v=9TCTLbYdFgg
    Par ailleurs, à l’écoute de cette intervention, on découvre qu’il n’est pas , lui, (encore une fois) l’autocrate dont nous nous sommes affublés en 2017.
    Si les Français ont fait une erreur il y a cinq ans, ils feront une faute, voire une faute lourde s’ils venaient à le réélire.

Répondre à Jean-Luc LENGLEN Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer