Guerre d’Ukraine – Jours 159-162 – L’administration Biden n’a pas assez de la Russie à affronter. Maintenant il lui faut aussi la Chine! par Edouard Husson

"Placées aux deux extrémités de l’Europe, la France et la Russie ne se touchent point par leurs frontières, elles n’ont point de champ de bataille où elles puissent se rencontrer ; elles n’ont aucune rivalité de commerce, et les ennemis naturels de la Russie sont aussi les ennemis naturels de la France". (François-René de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe). On ignore souvent que Chateaubriand fut la principale source d'inspiration du Général de Gaulle en matière diplomatique. Au coeur de la vision d'une politique étrangère forgée par la monarchie et qui pût être utilisée, sans modification, par la République, il y avait la nécessité de s'entendre avec la Russie, telle que l'auteur des Mémoires d'Outre-Tombe, qui fut aussi Ministre des Affaires Etrangères sous la Restauration, l'expose. Faute d'avoir adhéré à ces "piliers de la sagesse diplomatique" française, notre actuelle diplomatie est en train d'être engloutie dans le désastre d'une guerre occidentale qui n'est pas la nôtre, au risque de voir notre pays écarté pour longtemps des affaires du monde - alors que notre géographie nous met en position idéale, sur tous les océans de la planète. Il faudra sans aucun doute du temps pour réparer les énormes erreurs de l'actuelle (absence de) stratégie française. Ce n'est pas une raison pour ne pas comprendre le monde tel qu'il change: non seulement l'évolution de la bataille d'Ukraine mais le retour à l'équilibre des puissances avec, au coeur du nouveau dispositif, la Russie et l'Eurasie.

La Bataille d’Ukraine

1er août 2022

+ selon @rybar: 

▪️ Les forces armées russes ont frappé une installation de l’armée ukrainienne dans le village frontalier de Pavlivka dans la région de Soumi.

▪️ L’artillerie et les missiles russes ont frappé des cibles à Kharkov, Merefa et dans les villes de la ligne de contact.

▪️ Les drones de l’armée kiévienne effectuent une reconnaissance des positions russes et corrigent les tirs d’artillerie dans la région de Khotimlya, Borchtchova et Goptovka.

▪️ Dans la direction de Slaviansk, les forces armées russes ont frappé des concentrations d’hommes et de matériel à Kramatorsk et Konstantinovka.

▪️ En direction de Soledar, les forces armées russes ont frappé la concentration de soldats de l’armée ukrainienne près de Kodema sur la ligne de contact.

▪️ Au cours de combats persistants, les forces alliées ont progressé jusqu’à la périphérie sud d’Avdievka et ont atteint la zone sud-est de Pisky.

▪️ L’artillerie ukrainienne a tiré sur Donetsk, Gorlovka et Iasinouvata, utilisant également des bombes à fragmentation avec des mines ‘Petal’.

▪️ Les forces alliées ont frappé les positions kiéviennes à Avdievka, Pavlovka et Vougledar.

▪️ En direction de Zaporojie, des drones de la 44e brigade d’artillerie de l’armée ukrainienne effectuent une reconnaissance des positions russes aux abords d’Orokhov et de Gouliaïpolie.

▪️ Près de Lougovskie, les soldats russes ont repéré un groupe ukrainien de sabotage et de reconnaissance. Au cours des combats, les Kiéviens ont subi des pertes et ont été contraints de battre en retraite.

▪️ Les Ukrainiens continuent de préparer une offensive à Kherson. Dans la direction de Krivoï Rog, la 57e brigade motorisée est en cours de redéploiement depuis le Donbass. À Krivoï Rog, la 138e brigade de missiles antiaériens déploie des MANPADS pour couvrir les forces terrestres depuis les airs.

▪️ Les forces armées russes ont frappé des cibles à Nikolaïev, Zelenodolsk, Novovojnesenskie et Velike Artakovie. L’armée de Kiev a lancé une frappe de missiles sur Skadovsk dans la région de Kherson.

+Le Ministère russe de la Défense a montré des images d’un tir de missile détruisant un ponton que les Kiéviens avaient installé dans la région de Kherson pour essayer de reprendre pied sur l’autre rive de la rivière appelée Ingoulets.  

+ Le ministère américain de la Défense a annoncé un autre programme d’aide militaire à l’Ukraine, évalué à un maximum de 550 millions de dollars. Cette autorisation est le dix-septième retrait d’équipement des stocks du Pentagone par l’administration Biden pour l’Ukraine depuis août 2021.

Le nouveau paquet comprend 75 000 cartouches de munitions d’artillerie de 155 mm et des munitions supplémentaires pour les HIMARS, systèmes de roquettes d’artillerie de haute mobilité.

Au total, les États-Unis ont déjà engagé environ 8,8 milliards de dollars en assistance de sécurité à l’Ukraine depuis le début de l’administration Biden. Depuis 2014, les États-Unis ont engagé plus de 10 milliards de dollars.

De son côté, le ministre ukrainien de la Défense a affirmé que quatre autres lanceurs mobiles HIMARS ont été livrés à l’Ukraine. Au total, Kiev a reçu 16 lanceurs des États-Unis.

De nombreux équipages ukrainiens des systèmes occidentaux sont sous le commandement direct de militaires d’active de l’armée américaine.

Le ministère russe de la Défense a affirmé ce même jour avoir détruit deux autres systèmes HIMARS à la suite d’une frappe sur  une usine de Kharkov. 53 militaires ukrainiens et mercenaires étrangers ont été tués dans cette attaque.

Jusqu’à présent, la partie russe a communiqué la destruction de 6 lanceurs HIMARS. 

L’équipement militaire fourni aux forces armées ukrainiennes par les alliés occidentaux de Kiev est utilisé non seulement dans les batailles sur les lignes de front, mais aussi pour les attaques contre les civils dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

Le 1er août, toujours, 355 obus ont été tirés par les forces ukrainiennes sur le territoire de la République Populaire de Donetsk. À la suite du bombardement de 13 localités différentes, un civil a été tué et quatre autres ont été blessés.

Les forces armées ukrainiennes ont aussi lancé 15 missiles HIMARS sur les villages de Pervomaisk et Stakhanov, endommageant les infrastructures civiles.

+ Un premier cargo avec 26 000 tonnes de grain ukrainien a quitté Odessa pour le Liban via Istamboul. Curieusement, la question de l’alimentation de la population ukrainienne avec une récolte réduite de moitié du fait de la guerre est rarement posée. 

2 août 2022: 

Selon @rybar: 

▪ Les forces armées russes frappent des positions ukrainiennes près du village de Mikhailchine Sloboda dans la région de Tchernigov.

▪️ Les forces russes ont frappé les positions des forces armées ukrainiennes dans le district de Kharkov, Tchouguïov et Bogodougov pendant la nuit. Les forces aériennes russes ont frappé les positions des formations ukrainiennes à Stari Saltov.

▪️ Les forces alliées combattent dans la direction de Bakhmout (Artiomovsk) alors qu’elles continuent de percer les défenses ennemies.

▪️ Les forces armées russes ont réussi à prendre pied dans la périphérie orientale de Soledar, fournissant une tête de pont pour une nouvelle offensive en profondeur dans la ville. Des combats sont en cours à Bakhmoutskoïe.

▪️ Les forces russes ont occupé le village de Semigorie près de la centrale thermique d’Ouglegorsk, développant une nouvelle offensive vers Kodema.

▪️ Les forces alliées répliquent aux attaques d’artillerie de l’armée ukrainienne dans la banlieue de Donetsk. À Peski, les formations ukrainiennes subissent de lourdes pertes et se retirent des positions fortifiées.

▪️ Des soldats du 56e bataillon d’infanterie de l’armée ukrainienne ont subi des tirs “amis”, en se retirant vers Vodiane.

▪️ Les formations ukrainiennes ont à nouveau bombardé des villes de l’agglomération de Donetsk. L’utilisation de mines “pétales” extrêmement dangereuses se poursuit.

▪️ Dans la région de Zaporojie, les parties se livrent à des duels d’artillerie : les forces armées russes frappent des positions ennemies à Zaloznochnie, Malaïa Tokmachka, Kamianskie et Novoandreïevka.

▪️ Dans les heures du matin, les forces russes ont lancé plusieurs frappes de missiles contre des installations à Nikolaïev : l’une d’elles a touché un emplacement de l’armée ukrainienne à l’université Soukhomline de Nikolaïev.

▪️ Une autre cible des formations russes était une position de mercenaires de la légion étrangère ukrainienne à Nikolaïev : un grand nombre d’hommes et d’équipements militaires ennemis ont été détruits.

▪️ Dans la soirée, les forces armées russes ont lancé une attaque au missile contre une installation de l’armée ukrainienne dans le district de Tchervonograd, dans la région de Lvov.

▪️ D’autres frappes de missiles ont visé Vinnitsya : la défense aérienne ukrainienne n’a pas réussi à protéger les installations de l’armée ukrainienne.

3 août 2022: 

+ Le directeur de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AEIA – ONU) est inquiet à propos de la centrale nucléaire de Zaporojie. Aussi orientée et confuse soit la dépêche d’AP, qui mélange Tchernobyl, Zaporojie et l’accord sur le nucléaire civil iranien, on lit entre les lignes que Rafael Grossi redoute une provocation ukrainienne sur le site. 

Selon @rybar: 

Dans le nord de la région de Kharkov, les forces armées russes combattent les formations ukrainiennes près de Borchtcheva, Veselog et Dementievka.

L’armée russe frappe les infrastructures militaires kiéviennes près de Kholodnaïa Hora et du district de Novobavarskiï à Kharkov.

Les combats pour le contrôle de Iakovlevka se poursuivent : l’artillerie et les MLRS russes visent les positions de l’armée ukrainienne dans la colonie (pour utiliser le terme soviétique encore en usage).

À Soledar, des combats sont enregistrés aux abords de l’usine KNAUF-Gypsum ; cependant, le contrôle russe de la périphérie est de la ville n’a pas encore été confirmé.

Près de Bakhmout (Artiomovsk), l’armée kiévienne tente sans succès une contre-attaque près de Pokrovskoïe : 3 bataillons subissent des pertes importantes en hommes et en véhicules blindés.

“Le bataillon “Somali” et le 11e régiment de la milice populaire de la République Populaire de Donetsk, qui avançaient dans Peski, se sont installés solidement dans la zone du barrage, établissant leur contrôle sur environ la moitié de la colonie.

Les combats de position se poursuivent à Marinka, où les forces de la République de Donetsk en progression tentent de prendre le contrôle du terril de la mine de Chtchourovka, d’une importance stratégique.

Dans la direction de Zaporojie, les forces armées russes ont frappé d’un tir d’artillerie le poste de commandement de la 65e brigade mécanisée de l’AFU près de Ioulievka.

Dans la région de Nikolaïev, des dépôts d’armes et de munitions de roquettes et d’artillerie et un dépôt de carburant à Variarivka et Galitsinovo ont été détruits.

Dans la région de Lvov, des missiles de haute précision lancés par avion ont détruit une base de stockage d’armes et de munitions de fabrication occidentale.

4 août 2022 – 

+ Le groupe de hackers russes Zarya a réussi à pénétrer et collecter des données de plusieurs sites gouvernementaux ukrainiens. 

Selon @rybar

▪ Les forces armées russes poursuivent leurs frappes sur le territoire de la Fédération de Russie : le village de Klimovo a été bombardé dans la région de Briansk.

▪️ Les forces armées russes ont frappé des positions de l’armée ukrainienne dans le village frontalier de Medvedovka, dans la région de Tchernigov, ainsi que dans les communautés de Krasnopolsk et Miropillïa, dans la région de Soumi.

▪️ Dans le nord de la région de Kharkov, des unités des forces armées russes sont engagées dans des combats de position près de Pitomirnik, Veseloh et Tcherkassy Tiskov.

▪️ A Dergachy et dans d’autres villes de la région, la mobilisation forcée des civils est en cours, le commandement régional de l’armée kiévienne tente de compenser les pertes gigantesques subies ces dernières semaines.

▪️ Dans la direction d’Izioum, à l’est de Protopopovka, deux  pelotons de la 93e brigade de l’armée ukrainienne sont envoyés pour découvrir le mouvement des groupes de reconnaissance russes.

▪️Les combats les plus intenses se déroulent à la périphérie est de Soledar, où les forces alliées prennent d’assaut l’usine de gypse KNAUF.

▪️ Des unités avancées des CMP Wagner sont entrées dans Bakhmout (Artiomovsk) par l’est, près de la rue Patrice Lumumba. Des combats ont déjà lieu dans les limites de la ville.

▪️ Les forces alliées qui avancent de Semigorie combattent à la périphérie de Kodem.

▪️ A Avdievka, Marinka et Peski, les forces alliées soutenues par l’aviation russe développent leur offensive et engagent des combats de rue dans les quartiers résidentiels.

▪️ Les forces armées ukrainiennes ont bombardé le centre de Donetsk, où une cérémonie d’adieu a été organisée au théâtre de l’Opéra et du Ballet pour le colonel Olga Katchoura des forces républicaines. Cette attaque a fait huit morts et cinq blessés, tous civils. 

▪️ Une autre frappe des forces armées ukrainiennes a touché la colonie correctionnelle 124 près de Lozovoïe, où des prisonniers de guerre ukrainiens seraient détenus.

▪️ Dans le nord de Zaporojie, les forces armées russes ont frappé un dépôt de pétrole fournissant du carburant aux forces armées du Combiné Zvezda.

▪️Le commandement ukrainien poursuit les préparatifs d’une offensive dans la direction de Krivoï Rog : les unités de la 60e division opérationnelle interrégionale font tourner leur personnel.

Amnesty International critique l’installation systématique de l’armée ukrainienne en zone résidentielle, dans les hôpitaux et les écoles. 

+ Alors que d’éventuels crimes de guerre russes ont donné lieu à plusieurs communiqués critiques de l’armée russe depuis février, c’est la première fois qu’Amnesty International critique l’armée ukrainienne. Nous reproduisons le début du communiqué.

“Ukraine. Les tactiques de combats ukrainiennes mettent en danger la population civile

  • Des bases militaires sont installées dans des zones résidentielles, notamment dans des écoles et des hôpitaux

  • Des attaques sont lancées depuis des secteurs habités par des civil·e·s

  • Ces violations ne justifient cependant pas les attaques menées sans discrimination par les forces russes, qui ont fait de nombreux morts et blessés parmi la population civile

Les forces ukrainiennes mettent en danger la population civile en établissant des bases et en utilisant des systèmes d’armement dans des zones résidentielles habitées, notamment des écoles et des hôpitaux, lors des opérations visant à repousser l’invasion russe qui a débuté en février, a déclaré Amnesty International le 4 août.

Ces tactiques de combat violent le droit international humanitaire et mettent gravement en danger la population civile, car elles transforment des biens de caractère civil en cibles militaires. Les frappes russes qui en ont résulté dans des zones habitées ont tué des civil·e·s et détruit des infrastructures civiles.

« Nous avons réuni des informations sur de nombreux cas où les forces ukrainiennes ont mis en danger des civil·e·s et violé les lois de la guerre en opérant dans des zones habitées, a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International.

« Le fait de se trouver dans une position défensive n’exempte pas l’armée ukrainienne de l’obligation de respecter le droit international humanitaire. »

Toutes les attaques russes sur lesquelles Amnesty International a rassemblé des informations n’ont cependant pas été menées dans des circonstances semblables. En effet, Amnesty International a dans d’autres cas conclu que la Russie avait commis des crimes de guerre, notamment dans certains secteurs de la ville de Kharkiv, sans avoir trouvé d’éléments prouvant que les forces ukrainiennes s’étaient installées dans les zones civiles visées de façon illégale par l’armée russe.

Entre avril et juillet, une équipe de recherche d’Amnesty International a pendant plusieurs semaines enquêté sur les frappes russes dans les régions de Kharkiv, du Donbas et de Mykolaïv. L’organisation a inspecté les sites de frappes, interrogé des victimes, des témoins et des proches de victimes des attaques, et recouru à la télédétection et analysé des armes.

Lors de toutes ces investigations, les chercheurs ont trouvé des éléments prouvant que les forces ukrainiennes ont lancé des attaques depuis des zones résidentielles peuplées et qu’elles se sont aussi basées dans des bâtiments civils dans 19 villes et villages de ces régions. Le Laboratoire de preuves du programme Réaction aux crises d’Amnesty International a analysé des images satellites afin de vérifier les informations recueillies sur le terrain.

La plupart des zones résidentielles où les soldats s’étaient installés se trouvaient à des kilomètres de la ligne de front. Ils auraient pourtant eu la possibilité de s’installer dans d’autres lieux qui n’auraient pas mis en danger la population civile, comme des bases militaires ou des zones densément boisées des environs, ou d’autres structures encore situées loin des zones résidentielles. Dans les cas sur lesquels Amnesty International a réuni des informations, à la connaissance de l’organisation, quand l’armée ukrainienne s’est installée dans des structures civiles dans des zones résidentielles, elle n’a ni demandé aux civil·e·s d’évacuer les bâtiments environnants, ni aidé les civil·e·s à les évacuer, s’abstenant ainsi de prendre toutes les précautions possibles pour protéger la population civile.”

Autres lignes de front

Un des points les moins compris, depuis le début du conflit direct entre la Russie et l’Ukraine est la raison pour laquelle les Russes parlent “d’Opération Spéciale”, avancent relativement lentement, n’ont pas fait le choix d’une offensive massive, dans le Donbass ou dans l’ensemble de l’Ukraine. 

Nous avons souvent insisté sur le souci russe de limiter, autant que faire se peut, les destructions et les morts civiles dans la population ukrainienne. Mais il y a une série d’autres raisons qui sont peu explicitées, à ma connaissance: 

+ les Etats-Unis sont, de facto, partie prenante à la guerre d’Ukraine, par la formation des troupes ukrainiennes, par les livraisons d’armes, par la présence de combattants américains (y compris de soldats de l’armée américaine régulière); par le soutien des satellites américains. La limitation relative dans l’intensité de l’offensive évite l’escalade directe avec les Etats-Unis. Tous les va-t-en-guerres de salon, de bureau et de plateau télévisé devraient en prendre conscience. 

+ La Russie ne doit pas perdre de vue les autres conflits, actuels ou potentiels dans lesquels elle est ou serait partie prenante ou médiatrice. 

Tout d’abord, on remarquera que la Russie a réussi, jusqu’à maintenant, à désamorcer les tentatives occidentales d’allumer des foyers d’incendie autour de Kaliningrad et en Transnistrie. 

On se rappelle ensuite ue quelques jours avant que l’armée ukrainienne ne recommence, à la mi-février, à bombarder intensément le Donbass, a eu lieu une tentative de coup d’Etat au Kazakhstan, dont beaucoup donne à penser que les Etats-Unis y étaient impliqués. 

L’armée russe intervient toujours dans le conflit syrien.

Le conflit du Haut-Karabakh menace de reprendre ces jours-ci.   

Les tensions entre le Kosovo et la Serbie, si elles s’intensifiaient, obligeraient la Russie à intervenir. 

Et puis il y a, bien entendu, Taïwan. Tout se passe comme si, pour dissimuler leur échec stratégique en Ukraine, les Etats-Unis avaient décidé d’une gesticulation anti-chinoise. Il est évident que les Démocrates cherchent à limiter leur défaite annoncée aux élections de mi-mandat. Mais, ce faisant, les Américains jouent avec le feu. Le risque de conflit est réel. Moscou ne s’y est pas trompé et a fait savoir son soutien total à Pékin face à la provocation américaine. 

Nancy Pelosi provoque la Chine puis abandonne Taïwan aux pressions chionoises

Lu sur le fil telegram d’un think tank russe: 

La République populaire de Chine dévoile progressivement les cartes des “opérations militaires clairement ciblées” annoncées en réponse à la visite spectaculaire de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à l’aéroport de Taipei. Notre ami Artem Maltsev est entré dans les détails. En un mot : bienvenue dans la quatrième crise du détroit de Taiwan.

Comme en 1996, les tirs de missiles balistiques, ainsi que les manœuvres navales et les activités visant à pratiquer une opération de débarquement sont les principaux arguments jusqu’à présent. Les NOTAM des zones d’exercice prévues ont déjà été publiés. À première vue, on pourrait avoir l’impression que la RPC encercle l’île de tous côtés, se préparant à un blocus ou quelque chose de pire. Les infographies montrant des déploiements de l’aviation et de la marine directement au large des côtes de l’île et diffusées sur les médias sociaux chinois visent clairement à créer un tel effet.

En fait, les quadrants les plus proches au sud-ouest et au nord-est de Taïwan sont des zones d’arrivée des missiles, tandis que les avions et les navires de surface sont susceptibles d’être maintenus à une certaine distance. Ce dernier point est bien illustré par la crise précédente de 1995-1996, lorsque le coin d’un des “carrés d’arrivée” a touché de près la limite de la zone des 12 milles. Aujourd’hui, la place en question a été déplacée ostensiblement vers l’intérieur des eaux territoriales, touchant doucement la limite des eaux intérieures de Taïwan. La souveraineté sur les eaux intérieures équivaut à la souveraineté sur la terre pour les États véritablement indépendants. Bien entendu, ni la Chine ni la moitié de la communauté internationale ne considèrent l’île de Taiwan comme des eaux souveraines, car la Chine est une et indivisible. Cependant, les dirigeants militaires et politiques de la Chine ont fait le geste approprié – très doucement et avec prudence.

Maintenant, à propos des #clips : nous avons vu au moins 11 lancements de missiles balistiques de courte et moyenne portée au cours des dernières 24 heures : selon les données préliminaires, il s’agit des systèmes DF-11 et DF-15. Après une production massive dans les années 1990 et 2000, l’arsenal de ces missiles pourrait avoisiner les 1 500. En comparaison, la Chine n’a tiré que six missiles de la même classe pendant les deux années de la crise précédente.

En outre, les derniers MLRS PHL-16 d’un calibre inhabituel : 370 mm ont été impliqués dans les attaques. Il s’agit essentiellement d’un complexe spécialement conçu pour l’engagement de Taïwan continentale en tant que substitut rentable des missiles balistiques à courte portée (dans ce rôle, il peut être comparé au désormais très connu HIMARS), et des notions de convergence et de confusion des catégories de MLRS lourds et tactiques.

Dans un avenir proche, on peut s’attendre au lancement de missiles balistiques plus avancés : le célèbre “tueur de porte-avions” DF-21D et sa grande sœur à portée intermédiaire DF-26. Des rumeurs circulent également au sujet d’une démonstration du DF-17 avec un planeur hypersonique d’un genre nouveau. Il serait intéressant de voir les résultats des tests de ces missiles contre des cibles mobiles de surface, mais franchement, il est douteux que les Chinois aient remorqué à l’avance un navire cible dans la bonne zone.

Dans l’ensemble, l’arsenal de missiles de la Chine est aujourd’hui un équilibre inconnu entre les modèles à grande capacité des systèmes de la génération précédente et leurs homologues plus modernes et plus avancés. En conséquence, les lancements massifs de SLBM tels que les DF-16 et DF-21, par exemple, peuvent être un signal de confiance relative dans la profondeur de la dernière partie de leur “cave à poudre”. L’inverse est également vrai.

Quoi qu’il en soit, les habitants de l’île ne peuvent que profiter du feu d’artifice : bien que Taïwan dispose d’un système BMD assez avancé (Patriot PAC-3 et Tien Kung-III local), il n’atteint toujours pas les zones de tir.

D’un point de vue militaire, cependant, il est clair que ces lancements n’apporteront rien de fondamentalement nouveau à ” l’équation du détroit “. La possibilité de bombarder massivement Taïwan a longtemps été considérée comme l’un des principaux atouts de la Chine en cas d’escalade du conflit. Cependant, l’expérience des événements récents démontre clairement que même avec une utilité objectivement limitée des moyens de défense antimissile, les forces armées situées dans les agglomérations urbaines sont capables d’absorber de telles frappes tout en restant résilientes.

Notre ami Alexandre N., ancien officier du renseignement français nous communique par ailleurs son hypothèse: 

Selon moi, la Chine va chercher à “frapper” les Américains là où ça va faire très mal, à savoir de couper leur approvisionnement en puces électroniques avec le même effet que la gaz russe pour l’Allemagne.
 
Une action de rétorsion qu’elle justifiera par l’action parfaitement incompréhensible de Madame Pelosi du point de vue du droit international et des accords de Shanghai entre Nixon et Tchou En Laï de 1972.
 
On en parle peu, mais ces puces sont absolument essentielles à l’économie américaine en perte de vitesse le sujet. Taïwan en est le 3° producteur, la Corée du Sud le 2è ou le premier, selon les années. Or elle fait actuellement des stocks de puces car elle prévoit une pénurie en même temps qu’une chute des investissements”.
 
 
+ Le ministre sud-coréen des affaires étrangères Park Jin rencontrera son homologue chinois Wang Yi lors d’une visite en Chine entre le 8 et le 10 août.  
+ Lu dans le Global Times, ce 5 août: 

“Le principal fabricant chinois de batteries pour véhicules électriques, Contemporary Amperex Technology Co (CATL), a décidé de mettre en attente son projet d’annoncer la construction d’une usine de plusieurs milliards de dollars en Amérique du Nord en raison des inquiétudes suscitées par l’escalade des tensions entre les deux plus grandes économies du monde, après que la visite de Mme Pelosi sur l’île de Taïwan ait provoqué les intérêts fondamentaux de la Chine, ont rapporté mercredi plusieurs médias américains.

Bien que le plan d’investissement potentiel de CATL soit modeste par rapport à l’ensemble des relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis, cette affaire pourrait être un microcosme des préoccupations croissantes des communautés d’affaires chinoises et américaines quant aux perspectives des relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis après la visite provocatrice de Pelosi, qui pourrait compliquer davantage les échanges économiques et commerciaux bilatéraux.

Il est concevable que les communautés d’affaires chinoises et américaines soient encore plus prudentes en matière d’investissement dans le climat politique actuel. Les liens bilatéraux ont déjà plongé à des niveaux historiquement bas en raison des mesures de répression incessantes et irréfléchies de Washington à l’encontre de la Chine, qui ont déjà pesé sur les échanges économiques bilatéraux. Et les marchés craignent, à juste titre, que la visite de Mme Pelosi ne perturbe encore davantage les échanges et la coopération bilatéraux.

Du point de vue de la Chine, les États-Unis ne sont plus dignes de confiance pour ce qui est des engagements majeurs, pas autant qu’avant en tout cas. En effet, il serait surprenant que la Chine ne se soit pas préparée au pire, y compris dans les domaines économique et financier.

Avec le début des grands exercices militaires autour de l’île de Taïwan, la Chine continentale a en fait lancé ou accéléré le processus de réunification, que les États-Unis ne peuvent pas arrêter. Cela signifie que la Chine est, en fait, préparée à une intervention américaine. On ne peut qu’imaginer ce que la Chine fera pour éliminer les risques potentiels, y compris ses avoirs massifs en bons du Trésor américain.

La Chine est le deuxième plus grand détenteur étranger de bons du Trésor américain, juste après le Japon. Les avoirs de la Chine en titres du Trésor américain ont chuté à 980,8 milliards de dollars en mai, passant sous la barre des 1 000 milliards de dollars pour la première fois en 12 ans, selon les données publiées par le département américain du Trésor. La poursuite de la détérioration des relations sino-américaines aura probablement un impact direct sur l’appétit pour le risque de la Chine en matière de détention de bons du Trésor américain, et la réduction de la détention de bons du Trésor américain pourrait devenir une option de précaution.

Cela pourrait porter un nouveau coup à la réputation mondiale du dollar américain – véritable épine dorsale de l’économie américaine – qui perd déjà en popularité, Washington ne cessant d’armer la monnaie pour sévir contre d’autres pays.

Le conflit Russie-Ukraine a déjà porté un coup sévère à la crédibilité du dollar. Aujourd’hui, une escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis pourrait encore affaiblir le statut du dollar si la Chine réduit sa détention de bons du Trésor américain. En ce sens, à long terme, le voyage de fin d’études de Pelosi finira par se retourner contre l’économie américaine d’une manière qui épuisera la crédibilité du dollar”

+ Lu sur Russia Today

“La Chine a décidé de couper ses liens diplomatiques avec les Etats-Unis dans un certain nombre de domaines militaires et civils, a annoncé vendredi le ministère des Affaires étrangères. Cette rupture des liens est une manière pour Pékin de riposter à la visite à Taïwan, cette semaine, de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi.

Le ministère a publié une liste des domaines dans lesquels il n’y aura plus de communication entre les responsables chinois et américains. Il s’agit notamment des réunions de travail entre les départements de la défense, des consultations sur la sécurité maritime, de la coopération en matière d’immigration clandestine, de l’assistance judiciaire, de la criminalité transnationale, de la lutte contre la drogue et du changement climatique. Un appel téléphonique prévu entre les hauts commandants militaires des deux nations a également été annulé, selon le communiqué“.

Panique dans les milieux dirigeants allemands

Le stockage de gaz naturel allemand atteint généralement 90 % en octobre, ce qui permet à l’Allemagne de passer l’hiver avec Nordstream à 100 %. Mais Nordstream n’est plus qu’à 20%, donc – même si nous atteignons 90% – ce niveau de stockage est totalement inadéquat. Rationnement et récession sont à venir.

Le Chancelier Scholz a commencé à préparer le terrain pour laisser fonctionner plus longtemps les trois centrales du nucléaires du pays encore en marche. 

Enfin, comme cela a été largement médiatisé, Gerhard Schröder – l’une des seules personnalités allemandes qui pense en ce moment à l’avenir de son pays – s’est rendu à Moscou pour envisager la possibilité d’une mise en service de Nordstream 2. 

Comprendre le nouvel équilibre des puissances avec M.K. Bhadrakumar

Vers des négociations en Ukraine? 

Le ministère russe de la Défense a annoncé hier qu’aux environs de 9 h 20, heure de Moscou, le Razoni, navire battant pavillon de la Sierra Leone, a quitté le port d’Odessa en Ukraine dans le cadre du récent accord sur les céréales. Le Razoni transporte une cargaison de maïs à destination du port d’Istanbul.

Le ministère de la défense a déclaré que “le contrôle de l’opération humanitaire pour le départ du premier navire transportant des produits agricoles a été planifié avec la participation active des officiers russes qui font partie du centre de coordination conjoint à Istanbul.”

Entre-temps, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré hier que “le fait que le premier navire transportant 26, 27 000 tonnes de céréales ait quitté Odessa constitue un premier pas positif et important”.

Chercher l’aiguille dans une botte de foin est passionnant, car il peut y avoir de soudaines surprises. De plus en plus de signes indiquent que le front diplomatique sur le conflit ukrainien s’anime.

Lundi, le président américain Joe Biden a proposé de discuter avec la Russie. Dans sa déclaration précédant la dixième conférence d’examen du traité de non-prolifération (TNP), M. Biden a réaffirmé la “conviction partagée” des États-Unis et de la Russie qu'”une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée” et que “mon administration a donné la priorité à la réduction du rôle des armes nucléaires dans notre stratégie de sécurité nationale”.

Biden poursuit :

“J’ai travaillé sur le contrôle des armements dès les premiers jours de ma carrière, et la santé du TNP a toujours reposé sur des limites d’armement significatives et réciproques entre les États-Unis et la Fédération de Russie. Même au plus fort de la guerre froide, les États-Unis et l’Union soviétique ont été en mesure de travailler ensemble pour assumer leur responsabilité commune de garantir la stabilité stratégique. Aujourd’hui, mon administration est prête à négocier rapidement un nouveau cadre de contrôle des armements pour remplacer le nouveau START lorsqu’il expirera en 2026. Mais la négociation nécessite un partenaire disposé à agir en toute bonne foi. Et l’agression brutale et non provoquée de la Russie en Ukraine a brisé la paix en Europe et constitue une attaque contre les principes fondamentaux de l’ordre international. Dans ce contexte, la Russie devrait démontrer qu’elle est prête à reprendre le travail sur le contrôle des armes nucléaires avec les États-Unis.”

Simultanément, M. Blinken a également fait allusion au rôle clé de la Russie pour “s’assurer que les pays dotés d’armes nucléaires, y compris les États-Unis, poursuivent le désarmement ; s’assurer que les pays qui n’ont pas d’armes nucléaires n’en acquièrent pas en maintenant et en renforçant la non-prolifération ; et s’assurer que les pays peuvent s’engager dans l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, ce qui est d’autant plus vital que nous faisons face aux défis posés par le changement climatique”.

M. Blinken a fait peau neuve ces derniers temps en repoussant une avalanche d’opinions belliqueuses représentées par la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, le Sénat américain, le président ukrainien, Vladimir Zelenski, et le Parlement ukrainien, qui demandent que la Russie soit officiellement désignée comme un État soutenant le terrorisme, une étiquette réservée à la Corée du Nord, à la Syrie, à Cuba et à l’Iran.

En effet, l’appel téléphonique de Blinken au ministre des affaires étrangères russe Sergey Lavrov sur l’échange de prisonniers était un réengagement américano-russe depuis février et donc un message subtil en soi. (L’offre de pourparlers de Biden est arrivée dans la semaine).

Ces nouvelles nouvelles doivent être considérées parallèlement à la tendance de “l’Occident collectif” qui s’efforce ces derniers temps d’alléger les sanctions anti-russes. Les développements suivants suggèrent un modèle :

Le Canada a annoncé le 9 juillet – à la demande de l’Allemagne et avec le soutien de Washington – tout en ignorant les objections de l’Ukraine, une dérogation aux sanctions permettant le retour des équipements pour le gazoduc Nord Stream 1 afin de soutenir l’accès de l’Europe à une “énergie fiable et abordable” ;
L’Union européenne a publié une directive le 13 juillet (concernant l’exclave russe de Kaliningrad) selon laquelle “le transit routier de marchandises sanctionnées par des opérateurs russes n’est pas autorisé dans le cadre des mesures de l’UE. Aucune interdiction similaire n’existe pour le transport ferroviaire” (via la Lituanie).
Le 1er août, le Royaume-Uni a assoupli certaines restrictions pour permettre aux entreprises de fournir de l’assurance et de la réassurance à des entités russes, ce qui a des répercussions sur les secteurs du transport maritime et de l’aviation.
L’UE a également autorisé “l’exemption (pour la Russie) de l’interdiction de s’engager dans des transactions avec certaines entités publiques en ce qui concerne les transactions de produits agricoles et le transport de pétrole vers des pays tiers”.
Bloomberg avait rapporté le 13 juin que “le gouvernement américain encourage discrètement” les compagnies agricoles et maritimes à acheter et à transporter davantage d’engrais russes, dont les exportations ont chuté de 24 % cette année, car “de nombreux expéditeurs, banques et assureurs se sont tenus à l’écart de ce commerce par crainte de se mettre involontairement en infraction avec les règles… et (Washington) se trouve dans la position apparemment paradoxale de chercher des moyens de les stimuler (les exportations russes)”.

(…) L’opinion se développe aux États-Unis selon laquelle le régime de Kiev se joue de l’Occident et doit être fermement informé que toutes les bonnes choses ont une fin.

Reflétant cette pensée naissante, le National Interest a publié la semaine dernière un article rédigé par deux influents think tankers américains proches des cercles du parti démocrate, qui ont travaillé à la Maison Blanche et au Département d’État sous l’administration Obama. (ici)

(…)Poutine a invité le président turc Recep Erdogan à se rencontrer à Sotchi vendredi. (…) Erdogan a déclaré qu’il espérait que le récent accord sur les céréales serait un tournant dans la reprise des pourparlers politiques entre l’Ukraine et la Russie pour mettre fin au conflit armé.

 

La Birmanie devient un partenaire central pour la Russie

La visite du ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, au Myanmar le 3 août montre que la relation prend un caractère stratégique. Dans un communiqué de presse du 2 août, le ministère des affaires étrangères a souligné que cette relation est “l’une des priorités de la politique étrangère dans la région Asie-Pacifique, un facteur important pour assurer la paix, la stabilité et le développement durable.”

Le ministère des affaires étrangères a noté que “les partenaires du Myanmar aux niveaux officiels expriment leur compréhension des raisons et de la validité des actions de la Russie dans le cadre d’une opération militaire spéciale en Ukraine. Naypyidaw ne reconnaît pas la légitimité des sanctions anti-russes occidentales.

“A l’ONU et dans d’autres plateformes multilatérales, la Russie poursuit une ligne visant à assurer une discussion équilibrée et non politisée de la situation au Myanmar en lien avec l’état d’urgence en vigueur dans ce pays depuis février 2021, et préconise la recherche de formes constructives d’assistance internationale à ce pays sans ingérence dans ses affaires intérieures. Nous aidons Naypyidaw à se rapprocher des associations d’intégration et des mécanismes de coopération multilatérale en Eurasie, notamment l’UEE et l’OCS.”

En effet, Lavrov a programmé ses entretiens au Myanmar avant la réunion des ministres des affaires étrangères de l’ASEAN et de la Russie à Phnom Penh. Le communiqué de presse publié le 3 août après les entretiens de M. Lavrov avec le président du Conseil administratif de l’État, le Premier ministre du gouvernement provisoire, Min Aung Hlaing, indique qu’ils ont eu “une discussion approfondie de la situation géopolitique qui se dessine dans le contexte de la campagne de sanctions sans précédent lancée par l’Occident collectif à l’encontre de la Russie et du Myanmar”. Il (Min Aung Hlaing) a confirmé la nécessité de prendre des mesures coordonnées pour renforcer un ordre mondial multipolaire…”

Le Myanmar devient le deuxième pays après l’Iran dans la région de l’océan Indien à avoir exprimé un soutien sans équivoque à la Russie. On peut imaginer que Lavrov devra également se rendre à Colombo, une fois le nouveau gouvernement formé.

 

La Russie et la révolution de couleur du Sri Lanka

Il est difficile d’évaluer si le chaos qui a régné au Sri Lanka le 9 juillet avait quelque chose à voir avec la visite imminente d’une délégation du gouvernement sri-lankais qui devait se rendre à Moscou le lendemain (du 10 au 16 juillet) pour des entretiens cruciaux avec divers ministères économiques russes concernant l’aide de la Russie pour surmonter la crise. Mais cela reste une hypothèse raisonnable.

Les remarques du porte-parole du ministère russe des affaires étrangères le 11 juillet concernant la situation au Sri Lanka mentionnaient de façon précise : “Notamment, la veille du début des troubles, certains chefs de missions diplomatiques occidentales ont ouvertement exhorté la police locale à ne pas entraver les “manifestations pacifiques”. Il ajoutait ,

“Nous pensons que l’évolution de la situation au Sri Lanka est une affaire intérieure et que le processus politique dans ce pays, que nous considérons comme amical, se développera dans le respect de sa constitution et des lois en vigueur. Nous attendons la formation d’un nouveau gouvernement et sommes prêts à coopérer avec lui. Nous pensons que la situation reviendra à la normale d’ici peu et que les nouvelles autorités sri-lankaises prendront les mesures nécessaires pour surmonter la crise de l’économie nationale.”

En effet, Ranil Wickremesinghe, à ce moment encore Premier ministre, a également déclaré à Tass dans une interview exclusive sur la nature sans précédent de la tourmente politique – que “les politiciens de la nation insulaire ne peuvent pas encore trouver de parallèles à une crise similaire dans ce siècle ou dans le siècle dernier ou le siècle précédent.”

Il semble que Moscou ait anticipé que les troubles soutenus par les États-Unis au Sri Lanka ne parviendraient pas à produire le changement de régime souhaité par l'”Occident collectif”. Il est intéressant de noter que, dans son message de félicitations adressé à M. Wickremesinghe à l’occasion de son élection à la présidence, le président Vladimir Poutine a déclaré : “Je compte sur vos activités en tant que chef d’État pour favoriser le développement de la coopération bilatérale constructive dans divers domaines, dans l’intérêt de nos peuples et du renforcement de la stabilité et de la sécurité régionales.

Un coup d’œil à la carte de l’océan Indien montre pourquoi les relations avec l’Iran, le Myanmar et le Sri Lanka sont devenues si importantes pour la Russie. Les ports du Myanmar, du Sri Lanka et du Myanmar sont essentiels au maintien d’une présence navale russe efficace dans la région. Les compulsions stratégiques sont amplifiées dans la Doctrine navale révisée de la Russie, que Poutine a décrétée le 30 juillet, reflétant le “changement de la situation géopolitique et militaro-stratégique dans le monde.”

La Russie et les océans du monde

Le document de 56 pages (en russe) indique explicitement que les intérêts nationaux de la Russie “en tant que grande puissance navale s’étendent à l’ensemble des océans du monde et à la mer Caspienne”. Il reconnaît l’absence de points de réapprovisionnement et de bases navales à l’étranger, qui sont essentiels pour étendre la portée opérationnelle de la marine russe, tout en soulignant que “le cap stratégique des États-Unis visant à dominer les océans du monde” pose des “défis et des menaces”.

Toutefois, la doctrine envisage la création d’une telle installation en mer Rouge. En outre, elle prévoit également la construction d’une nouvelle installation de construction navale dans l’Extrême-Orient russe pour construire des “navires de grande capacité”, notamment des navires adaptés “au développement de l’Arctique”, ainsi que des “porte-avions modernes pour la marine”. Actuellement, la Russie ne dispose que d’un seul navire porte-avions, le croiseur Admiral Kuznetsov, qui est hors service et en cours de réparation.

Pendant ce temps, les États-Unis n’ont cessé de renforcer un réseau de coopération maritime avec les États de l’océan Indien. Récemment, Washington a dévoilé un quadrant d’Asie occidentale sous la rubrique ingénieuse I2U2 (Israël-Inde, États-Unis-États-Unis). Le président Biden a participé à sa première réunion au sommet. (…)

Delhi insiste sur le fait que I2U2 est une plateforme pour des partenariats économiques régionaux mais les stratèges occidentaux discutent franchement de la géopolitique qui se cache derrière l’économie. Michel Gurfinkiel, du Middle East Forum, a écrit dans le Wall Street Journal : “Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale de M. Biden, a comparé I2U2 au Dialogue de sécurité quadrilatéral, l’alliance indo-pacifique embryonnaire des États-Unis, du Japon, de l’Australie et de l’Inde… Les médias américains, indiens et émiratis y voient tous une extension des accords d’Abraham de 2019.”

En effet, la vision à plus long terme est encore plus pertinente car au-delà de l’I2U2, de la Quad et des Accords d’Abraham, on considère de nombreux développements analogues dans la sécurité internationale – le conflit ukrainien, l’expansion de l’OTAN, l’alliance de sécurité de la Méditerranée orientale (France, Italie, Grèce, Chypre, Israël et Égypte) ; l’architecture du sommet du Néguev (Israël, Maroc, Égypte, EAU. et Bahreïn) ; AUKUS (la nouvelle communauté de défense anglo-pacifique entre l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni) ; amélioration des relations entre les États-Unis et Taiwan ; militarisation du Japon (surmontant une histoire acrimonieuse), etc.

Courants géopolitiques croisés

Dans le contexte décrit ci-dessus, la gravitation de l’Inde vers le système d’alliance de sécurité dirigé par les États-Unis est une contradiction. L’Inde se concentre sur la Chine, mais les États-Unis incluent également la Russie et l’Iran dans leur stratégie. L’Inde donne la priorité à ses liens stratégiques avec Israël – la gestion du port de Haïfa (que la Sixième flotte américaine fréquente) a récemment été attribuée à une société indienne. En revanche, l’obsession d’Israël et des États-Unis concerne l’Iran, qui est amical envers l’Inde.

D’un autre côté, l’Iran renforce ses liens avec la Russie et la Chine. Peut-être que les EAU et l’Inde jouent sur les deux tableaux. Mais ce sont aussi des régimes qui manquent de culture stratégique et qui sont enclins à faire des caprices en accord avec l’agenda de Washington.

Il est clair que la confiance dans la fiabilité des États-Unis a été généralement sapée ces dernières années dans la bande de terre située entre le Levant et le détroit de Malacca. La récente initiative de Biden à Djeddah visant à promouvoir une alliance militaire ouest-asiatique pour contrer l’Iran, la Russie et la Chine n’a pas trouvé preneur.

La diplomatie russe doit naviguer entre ces écueils. Le grand jeu dans la région de l’océan Indien est grand ouvert. La visite de M. Lavrov au Myanmar indique que Moscou va repousser les tentatives des États-Unis de créer des “blocs” pour dominer les voies maritimes de l’océan Indien. L’accès aux ports du Myanmar peut changer la donne pour la présence russe.

(…) La coopération de la Russie avec le Myanmar prend de l’ampleur – du commerce aux investissements dans des projets énergétiques, en passant par la coopération nucléaire, la coopération militaro-technique, l’espace, l’éducation, etc.

Des vols directs sont en cours d’établissement. Les cartes de paiement Mir sont acceptées au Myanmar, qui tient également aux règlements en monnaie locale. Moscou prévoit d’établir à Yangon une paroisse de l’exarchat patriarcal de l’Église orthodoxe russe en Asie du Sud-Est – et de construire une église.

Le duc de Richelieu (1766-1822), gouverneur de la Nouvelle Russie de 1803 à 1814, a sa statue à Odessa face au port

23 Shares:
4 commentaires
  1. Autres lignes de front très importantes pour la Russie :
    . La frontière Caucasienne : La Géorgie (depuis 2008 – Sommet de Bucarest -, l’Otan veut l’incorporer dans son axe militaro-stratégique à l’instar de l’Ukraine) ;
    . L’Afrique du Nord : La Libye (pays stratégique pour le pétrole et sa position géographique où les Russes sont présents comme les Turcs mais défendent des factions opposées….D’où l’importance de la rencontre avec Erdogan ce jour à Sotchi pour trouver un consensus ou une entente cordiale qui satisfasse les deux parties notamment en Libye, en Syrie, au Haut-Karabakh)
    Bien à vous.

  2. J ai cri comprendre que les 3 derniers réacteurs allemands allaient être arrêter ce mois de décembre. Les compagnies allemandes n’ont officiellement pas reçu l ordre d arrêter le démantèlement (pour lequel elles ont été grassement payé) de ces réacteurs.

    De plus , elles signalent qu’elles n ont pas commandé de combustible nucléaire pour faire continuer les centrales. Combustible dont le temps de livraison est de 18 mois donc ne sauvera pas p Allemagne cette hiver

  3. L’article nous apprend que le lundi 1er août 2022, le président américain Joe Biden a proposé de discuter avec la Russie pour l’examen du traité de non-prolifération (TNP). Il dit : « Et l’agression brutale et non provoquée de la Russie en Ukraine a brisé la paix en Europe et constitue une attaque contre les principes fondamentaux de l’ordre international. » M. Blinken ajoute qu’il faut « s’assurer que les pays peuvent s’engager dans l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, ce qui est d’autant plus vital que nous faisons face aux défis posés par le changement climatique”.
    La bulle américaine parle donc de paix brisée en Europe, de principes fondamentaux internationaux, d’utilisation du nucléaire pour lutter contre le changement climatique. Ces trois éléments doivent réveiller nombre de consciences anesthésiées et sont révélateurs d’un immense décalage entre les visions plurielles du ‘monde sauvé’. Il n’y a donc pas que des bulles financières qui gravitent et flottent.

  4. Pour ce qui est de la “panique dans les milieux dirigeants allemands” on me dit dans l’oreillette que le Daily Telegraph a fait ce constat : “The entire German political establishment has been caught with its environmental trousers down.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous pouvez également aimer