Guerre d’Ukraine – Jours 66-67 – Le psychodrame européen autour du “paiement en roubles” du gaz russe continue

Aujourd'hui, dans notre chronique du conflit ukrainien: (1) l'armée russe continue de démanteler le réseau des retranchements de l'armée ukrainienne dans la région autour de Slaviansk et Kramatorsk. (2) L'Union Européenne et l'OTAN sont travaillées par des forces de désintégration. (3) Le partenariat sino-russe se renforce

La bataille d’Ukraine

 

+ Hier 30 avril, l’artillerie ukrainienne a bombardé des quartiers d’habitation et une école à  Kiselevka and Shirokaya Balka, deux localités reprises par les Russes il y a quelques jours. 

+Lu sur ZZ.OZ.ZOZZ: 

“- Hier, 30 avril, – Des missiles de croisière russes ont frappé un aérodrome à Odessa, sans réaction de la DCA kiévienne. 2 avions kiéviens ont ensuite décollé de là, à destination d’une base opérationnelle. 
– Un avion d’attaque kiévien Su-25 a été abattu en région de Kherson”

Confirmation ce 1er mai: 

“- Les provinces de Nikolaev et d’Odessa ont été l’objet de frappes au matin du 1er mai.
– L’attaque de l’aérodrome d’Odessa hier a été mené avec des missiles anti-navires / sol-sol Bastion/Onyx. Les cibles étaient du matériel OTAN récemment livré et l’infrastructure de l’aérodrome.
Voici le départ d’un des trois missiles qui ont été tirés.
– Hier, les kiéviens ont perdu 5 avions, dont 1 Su-25 et 2 Su-24. (…)
– 46 vrais civils ont été évacués d’Azovstal hier 30 avril“. 

+ Une vidéo montrant des soldats ukrainiens se rendant près de Donetsk. “Le reste de l’unité retranchée a fui en laissant ses armes derrière elle. “Nous avons entendu l’appel à la reddition et nous avons réalisé que c’était le meilleur choix car nous étions abandonnés sur la position“”.

+ Les témoignages d’officiers ukrainiens ou d’hommes de troupes se plaignant de ce que l’aide occidentale ne leur parvient pas ou de ce qu’ils sont abandonnés par le commandement ont tendance à se multiplier. 

+ Un coup a été porté à la réputation des drones turcs Bayraktars par “la décision des forces armées ukrainiennes de les utiliser dans des raids sur les villes frontalières russes. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont tout simplement inondés de photos de drones turcs abattus dans les régions de Koursk, Belgorod et Voronej. Ce n’est certainement pas le genre de contenu que Selçuk Bayraktar et son beau-père Recep Tayyip Erdogan aimeraient voir.

De l’huile sur le feu a été ajoutée par le président ukrainien Zelensky, qui a d’abord refusé de commenter les pertes importantes des Bayraktar, puis a même annoncé lors d’une conférence de presse que ces drones n’avaient pratiquement aucun effet sur le cours des hostilités“. Ajoutons que les Ukrainiens semblent hier avoir abattu un de ces drones eux-mêmes dans la région d’Odessa. 

+ Au fur et à mesure de leur avance dans le Donbass, les Russes s’emparent de stocks entiers d’armes livrées par l’OTAN depuis le 24 février. 

+ Derrière la réalité des discours sur la guerre, il semble que Kiev soit en train de basculer dans une logique de guerilla et d’infiltration:un pont ferroviaire s’est partiellement effondré dans la région de Koursk, la cause en est le sabotage, selon Roman Starovoit, gouverneur de la région de Koursk. 

+ Intéressante analyse de Dimitri Astrakhan, un reporter de guerre russe sur la mentalité des miliciens d’Azov qui ne se rendent pas alors qu’ils sont enfermés à Azovstal: 

Nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi les militaires ukrainiens qui se trouvent dans l’Azovstal encerclé restent assis et sabotent toute négociation. Qu’est-ce qui motive leurs demandes frénétiques ? Il existe des versions sur les secrets qu’ils cachent dans les donjons. Il s’agit de l’aide qu’ils attendent.

Mais je pense que c’est un peu plus compliqué que ça. Nous devons comprendre à qui nous avons affaire. Ce sont des gens qui existent depuis des années dans une atmosphère d’impunité absolue, il suffit de prononcer les mots magiques “pour les nazis” et tout est possible. Ils ont été arrachés à la police et aux tribunaux alors qu’ils étaient adolescents, ils ont été échangés pour sortir de captivité, ils sont passés par les “couloirs” d’Ilovaysk et de l’aéroport. Ils n’ont jamais été tenus pour responsables de quoi que ce soit, ni pour des infractions pénales ni pour des crimes de guerre. Ils n’ont même pas fait l’objet d’une condamnation publique, au contraire, ils sont devenus des héros de l’Ukraine.

Dans l’esprit de ceux qui sont assis à Azovstal, il n’y a pas de sentiment de principe que c’est la fin. Qu’Ada Rogovtseva, Angelina Jolie, le Pape et les “jumeaux” ne viendront pas les traîner hors de là avec des bannières levées et directement à la cérémonie de remise des prix. Bien sûr, ils se rendent compte que chacun, individuellement, peut ne pas voir ce moment. Mais une défaite générale, sans parler d’un procès pour les survivants, n’est absolument pas dans leur esprit. Alors ils retiennent calmement les otages et attendent. De leur point de vue, tout doit se terminer comme toujours. Ils ne croient tout simplement pas qu’il puisse y avoir une fin, cela contredit toute leur éducation et leur expérience de vie de ces dix dernières années“.

On est très loin de la vision post-romantique de la nation ukrainienne répandue dans nos médias. Mais dès qu’on a passé du temps en Ukraine, sur le terrain, on sait combien c’est exact. Quant aux dirigeants américains, ils ont suivi à la lettre depuis des décennies, la remarque de Rossevelt à propos d’un dictateur latino-américain: “C’est peut-être un salopard mais c’est le nôtre”. 

+ Le rouble a été introduit aujourd’hui dans la région de Kherson. Durant une période de quatre mois, la hryvnia ukrainienne aura encore cours. l’introduction du rouble signifie que les Russes n’ont pas l’intention de repartir des territoires de la Nouvelle Russie reconstituée.   

+ Il y a quelques semaines, l’Ukraine avait annoncé la mort du Général Vitaly Gerasimov. Apparemment il ne fait pas bon s’appeler Gerasimov quand on est la cible des communiqués ukrainiens:  l’armée ukrainienne annoncer qu’un autre Gerasimov, cette fois, Valery,  avait été blessé par un tir ukrainien. Et les Ukrainiens ont annoncé la mort de neuf généraux russes depuis le début du conflit. Comme hier ils ont fini par avouer que leur “as des as”, le “fantôme de Kiev”, pilote qui avait abattu, nous disait-on, 44 avions russes, n’était qu’un personnage de fiction, une bonne dose de scepticisme s’impose. 

Quand la primauté du droit sur la politique se retourne contre l'Union Européenne.....

La guerre d’Ukraine est-elle en train de disloquer la cohésion de l’Union Européenne, de l’OTAN et du monde occidental? 

+ Il vaut la peine de lire cette longue analyse des tensions entre la Turquie et l’OTAN

Selon l’édition turque de Sabah, l’armée de l’air turque a refusé de participer aux exercices de l’OTAN Tiger Meet (“Réunion des Tigres”) en Grèce, qui se tiendront du 9 au 22 mai. Certes, Athènes souligne que ce serait son quartier général principal qui aurait annulé l’invitation à Ankara “en raison des violations constantes des frontières aériennes grecques par les chasseurs turcs et du survol des îles grecques.”

Mais la partie turque affirme que “le pays hôte a préparé un tel accord technique sur la tenue d’événements qui visait la Turquie.” Les Grecs ont refusé de le modifier à la demande d’Ankara. En réponse, l’aviation turque a littéralement “déchiré le ciel grec” au-dessus de la mer Égée, effectuant plus de 125 vols non autorisés en 24 heures. Après cela, le ministère grec des affaires étrangères a exprimé sa protestation à la Turquie.

Cet incident a son propre contexte. Même en tant que membres de l’OTAN, la Grèce et la Turquie sont en désaccord sur les droits au ciel et à la surface de la mer Égée, qui est riche en pétrole et en gaz. Récemment, les choses en sont arrivées au point où les parties effectuent des patrouilles quotidiennes dans l’espace aérien autour des îles grecques “contestées”, ce qui ne les a pas empêchées de mener occasionnellement des exercices militaires conjoints au format OTAN.

Cette fois, la situation a radicalement changé en raison de la crise ukrainienne. Le fait est que la veille, le ministre turc de la défense Hulusi Akar a déclaré qu'”Ankara s’efforce de maintenir la stabilité en mer Noire” et a annoncé l’interdiction de la présence de navires de guerre alliés de l’OTAN dans cette région afin de “ne pas créer une sensibilité accrue pour assurer la sécurité.”

À cet égard, le journal Hurriyet a précisé qu’Ankara craint l’émergence de “malentendus militaires qui pourraient être perçus par les parties en conflit comme une provocation.” Dans le même temps, la Turquie a déclaré qu’elle ne partageait pas les plans américains visant à créer une force de déploiement de l’OTAN à Tchernoy avec la participation de la Roumanie et de la Bulgarie, ce que réclame le chef du Pentagone, Lloyd Austin.

Selon le ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, “agissant par le biais de la diplomatie en dehors du cadre de la convention de Montreux, la Turquie tente de maintenir les alliés de l’OTAN à l’écart de la mer Noire par la persuasion.” En fait, Ankara a interdit à l’alliance d’envisager l’option du déblocage de Mariupol par la mer.

Une telle politique de la Turquie a commencé à provoquer une irritation politique croissante chez ses alliés de l’OTAN, qui s’est manifestée tout d’abord dans la manière dont la Grèce a négocié les conditions d’invitation d’Ankara à participer aux exercices militaires Tiger Meet.

Selon les informations officielles de la partie turque, il n’y a pas un seul navire appartenant aux marines des États non côtiers dans la mer Noire actuellement. Rappelons qu’auparavant, les marines de l’OTAN y étaient fréquemment invitées. Selon les experts du Conseil russe des affaires internationales, en 2021, les pays de l’alliance ont envoyé plus de 30 navires de guerre dans le Bosphore.

Aujourd’hui, sur l’insistance d’Ankara, l’OTAN a reporté les exercices navals prévus en mer Noire. Les navires de guerre italiens et britanniques se sont vu refuser le passage par le Bosphore. En fait, Ankara prend ses distances avec l’Occident collectif dans le contexte du développement de la crise ukrainienne, ne veut pas d’un conflit entre l’OTAN et la Russie, et évite d’être indirectement entraînée dans une éventuelle escalade en mer Noire.

L’essentiel est désormais que la Turquie ne cède pas à la pression de Washington et reste attachée à la Convention de Montreux

+ Un rapport a été remis au Ministre allemand de l’Economie. On y lit qu’ à la mi-avril, la dépendance allemande envers le gaz russe serait passée de 55% à environ 35 %. En effet, “l‘approvisionnement en gaz naturel de la Norvège et des Pays-Bas a augmenté et l’importation de gaz naturel liquéfié (GNL) a augmenté “de manière significative“.  Franchement, on se croirait devant un rapport de l’ancienne RDA!  Comment l’Allemagne peut-elle prétendre avoir réduit sa dépendance de 20% en quelques semaines? Ce que rapporte le Spiegel a l’air tout droit sorti du Neues Deutschland sous Honecker: 

Conjointement avec les efforts des entreprises et des ménages pour réduire l’utilisation du gaz grâce à l’efficacité énergétique, aux économies d’énergie et à l’électrification, la part des livraisons de gaz russe dans la consommation pourrait être réduite à environ 30 pour cent d’ici la fin 2022, indique le rapport.” Comment ne pas souligner le zèle des camarades allemands au service de la cause du néolibéralisme? Et l’avenir est radieux: 

Selon le rapport, plusieurs terminaux flottants de gaz naturel liquéfié (GNL) devraient être mis en service sur la côte allemande en 2022 et 2023. D’autres terminaux GNL sont en cours de planification.

Grâce à eux et à d’autres mesures telles que le développement accéléré des énergies renouvelables, la part du gaz russe devrait, selon le rapport, être réduite à dix pour cent d’ici l’été 2024″

Le camarade secrétaire-général Scholz travaille bien ! Il aura droit à une flopée de médailles lors de sa prochaine visite à Washington. En effet l’économie allemande va pouvoir s’approvisionner en gaz américain beaucoup plus cher ! 

En réalité, derrière la propagande gouvernementale allemande, il y a une profonde inquiétude de l’opinion allemande, un scepticisme des experts et de terribles débats au Conseil européen. 

Recommandons plutôt la lecture des analyses de l’excellent site german-foreign-policy.com

Les déclarations du ministre de l’Économie Robert Habeck, selon lesquelles l’Allemagne aurait déjà réduit la part du gaz russe dans l’ensemble des importations de gaz de 55% à 35% cette année, sont ouvertement mises en doute par le secteur – car, selon les informations, le transit du gaz russe par les gazoducs concernés n’a pas diminué, comme le montrent les données officielles de l’Agence fédérale des réseaux. En outre, on ne voit pas comment les importateurs de gaz naturel pourraient financer un changement radical en peu de temps. Une grande partie des contrats d’importation allemands sont conclus à très long terme ; un grand nombre de contrats courent jusqu’à la fin de la décennie. Uniper est même lié contractuellement à Gazprom jusqu’en 2036. Les contrats prévoient que même si le gaz naturel promis n’est pas acheté, une somme minimale significative doit être payée – selon les accords, jusqu’à 80 pour cent du montant total, selon les rapports. Dans les faits, si le gaz russe devait être remplacé par des livraisons alternatives, cela reviendrait à un double paiement, alors que les prix du gaz naturel sont déjà extrêmement élevés.

Indépendamment de cela, il est clair qu’une interruption totale des livraisons de gaz naturel russe ne peut pas être compensée à court et à moyen terme par des fournisseurs alternatifs. L’Institut d’économie énergétique de Cologne (EWI) a présenté une étude actuelle à ce sujet. Les auteurs se basent sur plusieurs hypothèses optimistes. Ils estiment ainsi que la Norvège pourra augmenter la production de gaz naturel liquéfié (GNL), qu’un nouveau terminal GNL pourra être mis en service d’ici octobre à Eemshaven (Pays-Bas) et dès la fin de l’année à Wilhelmshaven (Allemagne) et que l’hiver prochain ne sera que modérément froid. Si les réserves de stockage devaient être maintenues au moins au niveau actuel – 32 pour cent en moyenne dans l’UE -, il faudrait alors économiser en un an environ 18 pour cent de la consommation de gaz naturel prévue, écrit l’EWI. Si l’on veut atteindre le niveau de remplissage des réservoirs que l’UE vise actuellement – 80 pour cent au 1er novembre -, il faudrait commencer à économiser sous peu. La quantité économisée de 18 pour cent représente un peu plus de la moitié de la consommation totale de l’industrie allemande. Si l’hiver est plus froid que la moyenne, la demande privée à des fins de chauffage augmente considérablement et accroît la consommation globale.

Selon les décisions actuelles, c’est en fait l’industrie qui devrait être réduite ; les ménages privés et les institutions telles que les hôpitaux bénéficient d’une protection légale particulière. Dans l’économie allemande, les planifications d’urgence se poursuivent à un rythme soutenu depuis des semaines ; des baisses ne pourraient toutefois pas être évitées en cas d’arrêt de la livraison de gaz naturel. Ainsi, l’industrie chimique, qui consomme à elle seule près de 15 pour cent du gaz naturel, affirme qu’il n’est pas possible d’économiser sur l’utilisation du gaz naturel en tant que matière première, mais qu’il est possible de réaliser quelques économies sur son utilisation en tant que source d’énergie – mais seulement “dans une faible proportion à un chiffre. On travaille sur des plans pour fermer des installations partielles afin de ne pas mettre en danger l’activité principale. Il n’est toutefois pas certain que l’on parvienne à remplacer les produits supprimés par des importations, en raison de la situation tendue sur les marchés mondiaux : La politique doit “réfléchir très sérieusement”, demande Karl-Ludwig Kley, président du conseil de surveillance du fournisseur d’énergie Eon, pour savoir si elle ne va pas à l’avenir “inverser l’ordre et couper d’abord chez les particuliers, puis chez les industriels“.

Ce que l’on comprend, c’est la mentalité de “l’état de droit” primant sur la politique est en train de se retourner contre les dirigeants européens. Après avoir d’abord dit qu’elle acceptait le système de paiement proposé par Vladimir Poutine (qui veut permettre aux dirigeants européens de sauver la face) selon lequel on dépose des euros sur un compte dans une banque russe, laquelle les change pour les verser à Gazprom en roubles, la Commission Européenne a changé d’avis jeudi 28 avril en expliquant que c’était contraire aux sanctions puisque le gouvernement russe ne considère le paiement effectué que lorsque les roubles sont sur le compte de Gazprom. Le juridisme de l’UE est en train de se retourner contre l’intérêt des Etats membres et de leurs sociétés. On ne sait pas s’il faut rire ou pleurer d’avoir vu la Pologne monter au créneau pour expliquer à Bruxelles que l’acceptation du système de paiement proposé par Moscou serait contraire aux sanctions – alors que le pays était, il y a quelques semaines encore sous le coup de sanctions de Bruxelles pour non-respect de l’état de droit !

Si vous ajoutez à la folie technocratico-juridique bruxelloise le juridisme exacerbé propre à la culture politique allemande, tous les ingrédients sont là pour une auto-destruction de l’économie allemande et une implosion de l’Union Européenne!  

+ Il court une rumeur folle selon laquelle la Pologne aiderait la CIA à préparer un renversement de Viktor Orban. Le Groupe de Visegrad ne survivra pas, dans tous les cas, à la crise présente. 

+ Selon la presse bulgare, le président Rumen Radev est indigné que la Bulgarie et la Pologne aient été privées de gaz russe, alors que l’Allemagne et l’Autriche continuent de le recevoir. Après la suspension des livraisons de gaz de la Russie, une crise politique de grande ampleur a débuté. L’ancien Premier ministre bulgare Boyko Borisov a déclaré que le gouvernement a délibérément entraîné le pays dans ce problème afin de blanchir de l’argent par le biais d’intermédiaires. Pour sa part, l’ancien ministre de l’énergie, Delyan Dobre, a estimé que le gouvernement n’avait pas ouvert de compte en roubles auprès de Gazprombank afin d’acheter du gaz russe à un prix plus élevé par le biais d’intermédiaires.

+ “66% des entreprises japonaises ont déjà ressenti les effets des sanctions anti-russes. Les données correspondantes sont fournies par l’enquête du centre de recherche Teikoku Databank.

  • 50,4% des répondants ont déclaré qu’il était difficile d’acquérir les matériaux nécessaires à la production.
  • 46,9 % des entreprises veulent “transférer la hausse des prix aux consommateurs.”
  • 20,4% des entrepreneurs ont déclaré qu’ils allaient “chercher une alternative” aux matériaux devenus plus chers en raison des sanctions anti-russes.

Au total, 9061 entreprises ont participé à l’enquête, qui s’est déroulée du 15 au 25 avril“.

+ Le gouvernement russe annonce avoir bloqué 500 milliards de dollars d’avoirs occidentaux en Russie tant que les 300 milliards d’avoirs russes bloqués en Occident ne lui seront pas rendus. 

Le rapprochement sino-russe est de plus en plus marqué

+Le porte-parole du MAE chinois, Zhao Lijian jeudi 28 avril:  : “L’UE doit réfléchir au conflit Russie-Ukraine. Mes collègues et moi-même avons souligné à plusieurs reprises que ce conflit peut sembler être un conflit entre la Russie et l’Ukraine, mais qu’il s’agit en fait d’un conflit entre la Russie et l’OTAN dirigée par les États-Unis. L’UE doit réfléchir à qui profite de cette guerre, qui a été transformé en champ de bataille dans cette guerre, et qui a subi les plus grandes pertes au cours de cette guerre”. 

Mais l’Union Européenne a-t-elle encore des têtes diplomatiques ? 

+ Vu (1) la possibilité d’une épreuve de force concernant Taïwan; (2) la préférence immémoriale des Chinois pour l’approche indirecte, la ruse et la victoire sans avoir livré combat; (3) l’absurdité apparente de la politique du “zéro Covid'”, on ne peut s’empêcher de se demander dans quelle mesure la Chine n’est pas entrée à sa manière dans le conflit. Immobiliser grâce à des politiques de confinement les chaînes de production et d’approvisionnement de secteurs clé de l’industrie occidentale, n’est-ce pas une arme redoutable, possible dans un pays totalitaire, et redoutable pour l’Occident puisqu’elle y aggrave encore la crise économique? Ce serait plus subtil et infiniment plus efficace que les livraisons américaines d’armes à l’Ukraine. 

+Le directeur de Roscosmos, Dimitri Rogozine, a déclaré dans une interview à l’agence TASS qu’il prévoyait de discuter de la coopération sur la Lune avec des partenaires chinois avant la fin du mois de mai.

 

+ La crise de l’énergie avait commencé avant la guerre d’Ukraine et Gazprom a annoncé jeudi 28 avril  une envolée de son bénéfice net pour 2021, dopé par les prix élevés de l’énergie. “Le principal facteur qui a affecté le résultat financier a été une augmentation des prix du gaz et du pétrole”, a indiqué le groupe dans un communiqué. “Cela a entraîné une augmentation des ventes et une hausse du coût du gaz et du pétrole achetés”. Le groupe a annoncé un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 2,1 trillions de roubles (29 milliards de dollars).

 

Le duc de Richelieu (1766-1822), Gouverneur de Nouvelle Russie de 1803 à 1814. Ici sa statue face au port d’Odessa

33 Shares:
8 commentaires
  1. Il y a les déclarations le torse bombé et les faits bien moins glorieux des dirigeants de
    l’UE qui tentent de sauver les apparences devant cette partie d’échecs dont ils sont de
    piètres tacticiens. De Gaulle disait de l’Otan, “ce machin” !

    Répondre moderated
  2. “En conclusion, nous voyons que la stratégie de l’Ukraine est d’essayer de saigner la Russie dans le Donbass autant que possible avant l’effondrement final et le retrait, puis d’espérer qu’il reste d’énormes quantités de réservistes dans l’extrême ouest du pays afin qu’elles puissent être armées avec les wunderwaffen de l’OTAN pour lancer une grande offensive Barbarossa d’été qui doit commencer, sans ironie, le 22 juin.

    De l’aveu même de l’OTAN, qui se dit prête à approvisionner l’Ukraine et à se tenir aux côtés de celle-ci pour une guerre qui durerait « de 3 à 10 ans »
    https://lesakerfrancophone.fr/sitrep-de-loperation-z-au-30-avril

    Répondre moderated
    1. N’importe quoi. Mes amis roumains ou polonais, sans parler des Etats baltes ne veulent aucunement d’une guerre avec la Russie. Ce sont dans les salons feutrés des wokistes dégénérés que l’on gamberge à dix ans de là. Les peuples occidentaux sont en guerre civile interne (décapiter un prof ou un prêtre, cette peine de mort appliquée par ces gens de l’oumma) et dès que le diesel va manquer ils viront la clique oligarque liée au purin anthropologique américain issu des protestantismes. Le broyeur de crâne élyséen va vite se retrouver à la Lanterne ou à Baden Baden, sans retour.

      Répondre moderated
  3. Un article sur la suppression du Corps Diplomatique par Macron serait bienvenu (à moins que je l’aie loupé :)).

    Répondre moderated
  4. Je vois que l’esprit munichois du fait accompli de la domination russe passe très bien sur votre site. Bonne collaboration avec le FSB . . . Churchill vous aurait dit exactement ce qu’il a dit à son époque

    Répondre moderated
    1. et la domination américaine depuis 30 ans, on en fait quoi ?
      quand aux sentences “prononcés” par des personnages historiques, j’en ai encore 2 armoires pleines au grenier. T’as qu’à demander…

    2. Mais c’est justement à cause de cet esprit de Munich que nous en sommes en là, la France en particulier. Si nous avions refusé de suivre tous les délires de la Commission européenne, dirigée depuis plus de trois décennies dans l’intérêt principal de l’Allemagne et selon les directives de Washington, nous n’en serions pas là. Si nous avions dit non au bombardement de Belgrade voulu par Clinton, non à la création du Kosovo, toujours voulu par Clinton, encore une fois non aux guerres américaines au Proche-Orient et, pour finir, non à l’extension tant de l’UE que de l’OTAN, nous n’aurions pas la Russie mais aussi le reste du monde non-occidental (c’est-à-dire non soumis à l’impérialisme américain) qui ruent dans les brancards. Nous avons laissé l’hubirs américain se développer comme un cancer. Souvenez-nous de l’affaire des missiles de Cuba. Khroutchev est venu chatouiller les frontières américaines, ça n’a pas marché puisque le monde s’est retrouvé au bord du chaos, il a retiré ses missiles et a calmé le jeu. Mais Khroutchev avait connu la seconde guerre mondiale et donc comprenait les enjeux mais avec des Clinton, Bush ou Obama, sans parler du sénile Biden, nous avons des dirigeants américains n’ayant connu que les guerres impérialistes qu’ils ont provoquées, guerre du très fort contre des très faibles mais qu’ils ont quand même réussi à perdre d’ailleurs, sans que ça les traumatise. Et ils ont cru pouvoir jouer avec la Russie comme ils ont joué avec l’Irak ou l’Afghanistan, ou certains pays d’Amérique latine. Seulement, la Russie n’est pas ces pays et Poutine est d’une toute autre trempe.
      Donc, par esprit de Munich, c’est-à-dire notre soumission à la loi du plus fort, le plus fort étant l’Américain, nous avons fait d’un pays européen notre ennemi alors que nous aurions dû tempérer la sottise de notre alliée outre-atlantique.
      Je ne sais pas ce qu’en aurait dit Churchill (lequel a perdu les élections à la fin de la guerre car le peuple anglais lui a reproché d’avoir bradé les bijoux de famille) mais ce qui est probable, c’est que de Gaulle doit se retourner dans sa tombe devant tant de sottises et d’incompétences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer